Test : The Liar Princess and the Blind Prince


The Liar Princess and the Blind Prince
  • 1
  • 7
  • 8
  • 8
Pas de note
des joueurs
Pas de note
des platineurs

The Liar Princess and the Blind Prince

ps4


24 trophées au total
4 trophées cachés

21 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 15 joueurs (71 %)
100% par : 15 joueurs (71 %)
Note du jeu
17/20
Discuter du test

Test du jeu
The Liar Princess and the Blind Prince

  • Test rédigé par yuutsu le 27-03-2019 - Modifié le 27-03-2019


Introduction


Il était une fois...

Il est des studios toujours prêts à stimuler la créativité de leurs employés et à mettre en avant des projets de petite envergure aux côtés de leurs grandes sagas. C'est le cas de Nippon Ichi Software : chaque année, un concours artistique est organisé afin d'en faire jaillir une production. Des jeux comme Yomawari : Night Alone sont nés de ce processus. Le 31 mai 2018 voit la naissance de The Liar Princess and the Blind Prince. Il faudra attendre le 12 février 2019 pour que le jeu parvienne jusqu'en Europe.

Le récit proposé est à l'image de celui d'un conte qu'un parent pourrait raconter à son enfant à l'heure du coucher. Dans un royaume très lointain existait une forêt sombre, peuplée de monstres. Y vivait une louve qui, chaque nuit, chantait. Un chant tel qu'il charma le prince qui allait écouter la symphonie. Jusqu'au soir où, intrigué de connaître l'identité de la chanteuse, il grimpa sur la colline où était juchée la louve. Pris de panique, le monstre repoussa le prince de ses griffes... et lui creva les yeux. S'en voulant de son geste, la louve demanda l'aide de la sorcière de la forêt. En échange de son chant, elle peut désormais se transformer en princesse. Libérant le prince de la geôle où l'ont enfermé ses parents, la princesse décide de l'amener à la sorcière pour qu'elle lui redonne la vue. Mais la forêt est dangereuse pour un humain et les chemins peu sûrs. La louve devra repousser ses congénères, tout en n'éventant pas son secret au prince.

Casse-têtes et énigmes viendront jalonner le périple de ce duo atypique dont la relation modifiera les mécaniques qui les lient, afin de les aider à avancer jusqu'au repaire de la sorcière. Un voyage à la fois initiatique et poétique attend les joueurs.



Image

Ce test a été rédigé en collaboration avec So-chan.

Contenu du jeu


Comment actionner l'interrupteur ? C'est à vous de trouver la solution.
Dans un royaume prospère

Passé l'introduction vous présentant aussi bien les personnages que l'univers, à vous d'explorer la forêt pour parvenir jusqu'à votre but : le hameau de la sorcière. Pour cela, vous allez devoir traverser plusieurs zones chacune possédant un gameplay qui lui est propre quand il ne s'ajoute pas, définitivement, aux commandes de base. Même si tout le récit (hormis l'introduction et sa conclusion) se déroule dans les bois, la variété des zones permet d'éviter un sentiment de redondance. Ainsi vous croiserez aussi bien des champignons luminescents qu'une grotte remplie de cristaux, ou encore les bois éclairés par des lanternes à l'effigie de la sorcière.

Comme dit plus haut, des casse-têtes viendront émailler votre progression. Rien d'insurmontable toutefois il faudra savoir observer pour comprendre comment résoudre l'énigme. Une porte à déverrouiller, un précipice à franchir, des chiffres à entrer sont un rapide exemple des éléments pouvant vous poser problème. Car même si vous jouez une louve capable de passer d'une transformation à une autre, pouvant sauter haut mais aussi en longueur sous son apparence animale, il en est pas de même pour le prince. Faible, craintif, ne pouvant pas avancer librement du fait de sa cécité, c'est à vous de le guider en le tenant par la main ou, plus tard, en lui indiquant quand il peut avancer, reculer ou même s'arrêter. Il vous faudra aussi vous confronter aux autres monstres, le bestiaire venant s'enrichir à chaque nouvelle section. En louve, vous pouvez les tuer facilement ce qui permet au prince de s'en sortir indemne (une morsure et le voilà mort). Pourtant, parfois il faudra trouver le juste rythme, un plafond empêchant votre transformation et vous plaçant dans la même situation de faiblesse que le prince. Le décès d'un des membres signifie le game over et vous renvoie au dernier point de sauvegarde automatique (heureusement assez nombreux).

C'est plus de six zones découpées en plusieurs niveaux (conclusion et introduction en plus) qui forment le périple. Même en prenant son temps et en accumulant les décès l'aventure se conclut en six heures. Toutefois, même avec le récit terminé, le jeu propose encore quelques challenges avec ses collectibles. Ces derniers se divisent en deux catégories : les fleurs que vous devez cueillir en tant que princesse pour les offrir au prince et les pétales. En plus d'offrir des trophées, ces derniers vous déverrouillent aussi l'accès au conte de la sorcière (récit relatant le passif de cette dernière) et la galerie de concept-art. En plus de croquis préparatoires vous pouvez trouver des informations sur la conception des personnages : un plus tout à fait appréciable pour un jeu de cet acabit et qui renforce l'impression d'être récompensé de l'effort fourni.

