Stranded Deep

Stranded Deep

ps4

1
5
10
20
15
3

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 21/04/2020
Genre(s) : Survival-Horror
Territoire(s) : FRANCE

407 joueurs possèdent ce jeu
36 trophées au total
0 trophée online
0 trophée caché

Platiné par : 42 joueurs (10 %)

100% par : 42 joueurs (10 %)


Note des joueurs :
4/5 - 4 notes

Note des platineurs :
4.7/5 - 3 notes

Test rédigé par dregs le 03-05-2020 - Modifié le 03-05-2020

Introduction

Initialement prévu pour octobre 2018, Stranded Deep a dû faire face à un imprévu après la perte de son éditeur Telltale. C’était sans compter sur la ténacité du studio australien, bien décidé à sortir son jeu en rachetant les droits de publication sur console, le jeu étant disponible depuis 2015 sur PC.
Le jeu ayant trouvé rapidement son public via la plateforme Steam, quant est-il de la version console ?

En ce mois d’avril 2020, êtes-vous prêt à braver toutes les épreuves de la survie afin de vous sortir de cet enfer et de retrouver la civilisation ? Ou bien préférez-vous rester dans ce havre de paix mais à quel prix…

Contenu du jeu

Mayday ! Mayday ! Ici le vol de la Flinear Airline… Nous allons nous crasherrrrr….. !!!


Dès l’écran d’accueil, le paramétrage de votre partie est relativement simple, à vous de choisir le sexe de votre personnage, la difficulté et le niveau d’hostilité des serpents ou autres requins. Une fois la partie lancée, vous voilà à bord de votre jet quand soudain celui-ci se crash vous obligeant à vous extirper de l’engin avant la noyade direction le radeau de sauvetage. C’est donc sur ces bases que vous démarrerez l’ensemble de vos parties, sans ne rien connaitre de votre personnage, afin de vous immiscer totalement dans la peau de celui-ci.

Passé le prologue vous servant d’introduction aux bases du gameplay ainsi qu’à l’univers vous entourant, vous voilà donc livré à vous-même et aux lourds dilemmes qui se poseront à vous. Et oui après un rapide coup d’œil de l’ile sur laquelle vous vous trouvez il sera temps de partir explorer un peu plus loin. Sachez que le jeu génère les cartes de façon aléatoire, ce qui signifie que d’une partie à l’autre vous ne vous retrouverez pas forcement au même endroit et donc pas forcément les mêmes avantages à proximité.

Comme vous l’aurez compris, l’essence même du jeu est la survie et là-dessus Stranded Deep a parfaitement su sortir son épingle du jeu. Et oui le jeu ne possède pas de trame, c’est pourquoi vous êtes libre de faire ce que vous voulez. Alors attention je ne dis pas que le jeu ne possède pas de fin, il y a bien un moyen de se sortir de tout ce pétrin et pour des raisons évidentes je ne vous dévoilerai rien de tout cela, mais sachez que l’on peut aussi bien finircelui-ci après une dizaines de jours de survie, comme décider de vivre comme un parfait exilé dans le but de se construire un vrai palace de fortune et d’être un pro de la survie. Dans ce sens, la durée de vie est donc indéfinissable, à moins que le manque de bois et de pierre ne viennent à bout de vous.

Vous voilà donc sur un open world constitué d’eau, beaucoup beaucoup d’eau mais également de nombreux ilots et autres carcasses de bateaux et avions en tout genre, nous laissant la possibilité de découvrir de nombreux matériaux utiles durant notre périple. On peut aussi compter sur une faune et une flore relativement dense afin de couvrir tous nos besoins en eau, nourriture et tous autres éléments permettant d’apporter un peu de confort durant notre survie. Mais comme rien n’arrive sans rien, il faudra explorer encore et encore ce que le jeu nous propose.

Il est à noter que le jeu possède via l’écran d’accueil d’une fonction Cartographier vous permettant de réaliser vos propres cartes. Comme il fut évoqué un temps, le jeu ne possède par contre pas de mode multijoueur.
Note : 4/5

Aspect technique du jeu

Faut vite sortir de cette carcasse avant de couler...


