Test : Steins;Gate Elite


Steins;Gate Elite
  • 1
  • 7
  • 7
  • 11
Pas de note
des joueurs
Pas de note
des platineurs

Steins;Gate Elite

ps4


26 trophées au total
23 trophées cachés

23 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 18 joueurs (78 %)
100% par : 18 joueurs (78 %)
Note du jeu
18/20
Discuter du test

Test du jeu
Steins;Gate Elite

  • Test rédigé par DarkSephiroth le 12-03-2019 - Modifié le 12-03-2019



Introduction


Il est temps d'embarquer dans une aventure qui invite au voyage, au sacrifice de soi, aux larmes mais heureusement aussi aux moments de joie.
Les émotions sont des souvenirs qui transcendent le temps. Kurisu Makise.

Steins;Gate est un Visual Novel sorti pour la première fois en 2009 sur la Xbox 360 au Japon, la seconde console de Microsoft. Il sera ensuite porté sur PC en 2010, puis sur la PSP de Sony en 2011 avant d'arriver sur la PlayStation 3, le 24 mai 2012. Il arrivera en France, le 5 Juin 2015. Devant le succès important du jeu, un anime datant de 2011 a vu le jour et a lui aussi été salué par la critique et les fans. Des mangas, produits dérivés mais aussi de nombreuses suites et une préquelle Steins;Gate 0 ont continué à entretenir la célébrité de la licence.

Pour fêter les dix ans de la série, les développeurs de 5pb. ont décidé de produire un remake de la première aventure du Mad Scientist. Finies les images fixes, l'anime et le jeu fusionnent pour donner plus de vie à l'aventure et renouveler le genre.

L'histoire prend place dans le quartier otaku d'Akihabara. Rintarō Okabe est un jeune homme excentrique, féru de science qui s'amuse avec sa meilleure amie Mayuri Shiina, une jeune fille paisible mais un peu étrange et Itaru "Daru" Hashida, un collègue de son université et véritable génie informatique à créer des inventions plus farfelues les unes que les autres. Persuadé d'être au centre d'une conspiration, il a décidé de dominer le monde et de le faire sombrer dans le chaos en devenant Hōōin Kyōma, le scientifique fou. Bien que ses créations soient des ratages complets ou de simples bibelots, sa dernière trouvaille va se révéler à la fois extraordinaire et dangereuse. Avec un four à micro-ondes, un vieil ordinateur et un téléphone portable il va en effet sans le savoir au départ, être en mesure d'envoyer des messages dans le passé et réécrire l'histoire.

C'est ainsi qu'au cours d'une conférence sur la possibilité des voyages dans le temps, il découvre le corps inanimé de Kurisu Makise. Sous le choc et au moment où Daru teste dans le laboratoire leur nouvelle invention, Okabe envoie un sms qui va changer son destin à jamais. Il empêche la mort de la jeune femme et se retrouve quelque temps plus tard face à celle qu'il pensait morte, pourtant bien en vie et en bonne santé. Scientifique et génie d'à peine dix huit ans, elle va vite être embarquée dans les aventures et expériences du groupe de scientifiques en herbe.

Mais jouer avec le temps peut se révéler dangereux et ce qui était jusque là un délire du jeune homme va se transformer en cauchemar. En sauvant Kurisu, il a déclenché les rouages du destin et les conséquences vont vite se montrer terribles et impitoyables. Il va se retrouver traqué par la sombre organisation « SERN » située en France, elle procède en secret à des expériences sur le temps depuis de nombreuses années et va chercher à s'emparer des découvertes du petit groupe de jeunes scientifiques. Okabe va devoir essayer de réparer ses erreurs, sauver ses amis d'une fin tragique et faire des choix pour le moins douloureux.

Heureusement le jeune homme a un atout dans sa manche, un pouvoir qu'il ne comprend pas au début mais qui lui permet de rester conscient des changements de l'histoire et peut ainsi essayer d'anticiper les catastrophes à venir.

Contenu du jeu


Il faudra bien du courage et de la volonté à Rintarō Okabe pour réussir à sauver ses proches.
Tu peux tenter de fuir, mais ca ne fera qu'empirer les choses. Kurisu Makise.

