Test : Yakuza Kiwami 2


Yakuza Kiwami 2
  • 1
  • 1
  • 7
  • 50
Note des joueurs :
4.5/5 - 4 notes
Note des platineurs :
5/5 - 2 notes

Yakuza Kiwami 2

ps4


59 trophées au total
18 trophées cachés

220 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 48 joueurs (22 %)
100% par : 48 joueurs (22 %)
Note du jeu
17/20
Discuter du test

Test du jeu
Yakuza Kiwami 2

  • Test rédigé par Ex-Nihylo le 16-09-2018 - Modifié le 16-09-2018


Introduction


"Et si SEGA venait à avoir la bonne idée de proposer une nouvelle version de Yakuza 2, alors il ne reste plus qu'à prier pour qu'elle soit aussi bonne que celle amenée pour le premier du nom, sobrement renommé Yakuza Kiwami."

De nombreux fans de la série de jeux des Yakuza en rêvaient : Sega l'a fait ! Disponible depuis le 28 août 2018 - soit, à un jour près, un an après la parution du remaster du 1er opus de la saga - Yakuza Kiwami 2 nous propose tout simplement de poursuivre l'histoire de Kiryu Kazuma, et ce dans une version remastérisée du hit qu'il fut lors de sa sortie sur PS2 en 2008.
Dix ans après, le jeu mérite t-il que l'on s'y attarde réellement ou se contente t-il de surfer sur la vague, toujours plus importante ces derniers temps, du remake à outrance n'apportant rien ou presque aux anciennes gloires du passé ? La réponse après cette bande-annonce :

Contenu du jeu


Un bon exemple des affreux qu'il vous faudra mettre au pas.
Un an après la fin du premier épisode qui a vu notre héros, Kiryu Kazuma, prendre sa retraite de chef des Yakuza du clan Tojo, l'assassinat soudain de son successeur va vite remettre ce dernier sur le devant de la scène. En effet, la tournure inattendue des événements va rapidement prendre des proportions énormes car une guerre de clans avec appui de mafias étrangères se profile, ni plus ni moins. Le scénario est donc une véritable poudrière en soi et Kiryu va devoir de nouveau donner de sa personne pour tenter de pacifier durablement Kanto et Kansai.

C'est ainsi que l'aventure se déroule pour l'essentiel dans les villes d'Osaka et de Tokyo, excellemment modélisées pour l'occasion, dans une atmosphère très branchée années 80-90 - la possibilité de jouer à certains hits de l'arcade de l'époque tel que Virtua Fighter 2 ne fait qu'amplifier la saveur de se balader dans les quartiers de Kamurocho et de Sotenbori. Ici, on a affaire à un monde ouvert dans lequel un nombre très vaste de possibilités nous est offert. Ainsi, on se plait à parcourir la ville pour trouver des restaurants dans lesquels on doit nourrir notre personnage - en choisissant la nourriture, parmi un choix conséquent - afin de lui permettre de gagner des points d'expérience tout en ravivant si besoin sa jauge de vie. Combattre des bandes rivales et effectuer diverses actions à l'initiative de certains habitants rapportent également de l'expérience qu'il vous faudra échanger contre des bonus de santé ou de force, des coups spéciaux et pléthore d'autres choses qui finiront par renforcer Kiryu au point de le rendre presque invulnérable.

Il suffit de voir le nombre incroyable de coups spéciaux que l'on peut infliger à nos adversaires pour se rendre compte de la richesse de cet opus : on se surprend à adorer bastonner la racaille - étrange quand on est soi-même un yakuza ! - tellement les possibilités sont nombreuses. On peut même faire des combos lorsqu'un personnage lié à l'histoire nous accompagne. Les minis-jeux occupent également une grande place dans les diverses possibilités proposées par le jeu, outre les jeux d'arcade cités plus haut on peut également faire du base-ball, du golf ou carrément devenir le gérant d'un cabaret et diriger les hôtesses d'une main de maître ! A noter que cet opus ne propose plus l'alternance entre trois styles de combat comme pour son prédécesseur mais qu'il opte pour un seul style favorisant les armes. On peut ainsi assigner 3 armes différentes sur les touches haut, droite et gauche de la croix directionnelle et ainsi les utiliser tout de suite en combat. On frappe donc essentiellement avec les touches carré et triangle mais le gameplay a été pensé pour ne pas se contenter de ça. De plus, des coups spéciaux sont à acquérir tout au long du jeu et renouvellent aisément le gameplay et ça, on aime !

