Test : God Eater Resurrection


God Eater Resurrection
  • 1
  • 6
  • 7
  • 19
Note des joueurs :
4.3/5 - 6 notes
Note des platineurs :
4/5 - 2 notes

God Eater Resurrection

ps4
vita


33 trophées au total
11 trophées cachés

387 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 47 joueurs (12 %)
100% par : 47 joueurs (12 %)
Note du jeu
14/20
Discuter du test

Test du jeu
God Eater Resurrection

  • Test rédigé par aqme le 27-11-2016 - Modifié le 07-12-2016


Introduction


Le début d'une belle histoire
God Eater: Ressurection est un remaster d'un jeu Vita qui est lui-même un remake du jeu PSP de 2010 connu sous le nom de God Eater: Burst au Japon, offert gratuitement avec le jeu God Eater 2 Rage burst. 2 jeux pour le prix de 1 ça fait toujours plaisir.

Pourquoi ce jeu est-il offert gratuitement ? Tout simplement car il est le premier de la série et qu'il raconte le début de la saga. Il est donc idéal qu'il soit offert avec God Eater 2.

Il est même grandement conseillé de jouer en premier à ce jeu pour bien comprendre l'histoire et surtout pour être dans le bain afin de profiter à 100% de God eater 2.

Ce portage/remaster offre quand même du contenu supplémentaire, plus précisément un arc scénaristique qui permet de faire la transition avec God Eater 2: Rage Burst.

Tel un monster Hunter, la chasse au monstre restera votre plus grande activité dans le jeu car les créatures nommées Aragami veulent anéantir l'humanité à l'aube de l'année 2071. C'est à vous et à votre organisation "Fenrir" de détruire tous ces Aragmi.

Contenu du jeu


Il a un truc à compenser
God Eater est un Action-Rpg. L'histoire se déroule au Japon en 2071, dans un monde au bord de l’extinction détruit par des monstres mythologiques connus sous le nom de "Aragami". Vous incarnez un jeune combattant devenu "God Eater" de l'organisation "Fenrir" créée pour exterminer les "Aragami" à l'aide d'armes incorporant des cellules d'Aragami battus. Ce sont les God Arcs, armes spécialisées dans l'extermination d'Argami ayant la particularité de prendre la forme d'une épée ou d'une arme à feu.

Affecté à la première unité, sous les ordres du leader Lindow, votre mission sera de trouver l'identité du maître des Aragami, la plus grande menace de l'humanité. Votre mission ne sera pas de tout repos car la technologie Aragami intéresse une autre organisation qui fera tout pour la récupérer avant vous.

God Eater fait partie des rares jeux vidéos qui ont servi de base pour en tirer des animés, des mangas et autres adaptations. Vous commencerez par créer et nommer votre héros ou héroïne et le customiserez avec un choix énorme d'éléments de personnalisation.

La trame principale est remplie de rebondissements, même si les missions s'enchaînent assez vite et proposent souvent la même chose, on se prend vite au jeu. Ainsi, on se laisse vite emporter malgré des missions qui s’enchaînent et qui se ressemblent un peu. Pour les puristes il est dommage que les voix japonaises ne soient pas de la partie. Par contre, le jeu est entièrement en français ce qui permet aux néophytes de pouvoir se lancer dans cette saga.

God Eater Resurrection propose aussi un mode multijoueur permettant de partir à l'aventure avec trois autres joueurs sur internet. A noter que les serveurs sont communs aux joueurs PS4 et Vita, mais le jeu reste passionnant, même seul, malgré une IA des coéquipiers très décevante.

La durée de vie est assez conséquente avec une centaines de missions principales et de nombreuses missions annexes. A la longue, le jeu peut être assez répétitif, ce qui risque de faire décrocher certains joueurs.

Le jeu dispose d'un nombre assez conséquent de choix pour customiser votre personnage, vos armes et un éditeur de munitions un peu complexe à cerner mais qui offres des centaines de combinaisons.

Le bestiaire du jeu est très fourni même si certains Aragami se ressemblent. Pratiquement chaque monstre est unique, il vous faudra étudier chaque espèce pour trouver le meilleur moyen de l'anéantir.

Les musiques du jeu ainsi que les voix anglaises sont de très bonne qualité avec un petit bémol pour la musique du QG qui à la longue devient vite soûlante, vu le temps que l'on y passe. La touche originale est de recevoir les instructions par l’intermédiaire de notre manette PS4 ce qui rend le jeu un peu plus immersif.

 

Note : 4/5

Aspect technique du jeu


Un portage pas trop folichon
Le gameplay est extrêmement fourni, les possibilités de configuration sont nombreuses et poussées. Par contre, la prise en main et les mécanismes du jeu demandent un gros temps d'adaptation, la faute aux nombreux tutoriels très peu explicites. L'expérience sur le terrain vous sera plus utile que ceux-ci mais au vu des enchaînements de missions, le jeu reste quand même assez simple à prendre en main. Il vous faudra cependant un peu de courage pour saisir toutes les subtilités du gameplay.