D’un point de vue graphique, il serait aberrant de dire que le jeu n’est pas sublime. Les mouvements de l’eau sont fluides, les différents moments de la journée ainsi que la météo sont superbement représentés et que dire du fond marin qui risque de vous en mettre plein la vue. Bon cela dit, si on veut être pointilleux, on remarquera l’absence totale de mouvement de l’herbe ou autre effet du vent sur la terre ferme.

Que dire de la bande-son qui appui parfaitement l’univers calme et paisible du jeu, accompagné de temps à autre par quelques notes de piano en fond sonore, notamment lors de vos traversées en radeau. Dans les paramètres vous pouvez également ajuster l’ambiance sonore et profiter du crépitement de votre feu de camp pour vous détendre quelques minutes.

Concernant la partie gameplay les touches sont relativement simples et basiques, sachant que le didacticiel constitue une bonne prise en main, cependant il vous faudra quand même quelques temps de jeu pour vraiment prendre les commandes de façon intuitive et rapide. Comme pour tout bon survivant qui se respecte, une grande partie du jeu consiste à la construction de différents objets et là malheureusement on ne possède pas toutes les informations sur l’utilisation des éléments et il faudra aller à la chasse aux informations pour obtenir des réponses. A titre d’exemple, il est impossible d’utiliser le barbecue primitif et ceux tout simplement pour un bug à l’heure actuel.

Allez, il est temps de lister quelques autres points négatifs car au moment où je rédige ce test nous n’avons pas eu de patch modifiant de nombreux bugs. Dans un premier temps on notera que le déplacement et le positionnement d’objet tel que les caisses, bidons, pneu ou autres items qu’il vous faudra amener via la touche (L2) est très hasardeuse et relativement pénible à utiliser. Idem pour votre personnage avec certains bugs d’affichages notamment lorsque celui traverse son radeau de sauvetage ou parfois lors de vos déplacements en mer et l’actualisation de la vue. En soit on s’y habitue et ça n’entache pas réellement le plaisir du jeu, a contrario il est regrettable de pouvoir harponner des petites sardines, poissons clowns ou autres gros requin tigre, alors que de nombreux mérous, tortues, raies, petits requins… ne peuvent pas être attrapés. Difficile de comprendre la logique d’autant plus que le jeu exploite relativement bien l’environnement dans son ensemble.

Attention également, une fois un élément fabriqué il ne vous sera alors plus possible de le déplacer, ce qui peut être gênant si on souhaite agrandir notre radeau mais que nous ne construisons pas l’élément collé à celui-ci.
Note : 3/5

Plaisir à jouer et à rejouer

Je t'aime Wollie tu sais...


Vous voilà donc dans la peau de votre personnage avec seulement votre montre, un radeau de sauvetage et le strict minimum dans la sacoche de celui-ci. Votre montre justement serra votre outil de prédilection afin de répondre au mieux à vos besoins. En effet, elle se constitue de 4 onglets afin de surveiller vos constantes vitales, vos compétences, vos affectations et vos statistiques. Il est donc primordiale de surveiller celle-ci afin de ne pas boire ou manger inutilement gaspillant ainsi vos précieuses ressources, mais à contrario, prendre vos rations, soins ou tout simplement un bon bain afin de vous protéger du soleil quand ceci sera nécessaire.

Vos affectations quant à elles, pourront causer votre mort si vous ne prêtez pas attention à celle-ci, une insolation ou une morsure viendront lentement à bout de vous, contrairement à un état de bonne santé qui viendra régénérer votre barre de vie.

Enfin les compétences vous seront grandement utiles afin de débloquer de nouvelles constructions. Il va de soi que vous devrez fabriquer des objets, cueillir, chasser ou pécher, mais aussi nager afin d’améliorer celles-ci.

Après avoir réalisé le didacticiel et pratiqué un peu le jeu afin de se familiariser avec les commandes, on prend rapidement ses aises et l’espace de jeu étant relativement grand, le joueur n’aura pas de mal à trouver son bonheur, partager entre de l’exploration, chasse aux ressources mais aussi construction d’un espace de vie de plus en plus confortable au fur et à mesure de votre périple. Il est quand même à noter que le positionnement très hasardeux des objets avec la touche (L2) viendra entacher à plusieurs reprises vos tentatives de rangement que ce soit sur votre radeau ou dans votre cabane. Pour peu que vous soyez maniaque et c’est la crise de nerf assurée. Il est également important de garder en tête que vous êtes dans un environnement hostile et que tout est fait pour causer votre perte. Explorez votre ile ou une baignade de nuit peu vite devenir mortelle. Une simple rencontre avec une rascasse peut s'avérer tout aussi dangereuse que de croiser un serpent ou autres requins, même les crabes qui vous serviront de repas ne se laisseront pas faire. Dans ce sens, le jeu est très réaliste.

