Présentation de Unruly Heroes et visite de Magic Design Studios


ps4
MEDIAS, PREVIEW
Par Crocdeloup, le 09-05-19 à 15:09 5 commentaires



Lorsqu'un jeu de plateformes 2D est évoqué, il est tentant de l'associer à des licences phares telles Rayman et Trine.  Et bien Unruly Heroes trouve sa place quelque part entre les deux depuis sa sortie en janvier 2019. C'est à l'occasion de sa parution prochaine sur PS4 que nous avons pu visiter Magic Design Studios, le groupe derrière sa création, et tester amplement le jeu.


  • Une légende chinoise en plein Montpellier :

Magic Design nous présente ici son tout premier jeu. Pour le contexte, les développeurs se sont inspirés du roman fantastique chinois La Pérégrination vers l'Ouest, qui relate la légende du roi-singe Sun Wukong sous fond de doctrines bouddhistes (coucou Dragon Ball). De ce folklore très populaire sur les terres natales de Yang Lu, le directeur créatif, est né un projet ayant directement conduit ses trois têtes pensantes à la création du studio.


(De gauche à droite : Bruno GENTILE - directeur technique/artistique, Yang LU - directeur créatif/CEO, et Nicolas LEGER - lead animator)

Les créateurs se sont installés en plein cœur de Montpellier, ville où Ubisoft possède également un pied à terre. Le rapprochement se fait car la majeure partie des membres de l'équipe sont des anciens de chez Ubi. D'une dizaine, avec un parcours centré sur l'animation (les films Numéro 9 et Klaus pour Nicolas Leger), le studio est passé à une trentaine de personnes en recrutant développeurs et artistes. Et si un deuxième projet est déjà en cours de réflexion, c'est l'heure de s'attarder sur celui qui a mis trois ans à voir le jour : Unruly Heroes.






(les locaux du studio avec notre petit coin pour tester le jeu)



  • Un guerrier n’abandonne pas ce(ux) qu’il aime :

Si Unruly Heroes se classe parmi les plateformer, il intègre un petit système de beat'em all qui modifie la donne. Entre les sauts bien placés et la résolution de puzzles, la présence d'ennemis viendra compliquer la progression. S'il n'est pas obligatoire de les laminer, en les battant, le joueur peut récolter leur âme et remplir une jauge  qui lui permet d'activer des points de passage dans le niveau. Les combos octroient également de l'énergie dont la barre, une fois pleine, permet de déclencher une attaque spéciale propre à chaque personnage.



Au nombre de quatre, ces derniers possèdent chacun leur panoplie de coups et une capacité servant à la progression du jeu (casser des éléments du décor, faire un pont etc.). Il faut donc jongler entre les rôles -le joueur peut changer de personnage à n'importe quel moment, et veiller à maintenir ses copains en vie, que vous jouiez en solo ou à plusieurs. Les personnages possèdent une barre de vie propre, subsistent sous forme de bulle après leur mort et peuvent être ressuscités en étant frappé par un coéquipier. Attention, les boss peuvent causer une élimination définitive pour le niveau.

Les voici plus en détails :

  • Wukong : singe héroïque, maître du bâton

  • Sandmonk : brute barbue, maître du fracassement de crânes

  • Kihong : cochon planant, maître du crachat d'acide

  • Sanzang : moine chauve, maître des arts mystiques




Jouable en local jusqu'à quatre, le titre insiste réellement sur cette notion de coopération. Avis aux bourrins, le gameplay demande pas mal de technique et de précision. D'ailleurs, si l'un du groupe est un peu moins dégourdi que les autres, il est possible de l'attraper pour l'envoyer sur une plateforme, ou dans la lave s'il s'agit d'un ennemi. La prise en main n'est pas immédiate, et la découverte du jeu à trois ou quatre n'est pas optimale, car l'action devient très vite confuse à l'écran. Le fun reste pourtant bien présent, avec sa dose de challenge, qu'importe le nombre de joueurs. À voir si certains environnements ne sont pas trop exigeants ou pourvus de mécaniques trop contraignantes.



