Test : Truck Driver


Truck Driver
  • 1
  • 9
  • 5
  • 5
Pas de note
des joueurs
Pas de note
des platineurs

Truck Driver

ps4


20 trophées au total
6 trophées cachés

29 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 4 joueurs (14 %)
100% par : 4 joueurs (14 %)
Note du jeu
8/20
Discuter du test

Test du jeu
Truck Driver

  • Test rédigé par Jo-La-Mouche le 28-10-2019 - Modifié le 28-10-2019


Introduction


Pleins phares sur Truck Driver !
Truck Driver est un jeu de courses de camions, sorti le 19 septembre 2019, développé et édité par nos amis européens néerlandais de Soedesco. A ne pas confondre avec le groupe français spécialisé dans la restauration collective, même si pour la restauration collective il faut des camions pour transporter les repas et les marchandises, alors ça pourrait faire sens que ce soit Sodexo qui se soit occupé du jeu mais en fait non, rien de tout ça.

Et oui, Truck Driver est bien un jeu de courses. Non, pas celles sur circuits, ça c'est un autre jeu sorti cet été qui s'en occupe, mais bien des courses comme "aller faire ses courses le samedi après-midi à Carrefour parce qu'on n'a pas eu le temps de le faire la semaine à cause du boulot et c'est rageant de voir autant de gens ne pas avoir eu le temps de les faire non plus et de rester bloquer pendant des heures à la caisse et à la sortie du parking", ce genre de courses là. Et l'exemple n'est pas pris au hasard, puisque qui est-ce qui alimente le magasin en denrées variées ? Les camions, bien évidemment.

Soedesco est un habitué de l'édition. Leur catalogue propose des jeux assez variés, comme Tricky Towers, et sans vouloir dire de bêtises, c'est, je crois, la première fois qu'ils se lancent dans le développement d'un jeu. Et nous avons ici affaire à un jeu de type "Simulator" où vous tentez de vous glisser dans la peau d'un professionnel d'un secteur en particulier. Bienvenue dans le monde du transport routier, dans la joie et la bonne humeur.

Contenu du jeu


Une carte ? Plutôt son timbre...
Truck Driver se déroule dans un petit monde ouvert fictif, qui me laisse penser que nous sommes sur une île encaissée dans des montagnes, puisqu'aucune connexion avec le monde extérieur n'est possible à part à deux endroits, mais les routes sont bloquées par des travaux. J'aurai volontiers accepté d'avoir plus de routes donnant sur un monde extérieur tout en étant bloqué par des barrière infranchissables plutôt que de me retrouver dans un huis-clos où ma seule porte de sortie est de partir à la nage vers l'horizon façon Truman Show, malheureusement, les camions ne savent pas encore nager.

Les noms des différentes localités que vous traversez peuvent faire penser à des noms d'origines néerlandaises ou germaniques, avec potentiellement des soupçons d'anglais. Nous sommes probablement en Europe, mais nous n'en saurons jamais plus. La carte du jeu est trop petite pour un jeu de transport routier, pas plus de 8 à 9 minutes réelles pour aller entre les deux points les plus éloignés, même pas une dizaine de kilomètres dans le jeu, ça ne fait pas beaucoup. Personnellement, quand je pense transport routier, je pense longues distances et plusieurs dizaines de minutes de jeux pour assurer une livraison de plusieurs centaines de bornes.

Malheureusement, cette petite carte ne signifie pas pour autant densité du réseau. Ce n'est pas avec le nombre de routes que vous allez vous étouffez ou vous prendre la tête pour aller du point A au point B. Les quelques villes du jeu sont éparpillées, bien qu'une grande concentration de ces dernières peut se remarquer sur la façade ouest de l'île. Le jeu considère que deux intersections, un cul de sac et un entrepôt de livraison est une ville. Là pour le coup, les villes sont à l'échelle de carte : petites. Et vides, aussi. Ce n'est pas la faible circulation ou les quelques piétons fantomatiques qui égayeront vos tournées.

