Saint Seiya : Soldiers' Soul

Saint Seiya : Soldiers' Soul

ps4
ps3

1
3
5
41
12
4

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 25/09/2015
Genre(s) : Combat
Territoire(s) : FRANCE

1098 joueurs possèdent ce jeu
50 trophées au total
0 trophée online
10 trophées cachés

Platiné par : 291 joueurs (27 %)

100% par : 291 joueurs (27 %)


Note des joueurs :
4.2/5 - 40 notes

Note des platineurs :
3.6/5 - 19 notes

Test rédigé par Ghalheon le 10-10-2015 - Modifié le 07-12-2016

Introduction

"Arayashiki"

Saint Seiya Soldiers' Soul est un jeu de combat, sorti le 25 septembre 2015 sur PS3 et PS4, basé sur le manga Saint Seiya crée par Masami Kurumada. Le jeu édité par Bandai Namco reprend le principe de l'opus précédent Saint Seiya : Brave Soldiers. L'histoire si vous ne la connaissez pas déjà met en scène cinq chevaliers de bronze au service de Saori Kido, la réincarnation de la déesse Athéna, pour la protéger et l'aider à combattre les forces du mal qui veulent faire main basse sur le royaume de la Terre. Imprégné de mythologie grecque et scandinave, les Saints devront user de leur courage, de leur amitié et développer leurs pouvoirs pour parvenir à vaincre des ennemis toujours plus puissants qu'eux. Ce manga, contrairement à d'autres où seule la puissance compte, puise sa richesse dans des combats parfois plus psychologiques que violents où la volonté et la résistance permettent de créer des miracles...

Nos héros ne sont pas surnommés les chevaliers de l'espoir pour rien mais de grands défis se dresse à nouveau devant eux, saurez vous élever leur cosmos jusqu'au septième sens ? et peut être même au delà ?

Contenu du jeu

"SAOOOOORI SAAAAAAAN !!!"

Avec un total de 72 personnages (sans compter les costumes alternatifs) le titre est bien fourni. Même si on occulte les doublons on se retrouve avec 48 personnages différents ce qui est plus que correct. On aurait aimé l'ajout de quelques spectres de plus car même si la plupart ne font que de la figuration dans l'oeuvre originale, Valentine, Myu et Charon par exemple mériteraient bien leur place. Thétis également qui s'oppose à Seiya et Shun au début de l'arc Poséidon puis à Shina par la suite pourrait gracieusement intégrer le roster. Il est aisé de penser que l'ajout des chevaliers noirs, des quelques chevaliers d'argents et de bronze permettrai de rajouter la grosse partie encore manquante qu'est l'arc pré-sanctuaire. Tout ce beau monde peut évoluer sur 40 zones de combat représentant l'essentiel des lieux visités dans le manga.

Le mode histoire appelé Légende du Cosmos est découpé en quatre chapitres à savoir le Sanctuaire, Asgard, Poséidon et Hadès. L'ajout de la partie Asgard (exclusive à l'animé) est une bonne chose de part ses Guerriers Divins assez charismatiques. Il manque juste l'attaque de Syd au Japon qui sert de déclaration de guerre en Hilda et Athéna et le combat de Marine contre Albérich pour que l'arc soit fidèlement reproduit. En effet, malgré quelques coupures et adaptations, le scénario reste assez fidèle et l'on retrouve la plupart des scènes importantes de la série. Pour chaque épisode qui peut se décliner en plusieurs combats (avec ou sans changement de personnage) il sera demandé de réaliser différents défis (faire 5 projections, obtenir un combo de 20 coups, vaincre avec une attaque Big-Bang...) ainsi que terminer le combat avec un rang S (il faut pour cela obtenir plus de 1050 points au résultat des scores). Ces objectifs qui peuvent être réalisé séparément, permettront de débloquer des trophées, des titres, des répliques... dont une partie devra être acheté dans la boutique du jeu via la monnaie que l'on gagne au fil des combats. Pour le compléter à 100% ce mode offre une durée de vie d'environ 15 heures.

