Test : Titanfall 2


Titanfall 2
  • 1
  • 2
  • 8
  • 40
Note des joueurs :
4.5/5 - 37 notes
Note des platineurs :
4.7/5 - 15 notes

Titanfall 2

ps4


51 trophées au total
3 trophées online
21 trophées cachés

1805 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 464 joueurs (26 %)
100% par : 464 joueurs (26 %)
Note du jeu
15/20
Discuter du test

Test du jeu
Titanfall 2

  • Test rédigé par krakdu68 le 15-11-2016 - Modifié le 07-12-2016


Introduction


Voici BT 7274 notre compagnon durant cette aventure.
Sorti en fin d’année, le 28 octobre 2016 pour être précis, Titanfall 2 pointe le bout de son nez bien décidé à avoir sa part du gâteau parmi les FPS de fin d’année largement dominé par les licences Battlefield et Call Of Duty.

Développé par Respawn Entertainment, studio fondé par plusieurs anciens membres d’Infinity Ward (qui développe Call Of Duty une année sur deux et à qui l’on doit le COD : Infinite Warfare de cette fin d’année 2016) et édité par Electronic Arts, Titanfall 2 est la suite du 1er opus sorti en 2014 sur console Microsoft et PC. Titanfall 2 tente de se démarquer de ses concurrents en proposant un gameplay nerveux et vertical ainsi que des affrontements entre joueurs à pied avec une grosse mobilité contre titans, sorte de gros méchas contrôlés par un joueur bénéficiant d’une grosse puissance de feu.

Contrairement à son grand frère, ce second volet propose en plus de son mode multijoueur une campagne solo. Que vaut son mode multi, son solo ou le jeu dans sa globalité ? C’est que nous allons voir ensuite.

En avant pilotes !

Contenu du jeu


Agrou ! Agrou ! Je suis le méchant et je suis pas gentil.
LE SOLO

Comme précisé dans l’introduction, après les critiques reçues à l’encontre de l’absence d’une vraie campagne solo sur le 1er Titanfall, l’équipe de Respawn décide d’en intégrer une pour cet opus.
La campagne solo (courte, environ 6-7h, et ce même dans le mode de difficulté le plus dur) se découpera en 9 missions. Du fait de sa faible durée de vie, la campagne solo ne souffre d’aucune longueur. Niveau scénario, on a quelque chose de très simple, qui ne va pas casser 3 pattes à un canard mais qui se laisse suivre. On y incarne Jack Cooper, simple troufion de base de la Milice. Notre ami, Lastimosa, pilote de titan (gros mécha lourdement armé) nous fait notre formation mais les événements vont rapidement dégénérer, ce dernier se faisant tuer par un vilain de l’IMC (faction industrielle prête à tout pour s’enrichir). Cooper se retrouve alors, malgré lui, pilote du mécha de son ancien ami, mécha répondant au doux nom de BT 7274.

La campagne se déroulera alors sur la Planète Typhon, qui peut faire un peu penser à Pandora d’Avatar par sa végétation qui peut se révéler luxuriante ou par sa faune agressive. On passe d’une forêt luxuriante à des bases militaires high-tech ou encore à une chaîne de montage. Le jeu parvient donc à renouveler son environnement ce qui fait que la lassitude ne pointe pas vraiment le bout de son nez.


LE MULTIJOUEUR

L’autre grosse partie du jeu, si ce n’est la plus grosse, est son mode multijoueur, mode relativement conséquent en contenu. En effet vous aurez actuellement à votre disposition 8 modes de jeu (plus 2 modes qui regroupent en fait plusieurs modes de jeu, c’est-à-dire que chaque partie aura un mode de jeu différent) allant du classique Match à mort en équipe ou non, du capture de drapeau, de la conquête ou un peu plus original comme Dernier Titan (chaque joueur commence à bord d’un Titan, l’équipe ayant le dernier Titan en état de marche gagne la manche) ou le mode Chasse aux Primes (le fait d’abattre des ennemis rapportent de l’argent, qu’il va falloir rapporter à des coffres forts qui apparaissent et disparaissent sur la carte de manière « aléatoire » et régulière pour remplir la jauge de son équipe et ainsi tenter de remplir cette dernière pour gagner la partie). Un mode partie privée est également disponible si vous souhaitez jouer uniquement avec des amis. En plus de ces modes de jeu Titanfall 2 comporte actuellement 9 cartes qui sont pour la plupart très bien pensées, avec toujours cette notion de verticalité.