Lors du lancement du jeu, on se fait la réflexion qu'une option de jeu en coopération aurait pu donner un autre dynamisme, chaque joueur incarnant un membre du duo. Mais en terminant le récit, on remarque que cet ajout aurait pu bouleverser tout le gameplay et n'aurait pas été aussi nécessaire qu'on ne l'aurait cru.

Image

The Liar Princess and the Blind Prince propose une aventure en solitaire tout en puzzles poussant le joueur à associer réflexion et réflexes. Loin de s’appesantir, le jeu sait se renouveler aussi bien dans ses décors que ses mécaniques du jeu évitant la lassitude.

 

Note : 4/5

Aspect technique du jeu


Les tons sépias sont rehaussés par de subtiles touches de couleur.
Joli comme un livre d'images

The Liar Princess and the Blind Prince se présente comme un conte aussi bien dans sa narration que dans son visuel. Vos sauvegardes s'effectuent sur des marque-pages et les transitions entre jeu et cinématiques se matérialisent sous forme de pages qui tournent. Ces dernières sont d'ailleurs loin des standards du photo-réalisme : pas d'animation mais des illustrations pouvant aller de l'image colorisée au croquis. L'effet croquis est d'ailleurs utilisé pour souligner une scène plus intense en émotions, à l'image d'une case accentuant ses effets par l'utilisation de trames.

La musique n'est nullement en reste rappelant ces symphonies accomplies avec des boîtes à musique. Mention spéciale à la chanson-thème concluant le jeu, Tsukiyo no Ongakukai (concert au clair de lune), interprété par Akiko Shikata. Loin d'être nouvelle dans le domaine, la chanteuse-compositrice a travaillé sur d'autres jeux comme la saga Ar Tonelico ou encore le visual-novel et son adaptation animée d'Umineko no naku koro ni. À noter que Akiko Shikata compose et chante seule, enregistrant plusieurs pistes avant de les fusionner.

Quant au reste du jeu, le style 2D est privilégié comme si l'on visualisait les illustrations d'un livre pour enfants. Les personnages et ennemis voient leurs expressions se modifier selon la situation et les mouvements du duo obéissent très rapidement aux commandes. Le décor défile en arrière-plan tandis que le duo progresse face à des ennemis capables aussi bien d'avancer que de retourner sur leurs pas, selon un pattern bien précis... qu'ils sont capables de briser si vous vous trouvez trop près d'eux. Loin d'être extrêmement punitive, l'IA ne vous laissera pas pour autant vous approcher sans réagir. Prince et princesse succomberont au moindre choc : seule la louve peut les repousser de sa présence et de ses griffes. À l'image des mécaniques du jeu, chaque zone apporte de nouveaux monstres : chauves-souris, yétis ou encore créatures à pattes d'éléphants et souche servant de carapace pourront se révéler aussi bien des alliés que des ennemis.

Les bases du gameplay, et chaque ajout, sont rapidement expliqués par un tutoriel. On doit demeurer appuyé sur (carre) pour tenir la main du prince. La transformation se fait à l'aide de (triangle) et les sauts avec (croix). À cette base s'ajoutent les ordres que l'on peut donner au prince via les flèches directionnelles. Quant au reste, il faudra observer le décor, anticiper les mouvements de l'ennemi et interagir avec les divers éléments comme les champignons qui permettent d'éviter une chute mortelle en tombant dessus. Aucun bug n'est venu ternir l'expérience du jeu. Les commandes se font intuitivement et l'on assimile chaque nouveauté rapidement.

Le seul point dommageable demeure qu'aucune traduction en français n'existe. On devra se contenter des sous-titres anglais. Heureusement le niveau requis pour la compréhension n'est guère complexe et on comprend aisément aussi bien le récit que les tutoriels. Les joueurs les moins bilingues auront peut-être quelques difficultés sur les énigmes demandant de dénicher des indices dans des textes.

Image

Adoptant une patte graphique originale et répondant à son style de narration, The Liar Princess and the Blind Prince participe à une évasion bienvenue et à une plongée comparable à la lecture d'un album pour enfants. Les mécaniques s’assimilent rapidement et ne demandant plus que les réflexes et l'observation du joueur pour dévoiler leur potentiel.

 

Note : 5/5

Plaisir à jouer et à rejouer


La question est : ami ou ennemi ?
Prendre un prince par la main

Malgré sa courte expérience (environ six heures la première partie) The Liar Princess and the Blind Prince arrive à proposer un périple qui ne s’essouffle pas. Chaque zone possède son propre décor mais aussi des ajouts de gameplay permettant de renouveler l'expérience. Ainsi l'une des dernières zones demande d'élucider plusieurs énigmes à grands renforts de textes et de chiffres. Un challenge qui se révèle plus corsé que prévu au vu de l'absence de la traduction française. Mais rien non plus d'insurmontable, rassurez-vous.