Le jeu est uniquement jouable en solo, le joueur suit les aventures d'Okabe à travers plusieurs chapitres et va devoir prendre des décisions pour déterminer le futur et la ligne temporelle qui va se mettre en place. Tout va se décider par rapport aux choix que le héros va prendre lorsqu'il reçoit des messages de ses amis sur son téléphone. Des mots précis se détachent du corps du texte et il va falloir en choisir un qui va déterminer la suite des évènements. On peut aussi les ignorer mais cela ne fera que mettre un nouveau destin en route.

Une réponse innocente, désintéressée ou au contraire ironique, voire agressive va changer la façon dont les évènements se passent. Un futur différent de ce qu'il aurait dû être va se réaliser à chaque fois que le groupe de scientifiques amateurs va tenter des expériences sur le temps avec leur "machine à envoyer des sms dans le passé".

Il faudra donc explorer toutes les possibilités, voir les différents scénarios, trouver la réponse précise pour espérer sauver les proches du protagoniste principal et découvrir toutes les subtilités de l'aventure.

Le soft mettant en avant à de nombreuses reprises des aspects scientifiques poussés mais aussi des expressions propres à la culture japonaise se voit agrémenté d'un "dictionnaire" qui permet à tout moment de stopper l'aventure et de regarder la définition d'un mot qui poserait problème. Cela permet d'éviter aux joueurs de se retrouver perdu au cours de l'aventure par un terme compliqué ou inconnu en occident.

Avec plus de dix chapitres au compteur, une fin pour chaque personnages et une conclusion unique qui demandera de connaître le jeu dans ses moindres recoins, la durée de vie est plutôt conséquente pour un titre de ce genre. Il faudra compter en effet entre vingt à trente heures pour tout voir.

Steins;Gate Elite se vit de bout en bout, sans passer les dialogues, en ne cherchant pas uniquement à voir la fin et à obtenir des trophées en plus. Il demande de s'y investir pour comprendre les subtilités du scénario et ainsi se retrouver impliqué dans une aventure qui ne laissera personne indifférent.

Il faut ajouter également une bonne nouvelle supplémentaire, le jeu n'est pas venu seul, il est accompagné sur PlayStation 4 du titre Linear Bounded Phenogram (téléchargeable via un code). Il s'agit d'un stand alone permettant de connaître les points de vue des autres personnages de Steins;Gate. Ainsi ce n'est pas moins de onze histoires qui seront à découvrir à travers les yeux de Kurisu, Mayuri, Daru, Faris, Suzuha, Tennouji, Ruka mais aussi Moeka. Même si elles ne sont pas remasterisées, elles restent agréables à voir et permettent de découvrir encore plus d'informations sur une aventure déjà bien fournie.

 

Note : 4/5

Aspect technique du jeu


Jouer avec le temps peut avoir de graves conséquences et le joueur va vite s'en rendre compte.
Chaque nouveau jour doit être vécu pour ceux qui nous ont quitté. Kurisu Makise.

Le genre Visual Novel est souvent associé à juste titre à des images fixes et des textes qui défilent à l'écran, le joueur se contentant d'appuyer sur un bouton et de suivre l'histoire. Si le scénario est souvent de très bonne facture et que l'on passe un bon moment, il faut reconnaître que l'implication et l'interactivité restent pour le moins limités.

Les créateurs de Steins;Gate Elite avec en tête Chiyomaru Shikura et Tatsuya Matsubara ont cherché à faire évoluer ce type de jeux et proposer un spectacle éclatant et rythmé. Et le pari est sans aucun doute une réussite.

L'intégration des scènes de l'animé est très bien faite et le joueur va vite se surprendre à contempler l'écran, à rire ou s'inquiéter des péripéties qui arrivent aux personnages. Toutes les actions de la plus simple à la plus complexe, comme un déplacement dans la rue, une ouverture de porte, une explication scientifique... sont mises en mouvement. Il ne s'agit plus de lire seulement un texte, le joueur vit réellement l'aventure et ressent plus facilement les émotions qui transitent à travers les actions et l'histoire. Datant pourtant de 2011, l'animation et les graphismes restent d'un bon niveau et s'accordent parfaitement avec les scènes du jeu. Comme l'animé ne couvrait pas à l'époque toutes les fins possibles, de nouvelles scènes ont été créés spécialement pour l'occasion et ne dénotent absolument pas avec le reste. Elles sont de même qualité au niveau de la résolution et aussi bien animées que le matériel de base.

