Le jeu vidéo doit-il devenir une discipline olympique ?


CHRONIQUE, ESPORT
Par Troywarrior, le 05-12-18 à 21:29 16 commentaires



Sujet qui divise parfois même les gamers entre eux. La récente place accordée à l’e-sport par les SEA Games (Jeux d’Asie du Sud-Est) en 2019 relance le débat.




Revenons un peu dans notre l’Histoire. Depuis sa création « présumée » en 776 av. J.-C., les Jeux Olympiques n’ont eu de cesse que de s’adapter à leur siècle en y incluant les sports contemporains. L’épreuve sportive ultime a ainsi toujours su inclure en son sein des disciplines diverses, même si elles étaient alors mal-considérées par une sportowa intelligentsia.

C’est ainsi que, par exemple, le billard, le bridge et les échecs, longtemps considérés comme loisirs, même professionnalisés, ont su obtenir le label de l’Olympisme.

Quels sont les critères pour obtenir ce Label ? La fédération représentative doit réunir un certain nombre de conditions pour être homologué par le CIO (commission du programme olympique) :

- Les caractéristiques techniques (nombre d'épreuves, infrastructures nécessaires, couts opérationnels, etc.)
- L'histoire du sport (création de la fédération, participations aux Jeux, etc.)
- L'universalité (nombre de pratiquants, de fédérations actives, répartition par continent, etc.)
- La popularité (vente de billets, couverture télévisée, sites internet, sponsors, etc.),
- L'image (égalité des sexes, transparence, équité, attrait, impact sur l'environnement, lutte contre le dopage, etc.)
- Le développement futur de la fédération (ses finances, ses axes de développements, etc.)




Pour les défenseurs de l’e-sport, ces six exigences semblent être parfaitement remplies. Mais le CIO et autres instances décisionnaires bloquent, pour la plupart, sur un point : l’image. Ce doute se symbolise en une phrase de Thomas Bach, président du CIO :

"Nous ne pouvons pas avoir au programme olympique un jeu qui promeut la violence ou la discrimination. Les jeux de meurtre, de notre point de vue, contredisent les valeurs olympiques et ne peuvent par conséquent pas être acceptés."

Certains pourrait s’amuser de cet avis, considérant que M. Bach est ancien champion d’escrime, où le but est de simuler la mort de son adversaire à la pointe de son fleuret. Ce à quoi il répond

"Bien entendu, tous les sports de combat ont pour origine des affrontements réels entre les gens. Mais le sport est l'expression civilisée de cela. Les jeux dans lesquels le but est de tuer quelqu'un ne peuvent pas s'accorder avec nos valeurs olympiques."

Mais ne pourrait-on pas considérer l’action militaire, l’adaptation quasi-instantanée à la stratégie adverse et le talent technique à vaincre « virtuellement » son adversaire comme expressions civilisées du combat ? Passons…




L’honnêteté oblige également à reconnaître que l’e-sport est peut-être encore trop jeune pour espérer concourir de suite dans la cour des grands. L’excellent reportage « l’e-sport fait vivre », diffusé par Arte et Bigger Than Fiction, a parfaitement mis en exergue la problématique.

D’un côté des gamers entraînés et totalement méritant du titre de véritables sportifs. De l’autre, une fédération encore trop immature dans sa structure, plus intéressée par sa rentabilité que par sa représentativité. Même si ce défaut n’est pas forcément indissociable non plus des J.O., il n’en reste pas moins que le monde compétitif du jeu vidéo manque encore de crédibilité structurelle face aux autres fédérations.

Que les pro-olympiens se rassurent, la construction de l’édifice semble néanmoins sur la bonne voie. L’intégration de l’e-sport aux SEA Games inclura en effet les premières épreuves médaillées de l’e-sport de l’histoire. Beaucoup y voient un premier test pour une possible reconnaissance olympique future. Tony Estanguet, codirecteur de la candidature parisienne pour les JO 2024, s’est d’ailleurs exprimé sur la place du jeu vidéo dans l’univers olympique en affirmant qu'on "doit se pencher dessus parce qu’on ne peut pas l’ignorer."

Ces propos ont été agrémentés par le CIO lui-même : "les sports électroniques pourraient être considérés comme une activité sportive. Les joueurs qui les pratiquent se préparent et s’entraînent avec une intensité comparable à celle des athlètes d’autres sports plus traditionnels."

