Test : The Raven Remastered


The Raven Remastered
  • 1
  • 5
  • 9
  • 20
Note des joueurs :
4/5 - 1 note
Pas de note
des platineurs

The Raven Remastered

ps4


35 trophées au total
9 trophées cachés

87 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 38 joueurs (44 %)
100% par : 38 joueurs (44 %)
Note du jeu
10/20
Discuter du test

Test du jeu
The Raven Remastered

  • Test rédigé par Crocdeloup le 24-03-2018 - Modifié le 24-03-2018


Introduction


Je vous présente mesdames Clarissa Westmacott et Mary Miller.
Édité à l'époque par Nordic Games, désormais THQ Nordic et développé par King Art Games, également créateur de la licence Book of Unwritten Tales, The Raven : Legacy of a Master Thief (sorti à l'origine sur PC en 2012) est un véritable polar vidéo-ludique fortement inspiré des œuvres d'Agatha Christie.

Prenant la forme d'une aventure en point'n'click, il place le joueur dans la peau de trois personnages différents, dont le principal est le policier suisse Anton Jakob Zellner. Sur les traces d'un maître voleur connu sous le nom du Corbeau, l'agent devra déceler les nombreux mystères et relations liant les individus présents pour éviter le vol d'un précieux joyau : l’œil du Sphinx.

Paru deux ans plus tard sur le store de la PS3, le jeu revient le 13 mars 2018 sur PS4 dans une version graphiquement remaniée et intitulée The Raven Remastered. Déjà plus accessible grâce à la présence d'une édition physique et surtout de sous-titres français, le récit (re)démarre à bord de l'Orient Express, en plein milieu des années 60.

Image

Contenu du jeu


En cas de blocage, piochez dans votre inventaire.
L'aventure se divise en trois chapitres qui, s'ils peuvent être rechargés séparément, s'enchaînent désormais automatiquement. Même s'il y a plusieurs environnements, le jeu se déroule un peu à la manière d'un huit clos. Ensemble durant ce grand voyage démarrant à Zurich pour finir au Caire, les personnages dévoilent habilement leur intérêt au fur et à mesure. Véritables porteurs de sous-intrigues, ils tomberont plus facilement le masque si le joueur examine assez d'éléments.

Trois personnages pourront être contrôlés dans l'histoire, mais de manière imposée. Les lieux étant petits et les interactions parfois très nombreuses, ce changement vient joyeusement dynamiser une avancée très lente. Le gameplay reste cependant le même. Si l'inventaire (triangle) et quelques trop rares mini-jeux permettent de résoudre des énigmes ou des problèmes selon la situation, le carnet, bien que très agréable, se limite au rang d'aide-mémoire. Un bref tutoriel aiguille le joueur mais s'il souhaite chasser directement le platine et donc se passer de l'assistance (carre), c'est système D. Il n'y a toutefois quasiment aucune difficulté et le jeu peut être bouclé en 9 heures environ, trophées compris.

Vraiment prenante, l'intrigue devrait tenir les joueurs en haleine jusqu'au bout. Les amateurs des romans de la "Reine du Crime" seront comblés. Les références sont omniprésentes et l'un des personnages lui ressemble tellement qu'on a l'impression de faire l'enquête aux côtés de l'écrivain.

Pour finir, le titre s'enrichit de divers artworks et making of musicaux débloqués via les talents d'enquêteurs du joueur.

Image

 

Note : 3/5

Aspect technique du jeu


Les plans sont visuellement réussis.
The Raven Remastered s'affiche sous des traits vivement colorés qui se fondent à merveille avec les nouveaux jeux d'ombre et de lumière. Ses personnages un poil grossiers sont servis par un excellent doublage très théâtral et une bande son symphonique de qualité. Dommage que la synchronisation labiale souvent à la ramasse vienne casser l'émotion des acteurs.

Quelques icônes d'enquête ne veulent pas toujours se montrer, auquel cas il faut se déplacer et revenir, voire ouvrir l'inventaire ou le carnet. Pas d'autre problème technique à dénoter, seulement des temps de chargement certes courts mais bien trop fréquents, surtout que le gameplay consiste en une fouille successive de petits environnements. Le temps d'écouter tous les commentaires intéressants mais parfois abondants, sans savoir lesquels avanceront l'intrigue, de réfléchir et d'essayer différentes interactions, le jeu a tendance à s'éterniser. La lenteur des déplacements n'est en soi pas si pénalisante puisque la grandeur des lieux est relative, mais elle n'aide guère.

