Chronique d'un chasseur : Johnny aurait adoré ça.

Par charlrai1911, le 04-10-22 à 18:48
CHRONIQUE, DIVERS


Salut les chasseurs et chasseuses. Vous croyez au destin? Moi oui. Et parmi le nombre d'évènements que j'attribue comme étant lié au destin, la rencontre fortuite entre un joueur et son jeu préféré est l'une des plus belles destinée qu'un amateur de jeux vidéo puisse connaitre.


Parmi tous les jeux auxquels j'ai voué et voue toujours un amour incommensurable, Saints Row : The Third est clairement mon chouchou. Une histoire d'amour qui commence à la Paris Games Week de 2011. Du haut de mes quinze ans, c'était mon premier salon de jeux vidéo et pour être honnête, mon premier évènement seule sur Paris. Parmi tous les jeux présents à cette édition, un certain nombre me faisaient de l'œil et Saints Row n'en faisait clairement pas partie. Mais une inconnue rencontrée là-bas me propose d'aller voir sa vidéo de présentation alors pourquoi pas.


Le jeu me laisse un très bon souvenir: il a l'air marrant, vachement stylé même si la mission présentée "Ange gardien" avait l'air d'être un peu coton... Mais il ne m'a pourtant pas fait assez bonne impression pour que je décide d'y prêter attention dès sa sortie. Oublié dans un coin de ma tête, le destin décide de forcer un peu les choses et il finit par refaire son apparition au détour du rayon occasion de chez Micromania et c'est là que l'idylle commence vraiment.




 
Chronique n°5 → Saints Row

Le guide des trophées : difficulté 4/10,  30 à 40 heures de jeu, rédigé par notre admin: Bas ^.


Une fois lancé, Saints Row: The Third plante le décor avec son introduction unique qui place directement le jeu dans son contexte. Les 3rd Street Saints sont au sommet et vont commencer à merder. Me voilà donc embarquée aux cotés de cette tête à claque de Josh Birk dans un braquage hors du commun qui tourne très mal jusqu'à ce que... Johnny?..


Soit, après s'être prit une dérouillée aérienne, me voilà lancée dans le monde ouvert de Steelport. Dès les premières missions, mon cœur s'emballe de plus en plus jusqu'à ce qu'arrive LA mission. Celle qui me fera ressentir jusqu'à la fin des papillons dans le ventre, avec qui je ne ferais plus qu'un et qui fera monter ma jauge de bonheur jusqu'à humidifier mes yeux, je veux bien entendu parler de Que la fête commence. Musique emblématique du jeu, Power de Kanye West se met en route et me voilà prête à sauter en parachute pour atterrir dans une suite et réaliser le carnage qui signe le retour des Saints dans le monde du grand banditisme et l'apparition de Pendaison de crémaillère.


Une fois les missions préliminaires passées, je n'ai plus qu'à évoluer dans Steelport où je vais passer des heures et des heures à rouler à toute vitesse dans la ville, à défoncer du Luchadores, à voler les filles de joie des Morningstar et à pirater les Deckers à l'aide de nouvelles recrues un peu... spéciales. Tout en gardant à mes côtés la magnifique Shaundi et l'irremplaçable Pierce. Poncer l'histoire principale et la ville à 100 % aura d'ailleurs eu le mérite de m'octroyer pas mal de trophée dont le joli Les seigneurs de Steelport. Dans ce 100 %, le jeu a aussi inclut des collectibles à aller chercher. Un petit plaisir de plus qui me permet de faire une de mes activités favorites : enfourcher ma Kenshin et explorer tous les coins et recoins de ma ville à la conquête de Totalement accro.