Vous vous sentirez seul, à peu près du début à la fin. Peut-être le remarquerez-vous, peut-être le sentirez vous... Quelque chose cloche sur cette île... Vous êtes le SEUL chauffeur de poids lourd du coin. Le seul, l'unique. THE ONE. A qui allez vous faire partager vos rutilantes cornes de brumes ? A qui allez vous faire un signe de la main ? A personne. Mais qui donc déplace des remorques ? Qui donc a le pouvoir de matérialiser une remorque dans un hangar à l'autre bout de la carte ? Comment pouvez-vous aller chercher une remorque que vous n'avez pas vous-même transportée alors que vous êtes le seul dans cette contrée isolée à pouvoir le faire ? Le mystère persiste encore aujourd'hui...

Admettons, nous étions le seul chauffeur dans les environs quand les deux accès ont été coupés, et vous êtes pris d'un dédoublement de la personnalité qui vous fait oublier certaines missions. Dans un jeu de chauffeur de camion, ce qui nous intéresse quand même un minimum, ce sont nos montures. Nos fidèles destriers avaleurs de kilomètres. Le jeu propose 4 marques fictives qui reprennent trait pour trait des camions réels, à savoir Mercedes, Volvo, Man et Scania. Techniquement, l'offre se monte à 8 camions, 2 par constructeurs. Plus, si on compte que certains de ces tracteurs (l'engin qui tracte, pas l'engin agricole) sont proposés en boîte manuelle. Car oui, pour jouer en automatique ou en manuel, c'est à l'achat que ça se joue. C'est débile, mais ça a du sens, parce que dans le monde réel, soit vous achetez une voiture automatique, soit vous achetez une voiture manuelle. Oui, les boîtes séquentielles je connais, je fais juste une généralisation. Ce qui est débile, c'est que cette chose qui est totalement valable puisque vraie, je trouve que dans un jeu vidéo, elle ne fait strictement aucun sens. Les jeux vidéos nous ont habitué à avoir une option à modifier pour changer le type de boîte de vitesse, pas à passer chez le concessionnaire.
Enfin toujours est-il que sur les 2 modèles proposés par constructeur donc, c'est juste le même modèle avec une configuration de châssis différente. Plus long, plus d'essieux, par exemple. Donc en fait, au final, il n'y a que 4 camions. C'est maigrichon, quand c'est le principal attrait du jeu, à mon goût. De plus, sur le site internet, vous trouverez la mention "des tonnes de personnalisation". Alors oui, si on parle kilogrammes, ça doit faire lourd quand même une cabine taille XXL. Dans le jeu, c'est loin d'être le cas, et on se retrouve à pouvoir changer quelques éléments du camion, en ayant juste le choix entre 3 ou 4 pièces... Et aussi, c'est quoi ce délire, pour changer la couleur du camion en entier, je suis obligé de le faire zone par zone ? Et donc de payer le changement de couleur en 4 fois ? Mais pourquoi en une seule fois ce n'était pas possible aussi ? Je suis vraiment déçu du peu de modèles, de l'absence de certaines marques, et des trop faibles possibilités de personnalisation des camions.

Grande absente du jeu alors qu'elle y aurait eu toute sa place, la gestion économique. Vous avez une cagnotte, voilà. Mais recruter d'autres chauffeur pour votre entreprise ? Acheter des camions pour eux, des remorques pour tout le monde ? Non, tout ceci n'existe pas. Prévoir vos trajets, anticiper les courses et optimiser un parcours pour gâcher le moins de diésel possible, être le plus rentable possible ? Ne vous cassez pas la tête, rien de tout ça. Le jeu ne vous propose même pas de savoir à l'avance ce que vous pourrez transporter, c'est la découverte lors de la prise de la mission. Alors que des bonus d'expérience et des trophées sont liés au fait de transporter un certain nombre de cargaisons d'un type précis, comme des cargaisons frigorifiques ou ADR (produits dangereux), c'est au petit bonheur la chance pour tomber sur le bon type de cargaison. L'expérience de jeu fera que vous saurez plus ou moins où trouver tel ou tel type de marchandise, mais tout de même, encore une fois, ne pas pouvoir choisir, je trouve que c'est préjudiciable à un jeu de ce type.