Les missions secondaires sont nombreuses, mais l'histoire principale n'est pas en reste, loin de là. Une foule de personnages vous attend à chaque nouveau chapitre - qui sont au nombre de 16 - et les nombreux rebondissements nous tiennent réellement en haleine. D'ailleurs, quelques légères modifications ont été apportées par moments dans ce remaster afin de pouvoir prétendre à une meilleure cohésion des 6 épisodes. Il n'y a pas besoin de crier au sacrilège pour ceux qui ont joué à l'opus sur PS2 car ces différences ne sont quasiment pas visibles dans le jeu, à l'exception d'un morceau de quartier qui a été supprimé.

Et le jeu se permet même de nous proposer du contenu inédit, dépassant donc sa vocation première de remaster : un pan de scénario bonus sera accessible après avoir accompli quelques chapitres, je n'en dis pas plus pour ne pas spoiler ceux qui se lanceront dans l'aventure mais celui-ci vaut clairement le détour... D'autres nouveautés sont de la partie et rendent le jeu encore plus spectaculaire qu'à l'époque, c'est ainsi que le système de combat a été quelque peu revu et a ajouté, entre autres, les fameux Finishing Blow lors des combats contre les boss, accentuant la mise en scène en rendant épique la fin des combats contre ces derniers.

Vous l'aurez compris, en terme de contenu, le jeu repousse les limites de la version originale, qui était déjà très dense, et vu le faible prix du jeu, vous en aurez largement pour votre argent (aussi bien qualitativement que quantitativement). A noter qu'il n'y a même pas besoin d'acheter le premier opus puisque l'histoire de celui-ci est accessible dès le début du jeu via quelques scènes cinématiques facultatives qui rappellent les événements principaux de l'histoire de base.

 

Note : 5/5

Aspect technique du jeu


Le souci du moindre petit détail est présent partout où l'on va.
Reprenant le moteur de jeu de Yakuza 6, les deux quartiers d'Osaka et de Tokyo sont bluffants de réalisme. Se balader est un réel plaisir pour nos rétines et les éventuels problèmes de caméra sont facilement résolubles en la déplaçant à notre gré d'un simple appui sur le joystick analogique droit. Hormis quelques temps de chargement entre deux scènes parfois, rien n'est à déplorer, le jeu peut se targuer d'avoir des graphismes à la hauteur d'une PS4. Le dépoussiérage de la version PS2 est donc bien réussi et on ne peut que féliciter Sega de nous proposer un visuel d'ensemble de cette qualité, qui se paie le luxe de surpasser Yakuza 6. La qualité de la mise en scène générale du soft est également à mettre en valeur, celle-ci étant digne des plus grands réalisateurs japonais de film du genre.

La partie sonore s'en tire également avec les honneurs, les pistes sachant être calmes lors de simples excursions en ville et pouvant rapidement passer à des thèmes bien plus épiques lors des phases de combat ou lorsque l'action réclame davantage de rapidité de la part du joueur. La bande son n'est plus la même que sur PS2 mais elle a été suffisamment retravaillée pour être appréciée à sa juste saveur. On peut également adresser des louanges aux doubleurs japonais, dont le ton et les voix collent parfaitement à ce que l'on est en droit d'attendre pour une telle production. C'est réellement un plaisir d'entendre, entre autres, notre héros parler. Tout n'est pas doublé mais l'avantage du système proposé et que l'on peut passer certains dialogues plus rapidement, et vu la longueur de ceux-ci parfois, on ne s'en plaindra pas.

Au final, le seul point technique à reprocher à Sega et à Koch Media est la non-localisation du jeu en français. Comment un anglophobe pourrait adhérer à l'esprit même de la saga s'il ne peut se fondre dans le décor à cause de la barrière de la langue ? L'histoire est si captivante et si complexe qu'un novice ou un réfractaire à l'anglais passera probablement son chemin, ce qui est excessivement dommage.

 

Note : 4/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Oui, voir des monsieurs peu vêtus fait parti de ces nombreuses raisons qui poussent le joueur à continuer de jouer...
On pourrait croire que l'action de ce Yakuza Kiwami 2 consiste uniquement à balader Kiryu d'un point à l'autre de la carte pour accomplir quêtes principales et secondaires : ce n'est pas totalement faux et les phases de combat, simple à prendre en main, finissent par se ressembler - dans quel jeu un tant soi peu axé beat-them-all ça ne l'est pas ceci dit ? - mais il y a tellement d'activités diverses et variées que l'on y revient toujours avec plaisir. Découvrir de nouveaux combos, de nouvelles façons d'achever ou de matraquer ses ennemis, à mains nues ou avec une foultitude d'objets permet déjà de se défouler des heures durant, et à cela s'ajoute les fameux jeux d'arcade disponibles. A noter que l'on peut en faire à deux joueurs directement via l'écran-titre du menu du jeu.