Même si l'on ne déplace pas le héros, la transition avec l'opus original est vraiment marquée, alors que l'on pouvait rester sur la même image pendant de longues minutes sur le jeu de 2009, la version Elite est en mouvent constant, du simple clignement des yeux à la scène la plus énergique, tout est fait pour attirer le regard, s'émerveiller et se sentir en face d'un véritable animé interactif.

Les doubleurs japonais reconnus à l'époque pour leur performance excellente ont repris du service et donnent le meilleur d'eux-mêmes une fois de plus. Tous les sentiments de la joie à la colère en passant par la peur sont parfaitement retranscrits, aucune fausse note ne vient entacher un travail fait avec passion et minutie. Les musiques ne sont pas en restes, en plus d'un opening interprété par Kanako Itō, habituée de la série, l'ambiance sonore est impeccable instaurant avec efficacité des moments de tension ou au contraire de calme qui permettent de reprendre son souffle.

Le gameplay bien que simple a été repensé et permet des actions et contrôles plus aisés, accéder aux mots clés de l'histoire se fait maintenant par la simple pression du pavé tactile, sauvegarder et recharger une partie pour tenter différentes options est devenu un jeu d'enfant et se fait immédiatement sans le moindre temps d'attente. Il est également possible de relire et d'entendre de nouveau les précédents dialogues au cas où un évènement se serait passé trop vite.

Le téléphone est un élément essentiel du jeu, en plus d'être un des composants de l'invention d'Okabe en permettant d'envoyer des messages dans le passé, il sert aussi pendant toute l'aventure à communiquer avec les amis du héros, à déclencher certains évènements ou à découvrir certaines lignes temporelles. Son utilisation reste simple, reposant sur des choix à faire. Ces décisions ne mettent pas le joueur sous pression, il n'y a pas de chronomètre, mais elles auront toutes des répercussions sur la fin qui se mettra en place.

Tout a donc été fait pour satisfaire à la fois la rétine, l'oreille et la tranquillité du joueur qui se retrouve dans de très bonnes conditions pour profiter de cette nouvelle expérience.

 

Note : 5/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Passer d'images fixes à un véritable animé est un vrai plaisir qui renouvelle sans cesse la découverte de l'histoire.
Contrôler le temps, ca signifie contrôler le monde. Suzuha Amane.

L'histoire racontée à travers les yeux du héros sur plusieurs chapitres est à la fois complexe, riche et intéressante à suivre. Si l'on est fan un tant soi peu de science fiction, des théories sur les changements du passé, des conséquences que cela entraîne ou des merveilles qui se trouvent dans l'espace comme les mouvements des planètes, les trous noirs, les étoiles et la création de l'univers… Steins;Gate Elite est un vrai régal. C'est un voyage immersif vers la frontière ténue entre la réalité et l'hypothétique, entre le passé et le futur, entre de véritables évènements et de pures inventions.

L'aventure se découvre sans déplaisir du début à la fin, le joueur va même au fil du temps se surprendre à essayer d'anticiper ce qui pourrait se passer dans les évènements à venir, à répondre à des questions laissées en suspens auparavant.

Mais le jeu ne dévoile pas tous ses secrets au bout d'une partie, ce serait trop simple. Plusieurs lignes temporelles existent, certaines amenant des réponses, d'autres des fins plus ou moins heureuses mais aussi l'apparition d'autres évènements et donc de nouvelles péripéties pour Rintarō Okabe. Grâce à des personnages profonds et attachants, un jeu d'acteur exemplaire, des évènements bien pensés, des rebondissements bien amenés, un scénario intelligent qui ne laisse pas le joueur sur le bas-côté sans explication, le soft est une franche réussite et ne lasse jamais.

L'envie de tout découvrir reste intacte à chaque moment et c'est un vrai plaisir quand on finit par découvrir la petite réponse innocente qui transforme des évènements catastrophiques en bonheur absolu.

Néanmoins un bémol qui ne peut être mis de côté vient ternir un tableau pour le moins idyllique, il n'y a aucune traduction dans la langue de Molière. Tout est en japonais avec des sous-titres en anglais. Les thèmes abordés relevant du domaine de la science, le langage étant par moment soutenu, il sera difficile pour quelqu'un ne parlant pas un mot de la langue de Shakespeare de comprendre tous les tenants et aboutissants du scénario. Il est vraiment regrettable qu'un jeu de cet acabit, devenu culte au fil des ans, proposant un remaster de qualité et permettant à un genre assez figé de se renouveller ne puisse pas être apprécié par plus de personnes.