Explorer la ville de fond en comble n'est pas une fin en soi. Et parce que le jeu aime faire durer le plaisir, ce n'est pas moins de trente heures à passer pour Accro du ghetto. Et de toute façon même avec ces trente heures, je n'ai personnellement pas réussi à réaliser tous les défis pour La totale. Ce dernier trophée bien qu'étant uniquement en argent, est selon moi le pire à débloquer. La première raison de détester ce trophée est son aspect répétitif. J'ai horreur des défis qui demandent de faire certaines actions plusieurs fois, c'est d'ailleurs la raison pour laquelle je ne leur porte jamais aucune attention jusqu'à ce que je me retrouve à devoir les réaliser pour le platine. Et à ce moment-là, je me déteste aussi. Pourquoi ne pas avoir dégoupillé plus de grenades avant pour venir à bout du défi demandant de les utiliser? Me voilà contrainte à chercher gratuitement des noises à la police pour les faire exploser à la grenade. Quelle perte de temps. La deuxième raison de haïr ce trophée est qu'une fois l'histoire finie, certains défis liés aux membres de gangs seront difficilement réalisables. Ces derniers sont quasiment absents après la fin de l'histoire. Par exemple, si le défi et par la même occasion, le trophée Je t'aime, moi non plus n'est pas réalisé, il va falloir tourner en rond dans la ville jusqu'à ce qu'un membre de gang daigne pointer le bout de son nez. Mais voyons le verre à moitié plein: La totale fait partie de ces trophées dont le plaisir lors de son obtention est quasi-orgasmique, surtout lorsqu'il est suivi de Big Boss. Pour passer de l'amour à la haine et de la haine à l'amour, il n'y a parfois qu'un trophée.




 

Côté décalé, le jeu m'a forcé à utiliser quelques moyens non conventionnels pour décrocher certains trophées. Si je vous dit Casse-noisette, à quoi pensez-vous? Un défi en rapport avec le célèbre ballet féérique du même nom? Que neni, il ne s'agit ici que de la traduction polie de la célèbre expression génito-centrée qui signifie que quelqu'un vous agace fortement. Mais pour ce trophée, il ne s'agit pas de la forme figurée mais plutôt du sens propre. Oui, le jeu m'a demandé de tuer des adversaires en tirant et en frappant dans leurs bijoux de famille. Satisfaisant. Autre trophée distingué,  Trop la classe demande d'utiliser un pet en boite et le pénétrateur pour buter les ennemis. Humiliation garantie pour ces abrutis.


S'il y a bien moyen de faire une campagne en coopération, le seul trophée en ligne Fais passer est réalisable sans avoir réellement à jouer avec quelqu'un. Et tant mieux, je ne suis pas du genre à partager ma ville avec quelqu'un d'autre.


Après des aventures riches en émotions, des souvenirs inoubliables et des heures de bonheur, Deep Silver Volition annonce une suite avec Saints Row IV. Grosse déception pour certains joueurs, vraie partie de plaisir de mon côté. Même s'il n'est clairement pas à la hauteur de mon premier amour, il m'a tout de même offert de très bons moments et de très bons délires... Avec des missions et des trophées tout autant séduisants comme pour Les deux Shaundi et Un vrai cluster... Enfin ce n'est que mon avis. On y retrouve aussi beaucoup de trophées semblables à ceux de Saints Row: The Third comme ce P#@! de Le roi du challenge. Gros point positif de cet opus, il a le mérite d'avoir parfaitement réussi à nous faire replonger dans les débuts de Saints Row avec des personnages et des intrigues issues de Saints Row et Saints Row 2. Ce dernier est d'ailleurs aussi une pépite dans son genre, beaucoup plus sérieux que ses grands frères mais aussi beaucoup plus trash (et on aime ça). En revanche pour le cadet de la saga, il m'a toujours été impossible d'y jouer... Étant uniquement sorti uniquement sur xbox 360, la passionnée de Playstation que je suis n'a donc jamais pu mettre la main dessus. Le drame de ma vie.


Après Saints Row IV qui n'a déjà pas fait l'unanimité chez les joueurs, c'est la descente aux enfers pour la saga avec Saints Row: Gat out of Hell qui ressemble plus à un DLC qu'à un vrai jeu. On doit cependant le remercier de nous avoir permis de jouer avec Gat et Kinzie. Même si ce que j'ai le plus retenu du titre, c'est le trophée Et que ça saute ! qui m'avait fait abandonner la quête du platine à l'époque. Avant que je finisse finalement par y revenir et venir à bout de ce trophée tout droit sorti des enfers.

Après ce cuisant échec, espérons maintenant que le reboot Saints Row sorti cet été remette un peu la saga sur les rails pour nous offrir encore beaucoup d'amour. Même si de mon côté, c'est déjà testé et... Très moyennement apprécié. J'ai vraiment eu l'impression de revenir avec mon ex dix ans plus tard: beaucoup d'excitation au début du jeu pour finalement être déçue les 10 heures suivantes et rester sur ma faim à la fin de l'histoire. Enfin si on peut parler d'histoire.