En plus, le jeu veut se donner un petit scénario pour vous faire entrer dans le personnage du chauffeur, alors que franchement, si on joue à Truck Driver, le scénario on peut s'en passer, on sait d'avance qu'on va devoir conduire un camion et faire des livraisons. Cet ajout aurait pu être une bonne idée, mais... on s'en passerai bien. Surtout quand on rencontre des incohérences assez ahurissantes... Sur le site du jeu, édité et développé par la même entreprise je le rappelle, c'est écrit que c'est notre père qui nous donne son camion, et démerdez vous avec. Soit. Premières secondes du jeu : "Votre oncle vous a laissé ce camion pour vous aider à vous établir [...]". Donc mon oncle, c'est mon père ? C'est une famille un brin "compliquée" dans laquelle je débarque ! Blague à part, vous allez tout autant jouer le rôle de chauffeur que de psychologue. Tous vos mandataires, TOUS, ont des problèmes. Et c'est à vous qu'ils en parlent, et c'est vous qui allez les aider. En les écoutant, et en livrant. Incroyable, mais vrais. Ils vous en seront tellement redevables qu'ils seront toujours ouverts, à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit pour vous donner du boulot. Vos patrons du scénario deviennent vos pourvoyeurs de missions quand vous aurez fini de les rendre heureux. Vous aurez donc la possibilité de prendre des missions à 6 endroits différents sur la carte, pour des livraisons un peu partout sur l'île. Je trouve dommage que chaque point de livraison ne soit pas également un point de départ, ce qui serait logique puisque si vous apportez une remorque, il faudra bien également la faire partir à un moment...

Au final, Truck Driver ne propose qu'un seul mode de jeu qui vous permet de vous balader librement sur les quelques kilomètres de routes disponibles ou de partir en mission pour faire avancer le scénario. Vous serez obligé de passer par le mode scénario pour débloquer vos 6 interlocuteurs qui seront également vos missionnaires. Jusque là, tout va bien. Mais la carte est bien trop petite, le nombre de camions disponibles est trop faible, l'absence d'un aspect gestion est également préjudiciable au titre.

 

Note : 2/5

Aspect technique du jeu


Plus austère, tu meurs.
Certes c'est un jeu dans un monde ouvert, mais je rappelle la taille réduite de la carte... et avec des graphismes qui ne sont pas géniaux. Truck Driver ne verse pas non plus dans une bouillie de pixels écrasée par un convoi exceptionnel, mais pour un jeu sortant aussi tard dans la vie de la console, les joueurs sont en droit d'attendre plus. Les engins manquent de détails, font un peu trop "plat" de l'extérieur. Les intérieurs des camions ne sont pas mieux lotis, et alors que c'est dans la cabine que vous allez passer le plus clair de votre temps, il est dommage qu'aucun soin particulier n'y ait été apporté. Les tableaux de bords ne donnent pas envie et affichent vraiment le strict minimum, et encore. J'ai du mal à croire qu'un camion puisse avoir été mis en production avec des indicateurs qui ne respectent pas les codes couleurs basiques : les clignotants en vert, les feux de route en bleu. Tout blanc, sérieusement ?