Niveau personnalisation on retrouve la patte COD, c’est-à-dire qu’on a le système de « loadout » ou équipement personnalisé. On peut alors personnaliser son avatar avec une armure, son type de grenade, ses compétences, ses armes qui elles-mêmes peuvent également se personnaliser avec divers accessoires. On peut également choisir le Titan que l’on souhaite déployer parmi 6 types, chacun ayant ses armes/compétences et look propres et le « pimper » un peu en rajoutant des autocollants ou en modifiant sa couleur, etc.
Tous ces éléments de personnalisation se débloquent en montant de niveau ou en remplissant certaines conditions. Les amateurs de COD ne se retrouveront donc pas perdu.


A noter que l’éditeur/développeur ont indiqué que le jeu ne comporterait pas de Season Pass et qu’il y aura du nouveau contenu sur le plus ou moins long terme. On peut donc s’attendre à de nouvelles armes/maps/modes de jeu/éléments de personnalisation.

 

Note : 4/5

Aspect technique du jeu


Un très bel environnement.
C’est ici que le bât blesse, Titanfall 2 n’est pas super beau si on s’approche trop près des textures. L’ensemble paraît un peu « plastique », et si l’on regarde les animations des divers protagonistes, ces dernières ne brillent pas par leur réalisme. De même, là où Battlefield ou dans une moindre mesure COD propose de la destruction de décor plus ou moins poussée, quasiment tout le décor de Titanfall 2 reste fixe, que l’on tire dessus au fusil d’assaut ou au lance-roquette, seuls quelques barils peuvent se mouvoir. Certaines cartes peuvent un peu manquer de vie, je pense à la mission où l’on se trouve sur une chaîne de montage et lorsqu’on regarde au loin il n’y a rien qui bouge…

Pour continuer l’IA n’est pas la plus évoluée que l’on peut voir aujourd’hui dans un jeu vidéo, même si les ennemis ont tendance à forcer le joueur à bouger le plus possible.

Autre reproche que l’on peut également faire au jeu serait au niveau de sa VF qui n’est vraiment pas exceptionnelle… Voire cliché avec un méchant en particulier avec une bonne voix grave de méchant ! Cliché quand tu nous tiens…

Les musiques quant à elles ne resteront pas en tête après avoir terminé le jeu. En effet, bien que sympathiques dans l'ensemble, elles demeurent un poil (trop ?) discrètes, effet renforcé par la nervosité générale du titre qui force le joueur à surtout se concentrer sur ses actions en jeu. En ce qui concerne les bruitages, on est à un niveau correct. On ressent bien la puissance de certaines armes mais à contrario certaines armes semblent génériques, leurs bruitages se révélant peut-être un peu trop similaire à la manière des bruitages d'un COD.

Attention cependant tout n’est pas à jeter au niveau technique, le jeu peut tout de même proposer de très beaux environnements/panoramas et sa faiblesse technique est compensé par son framerate (fluidité de l’image) constant (ou quasi ?) à 60 FPS (nombres d’images par seconde) que ce soit en solo ou en multi.

 

Note : 4/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Heu... Boum ?
Comme on l’a déjà expliqué précédemment, le solo, bien que court, a le bon goût de ne pas nous ennuyer une seconde, même si le scénario ne brille pas vraiment par son originalité. Les méchants sont vraiment méchants et les gentils sont vraiment gentils, protecteurs des faibles et des innocents. En bref, on peut comparer le scénario du jeu à celui d’un petit film d’action/SF sans prétentions.

Bien que le duo Cooper/BT soit sympa, on peut reprocher l’absence totale de charisme de notre héros. On a plutôt l’impression que le vrai héro du jeu est le mécha. En effet, il aide le joueur, parle plus que le joueur, fais des petites blagues (certes classiques avec le robot qui ne comprend pas tout de suite certaines expressions humaines, par exemple :
- Cooper : « j’suis chaud bouillant » (suite à un passage action)
- BT qui répond : « vos capteurs thermiques n’indiquent pas une température corporelle élevée […] » puis après explication de la part de son pilote « Ah ok, alors j’ai aussi été chaud bouillant plusieurs fois précédemment ».