Le mode bataille d'or est un mode original qui met en scène les douze Gold Saints et leur God Cloth tout droit tiré du dernier animé Saint Seiya Soul of Gold. Cependant ce mode n'en reprend pas le scénario car pour cela il aurait fallu ajouter les nouveaux God Warriors or ce n'est pas le cas. Il faudra dans ce mode enflammer les cases de l'horloge zodiacale en gagnant 3 combats minimum, la flamme brûlera plus fort si on obtient un rang S. Il sera possible d'appliquer des répliques (pouvoir passif) à nos personnages. Les victoires permettront de débloquer encore plus de répliques et bien évidement les armures divines.
Une fois terminé, un nouveau mode bataille d'or apparaîtra. Au concept encore différent et tout à fait original, il faudra progresser dans les trois cercles que composent l'horloge zodiacale dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. Chaque combat donnera des points qui une fois un certain palier atteint permettront de changer de rang (passer du cercle intérieur au cercle médian et du médian au cercle extérieur). Il faudra atteindre le cercle extérieur pour combattre les chevaliers d'or en armure divine et récolter des récompenses. Seul point négatif, la progression sur une horloge n'est pas sauvegardé. En effet, si on doit quitter la partie en cours la prochaine partie relancera une nouvelle horloge du début et non là où on l'avait laissé.

Le mode combat regroupe différents modes classiques du genre (combat versus, survie, tournoi intergalactique et entraînement) :
Le combat versus est le mode classique qui permet de se mesurer à un adversaire virtuel ou contre un ami sur le même écran en définissant les règles souhaités. Ce mode permettra de réaliser facilement certains trophées demandant d'utiliser un personnage et adversaire spécifique.
Le tournoi intergalactique propose cinq coupes (niveaux de difficulté) dont chacune est constituée de neuf ou dix phases éliminatoires de tournoi (quart, demi et finale). Les règles des combats peuvent varier (tel que mettre trois fois l'adversaire au sol, ou bien premier coup gagnant) ce qui permet de changer la façon d'appréhender l'adversaire par rapport aux combats classiques. L'ambiance lors des matchs est mise en valeur par des commentateurs, le bruit de la foule et l'affichage de la puissance des coups, un clin d'oeil qui fera plaisir au fans.
La survie, composé de six niveaux de difficulté, consiste en une suite de combats où la barre de vie est conservé au fil des rencontres. Plus stratégique que des combats classiques, il faut bien choisir son adversaires parmi trois possible en fonction des défis à réaliser. En effet en cas de réussite ceux-ci permettent d'augmenter les gains en pièces d'or et surtout de regagner un peu de santé. Ce challenge de taille poussera le talent et les réflexes des joueurs dans leur dernières limites et ils devront intensifier leur cosmos pour en venir à bout.
Le mode combat en ligne quand à lui permet de jouer à des matchs libres ou classés contre des adversaires en chair et en os à distance.
Note : 5/5

Aspect technique du jeu

"Une même technique ne fonctionne pas deux fois sur un chevalier !"

Bandai Namco profite encore du parc étendu de PS3 pour proposer un titre multi-supports. Probablement un avantage commercial au niveau des ventes et bénéfique pour les joueurs n'ayant toujours pas sauté le pas de la Next-Gen mais il serait grand temps de changer de politique car on se retrouve avec un jeu correct pour une PS3 mais avec une réalisation indigne d'une PS4. Les 60 images par seconde et la fluidité qui en découle sont fort appréciable pour un jeu de combat mais cela ne suffit pas à rattraper le reste.