Ils ont néanmoins conservé une certaine réserve, abordée précédemment : D’abord, l’adhésion aux "valeurs olympiques". Puis, surtout, "l’existence d’une organisation garantissant la conformité aux règles et réglementations du mouvement olympique (antidopage, paris, manipulation, etc.)".

Le problème ne semble donc pas être le contenu, mais plutôt le contenant.




A quelle reconnaissance aura donc droit notre univers ? Le principal espoir réside dans le besoin du CIO de parler à la jeunesse, public sur lequel les J.O. semblent exercer de moins en moins d’attrait. L’historien du sport, Patrick Clastres, souligne d’ailleurs un "décrochage des publics de moins de 30 ans, les “digital natives″, ceux qui sont nés avec Internet". De surcroît, le contenu des Jeux olympiques a évolué "très lentement" depuis la fin du XIXe siècle, estime ce spécialiste de l’olympisme.

Il semble donc pertinent d’affirmer que chacun doit faire un pas vers l’autre.



Pour ou contre la reconnaissance olympique du jeu vidéo ? Et surtout, pourquoi ?






Source :
- Le Monde
- Connectesport
- l'Equipe
- Wikipédia

Mots-clés : Arte, Chronique, CIO, Débat, e-sport, Jeux Olympiques, l'e-sport fait vivre, SEA Games

Les 10 premiers commentaires sur 16

Avatar de Beattlejew
Beattlejew

Le 05-12-18 à 22:21
Je pense personnellement que le jeu vidéo n'y a pas sa place (tout comme le billard ceci dit).
Pour moi les JO, c'est avant du sport, un engagement physique et des valeurs. Qu'il y ai des tournois internationaux ou des championnats du monde pour l' E-Sport, cela me semble cohérent, mais de la à devenir discipline olympique...
Je ne remet pas en cause les joueurs professionnels qui ont un rythme de vie parfois proche de celui d'un athlète, loin de là, mais on parle de E-Sport, pas de sport à proprement parler.
Il faudrait créer les Jeux Olympiques des Loisirs ;)
Avatar de N7 SubRayn
N7 SubRayn

Le 06-12-18 à 01:30
Pour moi, la réponse est non.

On refléchit avec la tête. On se sert que des mains sur les claviers/souris/manette. Avec tout ça, avoir des blessures importantes, ça va être très compliqué.
Avatar de Nic0laSticot
Nic0laSticot

Le 06-12-18 à 06:56
Le jeu vidéo, une discipline olympique ? Soyons sérieux... Contre bien évidemment !
Avatar de MLB-forever
MLB-forever

Le 06-12-18 à 09:26
Pour moi non également !

L'engagement physique n'est pas vraiment la question car cela ne me dérangerait pas de voir du golf aux JO (d'ailleurs y en a-t-il ? je ne sais même pas). Et d'ailleurs il y a des disciplines comme le tir qui ne sont pas beaucoup plus démonstratives que le jeu vidéo en termes d'effort physique. L'e-sport demande une maîtrise de l'esprit, des nerfs et aussi la transformation parfaite des intentions dans les gestes... je comprends qu'on se pose la question.

Mais en revanche la pratique de la musique demande exactement les même choses ! Les compétitions et concours internationaux existent également (avec moins d'exposition médiatique on va pas se mentir), mais on ne s'est jamais posé la question de faire une épreuve olympique de batterie (et pourtant l'engagement physique est total).

Ce qui me chagrine surtout c'est que le nombre de sports représentés aux JO est limité, et je ne voudrais pas que l'e-sport prenne la place d'une autre discipline. L'esprit olympique c'est de donner une exposition et une chance à des amateurs (même si les sports star sont loin de cet esprit), et je ne voudrais pas que les lutteurs par exemple soient obligés de renoncer à leurs épreuves olympiques, alors que l'e-sport se débrouille très bien tout seul internationalement.
Avatar de Vortex69380
Vortex69380

Le 06-12-18 à 09:57
MLB-forever a écrit :
jeu. 6 déc. 2018 09:26
il y a des disciplines comme le tir qui ne sont pas beaucoup plus démonstratives que le jeu vidéo en termes d'effort physique. L'e-sport demande une maîtrise de l'esprit, des nerfs et aussi la transformation parfaite des intentions dans les gestes... je comprends qu'on se pose la question.