  • Un tableau mythologique :

L'univers se divise en 4 mondes et 29 niveaux. Le tout s'étend sur 8 heures environ. Vous apprenez au début que le parchemin de l'harmonie a été déchiré, et ses morceaux dispersés dans un monde en proie au chaos. Il ne tient qu'à votre alter-ego héroïque de défaire les créatures apparues pour rétablir l'équilibre, selon les conseils d'une déesse pas très utile. La narration fait preuve en effet d'un humour bienvenu qui flirte de temps à autre avec le quatrième mur.

Les environnements sont incroyablement soignés. Ils fourmillent de détails et donnent la sensation d'avoir été peints à la main. Le gameplay jouera d'ailleurs avec la perspective sur certains passages. Pour en profiter au mieux, un mode photo permettant entre autres de zoomer, a été intégré. La composition est signée par Caisheng Bo (Phantom Blade 2). Elle se fait un peu discrète mais demeure efficace.



Le titre comporte deux types de collectibles : les parchemins, qui débloquent des concept art dans la galerie, et les pièces, qui permettent d'acheter des tenues pour les différents personnages. Les trophées (voir la liste) récompenseront les complétistes et les plus obstinés avec le réel challenge du jeu : le speedrun.



Le titre regorge de dynamiques si intéressantes qu'elles en deviennent malheureusement trop brièvement exploitées. S'il est possible dans toute l'aventure de prendre le contrôle d'un ennemi, avec des capacités propres, chaque monde intègre une mécanique spéciale. L'un demandera d'aspirer un épais brouillard pour dégager la vue, et de le souffler pour propulser des plateformes, l'autre redéfinit les codes de la progression en faisant retomber les héros en enfance dans un level-design style parc d'attractions.



Depuis la sortie du jeu en janvier, le studio travaille toujours sur le titre en proposant du contenu gratuit. Une arène PvP au format match à mort a ainsi vu le jour et permet de se taper joyeusement sur la tronche en local ou en ligne. Un bon point qui permet de mieux exploiter, et pourquoi pas de s'entraîner, sur les mécaniques de combat. Les développeurs ayant encore quelques idées avant de passer à la suite, d'autres mises à jour sont à venir.


  • En bref :

Unruly Heroes est avant tout un plaisir visuel. C'est un jeu de plateformes axé sur la coopération qui demande un minimum de réflexes et de concentration pour pouvoir en profiter. Les amateurs de challenge y trouveront leur pied. À voir sur la totalité du jeu si la dose de frustration ne surpasse pas de trop le plaisir d'être stimulé. Quoiqu'il en soit, le titre reste très fun à jouer. À appréhender seul ou à deux, à lâcher tout sérieux à trois ou quatre.


Le jeu sortira le 28 mai sur PS4 au prix de 19,99€. Une réduction de 20% est offerte aux membres PS Plus la semaine de sa sortie.

Mots-clés : 2D, combat, Contenu, France, Images, Magic Design Studios, Montpellier, Personnages, plate-formes, Présentation, preview, PS4, Reportage, Screenshots, sortie, trailer, Unruly Heroes, Vidéo, visite

5 commentaires

Avatar de Warriortidus
Warriortidus

Le 09-05-19 à 20:13
Bravo et merci pour cette preview Crocro' ! :clap: :okayg:
Avatar de NicoFantasy
NicoFantasy

Le 09-05-19 à 20:53
Super reportage ! Bravo
Avatar de Nic0laSticot
Nic0laSticot

Le 10-05-19 à 14:05
Merci à vous, c'était fort sympathique cette présentation :okayg:
Avatar de Crocdeloup
Crocdeloup

Le 11-05-19 à 12:31
Merci :*
Avatar de Fauchinou
Fauchinou

Le 11-05-19 à 12:49
Je me joins aux félicitations. Bravo pour ce reportage d'un jeu qui visiblement saura pas mal me correspondre. :lol: