Test : The Vanishing of Ethan Carter


The Vanishing of Ethan Carter
  • 1
  • 1
  • 12
Note des joueurs :
4.5/5 - 21 notes
Note des 100% :
4.7/5 - 20 notes

The Vanishing of Ethan Carter

ps4


14 trophées au total
14 trophées cachés

475 joueurs possèdent ce jeu

100% par : 343 joueurs (72 %)
Note du jeu
15/20
Discuter du test

Test du jeu
The Vanishing of Ethan Carter

  • Test rédigé par Ray-chan le 29-07-2015 - Modifié le 07-12-2016


Introduction


L'écran titre pose déjà les bases de l'atmosphère du jeu. Simple, beau et épuré.
"Ce jeu est une expérience narrative qui ne vous prendra pas par la main."

The Vanishing of Ethan Carter fait partie de ces jeux qu'il est difficile de cataloguer. Cette production du studio The Astronauts est en effet atypique à tous points de vue et ne peut être référencée dans une simple case. Étrange et sublime mélange des genres le rapprochant de jeux tels que Myst, Murdered : Soul Suspect, Sherlock Holmes Crimes & Punishments et Ether One dans un melting pot improbable mais qui fonctionne à merveille, ce jeu enchanteur pose les bases d'un monde ouvert ou nous suivrons l'enquête de Paul Prospero, un détective rompu aux enquêtes dites occultes, afin de retrouver le jeune Ethan Carter.
Le jeune garçon lui avait écrit des lettres inquiétantes qui ont su attirer l'attention de notre fin limier, celui-ci comptant bien terminer sa carrière avec cette ultime affaire qui l'intrigue au plus haut point. Le voici donc, fraichement débarqué à Red Creek Valley, autant dire un bled paumé au fin fond de la cambrousse américaine, sur les traces du jeune garçon.

Basé sur les histoires de fiction étrange des pulps américains des années 30/40, Weird Tales en tête, et fortement influencé par des auteurs tels que H.P.Lovecraft ou Stephen King, le jeu vous accueillera de la plus belle des manières à son lancement par les mots en entête de cette introduction, et qui serons le fer de lance de votre aventure.

Contenu du jeu


L'intuition sera votre alliée durant la résolution des enquêtes.
The Vanishing of Ethan Carter narre donc les péripéties de Paul Prospero à Red Creek Valley vous disais-je. À votre arrivée, vous serez donc plongé dans ce coin paumé des États-Unis, face à des rails qui n'ont pas dû servir depuis des lustres, en plein milieu d'une forêt aux premières heures de l'Automne... Seul le bruissement des feuilles et quelques cris d'oiseaux accompagneront vos premiers pas dans la "vallée du ruisseau rouge", vous invitant d'emblée à profiter de cette atmosphère si particulière qui vous accompagnera jusqu'au bout. Rapidement, vous ferez face à votre première scène de crime, composée d'une locomotive à la carrosserie ensanglantée, aussi décatie que le réseau ferroviaire, de restes humains encore ficelés sur lesdits rails et d'un corps atrocement mutilé quelques mètres plus loin.

L'enquêteur en vous saura d'emblée qu'il est temps de passer aux choses sérieuses et d'examiner minutieusement ladite scène de crime, la ratisser afin de trouver le moindre indice nous permettant de déduire l'enchainement des faits et d'élucider cet horrible crime. Le schéma des enquêtes sera simple à appréhender : Trouver tous les indices, toucher le corps de la victime afin de relâcher les fragments de déduction correspondants à des scénettes du crime, les remettre dans l'ordre afin de visionner la séquence permettant de solutionner le crime. Tout ceci étant amené de fort belle manière par "l'intuition" de Paul.

De plus, quelques quêtes "annexes" qui n'en sont pas vraiment puisque indispensables pour finir l'aventure, viendront égayer votre aventure la teintant d'ambiances tantôt plus horrifique, tantôt plus science-fiction, rehaussant d'autant plus l'immersion et l'intérêt du joueur vis-à-vis d'Ethan Carter et de la vie qu'il menait avec sa famille avant de disparaitre. De plus, l'intérêt de ces scènes réside aussi dans leur approche bien différente des phases d'enquête, tout en gardant ce côté empreint de poésie passée, jaunie, décrépie par le poids des ans et des souvenirs.