Mais en revanche la pratique de la musique demande exactement les même choses ! mais on ne s'est jamais posé la question de faire une épreuve olympique de batterie (et pourtant l'engagement physique est total).
Remarques très pertinentes, je te rejoins à 100% :handshake:
La question est légitime, mais je suis contre et je manquais d'arguments pour l'exprimer.
MLB-forever a écrit :
jeu. 6 déc. 2018 09:26
Ce qui me chagrine surtout c'est que le nombre de sports représentés aux JO est limité, et je ne voudrais pas que l'e-sport prenne la place d'une autre discipline.
Alors ça c'est intéressant :lire2:
Je ne savais pas et du coup ça me conforte dans mon idée de départ.
Avatar de V-Phantomhive
V-Phantomhive

Le 06-12-18 à 10:36
N7 SubRayn a écrit :
jeu. 6 déc. 2018 01:30
Pour moi, la réponse est non.

On refléchit avec la tête. On se sert que des mains sur les claviers/souris/manette. Avec tout ça, avoir des blessures importantes, ça va être très compliqué.
C'est un peu réducteur. Dans les compétitions e-sportives, les réflexes jouent un rôle très important. Je parle là de mémoire musculaire (ou plus exactement, de mémoire du geste), d'influx nerveux provoqués par le déclenchement d'une action adverse (signal sonore, visuel ou les deux), d'exécutions de séquences assimilées par le biais d'exercices maintes fois répétés.

Pour parvenir à cettre maîtrise dans l'exécution, une partie du corps (bras, avant-bras, dos, yeux, colonne vertébrale) est soumise à des postures et à une gestuelle inconfortantes sur la durée, et préjudiciables sur le long terme. Si par « blessures importantes » tu fais référence à des effusions de sang ou à des hospitalisations de longue durée, ce cadre ne s'applique évidemment pas à l'e-sport, mais il existe d'autres pathologies comme le syndrome du canal carpien ou tout simplement l'altération ou la baisse de la vision du fait de l'exposition prolongée à des écrans. C'est moins « spectaculaire » mais tout aussi insidieux.
MLB-forever a écrit :
jeu. 6 déc. 2018 09:26
L'e-sport demande une maîtrise de l'esprit, des nerfs et aussi la transformation parfaite des intentions dans les gestes... je comprends qu'on se pose la question.

Mais en revanche la pratique de la musique demande exactement les même choses ! Les compétitions et concours internationaux existent également (avec moins d'exposition médiatique on va pas se mentir), mais on ne s'est jamais posé la question de faire une épreuve olympique de batterie (et pourtant l'engagement physique est total).
Je suis d'accord avec toi mais je pense que le jeu vidéo dispose d'un avantage (en raison d'une différence) majeur avec la musique en adéquation avec l'esprit des jeux olympiques d'antan : la confrontation en temps réel de plusieurs athlètes.

J'entends par là que, dans le domaine de la musique, chacune déroule sa partition à tour de rôle dans le temps qui lui est alloué : on verra rarement sur une même scène deux prestations de batterie, ce serait désagréablement inaudible.

Or, dans le jeu vidéo, les joueurs se confrontent aux autres en temps réel : derrière un écran, certes, mais tous sont présents dans le colisée simultanément, et le match ne se termine qu'à la victoire de l'un des joueurs (ou d'une des équipes).

Du point de vue de la prestation, la différence est fondamentale : le grand public apprécie cette confrontation en temps réel que l'on retrouve dans la course, le cyclisme, la formule 1 et bien d'autres sports encore. Tout comme le public e-sport apprécie voir ses champions se confronter frontalement.

___________________________________

Cela étant dit, je ne suis pas favorable à ce que l'e-sport devienne une compétition olympique, du moins pas à l'heure actuelle. Les structures (sponsors comme organisateurs d'événements) doivent encore se développer et se professionnaliser, les joueurs doivent être mieux encadrés, les spectateurs doivent apprendre à s'ouvrir au grand public et la séparation entre les plateformes doit s'atténuer. Quand tout cela aura été accompli et que la discipline aura gagné en maturité, la question se posera alors de façon légitime.
Avatar de dayvyde
dayvyde

Le 06-12-18 à 10:50
Je suis entièrement d'accors avec tous les différents avis exprimés avant moi.

Je ne suis pas pour que l'e-sport devienne un sport olympique non plus.
Pour les mêmes raisons que mes VDD, je rajouterai un autre exemple.