Les environnements sont assez vides, et le trafic presque inexistant. Sauf quand l'intelligence artificielle se met soudainement à un peu trop respecter le code de la route et attend à un "cédez le passage". Elle attend tellement que ça en génère un bouchon. Un grand bouchon. Figurez-vous que je me suis heurté à ce problème dès les premières minutes de jeu. Je débarque dans le jeu, je démarre, je vais chercher mon chargement. En sortant de l'entrepôt, bouchon. Impossible d'avancer. Et c'est la seule route qui mène à la destination prévue. Malgré ma volonté de jouer de manière propre à la limite du "roleplay", je me suis enhardi et j'ai dépassé tout le monde comme en roulant sur la file d'à côté, en contre sens. Pour me rendre compte d'un véhicule attendant désespérément qu'il n'y ai vraiment plus aucune voiture à l'horizon pour avancer. Autant vous dire que c'est la seule fois que j'ai vu une voiture être arrêtée à un "cédez le passage". L'IA est aux fraises, et à part les limitations de vitesse, elle ne respecte rien. Les "cédez le passage" et les priorité à droite, elle n'en a que faire. Elle respecte quand même les feux tricolores. J'en ai compté 4 uniquement, dans tous mes périples. Et aucun stop. 0. Nada.

C'est la même chose pour les ronds points, ils ont été rayés de la carte. Et c'est dommage, c'est toujours un petit challenge que de passer correctement un rond point avec un chargement sans arracher les panneaux de signalisation. Enfin ici ça ne risque pas d'arriver, ils sont aussi solides que les murs. Rien dans le jeu ne vient challenger votre conduite, si ce n'est des missions chronométrées qui se finissent aisément, pour peu que rien ne vienne vous coincer ou vous faire dévier de votre route. Pour le reste, pas de ronds points donc, pas de courbe traitre, toutes les intersections sont vastes avec des trottoirs géants et arrondis, bien perpendiculaires comme il faut. Même le quadrillage d'un cahier serait jaloux.

Les missions ne challengent pas votre technique, le tracé des routes non plus, et c'est sans compter sur la physique, qui vous laissée également une paix royale. Que vous rouliez seul, à vide ou chargé, cela n'a aucune incidence sur les performances et la maniabilité de votre véhicule. Vous accélérez de la même façon, votre vitesse n'est pas impactée, vos distances de freinage non plus. De toute façon, à aucun moment le jeu ne vous informe sur la masse de vos marchandises. 5 tonnes ? 10 tonnes ? 20 tonnes ? Aucune idée, à aucun moment. Et comme ça ne change rien à votre façon de conduire, qu'est-ce que ça peut bien faire au final ? Un bateau se transporte donc de la même façon que des palettes. Le seul paramètre qui est modifié au fil du temps, à part votre jauge d'endurance et votre jauge d'essence, c'est l'usure des pneus. Beaucoup trop rapide, sans crier gare elle triplera vos distances de freinage, voire plus. La meilleure technique restant quand même de lever le pied de l'accélérateur. J'ai vraiment eu l'impression de ralentir plus rapidement en levant simplement le pied plutôt qu'en utilisant les freins. C'est perturbant.

La direction m'a également posé quelques soucis de prise en main. C'est beaucoup trop souple ! Ce n'est pas normal que je puisse faire tourner aussi facilement, trop facilement, un monstre d'acier aussi lourd, qui plus est quand il est chargé ! Je crois que c'est la première fois dans ma vie de joueur que je baisse la sensibilité de la direction dans les réglages d'un jeu. Et malgré un paramètre au minimum, je trouve la direction encore bien trop efficace. Ceci est vrai jusqu'à 90 km/h. Au delà, c'est du sous-virage à mort, quasiment plus rien ne tourne, vos pneus sont en savon. Relâchez légèrement l'accélérateur pour passer sous les 90 km/h, et craigniez la reprise d'adhérence très violente. Ce n'est absolument pas progressif, c'est tout ou rien.

