Test : The Witch and the Hundred Knight : Revival Edition


The Witch and the Hundred Knight : Revival Edition
  • 1
  • 3
  • 16
  • 17
Note des joueurs :
4.3/5 - 4 notes
Note des platineurs :
4.5/5 - 2 notes

The Witch and the Hundred Knight : Revival Edition

ps4


37 trophées au total
0 trophée caché

94 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 16 joueurs (17 %)
100% par : 16 joueurs (17 %)
Note du jeu
14/20
Discuter du test

Test du jeu
The Witch and the Hundred Knight : Revival Edition

  • Test rédigé par Comatosia le 21-03-2016 - Modifié le 07-12-2016


Introduction


Hundred Knight, oui oui, c'est votre nom, celui de la petite créature à la flamme bleue sur la tête !
« Mon nom est Metallia ! »

The Witch and the Hundred Knight est un action-RPG proposé par Nippon Ichi et développé par NIS America. Situé à la bordure du hack'n slash, le soft a débarqué dans nos contrées le 4 mars 2016 sur PS4 après une première sortie sur PS3 en mars 2014 et qui, déjà à l'époque savait se faire remarquer pour son côté décalé pleinement assumé de par son ambiance malsaine saupoudrée de graphismes agréables pour le genre. Pour les accoutumés du genre, le jeu pourrait rappeler des allures de disgaea et se démarque des autres par sa grande originalité amenée ici par le studio japonais.

Dans ce jeu, vous incarnerez un démon invoqué par Metallia et devrez l'aider à assouvir ses désirs de domination et de destruction sur une période de 100 jours. Alliant sérieux et humour à tout moment, le jeu repose sur son originalité et sur son scénario qui prend place petit à petit à mesure que les nombreux dialogues proposés s’enchaînent. Si une chose est certaine, c'est que pour prendre son pied dans ce jeu, il faut aimer lire un minimum et ce, dans la langue de Shakespeare s'il vous plait ! Car oui, le jeu n'est qu'en anglais.

Contenu du jeu


Les dialogues sous formes de saynètes sauront rythmer votre aventure, entre quelques blagues et une sorcière colérique !
« Hum ... Je vais te donner un nom moi-même ! Je sais ! Hundred Knight ! »

Dans cette ambiance agréable proposée par The Witch and the Hundred Knight, vous aurez le plaisir de pouvoir diriger un personnage évolutif dans un monde à la difficulté elle aussi évolutive. Le jeu vous propose d'ailleurs une expérience assez longue composée de treize chapitres menant à plusieurs fins différentes au terme du jeu, ce qui saura vous proposer plusieurs expériences pour le même soft, rallongeant l'espérance de vie de ce dernier de manière non négligeable. Comptez facilement une cinquantaine d'heures de jeu afin de pouvoir en voir le bout et tout ça, en vous soumettant à l'univers légèrement glauque du soft, qui saura vous faire rire autant que vous faire vous poser quelques questions. Toute cette aventure pour le moins remplie de rebondissements se fera au ton d'un doublage japonais qui saura plaire aux puristes !

Malheureusement, rien n'est parfait et ce jeu non plus, on peut râler sur une absence de texte en français et donc uniquement en anglais. Le jeu vous empêchera également de jouir comme vous le désirez de toutes les maps car une contrainte de temps vous est infligée à chacune d'entre elles et ce, même lors des combats de boss, mais n'ayez crainte, chaque map pourra être revisiter pour les terminer toutes au maximum, puisqu'après tout, vous devrez monter chacune d'entre elle au niveau maximum pour un trophée bien précis. Mais pour se faire pardonner de toute cela, vous pourrez parcourir un large arsenal d'armes différentes et en équiper jusqu'à cinq en même temps afin de réaliser de nombreux combos dévastateurs avec une petite créature des plus mignonnes qui s'avère en fait être le démon légendaire "Hundred Knight" ! Chaque joueur pourra ainsi développer des combos différents en fonction des armes dont il s'équipera ainsi et que le nombre de fois où la touche attaquer sera martelée. Ne pensez pas trop non plus à la jouer stratégie, généralement il sera suffisant d'attaquer et de temps à autre, esquiver.

