Test : Surgeon Simulator


Surgeon Simulator
  • 1
  • 2
  • 5
  • 48
Note des joueurs :
3/5 - 10 notes
Note des platineurs :
3.8/5 - 6 notes

Surgeon Simulator

ps4


56 trophées au total
3 trophées cachés

424 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 16 joueurs (4 %)
100% par : 16 joueurs (4 %)
Note du jeu
10/20
Discuter du test

Test du jeu
Surgeon Simulator

  • Test rédigé par Fléau le 29-09-2014 - Modifié le 07-12-2016


Introduction


"Alors, le cœur... je crois que c'est là."
Envie de devenir chirurgien, mais pas de faire des années et des années d'études ? Problème résolu : achète Surgeon Simulator pour obtenir une formation de grande qualité. Là où les autres chirurgiens se spécialisent dans un domaine, toi tu as la possibilité d'être un spécialiste dans absolument tous les domaines ! Greffe de cœur, de cerveau, d'œil... plus rien n'aura de secret pour toi grâce à ce jeu, et tu pourras alors monter ta propre clinique, afin de gagner honnêtement de l'argent.

Remercions Boss Studios de nous proposer une simulation qui avait fait un carton international sur PC/Mac, et qui, gageons-le, aura tout autant de succès sur PS4. C'est un jeu incroyablement réaliste que se voit doter le Playstation Store, et qui réveillera des vocations parmi les joueurs. "Vous le gamer, oui vous avec la manette et le clavier là ! Que diriez-vous de faire des opérations chirurgicales ?" Voilà peu ou proue l'idée brillante qui a permis de faire germer Surgeon Simulator. Nettoyez vos scalpels, affutez vos haches et rechargez votre perceuse : la vie de vos patients est entre... votre main.

Contenu du jeu


La chirurgie dentaire, un monde plein de délicatesses.
Une durée de vie presque infinie quoi

Il y a un total de cinq opérations à effectuer. Pas quatre... cinq ! Bon, okay, c'est vrai que vous aurez la possibilité de faire ces opérations en clinique, dans le couloir, ou encore dans l'ambulance. Histoire d'apporter un peu de piments pour les plus aguerris d'entre vous, chirurgiens en herbe. D'ailleurs, en parlant de piment, ne faisons absolument TOUTES les opérations qu'avec une main, parce que deux mains pour une opération du cerveau par exemple, c'est pas très utile. Il est vrai aussi qu'après avoir réussi les opérations sur votre unique patient, le fort originalement nom "Bob", vous pourrez passer à... un alien. Et oui, après une longue enquête effectuée par mes soins, j'ai appris que les meilleurs chirurgiens pouvaient se rendre dans l'espace afin d'aider nos amis les aliens dans leurs problèmes corporels de toutes sortes. Ma foi, logique. Avec ces différentes opérations, le jeu peut se boucler en un peu moins de 10 heures pour celles et ceux qui auront le plus de dextérité, ce qui déjà en soi n'est pas si mal, mais beaucoup plus si vous avez la folie de vous lancer dans le platine.

Ouah cette musique qui colle parfaitement à l'ambiance

Bon, je ne suis pas (encore) chirurgien, malgré les heures passées sur cette simulation, et je ne sais pas bien quelle musique collerait à l'ambiance d'une opération sanglante dans laquelle briser une cage thoracique au marteau, et sectionner des artères à la scie, ne pose aucun problème au patient. En revanche, mettre UNE musique un peu disco dans laquelle un synthé' et un rythme de batterie fait sur un vieil ordinateur ont été mélangés par un esprit sous LSD ; non, ça ne fonctionne pas trop. C'est peut-être pour ça d'ailleurs que les opérations finissent par le "meurtre" du patient neuf fois sur dix. Mais ce total décalage, qui a de quoi faire rire les plus sérieux d'entre nous, est visible à tous les niveaux dans ce jeu, notamment dans sa dimension technique.

 

Note : 4/5

Aspect technique du jeu


"Quelqu'un aurait-il une aspirine ?"
Graphiquement, la PSOne a du souci à se faire

Alors là, les gars, on est vraiment dans de la next-gen quoi. Ces graphismes, tellement somptueux. Plus sérieusement, ce n'est pas vilain, mais clairement on est en deçà de la puissance de notre machine. Il est vrai que les organes ne sont pas mal faits, mais le patient "Bob" a une tête de personnage secondaire générique tel qu'on en voit dans certains RPG chelou. Il ressemble davantage à une poupée de mannequin sur laquelle on va passer sa frustration de la journée, qu'à un malade que l'on va aider.

Une jouabilité... vraiment unique

Ici, on atteint vraiment le summum. Vous avez déjà vu un bébé de quelques mois qui manie des jouets très lentement et très maladroitement ? C'est mignon hein ? Eh bien, remplacez le bébé par un chirurgien fou ne se servant que de son bras droit, et les jouets par des outils tranchants, et vous aurez un aperçu du gameplay que propose cette "simulation". Vous aurez enfin l'occasion de savoir ce que c'est que de faire des opérations chirurgicales avec 4 grammes d'alcool dans le sang. Et c'est pas fini, comme dit la pub' : si par malheur vous effleurez la seringue servant à l'anesthésie en amenant péniblement votre bras vers la scie électrique, vous serez complètement stone, et l'effet n'est pas prêt de s'estomper. Tant pis pour vous, continuez donc votre opération avec une jouabilité codée par des chèvres, et des effets de couleurs à l'écran qui feraient planer Pete Doherty lui-même.