Abordons ce qui peut-être LE point noir du soft en fonction de vos capacités et de vos décisions : La durée de vie. Comptez 4h si vous vous aidez d'une soluce, moins de 10h si vous êtes un roublard habitué au genre, et entre 10 à 20h si vous êtes un néophyte total. Sachant que vous êtes dans un monde ouvert d'une envergure moyenne, cela peut paraître court ou long en fonction de votre sensibilité à l'histoire et de vos attentes vis-à-vis de ce type de jeu.

 

Note : 3/5

Aspect technique du jeu


Des décors somptueux avec des effets de lumières exceptionnels.
The Vanishing of Ethan Carter est un jeu qu'on pourrait qualifier de First-Person Explorer, à l'instar d'Ether One. Le studio polonais The Astronauts composé d'anciens de People Can Fly plus habitués aux FPS pêchus qu'au genre narratif, maitrise en revanche parfaitement son sujet dans ce choix qui lui a permis de favoriser au maximum l'immersion dans la narration et les décors de leur vallée fictive. Le gameplay est simple, intuitif et réduit à sa plus stricte expression afin de favoriser le développement de l'histoire.

Il fut difficile lors de l'aspect contenu de ne pas trop aborder LE point fort du jeu, et maintenant que nous sommes affranchis de cette contrainte, attaquons donc l'aspect technique. Sorti sur PC au cours de l'année 2014, et sur le format de l'Unreal Engine 3, cette mouture Playstation 4 bénéficie d'un portage sur l'Unreal Engine 4. Et sachez d'emblée que The Vanishing of Ethan Carter est certainement à l'heure ou j'écris ces lignes, le plus beau jeu disponible sur Playstation 4. Un jeu si proche du réalisme que ses développeurs ont dû downgrader un peu la qualité afin qu'elle n'empiète pas trop sur l'atmosphère du soft. C'est peut-être bien la première fois que vous trouverez que l'utilisation du terme "photoréalisme" pour un jeu n'est pas galvaudée, usitée à mauvais escient. Le jeu tourne en 1080p et oscille entre 60fps et 30fps, ce qui occasionnera de temps en temps une légère chute de framerate qui sera à peine perceptible et ne viendra jamais gâcher l'aventure.

Que dire ? Pas un rocher, pas un arbre, ne semble identique. Les feuilles tombent aléatoirement des ramures et le vent fait osciller, vibrer le faîte des arbres de manière si réaliste qu'on s'y croirait. La mousse recouvre les pierres de manière naturelle, les plantes bougent à l'unisson au gré du vent qui les parcoure et le soleil d'Automne éclaire de belle manière cet endroit qui pourrait être idyllique s'il n'était habité par un mal ancestral rongeant, corrodant, les gens de Red Creek Valley.

L'autre point fort contribuant à l'ambiance si spéciale de ce jeu est la bande sonore. Et vous allez être servi de fort belle manière. Les pépiements d'oiseaux, le bruit du vent qui parcoure les étendues verdoyantes de la vallée, l'eau qui clapote ou tout simplement vos pas faisant crisser les graviers ou bruisser l'herbe que vous foulez... Tout ceci mis superbement en valeur par le travail d'orfèvre de Mikolai Stroiński à la composition musicale. Un conseil pour apprécier à sa valeur le travail fait sur ce soft : Jouez avec un casque ou un home-cinéma et vous aurez l'impression d'être réellement Paul Prospero parcourant Red Creek Valley.

The Vanishing of Ethan Carter est un jeu en anglais avec une VOSTF intégrale, mitonnée aux petits oignons et d'une qualité rare. Cerise sur le gâteau pour les références littéraires qui peuvent émailler votre enquête, contribuant ainsi à renforcer l'atmosphère fantasmagorique du soft.

 

Note : 5/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Une partie de Red Creek Valley exposée dans toute sa splendeur.
Vous l'aurez compris, The Vanishing of Ethan Carter est un jeu extrêmement plaisant à jouer. L'immersion est vraiment totale, surtout si vous êtes un adepte des jeux d'aventure et de la littérature à la Lovecraft. On se surprend à s'arrêter régulièrement, contemplant les alentours comme l'on profiterait d'un panorama exceptionnel durant une excursion à la montagne. Le soin apporté aux détails est tel, qu'on se retrouve à vagabonder sans but, pour le plaisir d'observer les nuances de couleurs et d'écouter plus longuement la bande son du soft.