Afin de nous stimuler également dans la réalisation de différents défis et ainsi casser cette routine, le joueur aura l’occasion de rencontrer 3 boss (un mégalodon, une murène géante et un calamar géant) qu’il vous faudra tuer afin d’obtenir 3 objets indispensables pour tenter d’échapper à votre aventure mais aussi en vous gratifiant d’un tableau de chasse. Après avoir vaincu ces fameux monstres, à vous de découvrir comment échapper de votre galère, mais sachez quand même que sans un minimum de préparation, vous courrez rapidement à votre perte.

Néanmoins et malgré les quelques bugs, le jeu devient rapidement addictif et chacun trouvera son bonheur dans le choix de sa trame ou de ses actions, tant les possibilités sont nombreuses mais surtout très réalistes.
Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%

Mais quel est cet objet brillant au fond de l'eau?


Que peut-on attendre comme liste de trophée de la part d’un jeu de survie ne comportant pas d’histoire à proprement parler. Et bien sachez que Stranded Deep s’en sort très bien nous proposant une liste variée qui exploitera vos diverses capacités. Une seule partie sera nécessaire afin d’obtenir le platine.

Concernant l’histoire, celle-ci n’étant pas le premier aspect du jeu vous serez cependant gratifié d’un jolie trophée ci-vous parvenez à vos fins et d’un autre si vous n’utilisez pas la boussole durant votre périple. Sachez qu’il s’agit probablement là de la plus grosse difficulté, tant la boussole vous guide dans cet immense terrain de chasse. Afin d’arriver à vous sortir de là il sera impératif de venir à bout de 3 monstres marins et là aussi deux précieux sésames viendront compléter votre collection. Bien sûr avant d’en arriver à ce stade, divers trophées tomberont lors de la prise en mains du jeu et notamment au cours du didacticiel.

Rentrons maintenant dans le vif du sujet et à vous de nous prouver tous vos talents de Robinson Crusoé. Beaucoup d’aspects sont pris en compte comme la construction de divers outils améliorant votre quotidien où il faudra cependant avoir développé ses compétences dans le bricolage afin de débloquer ceux-ci. Et oui, bricoler et explorer seront vos 2 plus grands passes temps. Il va de soi que vous trouverez sans soucis de nombreux éléments durant vos explorations qui vous permettront de fabriquer les outils nécessaires tels que le barbecue primitif, sac de couchage ou encore le Gyrocopthère, mais certains seront plus dur à trouver tel que les différentes cultures qu’il vous faudra rassembler sur une seul et même île. En soit la routine sera souvent la même et la chance vous aidera grandement à réduire la durée d’obtention des trophées. Et oui, les cartes étant générées de façon aléatoire, vous pourrez très bien vous trouver au milieu d’îles vous apportant tous le nécessaire aux développements multiples, comme être proche d’épave de containeur permettant alors de vous construire un havre de paix beaucoup plus imposant.

En résumé, la liste de trophée de Stranded Deep est très harmonieuse et saura vous faire profiter à fond de ce que le jeu aura à vous proposer tout en en profitant d’une durée de vie conséquente. On apprécie également les divers petits clin d’œil comme la présence du sosie de Wilson tiré du film Seul au monde notamment ou aussi le choix de votre régime alimentaire.
Note : 4/5

Conclusion

Stranded Deep est un jeu de survie très addictif et prouve que BEAM Team Games a eu raison de finaliser la production de celui-ci.
Malgré quelques bugs et autres incohérences, il est clair que le joueur se laissera porter avec bonheur sur l’océan de la survie et engrangera les heures sans se lasser dans de sublimes décors.
Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
15
Je recommande ce jeu : À tous

dregs (dregs23)

104
423
1199
3278