L'aspect technique de Surgeon Simulator est raté, mais il a de quoi nous faire réfléchir. Et si c'était un raté volontaire pour faire rire ? Lorsque le chirurgien prend un outil, il était possible d'adapter immédiatement l'outil à la main et de permettre une opération plus simple. Mais le fait de ramasser le scalpel en refermant l'auriculaire sur lui, et de trancher dans le vif dans cette position, n'est certes pas ergonomique, mais c'est ce qui provoque de nombreux fous rires au cours de vos parties. Le jeu est techniquement raté, mais si c'est un parti pris pour délirer devant sa console, alors pourquoi pas ?

 

Note : 2/5

Plaisir à jouer et à rejouer


"Je suis le meilleur, ça crève les yeux."
Un jeu vraiment délirant

Malgré les faiblesses techniques de Surgeon Simulator, il reste un jeu incroyable qui vous fera arracher de francs fous-rires. Dès les premières minutes de jeu, vous allez halluciner, et pas forcément à cause de la seringue qui traîne à côté de vos instruments. Si vous avez l'occasion de le faire avec des potes en soirée, après quelques bières, tentez l'expérience. Attention, l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, mais pas l'excès de morphine apparemment.

Un gros challenge rien que pour finir les opérations

La maniabilité est tellement catastrophique, qu'elle rend le jeu très difficile. Pour finir la toute première opération, il m'a fallu consulter un tutoriel sur internet, et le suivre à la lettre. Et oui, pas simple de faire une greffe de cœur. Surtout lorsque les contrôles ont été aussi bien pensés : un bouton pour fermer le majeur, l'annulaire et l'auriculaire ; un bouton pour fermer l'index et le pouce ; un bouton pour baisser le bras. Rien qu'avec ça, tu peux voir que le jeu est complètement foireux niveau maniabilité. Imagine juste un peu : lorsque tu commences ta toute première opération, tu vas avoir du mal à enlever le tissu qui recouvre le patient. Le tissu... qui recouvre... le patient ! Alors pour couper une artère au fin fond du patient, et enlever son cœur malencontreusement tombé derrière l'estomac, bon courage. Mais d'un autre côté, il faut avouer que cette maniabilité est justement ce qui vous provoquera des fous rires. Lâcher malencontreusement une scie électrique dans son patient (ne riez pas, ça arrive), essayer la récupérer, voir qu'il se met à perdre 200 ml/sang à la seconde avant de claquer... et en plus voir un message s'afficher du type "ça se passait si bien avant le meurtre de votre patient", mais c'est juste hilarant.

 

Note : 3/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Bob ne sera pas votre seul patient, il y aura un alien aussi.
Des trophées apparemment faciles

Mais le pire est à venir. Quand tu consultes la listes de trophées de Surgeon Simulator, tu pourrais croire qu'il s'agit d'un platine pouvant être obtenu facilement. "Tuer son patient en moins de 15 secondes", "Greffer un cerveau en moins d'une minute", etc. Ça ne doit pas être bien difficile, n'est-ce pas ? Il est vrai qu'il y a les rangs "A ++" à obtenir pour chaque opération, mais après s'être habitué au gameplay, ça devrait aller, n'est-ce pas ? Lis donc la suite.

Mais un platine en réalité atroce

Eh bien pas du tout ! le platine est une calamité si vous caressez l'idée même de le chasser. Finir une opération, indépendamment du temps, est déjà un exploit en soi. Obtenir la meilleure note dans toutes les opérations demandera une vraie maîtrise de la maniabilité si particulière et si imprécise lorsque vous commencez. D'autant qu'un trophée en or est glitché, et que pour le moment le platine est impossible à obtenir. Vous voyez, même les trophées ont été ratés.

 

Note : 1/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
10/20

Malgré la faible note finale, je conseille ce jeu à celles et ceux qui veulent rire un bon coup, notamment entre potes, à condition d'avoir le cœur bien accroché. Essayez donc ce jeu qui ferait pâlir d'envie les créateurs de Saw, et dans lequel vous comprendrez ce que c'est d'incarner un chirurgien manchot ayant la dextérité d'un nourrisson. Vous n'y passerez pas non plus des heures de plaisir, mais au moins quelques instants de délire. À la semblance d'un nanar, Surgeon Simulator est objectivement mauvais, car il ne remplit pas les critères qu'on pourrait exiger pour un jeu. Mais c'est précisément ce qui le rend si unique et drôle. Du coup, il interroge et remet en question nos critères de jugement : il n'est pas très beau, il n'est pas du tout maniable, la musique est atroce... et pourtant on s'amuse comme des petits fous, et c'est peut-être l'essentiel pour un jeu vidéo.

Je recommande ce jeu :