Accomplir les différentes actions nécessaires à la résolution des énigmes ne sera pas rébarbatif, loin de là, mais le parti pris du soft de vous laisser en totale liberté et de ne jamais vous prendre la main pourra vous porter préjudice si vous vous précipitez vers la fin du jeu durant vos pérégrinations.
En effet, résoudre cette affaire de disparition nécessitera de votre part d'avoir résolu l'ensemble des énigmes du jeu, énigmes à côté desquelles il est possible de passer sans le savoir. De ce fait, il se pourrait donc que vous soyez arrivé au bout de vos péripéties et soyez obligé de rebrousser chemin pour trouver l'affaire manquante afin de solutionner définitivement le cas de la disparition d'Ethan Carter.

De même, l'élément qui agace le plus, c'est l'impression de difficulté décroissante sur les dernières enquêtes, comme si le studio avait un peu perdu le fil de son histoire, emporté, balayé lui aussi par le charme malsain de Red Creek Valley. Parti pris délibéré ou simple égarement, cela ne desservira néanmoins pas la narration.

Concernant la rejouabilité du jeu, cela sera essentiellement une question d'appréciation personnelle de votre part. Si vous jouez pour les trophées, il y a fort à parier que vous ne relancerez pas le soft une fois terminé, ceci étant dû au fait que les enquêtes ne varieront pas et donc le plaisir ne sera pas le même que lors de la découverte. En revanche, si vous accrochez à l'ambiance particulière de ce soft, il est indubitable que vous le relancerez pour faire de nouvelles ballades bucoliques dans la vallée du ruisseau rouge afin de prolonger cet émerveillement poignant qui devrait vous avoir capté dès les premières minutes de jeu..

 

Note : 3/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Les trophées seront liés à la résolution des enquêtes, mais pas que...
Obtenir les trophées de The Vanishing of Ethan Carter sera un réel plaisir dû à l'ambiance du jeu. En fait, il fait partie de ces jeux, ou limite, on se soucie peu de gagner les trophées, ébahi qu'on peut être devant tant de beauté et voulant à tout prix retrouver Ethan afin de connaître le fin mot de l'histoire.

Ceci étant dit, la majeure partie des trophées tombera tout naturellement durant la résolution des enquêtes. Très peu de trophées sont liés à des actions contextuelles ne participant pas à l'évolution de la trame scénaristique, ce qui limitera énormément votre rejouabilité, mais aussi votre temps de jeu pour la collecte des trophées manquants.

De plus, une option de voyage rapide vous sera conférée à la toute fin du jeu, ce qui diminuera nettement votre temps de trajet entre différents endroits de la vallée, réduisant d'autant plus le temps nécessaire aux 100% de complétion du jeu. Un bien pour un mal en fonction de l'impact qu'aura eu sur vous le jeu.

Cette base étant posée, et bien que la liste des trophées ne soit pas traduite, plus de 75% des trophées se débloqueront naturellement avec l'histoire, sans même y faire vraiment attention car ils sont liés à votre progression et à la résolution de vos enquêtes.
Leur difficulté d'obtention viendra essentiellement du fait que vous êtes lâché dans la "jungle" de Red Creek Valley, sans carte, sans radar, sans indication d'aucune sorte. Nonobstant les poncifs actuels pour ce genre de jeu, vous voilà plongé dans les méandres d'une époque antédiluvienne où l'on ne comptait que sur son crayon et sa feuille de papier pour ne rien oublier et progresser correctement. Un schéma qui colle parfaitement avec l'esprit du jeu mais qui pourrait rebuter une classe de joueurs habitués aux aides intégrées.

Seuls deux trophées seront réellement manquables si l'on ne s'attarde pas dessus, mais, sans un minimum de challenge et de réflexion, aurions-nous vraiment autant apprécié ce jeu ?

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
15/20

The Vanishing of Ethan Carter est un jeu exceptionnel comme on aimerait en croiser plus souvent. Malgré sa "faible" durée de vie, son scénario enchante tout autant que ses graphismes émerveillent et flattent vos pupilles. Si vous ne supportez pas les jeux où la narration prime sur l'action, passez votre chemin. Pour les autres, je ne saurais que trop vous conseiller de vous jeter sur ce petit bijou, qui fera chavirer vos cœurs et vaciller votre raison, vous laissant perdu à la frontière de l'imagination et de l'intellect.

Je recommande ce jeu :
À tous, Aux spécialistes du genre, À un public averti