Test : Truberbrook


Truberbrook
  • 1
  • 5
  • 10
  • 19
Pas de note
des joueurs
Pas de note
des platineurs

Truberbrook

ps4


35 trophées au total
31 trophées cachés

16 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 9 joueurs (56 %)
100% par : 9 joueurs (56 %)
Note du jeu
13/20
Discuter du test

Test du jeu
Truberbrook

  • Test rédigé par Yohko_Kurama le 28-06-2019 - Modifié le 28-06-2019


Introduction


Bienvenue en 1967 à Trüberbrook, charmant village montagnard d'Allemagne de l'Ouest.
Un voyage inattendu

Truberbrook est un jeu d'aventure de type Point and Click apparu sur PlayStation 4 le 17 avril 2019. Développé par les allemands de btf GmbH (je vous laisse le soin de le prononcer), le jeu vous emmènera en 1967, dans les montagnes de l'Allemagne de l'Ouest au charmant village de Trüberbrook. Vous y incarnerez Hans Tannhauser, physicien quantique de son état, heureux (ou malheureux) gagnant à la loterie d'un séjour dans ce village. Pourtant notre jeune ami ne se souvient pas avoir participé à une quelconque loterie. Fort heureusement pour nous, il décide malgré tout de prendre ces vacances bien méritées. Mais voilà que de fil en aiguille, Hans va se trouver mêlé à une enquête peu orthodoxe mêlant occulte et extraterrestres avec pour seule arme son cerveau et son dictaphone qui va lui permettre d'enregistrer ses souvenirs. Tout ceci dépasse un peu notre physicien qui va au final s'apercevoir qu'il doit ni plus ni moins sauver le monde, rien que ça ma bonne dame.

Il est vrai que le style Point and Click est plutôt connu du grand public et qu'il n'est parfois pas évident de sortir du lot parmi les Baphomet, Deponia et consorts. Il faut alors proposer quelque chose de nouveau, de frais ou d'original. Truberbrook a-t-il tiré son épingle du jeu ? C'est que l'on va essayer de voir par la suite.

Contenu du jeu


Beaucoup de zones à visiter, mais parfois assez vides
Un Point and Click assez classique

Comme la plupart des jeux de ce type, Truberbrook se décline en plusieurs chapitres, cinq plus précisément précédés d'un prologue. Chacun sont de durées assez différentes en fonction de leur importance. Le chapitre 4 par exemple va occuper un bon tiers du jeu alors que le premier se terminera en quelques minutes. Bien sûr, il est possible que vous passiez du temps sur chacun d'entre eux en fonction de votre perspicacité et de votre capacité à résoudre au plus vite les énigmes qui vous feront avancer dans l'histoire.

Ces énigmes d'ailleurs sont somme toute assez logique pour la plupart, nous sommes ici assez loin du farfelu que l'on peut trouver dans un Deponia ou Day of The Tentacle. Bien sûr certaines vont vous donner un peu de fil à retordre et ne semblent pas si évidentes que ça au premier abord, mais en cherchant un peu, cela finit toujours par rentrer dans l'ordre. Les actions possibles sont ce qu'il y a de plus classique dans un Point and Click à savoir : interagir avec les objets ou personnages environnants. Les dialogues possibles avec les PNJ vous entourant n'influent pas sur l'histoire (hormis à quelques endroit particuliers), mais ce point n'est pas forcément regrettable puisque l'on sent que l'histoire est assez cloisonnée. Pour en revenir à ces fameux PNJ, ces derniers se résument à peau de chagrin, une quinzaine à rencontrer au cours de l'histoire tout au plus. C'est assez peu, mais si on rapporte ça au temps de jeu global, cela reste assez cohérent.

Sans guide pour vous aider, vous allez passer environ une petite dizaine d'heures sur ce jeu (cela dépend forcément grandement de vos capacités de déduction). C'est assez correct pour un jeu dont le tarif de sortie atteint les 30 euros.