Les graphismes sont très inégaux. En effet, on peut voir de jolies choses comme tout à fait l'opposé. Les armures sont en général plutôt réussies, très détaillées et les nombreux dégradés de couleurs et reflets les mettent agréablement en valeur. Il est fort contrariant de constater que le même soin n'a pas été apporté aux personnages qui ont des traits grossiers. On peut également constater que les expressions faciales sont peu variés lors des scènes scénaristiques alors que l'oeuvre originale est avant tout porté par les émotions, les sentiments des différents protagonistes. C'est un jeu de combat, me rétorquera t-on mais si c'est pour inclure l'histoire du manga/animé à travers des phases réalisées avec le moteur du jeu (ce qui est toutefois toujours mieux que les simples dialogues de Brave Soldiers) autant le faire bien. Certaines scènes seront très fidèles quand d'autres prendront plus de libertés ou seront partiellement tronquées parfois de façon honteuse. Par exemple Fenrir parle de Ging (et non King dans le jeu...), le loup qui l'a sauvé dans son enfance, qui le suit et se bat à ses côtés mais il n'est même pas modélisé dans le jeu et encore moins la meute de loups qui va avec. Du coup ce personnage ne bénéficie pas du gameplay atypique qu'on aurait préféré voir... En changeant de combattant on ne ressent quasiment aucune différence. Certes leurs attaques spéciales sont différentes mais le gameplay de base reste invariablement le même en général. Il y a quand même des différences je généralise quelque peu. En effet Hadès sera très offensif et Athéna très défensive, Shun ou Hilda auront une portée accrue de par leur armes, d'autres seront des attaquants au corps à corps comme Dohko, Shiryu ou Syd alors que les attaques à distances réussiront pour Thanatos, Io ou bien Camus. Les combats sont dynamiques et très fluide mais ils ne brillent pas par leur précision, on se retrouve facilement en train de taper dans le vide après avoir esquivé notre adversaire, pire encore lorsqu'on reçoit un coup alors qu'on s'efforce de se placer dans son dos pour contre-attaquer... Heureusement que les attaques Big-Bang sont agréablement mises en scène et profitent d'effet spéciaux spectaculaires pour agrémenter les combats. On peut constater aussi l'inégalité dans la réalisation en contemplant certains détails comme le tatouage de dragon dans le dos de Shiryu très fin et très détaillé et aussi les effets des pouvoirs joliment réussis mais être dégoûté par des ombres pixelisés qui ne sont pas concevable sur une PS4.

Les musiques sont anecdotiques, et ne reprennent pas les thèmes de l'animé, pourquoi donc ? Il est plaisant de retrouver les voix originales japonaises qui agrémentent les batailles, les doubleurs ont été fortement mis à contribution, c'est le seul point qui atteint la perfection dans cette adaptation. Trop petites et n'offrant quasiment aucune interactivité, les zones de combat ne demeurent qu'une reproduction fidèle des décors du manga/animé sans être un émerveillement pour les yeux. Il aurait été bienvenu d'ajouter des changements de zones et/ou des obstacles destructibles mais il faut encore une fois se contenter du strict minimum. Pas de vêtements qui se déchirent, pas d'armure qui se désagrègent, pas de sang, pas de cape pour les chevaliers qui devraient en porter... des détails qui auraient pu faire la différence.
Note : 1/5

Plaisir à jouer et à rejouer

"Au nom de la paix et de la justice sur Terre..."

Les premiers combats peuvent être une épreuve surtout si on commence par l'arc sanctuaire face à des Gold Saints énervés et au cosmos bouillonnant. Mais passé cette phase plus ou moins douloureuse, la maîtrise des différents mouvement se fera rapidement et on survolera le reste de la Légende du Cosmos quasiment sans aucune difficulté même pour réaliser les défis et les rang S. Renouer avec l'histoire du manga/animé sera très plaisant même si la qualité des scènes retranscrites est parfois douteuse, les doublages originaux raviveront des souvenirs pour ceux et celles ayant suivi cette épopée. Le rythme appliqué entre combat et scènes animés permet d'oublier quelque peu la répétitivité des combats.

Heureusement les autres mode permettent de changer notre manière de jouer et d'appréhender les combats différemment. En effet, en mode survie il faudra conserver au maximum sa santé et réaliser le défi qui permet de la régénérer. Il faudra jouer plus défensif et attendre que l'adversaire baisse sa garde pour l'attaquer au bon moment. La difficulté croissante en survie sera double car chaque palier demandera de combattre plus d'adversaires à chaque fois qui opposeront de plus en plus de résistance aux joueurs. En mode tournoi intergalactique il faudra s'adapter aux différentes règles et donc constamment opter pour la meilleure approche et ainsi progresser dans les combats à la difficulté croissante. Ces modes permettent de renouveler les combats et d'opposer aux joueurs des challenges grandissant nécessitant d'améliorer leur niveau de jeu. Ce sera aussi l'occasion d'utiliser les différents personnages et débloquer leurs attaques Big-Bang dans la galerie.
Le mode bataille d'or bien qu'assez classique proposera d'utiliser les répliques (pouvoirs passifs) sur les personnages pour augmenter leur capacité, une personnalisation très appréciable qui relance encore une fois l'intérêt des combats. Mieux encore une fois terminé, un nouveau mode bataille d'or au concept original apparaîtra permettant d'utiliser n'importe quel personnage (en plus donc des 12 chevaliers d'or avec leur armure divine), il sera donc possible de débloquer encore plus de répliques.