 



Mots-clés : Chronique d'un chasseur, Saints Row, Saints Row IV, Saints Row The Third

Liens utiles

1
2
17
61

Saints Row : The Third

Liste
ps3
4/10
1
2
17
61

Saints Row : The Third

Guide
ps3

Par Bas ^

Temps d'obtention : 30-40H
Nb de partie(s) : 1
Manquable(s) : 0
Trophée(s) online : 0

1
3
11
56

Saints Row IV

Liste
ps3
4/10
1
3
11
56

Saints Row IV

Guide
ps3

Par Kira71370

Temps d'obtention : 40h
Nb de partie(s) : 1
Manquable(s) : 0
Trophée(s) online : 0

13/20

Saints Row IV

Test
ps3

Par Aelon

Saints Row IV est un jeu qui connaît ses défauts, principalement techniques, mais qui les comble par un univers atypique et original qui se démarque du reste des jeux du même genre : jouer un président américain super-héros qui casse de l'alien au petit déjeuner est très jubilatoire. Le platine est accessible à tous, avec une liste qui permet de faire tout ce que le jeu peut proposer. Malheureusement, il s'agit d'un jeu qui s'apprécie principalement la première fois, et qui propose une rejouabilité assez limitée.

1
3
7
35

Saints Row : Gat out of Hell

Liste
ps3
3/10
1
3
7
35

Saints Row : Gat out of Hell

Guide
ps3

Par Pelotedeneige

Temps d'obtention : 20 heures minimium
Nb de partie(s) : 1
Manquable(s) : 0
Trophée(s) online : 1

12/20

Saints Row : Gat out of Hell

Test
ps4
Extra

Par Aelon

Saints Row : Gat out of Hell est un jeu très classique et peu innovant qui parvient malgré tout à amuser le joueur par la surpuissance qu'il propose de contrôler. Tout est prévu ici pour vous laisser taper sur tout et n'importe quoi, mais le jeu tourne assez vite en rond. Dommage de ne pas avoir plus de nouveauté dans une série qui commence à montrer ses limites.

1
2
6
42

Saints Row

Liste
ps4
14/20

Saints Row

Test
ps4

Par SolisTrad

Cela peut paraître choquant, mais le fait de ne pas rencontrer de bugs est aujourd'hui quelque chose que l'on met en avant quand on parle d'un titre. J'ai beau savoir que les joueurs de PS5 ne sont pas logés à la même enseigne que ceux de PS4 dans le cas présent (plus de bugs sur la dernière génération), j'y tiens quand même avant d'aller plus loin. Nous avons face à nous un jeu amusant, voire emballant par moments. On retrouve une bonne partie de l'univers loufoque de Saints Row dans ce reboot. "Trop timide" pourraient déclarer, sans forcément se tromper, certaines personnes. En dehors de la violence banalisée et prise sur un second degré assumé par le Boss que l'on incarne, les autres personnages restent trop en retrait pour dégager quelque chose. On sait pourtant que les personnages secondaires peuvent avoir un impact conséquent sur la profondeur d'un titre. Fort heureusement, le jeu peut se reposer sur un travail de développement solide qui offre un jeu solide dans son ensemble. En optant pour des graphismes sans bling-bling, les chargements et la jouabilité s'en retrouvent plus confortables. Quelques bugs mineurs devraient être corrigés assez rapidement et ne gênent actuellement pas la progression, le plaisir de jeu ou la conquête du platine. On pourrait penser que les diverses activités annexes ressemblent à du remplissage plus qu'autre chose à première vue. Dans un sens je pourrais le comprendre, alors que de l'autre cela se justifie car il vous faudra bien développer votre empire du crime tout en proposant des missions et des jeux sur un ton décalé propre à l'univers de la licence. Contrairement à des titres qui vont vous noyer sous des dizaines et des dizaines d'actions à répéter jusqu'à l'indigestion, les défis proposés ici sont courts et dans des proportions plus que correctes. Pour résumer le jeu en quelques mots, Saints Row ne sera pas un gros titre qui va pouvoir détrôner un jour GTA sans effectuer de gros efforts dans tous les domaines. Leur seule chance de pouvoir se démarquer aurait été de se concentrer sur l'écriture de son scénario et le développement de son univers. Et là-dessus il y a encore du chemin à parcourir. Néanmoins on ne boude pas son plaisir durant notre exploration de Santo Ileso sous les traits du Boss, un personnage qui en a encore sous la semelle pour vivre de plus grandes aventures si une suite voit le jour à l'avenir.

charlrai1911 (charlrai1911)

133
943
1212
3571

Commentaires

Aucun commentaire pour l'instant