L'histoire quant à elle se suit agréablement et dispose de quelques rebondissements même si dans sa globalité elle reste linéaire. On prend malgré tout plaisir à suivre Hans dans son aventure, saupoudrée de quelques touches d'humour qui font souvent mouche.

 

Note : 3/5

Aspect technique du jeu


Coucou, je fabrique un jeu en carton et en pâte à modeler
La pâte à modeler c'est chouette

Chose originale pour un jeu de ce style, toute la modélisation a été réalisée manuellement. Et par manuellement j'entend par là que tout ce que vous voyez sur votre écran existe réellement. Il faut savoir que les décors de Truberbrook ont été réalisés à partir de structure en bois et en carton et que les personnages quant à eux sont faits de pâte à modeler à l'instar d'un Wallace et Gromit. Et il faut avouer que le rendu à l'écran est plutôt sympathique. J'ai eu pour ma part l'impression d'être comme lors d'une visite d'un musée de miniatures ou de modèles réduits à surplomber légèrement ce qui m'était donné de voir. Les couleurs apparaissent comme plus naturelles et l'éclairage met relativement bien en valeur chaque zone du jeu. Le rendu global n'en est que plus agréable. En ce qui concerne la bande son, elle ne m'a pas marqué plus que ça. Bien qu'assez diffuse, elle s'adapte bien à chaque endroit que vous visitez sans pour autant rester dans votre mémoire.

Au cours de ma partie je n'ai rencontré aucun soucis particulier, le jeu est fluide, dépourvu de bug liés au gameplay. Le chargement entre chaque zone est très court et heureusement d'ailleurs car ce jeu va vous demander un nombre considérable de va et viens au cours de votre partie. Le ciblage d'un PNJ ou d'un objet s'effectue avec la touche (R3) et au cas où vous passeriez à côté de quelque chose, la touche (R1) vous permet d'afficher à l'écran tout élément cliquable. Le jeu offre deux possibilités pour exécuter vos actions ; soit vous ciblez le point à atteindre et validez votre action dessus auquel cas Hans se déplacera seul jusqu'au point à atteindre, ou bien vous vous y déplacez vous même. Dans tous les cas, sachez que le maintien de la touche (R2) permet d’accélérer la vitesse de déplacement de votre personnage. Ceci est un point non négligeable quand on sait que vous allez beaucoup marcher pour résoudre les différentes énigmes.

Deux petites choses viennent noircir le tableau plutôt élogieux tiré précédemment. La première ce sont les sauvegardes. Vous disposerez de 3 slots de sauvegarde, mais le jeu ne sauvegarde que de manière automatique, après un changement d'écran ou une action spécifique. De ce fait vous n'avez pas vous-même la possibilité de choisir où et quand sauvegarder et ainsi garder des sauvegardes de secours en cas d'erreur.

La seconde chose, ce sont les traductions. Pour ma part, j'ai profité de l'aventure avec des voix anglaises et des sous-titres français (par défaut, c'est l'allemand qui est la langue choisie). Et bien il faut avouer que la langue de Molière a parfois été écorchée, notamment par quelques erreurs de syntaxe. La traduction est également parfois raccourcie sur certaines expression, et cela m'a fait quelque fois grincer des dents. Fait voulu ou non, j'ai également eu droit, face à un robot dans le chapitre 3, à un dialogue complet en alphabet cyrillique. Alors certes, le jeu reste compréhensible mais ce genre de petites choses peuvent malgré tout entacher votre plaisir.