Les différentes zones des missions à explorer sont un peu vides dans leur ensemble et on ne peut pas dire que le côté technique brille pour un jeu sur PS4 et PS Vita. Je dirais que le jeu est même plus adapté au petit écran de la Vita, car les défaut sont encore plus grossiers sur Ps4 avec un grand écran. Cela prouve que pour le portage sur cette console, les développeurs ne se sont pas foulés, avec le strict minimum d'efforts.

On attaque le gros point noir de ce jeu : la caméra et la visée. C'est assez flagrant lors de votre premier combat contre le premier Aragami. La caméra est assez volante, il est facile de perdre de vue votre monstre et de subir ses attaques. En plus, on peut ajouter que la visée est elle aussi capricieuse. Il vous faudra un temps d'adaptation pour pouvoir maîtriser votre personnage.

A cause de ces 2 points négatifs le jeu est un peu dur à prendre en main mais l'effort en vaut la peine.

Le système de combat est lui, par contre, assez facile à maîtriser car seules 2 touches suffisent pour réaliser les différents combos, et le changement d'arme lors de vos combats se réalise avec (L1)+ (rond) ce qui est presque inné, et rend les affrontements assez fluides, rapides et nerveux.

De plus le jeu propose trois différentes configurations des touches donc vous trouverez facilement la configuration idéale pour votre style de jeu.

 

Note : 3/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Un écran un peu trop surchargé
God Eater Resurrection est le début de la saga des God eater et sur ce point il est bien utile pour poser toutes les bases de l'histoire. Il se passe 3 ans avant God Eater 2 rage burst. Les combats sont assez courts et nerveux mais vu qu'il était principalement destiné aux consoles portables, cela correspond très bien. Par contre, sur les consoles de salon, le côté répétitif est vraiment décuplé.

Chaque monstre a sa propre façon de combattre et il faudra vous adapter pour trouver la meilleure façon de pouvoir l'anéantir, ce qui donne un côté tactique militaire au jeu.
La personnalisation de vos munitions est un système très ardu à expliquer mais très passionnant et utile car il est possible que certaines parties du corps d'un Aragami ne soient pas accessibles à votre épée ou que cette même épée n'aie aucun effet sur ce monstre.

Malheureusement une fois l'histoire finie le jeu devient très répétitif car, malgré une bonne centaines de missions encore disponibles beaucoup d'entre elles sont presque similaires avec peu de différences entre elles. Le jeu devient assez monotone mais avec une durée de vie assez énorme.

 

Note : 3/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


L'équipe prête pour la chasse aux trophées
Si vous avez déjà joué, voir platiné un des jeux suivants : Toukiden, Freedom Wars, Ragnarok Odyssey, ou Soul Sacrifice, vous ne seraez pas trop dépaysé car ce sont exactement les mêmes styles de trophées qui sont demandés pour God eater Resurrection.

Tout d'abord, rien qu'en finissant le jeu, vous obtiendrez 20 trophées sur 33. Le reste des trophées est assez classique : entraîner vos coéquipiers, détruire un ennemi avec une attaque spécifique, terminer un nombre précis de missions.
Un seul trophée est basée sur la difficulté et c'est aussi le plus dur du jeu, mais avec un bon équipement et le niveau max il devient beaucoup plus facile.

Pour obtenir le platine il vous sera demandé un farming assez intense et surtout très répétitif. Comptez bien 80 heures de jeu, mais avec une bonne organisation, on peut arriver à environ 70 heures de jeu.
Une liste de trophées qui vous fera voir un peu toutes les mécaniques du jeu ainsi que toutes les missions de celui-ci mais qui le rendra très répétitif.

On ne va pas se plaindre car les développeurs de God Eater Resurrection avaient la possibilité de nous offrir une liste vicieuse bien difficile et très longue. Pour ceux qui veulent finir le jeu à 100% sachez que le platine ne représente que 80% du jeu.

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
14/20

God Eater Ressurection propose un système de combat très varié, un gameplay riche, une histoire prenante et des missions courtes et intenses. Malheureusement, la prise en main est très complexe à comprendre pour les néophytes, faute à des tutoriaux très basiques. Mais il reste un jeu excellent, pour peu que vous fassiez un léger effort pour profiter au maximum de ce jeu.
Un platine pas forcement dur mais un peu répétitif et une bonne organisation du temps sera nécessaire afin de gagner une grosse dizaine d'heures sur votre chasse et éviter une sensation d'ennui qui pourrait nuire à l'expérience du jeu.

Je recommande ce jeu :
Aux acharnés, Aux spécialistes du genre, Aux curieux