D'un point de vue sonore, le jeu rate là aussi le coche. Les moteurs sont trop étouffés et je ne me souviens pas avoir entendu des bruitages pour les turbos des camions, dont le bruit de la décharge est une forme de signature auditive des mastodontes de la route. Autre curiosité pour un jeu qui se veut une fidèle reproduction du métier de routier, l'absence d'indication sonore lors des marches arrières. Pas de bip bip, rien. ALors que c'est juste un truc hyper important, déjà au niveau de la sécurité pour prévenir qu'un engin est en marche arrière et que son chauffeur n'a donc pas une vision idéale de la situation, mais aussi que... bah un camion ça fait bip bip quand il recule, tout le monde le sait !

La musique n'est pas en reste, à coup sûr elle vous fera vriller les oreilles et comme moi, vous vous précipiterez dans les paramètres du jeu pour mettre un terme au massacre. Je n'ai jamais été autant énervé par une musique d'ambiance, j'ai eu du mal à comprendre comment elle a pu m'atteindre de la sorte.

Visuellement, les plus beaux moments dont j'ai pu être le témoin sont les levers et les couchers de soleil. Le rouge orangé caractéristique de ces douces heures de la journée est magnifiquement rendu, laissant entrevoir les traces laissées par les essuie-glaces. Je vous assure que ces propos n'ont rien d'ironique et que ces quelques secondes dans le jeu m'ont fait penser à mes vacances, quand je rentre de la plage au soleil couchant. Sinon, en pleine journée ou en pleine nuit, les éclairages sont propres, mais sans plus. Et bien qu'un cycle jour/nuit soit présent, qu'un temps maussade puisse s'installer, jamais il ne pleut dans Truck Driver.

 

Note : 2/5

Plaisir à jouer et à rejouer


De grands espaces pour respirer un peu !
Malgré des graphismes pas très chatoyants, malgré un moteur physique pas au point, malgré des problèmes avec les autres automobilistes, malgré un garage placé à l'endroit le moins stratégique et le plus reculé de toute la carte, alors qu'il est nécessaire de s'y rendre pour réparer le camion et changer les pneus, ce que vous allez faire souvent, bien trop souvent, malgré tous ces défauts que je viens de vous énoncer, j'ai réussi à trouver un peu de plaisir à jouer à Truck Driver. Ce n'est pas non plus la grande joie, je ne suis pas certain d'aller jusqu'au platine, vous comprendrez pourquoi dans le paragraphe suivant, et une fois que j'en aurai fini avec le jeu je doute de le ressortir un jour, mais, plaisir coupable ou non, je me suis surpris à plusieurs reprises, à me dire : "allez, encore une petite mission avant d'arrêter".

Truck Driver a des défauts, pas qu'un peu, mais il est malgré tout possible de s'amuser en y jouant. La note de 3 que j'attribue à cette partie ne doit pas vous faire oublier les lacunes qui viennent assez régulièrement casser l'entrain que vous étiez en train (ah ah) de construire. C'est dommage, je suis plus frustré que déçu, j'aurai voulu qu'il soit meilleur, j'aurai voulu y prendre encore plus de plaisir, j'aurai voulu pouvoir y passer des heures et des heures comme j'ai pu le faire sur Euro Truck Simulator 2, la référence dans le genre, mais disponible uniquement sur PC. Je me suis abstenu d'y faire référence ou des comparaisons jusqu'ici parce qu'elles n'auraient pas vraiment leur place ici, au vu de la différence de support (Truck Driver sortira plus tard dans l'année sur PC, et il se fera trucider), mais avoir passé du temps sur cet autre jeu a fait naître en moi des attentes que je trouve légitimes d'avoir et que j'ai disséminé tout au long de ce test.

Il y a du plaisir, même si c'est un peu dans la douleur !