Les angles de vue délaissent la clarté pour l'esthétisme et il en devient parfois difficile de circuler. Heureusement, les décors variés maintiennent l'intérêt visuel en permanence. Certaines animations sont malgré elles très drôles car complètement ratées. Cela reste rare mais suffisamment marquant pour être mentionné. Joli sur la forme, le fond accuse néanmoins de son ancienneté.

Image

 

Note : 2/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Agent Zellner, guide du Discovery Tour du musée du Caire.
Honnêtement, le jeu tire sa réussite uniquement grâce à son ambiance et son intrigue. Les choix graphiques et sonores n'ont de cesse de rappeler le sentiment cocasse des années 60 et le sens dramatique d'un polar signé Lady Christie. À force de farfouiller à droite et à gauche et d'importuner tout le monde, la sensation d'enquête est bien réelle, et ce malgré la simplicité de la progression. Le bruit de notes dans le carnet et les suppositions naissantes sur les secrets de chacun font qu'on se prend facilement au jeu.

Même si certains rebondissements demeurent plus ou moins prévisibles, le scénario adroitement tissé tient son intérêt jusqu'au bout, grâce à une mise en scène cinématographique. Charismatiques et bien travaillés psychologiquement, les personnages font mouche et laisseront indifférents très peu d'enquêteurs en herbe comme aguerris.

Par contre, le gameplay défaillant, l'effet de mollesse continuel et le manque de challenge cérébral offrent un très maigre plaisir de jeu. Ils constituent les bases sur lesquelles a été construit le reste mais ça s'arrête là. À moins d'y être forcé par les trophées, une fois le rideau tombé, il y a peu de chances d'y revenir. Exception faite pour ceux qui oublient rapidement les histoires !

Image

 

Note : 3/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


C'est bien beau d'avoir le score à la toute fin...
Le premier tiers des trophées est lié à l'histoire, le deuxième à des actions spécifiques, et le troisième récompense la curiosité et la perspicacité du joueur. En chassant ce dernier, le reste peut facilement être obtenu puisqu'il nécessite d'aborder presque l'intégralité des éléments d'enquête. Autrement dit, tous les trophées sont basés sur le même principe : examiner et/ou interagir avec des objets. Bien que la nature du jeu ne permette pas grand chose d'autre, ça reste assez redondant.

Comparée à sa version PS3, la liste de cette réédition ne se retrouve amputée que d'un seul trophée, portant ainsi le nombre total à 35. Cependant, les conditions d'obtention ont été en partie revisitées et les problèmes éliminés. Quand on sait que l'ancienne mouture contenaient des glitchs rendant l'obtention du platine impossible, on ne peut que s'en réjouir. Le Saint Graal doit donc être atteint par le biais de Enquêteur chevronné (Or) (un par épisode). Le jeu comptabilise en points toutes les inspections et déductions faites et réussies, et il faudra en obtenir beaucoup pour décrocher la récompense. Néanmoins, impossible de suivre son avancée ni même de consulter librement le score. Celui-ci apparaît parfois à l'issue de phases d'enquête en haut à droite, mais il faut être rapide et vigilant pour en prendre connaissance.

Qui plus est, le fait de cliquer sur les renseignements dans le carnet ou d'appuyer sur la touche (carre) réduit les points, ce qui n'est indiqué à aucun moment. Dommage de refaire un chapitre pour ça. Heureusement (en un sens), cette chasse PS4 reste moins exigeante car il ne sera pas nécessaire d'atteindre le maximum de points pour obtenir les trophées précédemment mentionnés. Et puisque l'aventure porte naturellement à consulter tous les éléments, tant que le joueur n'utilise aucune aide, la chasse devient au contraire presque invisible.

Soit les libertés prises par le joueur au cours de son aventure l'amèneront à recharger un ou plusieurs chapitres (et ainsi appuyer sur les défauts du jeu), soit il ne se rendra guère compte de l'effort fourni pour débloquer le platine.

Image

 

Note : 2/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
10/20

Lent et répétitif, le titre jouit toutefois d'une ambiance très réussie et d'un scénario prenant. Le travail de refonte est admirable, mais le jeu en lui-même ne retiendra pas l'attention de tous. Une chasse plus diversifiée et mieux accompagnée ainsi qu'un gameplay moins plombant auraient pu relever l'intérêt. Avis aux tolérants amateurs de vieilles enquêtes policières.

Je recommande ce jeu :
Aux spécialistes du genre, Aux chasseurs de trophées/platine facile