Si l'e-sport venait à faire partie des JO, alors, il devrait en être de même pour le poker.
Je trouve ces deux sports similaires, dans par l'effort physique que par l'effort mental que cela représente.

Ceci dit, article très intéresant de ta part Troy, qui soulève une question tout aussi intéressante !
Avatar de badman
badman

Le 06-12-18 à 11:00
Si il le mette à la place du curling,ça pourrait le faire :wasntme: .

Plus sérieusement,je pense que cette réflexion vient surtout de l'audience,du pognon,pub et j'en passes que cela engendrerai.Après sur la question de l'activité en elle mème,il est clair que cette pratique n'as pas sa place aux jeux olympiques.
Avatar de BJJ-Daron
BJJ-Daron

Le 06-12-18 à 12:53
Larousse : Sport = Activité physique visant à améliorer sa condition physique. CQFD

Les activités de Tir, la pétanque ou les Echecs sont à mon sens des loisirs, mais pas des pratiques sportives ! Un sport est une activité physique pour laquelle tu dois être en difficulté si tu n'est pas en bonne condition physique. Dire que la Lutte est contestée aux JO mais qu'on se pose la question t'intégrer ou non les JV, c'est hallucinant.
Avatar de Akaitenge
Akaitenge

Le 06-12-18 à 14:27
Petit aparté pour BJJ-Daron :
Quand on cherche ce que l'on veut, on laisse uniquement ce qui va dans le sens de sa théorie. Il ne faut pas rejeter les autres indices sous prétexte que cela dessert notre point de vue.

Ainsi, toujours d'après Larousse : Sport : Ensemble des exercices physiques se présentant sous forme de jeux individuels ou collectifs, donnant généralement lieu à compétition, pratiqués en observant certaines règles précises.

Ici, dans le domaine du jeu vidéo : exercice physique = le déplacement de la souris, l'appuie sur le clavier. Le reste de la phrase est juste dans la définition et les règles du jeu.

Aparté fini.

Après pour en revenir à ce superbe article, le problème est bien les différentes fédérations autour de ce sport. Chacun y va de sa manière et les différents éditeurs se bataillent à coup de millions pour savoir qui aura la plus grosse.

Pour ce qui est quel type de jeu devant peut être arriver un jour, la question est difficile mais un peu d'analyse rend certains genre directement compatible ou incompatible. Après, je pars du postulat qu'on les envisage en été et pas en hiver, comme les jeux d'hiver ont tous un rapport avec la glace/neige, c'est difficile d'y trouver une place justifiée pour les jeux vidéos.

Différents exemples : les fps, direct exclus, aucune promotion positive possible avec.
Les jeux de combat, délicats comme sujet mais comme on a de la boxe pourquoi accepter l'un et pas l'autre ?
Les jeux de stratégie (RTS, ou autre), mélange assez subtil de réflexe, de réflexion et de dextérité, peut être en trouvant un jeu compatible avec l'esprit censé être véhiculé par les JO, ce serait acceptable.
Les jeux de sports, directement exclus, on a déjà les athlètes pour le faire en vrai.
Les jeux musicaux (genre dance dance ou autre), pourquoi pas, au moins il y aurai une vraie chorégraphie agréable à regarder contrairement au foot.

J'oublie certainement différentes catégories mais bon c'est assez rapide en utilisant les grandes catégories pour effectuer un premier tri. En se demandant toujours si le jeu respecte les valeurs olympiques (le traditionnel amitié, paix et le reste du blabla), on peut éliminer certainement la majorité des jeux populaires. Après comme pour le cas de la boxe, certains trouveraient leur place.

Après, peut être qu'il faudrait se pencher sur des distinctions autre que le genre du jeu : comme dans le cas de l'équitation ou du patinage artistique ou du plongeon (encore d'autres exemples valables), chacun son tour livre une performance en suivant un programme. Ainsi, la démonstration réalisé par un individu seul ou une équipe produit un résultat évoquant une certaine harmonie ou autre selon le but visé. J'arrive pas vraiment à concevoir une telle réalisation avec les jeux que je connais mais cela pourrait être possible.

Enfin pour finir, tout ça pour dire que la question mérite une vraie étude fait par des gens comprenant le milieu et pas comme d'habitude seulement les monolithes en place. Si on veut que les JO gardent une place dans la société, il est indispensable que ceux-ci reflètent aussi l'évolution du monde ou ils deviendront obsolètes comme leur direction.