Le titre offre une durée de vie plus que correct avec de nombreux modes variés à la difficulté progressive. Les combats sont dynamiques et fluides, même si l'aspect technique dépassé et une jouabilité parfois imprécise entachent le résultat, ils restent plaisant à jouer. Si tant est qu'on est un fan absolue de Saint Seiya on pourra passer de nombreuses heures à jouer et rejouer avec nos personnages favoris et varier les plaisirs en modifiant les règles selon nos propres choix seul ou entre amis. Pour les autres ce jeu de combat ne sera qu'un maigre en-cas en attendant un Street Fighter V ou un Tekken 7 au gameplay bien plus travaillé et à un visuel plus artistique.
Note : 3/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%

"...enflamme toi mon cosmos jusqu'à son paroxysme !"

En adéquation avec son vaste contenu, il faudra s'attaquer à une multitude d'activités pour obtenir le platine tant convoité. En effet une grosse majorité des précieux trophées, qui sont tel les armures de nos personnages, se collectera au fur et à mesure que l'on progressera dans les différents modes.

Tel un échauffement, le mode histoire, ses défis et les rang S, n'opposeront quasiment aucune difficulté une fois la maîtrise des combats acquise. Très plaisant à parcourir de part l'histoire assez fidèlement revisité il ne manquera pas de remémorer des souvenirs aux fans de la première heure. Il faudra ensuite s'attaquer aux tournois intergalactiques avec leurs différents règles et des combats commentés ils offrent une ambiance particulière, mais trop nombreux avec 48 tournois de 3 matchs ils deviendront rébarbatifs au final. Le mode survie ne sera pas le plus long à parcourir mais sera sans aucun doute le challenge le moins évident à relever surtout pour la difficulté Big-Bang qui opposera 12 adversaires. L'IA très réactive et particulièrement violente dans cette dernière difficulté explosera son cosmos jusqu'à son paroxysme. A vous chevaliers de l'espoir de réussir ce challenge qui demande une bonne dose de concentration. Restera les deux modes de la bataille d'or très différents chacun et particulièrement bien pensé pour le second il permettront de débloquer les armures d'or divines et une grosse partie des répliques. Là encore le nombre trop important d'objets à débloquer installe une certaine lassitude avant d'en avoir terminé.

Il faudra prendre le temps de s'occuper des dix trophées masqués qui demanderont d'effectuer des combats à thème. En effet tel des clins d'oeil à l'oeuvre originale, on devra par exemple utiliser Albérich pour vaincre tous les guerriers divins, lui qui voulait s'occuper des chevaliers d'Athéna pour récupérer les saphirs d'Odin et prendre la place d'Hilda, ou bien utiliser Poséidon en smoking pour vaincre Athéna histoire de se venger de son refus d'épouser le dieu des océans. Seuls les fans comprendront l'intérêts de ces trophées mais ils ne seront pas un calvaire pour les autres car étant d'une simplicité enfantine.

Il faudra enfin compléter la collection, et acheter les dernières répliques puisqu'il faut toutes les obtenir. Heureusement les gains obtenus en complétant tous les modes de jeu suffiront à couvrir les dépenses nécessaires, un bon point car il aurait été très désagréable de voir la durée de vie du jeu gonflé par une récolte absurde de crédits.
Note : 3/5

Conclusion

Saint Seiya Soldiers' Soul brille par un contenu tout à fait remarquable avec différents modes qui renouvellent le gameplay et par un doublage de haute voltige. Mais la technique d'un autre temps et une jouabilité parfois imprécise et surtout qui manque de variété font de l'ombre sur tous les domaines du jeu. Du coup on se retrouve avec une réalisation à deux vitesses et un jeu assez moyen alors qu'en élevant leur cosmos les développeurs auraient pu sortir un grand titre qui aurait convaincu plus de joueurs que les fans de l'oeuvre original.
Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
12
Je recommande ce jeu : Aux enfants, Aux fans de la série, Aux chasseurs de trophées/platine facile

Ghalheon ()