Bref un peu d’humour qui fait plaisir dans ce monde de brutes. Il répond même parfois à la place du joueur.
Pour continuer dans les bonnes choses, le jeu nous propose quelques bonnes idées pour casser la monotonie du FPS. Une mission où l’on peut switcher entre passé et présent ou encore une arme diablement efficace puisqu'elle vise automatiquement les ennemis.

Le multi, si on adhère au style, peut vous occuper des dizaines d’heures avec ses modes de jeu divers et variés et sa tonne de contenu pour personnaliser son avatar, son équipement ou encore son Titan. La particularité du multi est de ne pas seulement intégrer de l’affrontement PvP (joueur contre joueur) car des ennemis contrôlés par l’IA peuvent apparaître sur la carte (allant du simple soldat de base à des ennemis qui peuvent poser un peu plus de problèmes). Le tout sur des cartes assez petites en taille ce qui dynamise encore plus le gameplay qui l’était déjà de base.

En bref, le solo est agréable à parcourir même si on l’oubliera assez vite et le multi peut vous occuper de nombreuses heures. Le tout est servi par un gameplay très bien intégré et extrêmement dynamique que ce soit en solo ou en multi avec une palette complète de mouvement allant du double-saut à la glissage ou encore au wall-run.

 

Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Pimp my armor !
Le platine n’est dans l’ensemble pas prise de tête à l’exception d’un seul trophée qui peut poser problème à un certain nombre de joueurs, en particulier ceux qui ne sont pas habitués aux FPS, ce qui donne la note de 7/10 pour la difficulté d’obtention du platine (voir guide : ici). Ce trophée demande en effet de faire, lors du tutoriel du jeu, un parcours quasi parfait pour arriver à finir ce dernier en un certain temps. Cela demandera de l’entraînement avant de pouvoir réussir parfaitement le parcours demandé.

Les trophées du mode solo, en dehors de celui décrit ci-dessus, ne demanderont pas un grand effort de la part du joueur.
Plus de 20 trophées tomberont automatiquement au fur et à mesure de votre progression. Seuls deux trophées peuvent être manqués mais rien de bien contraignant car il suffira de relancer le chapitre pour retenter rapidement le trophée si l'un d'eux a été manqués lors du premier passage.

Le platine demande au joueur de finir le jeu en difficulté maximale, mais pas de panique car si effectivement le joueur peut mourir très vite face aux balles ennemis, les checkpoints nombreux et bien placés ainsi que les capacités du personnage permettront de passer sans trop de mal les différents passages du jeu.

D’autres trophées demandent également de faire quelques actions spécifiques, comme tuer un titan ennemi avec l’attaque ultime, qui change en fonction de l’équipement de BT, de tuer des ennemis en glissade ou en wall-run par exemple.

Les trophées de collectibles ne sont pas très contraignants, les collectibles n’étant pas super bien cachés et peu nombreux ce qui rend la collecte moins pénible qu'elle peut l’être dans d’autres jeux.

Les trophées multi, seulement au nombre de 3, feront la joie de la plupart des chasseurs de trophées que nous sommes. En effet, nul besoin d’être super fort en multi ou de passer un nombre interminable d’heures pour débloquer un truc. Il suffira de rejoindre un « réseau multijoueur », sorte de clan, de gagner une partie et de personnaliser un équipement multijoueur.

Pour résumer les trophées restent dans l’ensemble très agréables à faire, seul le trophée qui demande de faire un parcours parfait peut poser problème, mais avec de l’entrainement ça finit par passer.

 

Note : 3/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
15/20

Titanfall 2 est un très bon jeu, avec son solo court mais agréable et son multi très complet, le tout avec un très bon gameplay dynamique et nerveux à souhait. Les trophées ne sont pas désagréables et un trophée permet tout de même de rajouter un peu challenge pour l'obtention du platine. A vous de faire votre choix parmi les FPS de cette fin d'année.

Je recommande ce jeu :
Aux acharnés, Aux spécialistes du genre