Test : Murasaki Baby


Murasaki Baby
  • 1
  • 5
  • 5
Note des joueurs :
3.5/5 - 34 notes
Note des 100% :
3.6/5 - 34 notes

Murasaki Baby

vita


11 trophées au total
11 trophées cachés

694 joueurs possèdent ce jeu

100% par : 453 joueurs (65 %)
Note du jeu
12/20
Discuter du test

Test du jeu
Murasaki Baby

  • Test rédigé par DarkCid le 02-05-2015 - Modifié le 07-12-2016


Introduction


Mummy ?
Développé par le studio Ovosonico et édité par Sony, Murasaki Baby est un jeu de plate-forme / réflexion sorti exclusivement sur Playstation VITA en septembre 2014. Le jeu nous présente une fillette au design particulier ayant perdu sa maman, ou sa "mummy" comme elle le dit régulièrement. Mais ce n'est pas elle que vous contrôlerez dans le jeu mais vous-même, en tant que protecteur de la petite. Votre tâche sera de veiller sur elle en la prenant par la main pour la faire avancer, en la rassurant et en gardant un œil sur son ballon symbolisant ici sa vie. Et pour tout cela, point de touches, tout se fera via l'écran tactile avant ET arrière de votre petite VITA. Voyons donc ce que cette exclusivité (produit bien rare sur nos chères portables) vaut réellement.

Contenu du jeu


Cette lune me fait penser à un gamin au bonnet vert, pas vous ?
Le jeu est composé de quatre chapitres avec chacun son ambiance et surtout ses mécaniques de gameplay. Tous ont pour point commun de vous demander de prendre garde au ballon de la petite. Celui-ci symbolise sa vie et s'il explose, c'est la mort direct. S'il s'envole, vous avez en revanche quelques secondes pour le récupérer. Autre point commun, pour faire avancer l'héroïne, vous devrez toucher son bras et le faire glisser dans la direction voulue, plus ou moins loin selon si vous voulez qu'elle marche ou qu'elle court. La grosse différence entre les 4 chapitres viendra des arrières-plans. En effet, le pavé tactile arrière de votre console vous permettra de switcher entre divers arrière-plans ayant chacun un usage particulier comme changer votre ballon en pierre ou faire trembler le sol.

Mélangeant plate-forme et réflexion, le jeu ne propose un challenge que très modéré. En effet, le nombre d'arrière-plans (et donc de pouvoirs) se limite à 4 par chapitre à peu près. Face à une impasse, vos solutions ne seront pas très nombreuses et la bonne sera vite identifiée. L'aventure n'est pas simpliste pour autant, certaines situations vous demandant d'utiliser assez rapidement plusieurs voire tous vos arrière-plans afin de passer. Vous aurez même quelques petits coups de stress quand votre ballon sera percé et que vous devrez le regonfler régulièrement ou que vous serez poursuivi (ou distancé) par l'un des autres personnages du jeu.

Niveau scénario, pas de grandes phases de dialogues ou de cinématiques à rallonges. Tout est dans le non-dit. Chaque chapitre vous "oppose" à un personnage dont vous découvrirez peu à peu le passé et que vous finirez par aider à redevenir lui-même. L'histoire de l'héroïne est quant à elle assez simple, puisqu'elle veut juste retrouver sa maman, mais offre aussi une fin assez poétique à l'issue d'un voyage malheureusement trop court. C'est en effet le gros point noir du titre : sa durée. Comptez moins d'une heure par chapitre et vous aurez au final... moins de 4 heures.

 

Note : 3/5

Aspect technique du jeu


Alerte au lapin géant !
Si le titre pèche par sa durée, il sait se rattraper par son ambiance aussi bien visuelle que sonore. La direction artistique du jeu fait beaucoup penser aux œuvres de Tim Burton, ce qui ne manquera pas de faire plaisir aux fans du réalisateur (dont moi-même). Le design des personnages est en équilibre entre le mignon et le bizarre, avec un avantage pour le bizarre tout de même. Bien sûr, ce genre de choix artistique peut plaire comme il peut déplaire, mais l'ensemble est tout de même très réussi. On s'attache au personnage, on s'inquiète pour elle, on souffle quand elle se sort d'une situation difficile.

Techniquement, le jeu souffre en revanche de quelques défauts au niveau du tactile. Prendre le bras de la fillette peut parfois s'avérer très compliqué bien qu'il s'agisse d'une action de base, ce qui nuit un peu au gameplay, en particulier dans les phases plus stressantes où le temps est compté. Pour un jeu en full tactile, on aurait pu espérer qu'à ce niveau ce soit impeccable mais s'il n'y avait que ce problème...

 

Note : 4/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Hey ! Rends-moi mon ballon !
Si le jeu est un plaisir pour les yeux et que l'on prend plaisir à passer d'un environnement à l'autre, la façon d'y arriver en revanche est parfois des plus délicate. Je ne parle pas de difficulté du jeu, comme dit plus haut, le jeu ne devrait poser de soucis à personne niveau énigmes. Non votre pire ennemi ici, c'est le tactile. Vous utilisez votre doigt pour faire avancer l'héroïne, mais selon la position de votre main, vous masquez entre une petite partie de l'écran jusqu'à la moitié. Et cela juste pour la déplacer mais vous ne devez pas oublier son ballon ! Certains passages vous obligeront en effet à faire avancer la fillette tout en maintenant le ballon à faible hauteur pour qu'il ne rencontre pas d'obstacles pointus (et donc fatals). Et dans ces cas-là, votre visibilité chute dangereusement à moins d'avoir des doigts d'une finesse extrême.

Heureusement, tous les passages ne sont pas aussi contraignant et le jeu vous accorde même à un moment une petite pause en vous laissant contrôler une sorte de véhicule avec ces bonnes vieilles touches. Dommage que cette pause soit de courte durée (comme le jeu me direz-vous). Il aurait été plus intéressant d'avoir davantage de phases non tactiles plutôt que de vouloir à tout prix utiliser les fonctionnalités de la VITA. Celles-ci sont généralement ignorées, mais ce n'était pas une raison pour vouloir n'utiliser qu'elles. Et c'est bien dommage.

 

Note : 3/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Une fillette avec la bouche sur le front et qui marche au plafond... Normal
Niveau trophées, cette partie du test va être à l'image du jeu : très courte. En effet, tous les trophées sont quasiment immanquables. En gros, la plupart des trophées sont obtenus en fin de niveau et les autres vous demandent de regarder de petites vidéos au milieu de chaque chapitre. Vous pouvez ignorer ces vidéos mais votre instinct de joueur vous poussera généralement à activer les interrupteurs les déclenchant. Bref, là encore si vous aimez les challenges, ce n'est pas ici qu'il faudra les chercher. On se consolera en se disant qu'il n'y a pas de traditionnel collectibles ou de "time attack" à accomplir servant à gonfler artificiellement la durée de vie, mais vu que celle-ci avoisine les 3-4 heures, un petit quelque chose en plus n'aurait pas fait de mal.

 

Note : 2/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
12/20

Jeu à la direction artistique soignée, Murasaki Baby pèche par sa durée de vie et son gameplay parfois approximatif, souvent contraignant. Il sait se rattraper par son ambiance et mérite votre attention si vous pouvez l'obtenir à petit prix. Comment ? Il est offert aux abonnés PS+ en mai ? Foncez !

Je recommande ce jeu :
À tous, Aux curieux, Aux chasseurs de trophées/platine facile