 

Note : 3/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Bon courage pour les autres !
Je ne comprends pas la liste des trophées. On dirait qu'elle a été établie en cours de développement ou qu'elle n'est pas terminée, j'ai vraiment du mal à saisir. Sur les 6 pourvoyeurs de missions, pourquoi se contenter de demander aux joueurs de faire l'ensemble des missions de seulement 3 personnes ? Sur 4 marques de camion, pourquoi ne demander que de rouler avec 2 ? Même si c'est un procédé qui ici rajouterait du temps de jeu pour les plus acharnés des chasseurs de platine, je n'y verrai aucune bizarrerie à ce que le jeu demande de finir les missions de tous vos interlocuteurs ni de passer du temps avec toutes les marques de camions, sachant qu'il n'y en a que 4. Là on vous demande de faire les choses à moitié, je reste sur une impression étrange.

Le jeu vous demandera également de monter au maximum votre niveau de conduite prudente (5 niveaux au total, pour passer un niveau il faut rouler un nombre de kilomètres précis sans avoir le moindre accident, sans faire la moindre égratignure à votre cabine, parce que la remorque, elle, on s'en tape, elle peut se faire défoncer c'est pas grave), de faire des missions chronométrées (50 mine de rien...) et de tracter des types de chargements précis un certain nombre de fois, comme 10 cargaisons frigorifiques par exemple. Pendant longtemps, le trophée des missions chronométrées était à 0% sur le PSN. En faisant un tour récemment sur les obtentions de trophées sur le forum, un chanceux a réussi à décrocher le platine. Chanceux parce que pour ma part, j'ai beau faire des missions chronométrées, charger des tonnes de poissons dans des remorques frigorifiques, rien n'y fait, les statistiques présentes dans le jeu (les trophées sont liés à ces statistiques) n'augmentent pas, et donc aucune récompense ne vient couronner mes efforts.

Au vu du faible pourcentage de déblocage du platine, je pense ne pas être le seul à rencontrer des difficultés avec la comptabilisation des actions dans le jeu, et donc de l'avancement dans les trophées associés. Rajoutez à ça le fait qu'on vous demande de faire deux fois 500 kilomètres environ, sur une île où en moyenne, quand vous vous déplacez d'un point A à un point B vous en avez pour 6 kilomètres, vous comprendrez que répéter autant de fois des petits trajets, ça n'a rien d'amusant.

J'ai peut-être raté quelque chose pour la progression des trophées liés au type de cargaison, mais pour les missions chronométrées, je suis affirmatif, j'ai beau en faire, le compteur reste bloqué à 1. De mon point de vue, dans l'état actuel des choses, je n'ai aucun plaisir à faire ces trophées, je ne comprends pas pourquoi certains ne concernent que la moitié du jeu, et j'ai des doutes sur la possibilité qu'auront tous les joueurs à débloquer le platine, même si les statistiques montrent que c'est tout à fait possible.

Un patch correctif en deux parties devrait arriver les 22 et 25 octobre, à l'heure de la rédaction de ces lignes nous n'y sommes pas encore. Si la version 1 devrait résoudre des problèmes liés au contenu du jeu, la version 1.5 disponible en second, devrait directement concerner la partie des trophées. Le journal de bord des développeurs annonce que des améliorations porteront sur les missions avec des chargements réfrigérés et des containers. D'autres améliorations porteront sur les missions chronométrées, où vous n'aurez "plus besoin de conduire comme un fou" pour réussir les missions dans les temps. A voir si ce patch en deux temps permettra d'avancer bien plus sereinement dans la quête du platine ou si ce n'est malheureusement que de la poudre aux yeux avec des problèmes qui persistent malgré tout.

 

Note : 1/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
8/20

Truck Driver m'a frustré plus que déçu. J'en attendais plus : plus beau, plus fourni, plus grand, plus complet. Malheureusement, le jeu passe à côté de son sujet en laissant de côté un aspect gestion, qui même s'il avait été minimaliste aurait été le bienvenue, en proposant un moteur physique qui ne prend pas compte des charges tractées et ne proposet que 4 modèles de camion à conduire.

Je recommande ce jeu :
Aux acharnés, Aux spécialistes du genre, À un public averti