 

Note : 4/5

Plaisir à jouer et à rejouer


C'est la fête au village !!!!!
C'est court mais c'est bon quand même

À l'instar de la plupart des Point and Click, Truberbrook est un jeu qui se prend en main très facilement. Les actions de jeu sont simples et se limitent à interagir avec votre environnement et à déplacer votre personnage. On en demande pas davantage, la recette fonctionne et c'est tout ce qu'il faut. Comme dit précédemment, les actions à réaliser restent plutôt logiques bien que parfois peu évidentes, comme par exemple le fait de devoir capturer des lucioles dans un bocal afin de s'éclairer dans un endroit sombre, ou bien pêcher dans le lac afin d'en remonter un ouvre-boîte. À quelques exceptions près, l'ensemble du jeu se fait assez facilement pour peu que vous fassiez fonctionner (quelques fois un peu plus longtemps que d'autres) votre matière grise.

On aurait également pu penser que l'époque choisie, 1967, ait une influence sur l'histoire, malheureusement il n'en est rien. Un fil rouge sur fond de guerre froide aurait peut-être pu être ajouté à la trame scénaristique, ce ne fut pas le cas. La seule influence qu'a cette époque est sur les décors, les moyens mis à votre disposition et se ressent aussi dans quelques dialogues. C'est dommage, cette période aurait peut-être pu amener un petit plus à l'ambiance générale.

Deux fins sont disponibles à cette histoire, mais pour cela il vous suffira juste de recharger votre dernière sauvegarde afin de voir celle que vous n'avez pas choisie. L'intérêt donc d'une seconde partie est inexistant, sauf dans le cas où des trophées seraient absent de votre besace. Malgré cela, le jeu est plaisant, joli, et déroule naturellement une fois la manette en main. Mais il n'a pas non plus de point remarquable qui nous permettra de nous dire dans le futur "Ah ce jeu était génial", chose totalement impensable pour un Grim Fandango par exemple.

 

Note : 3/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Beaucoup de trophées peuvent être manqués
Un Platine agréable

Voici la zone qui nous intéresse le plus ; la chasse au (Platine). Le plus important à savoir est que tous les trophées qui ne sont pas liés à la progression peuvent être manqués. Ceci nous fait un compte de 27 trophées pouvant être ratés sur les 35 que comprend le jeu. Souvent il va s'agir d'actions spécifiques à réaliser comme utiliser un objet sur un autre. Ces actions n'ont aucune influence sur la trame principale. Parfois il s'agira également de dialogues à mener ou de chasse aux collectibles. Par cela, j'entends l'utilisation de votre fidèle dictaphone à utiliser sur bon nombre de choses (36 fois au total). Deux trophées vous demanderont même de quitter et recharger votre partie en cours de route. Rien de bien compliqué néanmoins mais sans le guide rédigé par votre serviteur, autant vous dire que décrocher le (Platine) risque de se révéler très ardu. Il vous faudra être attentif à tout et interagir avec la totalité de votre environnement. Une tâche longue et fastidieuse quand elle est menée de soit-même. En voulant aller trop vite vous risquez de devoir recommencer une partie, c'est pour cela que je conseille de garder une sauvegarde de côté avant chaque chapitre.

En revanche, si vous suivez le guide, la quête du Graal ne se montre pas tortueuse ou insurmontable. Tout se fait généralement très naturellement et l'obtention du fameux (Platine) ne génère aucune frustration. Sans tomber tout cru dans votre bec, celui ci est plutôt gratifiant quand vous découvrez une action à réaliser pour faire tomber un trophée.

 

Note : 3/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
13/20

Truberbrook est un bon Point and Click mais il risque malheureusement de se noyer dans la masse de ceux déjà sortis. Certes, le parti pris de la modélisation est à souligner, mais la faible durée de jeu ne permet pas d'en profiter suffisamment. L'histoire, au demeurant très sympathique, reste sous-exploitée quant au choix de la période temporelle. Il manque juste à Truberbrook le petit quelque chose pour se démarquer des autres. Malgré tout on passe un agréable moment avec à la clé un (Platine) facile à obtenir qui fera joli sur notre étagère.

Je recommande ce jeu :
Aux curieux, Aux chasseurs de trophées/platine facile