S'il n'y a qu'un point noir qui peut être soulevé sur le titre, il est tout de même lourd de conséquences car il empêche un plus large public de s'intéresser à une aventure unique et prenante. Et c'est d'autant plus dommage que ce nouveau Steins;Gate moins pompeux et plus vivant que la première version de 2009 s'adresse à tous les publics et est un très bon point de départ pour ceux qui veulent essayer le genre. Si vous avez néanmoins des bases et l'envie de découvrir un jeu aux intrigues profondes, avec des personnages surprenants et inoubliables et d'avoir de nombreux souvenirs d'un voyage comme on en fait peu, il serait dommage de passer à côté.


 

Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Les membres du labo du scientifique fou au grand complet. Ils vont tous subir les répercutions des choix que le héros va faire.
Tromper les autres. Tromper le monde. C'est la seule façon d'atteindre Steins Gate. Bonne chance. El Psy Kongroo. Rintarō Okabe.

Les trophées de Steins;Gate Elite sont à l'image du jeu, une réussite et très bien pensés. Pour obtenir le platine tant convoité, il faudra voir et trouver tous les secrets du soft .

Les premiers tombent naturellement puisqu'il suffit de suivre les aventures du héros jusqu'au bout. Mais comme il s'agit d'un Visual Novel, la première partie est souvent synonyme pour le joueur d'une fin normale ou classique. Pour tout connaître, il faut explorer plusieurs scénarios, découvrir quels évènements ou quelles réponses permettent d'accéder aux différentes conclusions, de savoir qui va vivre ou qui va mourir, de tisser des liens avec les différents personnages.

Mais pour triompher du destin et s'extirper de « l'effet papillon » enclenché dès le début par les expériences d'Okabe et ainsi obtenir la « vraie fin », il faudra aussi collecter toutes les « astuces » qui sont des anecdotes ou des termes disséminés au travers des dialogues de l'aventure, participer à des évènements précis et connaître le passé des autres personnages.

Aucun trophée ne peut être manqué et plus le joueur fait de choix et en apprend sur la vie, le passé, les joies ou les peines des protagonistes et plus il se rapproche du Saint Graal. Rien n'est complexe à trouver, le fait de sauvegarder aux moments clés permet de tenter d'autres actions pour tout voir sans refaire des chapitres complets à maintes reprises.

La liste des récompenses est par contre amputée par rapport à la version originale, elle est plus concise et va directement à l'essentiel à savoir la découverte de l'histoire et des différents évènements qui attendent le joueur. Les interactions avec le téléphone du héros sont aussi plus limitées qu'à l'époque. Il ne sera plus utilisé comme un gadget, il est devenu l'élément déclencheur des répercutions sur le temps. Ainsi découvrir des fonds d'écran, changer la sonnerie de l'appareil, ne pas répondre à des messages, se tromper en composant un numéro… des trophées finalement sympathiques mais qui ne sont pas essentiels disparaissent pour laisser la place à l'intrigue et à ses rebondissements. La galerie d'images toujours présente n'a plus besoin d'être complétée, elle est ici un bonus et non pas une obligation.

Le platine est vraiment à la portée de tous les joueurs et joueuses qui s'investiront dessus, il procure à la fois le plaisir de la découverte et la satisfaction d'avoir vécu une aventure peu commune en compagnie de personnages attachants et qu'il sera difficile d'oublier.

 

Note : 5/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
18/20

Steins;Gate Elite porte bien son nom. On se retrouve face à un remake qui rend honneur au jeu culte d'origine. Avec des séquences animées qui donnent vie au titre et qui permettent de mieux resssentir les actions, les émotions et de vivre plus intensément l'histoire, le joueur profite de ce qui se fait de meilleur dans le genre Visual Novel.
Son platine simple et bien pensé qui demande de tout voir mais sans forcer le joueur, sa bande son et ses doublages de grandes qualités finissent de parachever un tableau presque parfait et un travail vraiment énorme pour l'anniversaire des dix ans du jeu.
Quel dommage que les sous-titres soient uniquement disponibles en anglais, le jeu se prive donc d'un certain public qui ne pourra pas entrevoir toute la profondeur du scénario et des intrigues. Peut-être que cette erreur sera enfin corrigée sur un potentiel remake de l'épisode 0 ou sur une suite que beaucoup de gens espèrent.

Je recommande ce jeu :
À tous, Aux curieux, Aux chasseurs de trophées/platine facile