La plupart des mini-jeux sont accessibles à tous, du moins dans le niveau de difficulté le plus bas. Le golf demandera quelques minutes d'adaptation, tout comme le base-ball et l'on pourra donc rapidement s'amuser mais devenir talentueux passera tout de même par des heures d'entraînement. Et on se surprend à aimer passer des heures à peaufiner sa technique ! Entre deux tribus de délinquants ou de "thugs" à fracasser dans la ville, cela permet clairement de se relaxer. Karaoké, mah-jong et autres jeux, notamment de cartes, typiquement japonais sont de la partie. Certains demanderont tout de même une certaine part de chance comme les machines à pinces...

Les quêtes secondaires sont suffisamment nombreuses et pour la plupart intéressantes pour avoir envie de les faire. Plein de situations "what-the-fuck" vous attendent, une des plus drôles consistant à tabasser des yakuzas qui ont pour principal trip de se faire dorloter par de gentilles filles comme des bébés ! Les situations cocasses dans lesquelles est plongé le héros prêtent réellement à mourir de rire. Le folklore japonais dans toute sa splendeur, entre scénario hyper sérieux et passages loufoques à souhait, nous démontre que l'on peut mélanger les deux et obtenir un résultat délicieusement détonnant.

Ce Yakuza est donc à consommer sans modération !

 

Note : 5/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Un trophée simple et amusant à la fois à obtenir.
Un total de 59 trophées, platine inclus, vous attendent dans cet opus, soit quatre de plus que dans le premier remaster. Parmi eux, quinze trophées se débloqueront naturellement au fil de votre progression dans l'histoire, une autre dizaine s'y ajouteront au prix de très légers efforts et le reste viendra du moment que vous souhaitez faire les quêtes secondaires à 100 %.

Il n'y a aucun trophée online, comme dans les autres Yakuza. La principale difficulté sera de finir le jeu en difficulté Légende, qui donnera du fil à retordre même aux habitués du genre. Tous les autres trophées peuvent être obtenus en mode débutant alors ne vous en privez pas si vous tenez à les obtenir rapidement et facilement. Certains se déverrouilleront sans que vous n'y fassiez attention, comme celui qui consiste à compléter 10 quêtes secondaires.

Le challenge ultime tiendra donc à l'obtention du trophée (Or) Dragon of Legend. Etant donné qu'il peut arriver à des novices en la matière - tel que votre serviteur - de perdre un combat en mode normal, la tâche s'annonce ardue pour achever le jeu dans la difficulté maximale. Car même en équipant et en faisant bien progresser Kiryu, les combats contre les boss demanderont de ne clairement pas y aller à la bourrin dans ce mode. Autrement dit, il va falloir faire preuve de finesse, d'astuce et seule la patience vous permettra de venir à bout de vos plus coriaces adversaires. Heureusement, un new game + permet de faire le jeu une première fois en mode facile pour ensuite changer la difficulté dans votre deuxième partie, ce qui devrait permettre une obtention plus aisée de ce trophée.

Booster votre personnage au maximum de ses capacités ainsi que réaliser les 76 quêtes secondaires prendront donc un certain temps, on peut ainsi estimer que 90 % des trophées tomberont uniquement avec un peu de patience. Manger au moins une fois dans chaque restaurant ou boire au moins une sorte de boissons que l'on peut acheter dans les distributeurs vous demanderont également de mémoriser les endroits où vous êtes allés ainsi que chaque canette que vous avez bues !

A noter que les quêtes secondaires sont impossibles à manquer pour débloquer certains trophées, dans le sens où l'on peut très bien les entamer dès qu'elles sont accessibles et les finir pendant le dernier chapitre du jeu. Vous pouvez donc continuer l'histoire principale sans risque, ce qui est un plus non négligeable.

Il y en a pour tous les goûts au final, aussi bien pour celui qui a envie de jouer sans pour autant se forcer à obtenir tous les trophées comme pour les plus acharnés d'entre nous qui ne compteront pas leurs heures pour obtenir le platine.

 

Note : 3/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
17/20

Yakuza Kiwami 2 fait partie de ces quelques remasters auxquels il est impératif de s'essayer, sous peine de risquer de passer à côté d'une des sagas du jeu vidéo parmi les meilleures au monde. Il n'est peut-être pas destiné à un succès de type "grand public'', mais tous les joueurs fans d'ambiance nippone sur fond de yakuzas ténébreux et classes se doivent d'y jeter au moins un œil. Un titre proche de la perfection dont le seul bémol réside dans sa non-traduction en français...

Je recommande ce jeu :
Aux fans de la série, Aux curieux, À un public averti