Le récit ne renouvelle guère le genre se basant même sur plusieurs éléments propres au conte : le rachat de la faute, le pacte avec la sorcière contre la perte d'un élément important, une fin se concluant sur une morale. Malgré quelques grosses ficelles, le scénario demeure plaisant à suivre et la conclusion évite la happy ending trop convenue préférant une fin mi-douce mi-amère. Reste que, le périple achevé, on ressort du jeu avec la sensation d'avoir joué de façon plaisante, d'avoir su profiter d'un moment de calme.

The Liar Princess and the Blind Prince offre une bouffée d'air bienvenue et sait proposer, par ses deux personnages principaux, un changement de rôles très appréciable. Car, cette fois, c'est le prince qui doit être sauvé et qui représente le personnage faible physiquement, et même doux avec son goût pour les livres et les fleurs tandis que, la princesse, se révèle être la guerrière capable de tuer mais non dénuée, pour autant, de faiblesses plus psychologiques. Un duo dont l'originalité permet des scènes qui dévoilent toute l'évolution de la relation passant de la cohabitation maladroite à quelque chose de bien plus intense dont l'on taira la conclusion pour laisser le plaisir de la découverte.

Comme dit plus tôt, même avec le récit terminé, le jeu recèle de collectibles à glaner. En allant dans le menu pause, le joueur peut aller d'un niveau à un autre pour récupérer ces éléments. Leur présence est d'ailleurs indiqué à côté du titre du niveau permettant, d'un seul coup d’œil, de voir ceux récupérés et ceux manquants. Ne vous restera plus qu'à fouiner les sections en vous aidant du joystick droit qui permet d'agrandir votre champ visuel et d'apercevoir les alentours au-delà des limites de l'écran.

Pour ceux voulant simplement profiter de l'histoire, il est même possible de passer les niveaux pour simplement visualiser les cinématiques. Ces dernières peuvent être à nouveau visionnées depuis le menu pause à tout moment. Loin de faire preuve d'une difficulté harassante, le jeu propose ce qu'il faut de challenge pour faire tourner les méninges et se veut moins linéaire que ce qu'il paraît de prime abord. Chaque énigme est résolue avec satisfaction et la progression se fait constante, sans réel temps mort.

Image

Malgré de nombreuses ficelles, l'histoire se savoure comme un conte lu au lit, replongeant tout joueur dans l'enfance. The Liar Princess and the Blind Prince offre une petite bulle de poésie et de quiétude qui saura faire souffler tout joueur entre deux grosses sorties. La découverte des derniers collectibles se réalise sans réelle prise de tête.

 

Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Il vous faudra bien observer pour trouver cette scène cachée.
Et ils vécurent heureux

Il est fort probable qu'à la fin de votre première partie vous ayez collecté plus de la moitié des trophées constituant la liste comme avancer dans le récit, tuer un certain nombre d'ennemis ou causer la mort du prince plus d'une trentaine de fois. Ramasser les derniers collectibles ne posera pas même de problème car leur emplacement est indiqué à côté du titre du niveau : si l'élément est blanc, vous ne l'avez pas ramassé. Ne vous reste plus qu'à fouiner la section à l'aide du joystick droit vous permettant de voir au-delà de l'écran pour découvrir leur emplacement. Une collecte qui se fait sans grande douleur donc grâce à cette précision présente dans le jeu même.

Quelques petits challenges viendront pimenter votre chasse comme accomplir un niveau en un temps limité ou sans tuer d'ennemis. Rien d'insurmontable là non plus. Il vous suffit de rechargez le niveau en question est d'avancer jusqu'au but (avec le prince) dans le premier cas. Pour le second, votre forme louve sera votre alliée principale pour éloigner les ennemis et faire avancer le prince en toute quiétude. Si la transformation n'est pas possible, observez pour prendre un chemin moins risqué.

Le seul trophée requérant une aide extérieure et n'étant pas forcément limpide reste (Argent) The Full Moon with You qui consiste à regarder la lune avec le prince. Concrètement, cette action s'accomplit dans un niveau précis. Avant de quitter la zone vous devez allumer une lanterne puis revenir sur vos pas pour prendre un ascenseur vous amenant à un lieu secret. Rien n'indique explicitement cet endroit ce qui peut faire tourner en rond un joueur jusqu'à trouver la solution. Mais c'est bien là le seul « défaut » de la liste de trophées.

Image

Le platine de The Liar Princess and the Blind Prince est à l'image du jeu : facile d'accès, il propose juste ce qu'il faut de challenge pour ne pas donner la sensation d'un platine trop aisé. Finir les niveaux en un temps précis ou pacifiquement permet de ré-découvrir certaines portions du jeu sous un autre angle. Même les allergiques aux collectibles trouveront leur compte, le jeu guidant le joueur sur leurs emplacements.

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
17/20

Jolie pépite débarquant chez nous, The Liar Princess and the Blind Prince se savoure comme un conte avec les défauts et les qualités propres au genre. Les puzzles offrent ce qu'il faut de challenge et la chasse au platine se fait naturellement. Ne manque plus qu'une traduction française pour que le jeu puisse être apprécié de tout le monde.

Je recommande ce jeu :
À tous