Le jeu sait apporter de son côté une petite nouveauté qui saura ravir les joueurs de la première version. En effet, vous pourrez désormais contrôle Metallia, votre maîtresse. Pouvoir jouer un personnage aussi intriguant pourra se faire dans la Tour de l'Illusion, une nouvelle zone de combat ajoutée dans ce remake HD. En plus de cette nouvelle zone, vous pourrez voir apparaître un système d'alchimie qui permettra d'améliorer vos armes en rassemblant tout un tas de composants qui vous rendront encore plus puissant.

 

Note : 4/5

Aspect technique du jeu


Les décors sont plutôt beaux, rien d'exceptionnel, mais le tout se marie très bien à l'ambiance du jeu.
« Aide-moi ... Et je ferai de toi un être libre ! »

Graphismes

Nous proposant des graphismes à l'image de leur studio, NIS America ne fournit pas de quoi crever l'écran, mais pas non plus de quoi brûler nos yeux. Le jeu est somme toute correct à ce niveau. On peut le diviser en deux niveaux, des saynètes magnifiquement réalisées, belles et intéressantes entre les personnages, semblables à du dessin de très haut niveau qui font avancer le scénario et dans un second temps, la partie gameplay réelle où vous dirigez votre personnage. Dans cette seconde partie, les graphismes sont moins précis, moins beaux et les décors peinent à se différencier des précédents à mesure que l'on avance dans le jeu, certains commencent à se ressembler, ce qui est malheureux pour un jeu qui parvient à séduire malgré des graphismes loin d'être au top de ce que l'on peut voir de nos jours. On notera malgré tout la bonne amélioration du rendu visuel par rapport à la version PS3, rendant le jeu plus agréable à jouer, du moins pour les yeux.

Jouabilité

Outre les éléments déjà relevés dans les graphismes, le jeu ne rencontre pas réellement de problèmes relatifs à la jouabilité. Hormis le fait que votre personnage partira dans des combos qui peuvent, en mode manuel, s'avérer parfois délicats à diriger ou lorsque le sprint aura la fâcheuse tendance à prendre ses tournants en glissade, le jeu jouit d'une bonne réalisation. Le personnage évoluera et vous serez bien évidemment l'heureux seigneur qui va devoir lui assigner techniques et combinaisons à votre sauce via le menu du jeu. Puisque votre personnage progresse, parlons-en. Sur chaque carte se trouvent des piliers qu'il vous faut frapper afin de les faire rejoindre votre camp, ils pourront ainsi vous donner des bonus que vous devrez choisir vous-même. Ces bonus ne seront que sur la carte où se trouve le pilier. Ces derniers servent également de point de retour et de sauvegarde. Une chose néanmoins qui doit être soulignée car fort dérangeante, c'est la caméra du jeu qui se montre fort approximative, elle n'est d'ailleurs que très rarement bien positionnée. En effet, lors des combats de boss, vous aurez vite fait de vous énerver à cause de cette dernière qui n'en fera qu'à sa mode et passera le plus clair de son temps à ne même pas vous montrer la position de l'adversaire.
Enfin, les menus complexes, trop nombreux et surtout un peu brouillons n'aideront certainement pas le joueur à s'y retrouver lorsqu'il cherchera quelque chose de bien précis. De plus, les tutoriels expliquant les différentes parties du menu sont parfois un peu flous et apparaissent parfois de manière tellement aléatoire que l'on finit par cliquer sans faire exprès sur suite et envoyer à la poubelle des informations qui auraient pu nous être très utiles.

Bande son

La bande son du jeu est tout simplement bonne, elle colle comme un gant au jeu et à son ambiance parfois loufoque. La musique rythmée permet de se mettre dans le jeu et amène également une certaine plaisance dans le fait d'arpenter les différentes cartes qui sont proposées. Chacune de vos attaques est d'ailleurs ponctuée de petits effets sonores et de petits bruits de votre personnage qui sauront vous faire craquer pour ce démon à la magnifique frimousse, plus une mascotte qu'un monstre me direz-vous !
Le doublage est correct, sans décrocher une palme non plus pour autant, il n'est cependant pas en français, ce qui pourrait être dommageable pour certains, adeptes de leur langue personnelle.

 

Note : 3/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Parfois, vous en viendrez à attaquer les villageois, mais ne vous en faites pas, c'est pour votre bien.
« Avez-vous aimé cette délicieuse souris blanche pour le repas ? »

The Witch and the Hundred Knight saura vous tenir devant votre téléviseur de longues heures durant grâce à son scénario et sa rejouabilité due aux différentes fins proposées aux joueurs selon votre approche du scénario. Ce dernier est réfléchi, pouvant passer du sérieux à l'humoristique et inversement à tout moment, mais sans jamais ennuyer le joueur malgré cet aspect inattendu du revirement de situation, n'oublions d'ailleurs pas les quelques phases glauques du soft ainsi que les quelques sous-entendus un peu décalés que vous aurez vite fait de croiser. La trame principale se contente de vous demander de terminer différentes parties de la carte en les explorant, en tuant les monstres et potentiels boss s'y trouvant afin d'étendre les marais de votre maîtresse, qui ne peut se déplacer qu'à l'intérieur de ce même territoire. Les combats de boss sont d'ailleurs un plus pour le jeu puisque ces derniers sont dynamiques et ne manqueront pas de vous faire prendre du plaisir, bien que la caméra comme précisé plus haut ne vous aidera certainement pas à les affronter dans une situation favorable.

Le gros bémol cependant pourrait être le manque de liberté offerte au joueur dans le sens où, les map doivent être explorées, les boss affrontés et voilà tout. On ne peut pas dans ce cas-ci parler de redondance, car ce n'est bien évidemment pas le cas. Vous êtes amené à explorer une partie d'une carte puis à la continuer et ainsi de suite afin de faire avancer le scénario. L'un des avantages du jeu est sans nul doute les nombreuses phases de dialogues, comme nous y a habitué NIS, qui sont proposées au joueur, du moins si vous aimez lire, ce qui n'est pas forcément le cas de tout le monde.

 

Note : 3/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Certaines cartes abritent des villages, libre à vous de les visiter et de parler à leurs villageois ... Ou non ...
« Hum ... Puko ?! »

Les trophées ... L'intérêt ultime des chasseurs que vous êtes ! Dans cet opus, rien de bien méchant, les trophées se débloqueront d'eux-mêmes à mesure que vous avancerez dans le jeu puisqu'ils sont pour la plupart relatifs à l'une ou l'autre action précise (comme vaincre certains monstres un certain nombre de fois par exemple), mais d'autres quant à eux vous obligeront à recommencer plusieurs parties puisqu'ils sont relatifs à une fin bien précise. Une bonne manière de rallonger l'espérance de vie du soft que de proposer plusieurs fins et d'offrir un trophée pour chacune d'entre elles. Pas de grosses sessions de farm à l'horizon pour ceux qui voudront s'essayer aux challenges proposés par le jeu durant l'aventure.

Le jeu ne montre d'ailleurs clairement pas l'envie de faire s'arracher les cheveux aux gamers qui le tenteront puisque la difficulté est croissante et peut même être baissée en cours de partie si cette dernière s'avère trop élevée. On notera cependant l'absence de trophées liés aux combats de boss qui sont pourtant plaisants et qui auraient, pour certains, mérité d'avoir un trophée à leur effigie. Comptez probablement une quarantaine d'heures pour clôturer le platine voir plus puisqu'il vous faudra terminer le jeu au moins trois fois pour l'obtenir.

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
14/20

The Witch and the Hundred Knight est somme toute un jeu qui se laisse prendre en main aisément, notamment grâce à un tutoriel complet qui vous explique toutes les bases du jeu sans en oublier une seule. Le scénario malgré tout basique saura plaire à beaucoup puisqu'il s'approfondit de plus et plus et se révèle finalement plus profond que prévu. La bonne entente entre l'ambiance sonore et visuelle amène également une bonne note au jeu qui saura être remarquée par les différents joueurs.

Je recommande ce jeu :
Aux acharnés, Aux fans de la série, Aux curieux