Test : Star Wars Jedi : Fallen Order


Star Wars Jedi : Fallen Order
  • 1
  • 3
  • 11
  • 25
Pas de note
des joueurs
Pas de note
des platineurs

Star Wars Jedi : Fallen Order

ps4


40 trophées au total
14 trophées cachés

681 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 243 joueurs (36 %)
100% par : 243 joueurs (36 %)
Note du jeu
14/20
Discuter du test

Test du jeu
Star Wars Jedi : Fallen Order

  • Test rédigé par yuutsu le 29-11-2019 - Modifié le 29-11-2019


Introduction


Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine…

Même ceux n'ayant jamais vu un film Star Wars connaissent cette phrase d'introduction devenue emblématique. Depuis 1977, la saga n'a cessé de croître passant la barrière même du cinéma pour se décliner sur de nombreuses plate-formes créant un univers si riche qu'un néophyte s'y perdrait s'il y entrait sans aucun filin de sécurité. Le jeu vidéo n'a pas été en reste : le premier jeu tiré de la licence est sorti sur Atari en 1983. Plus ou moins réussis, certains apportaient même de nouveaux éléments au lore.

EA Games a participé à ce déploiement, entre autres avec la saga Battlefront pour mieux s'émanciper de toute expérience multijoueur avec l'annonce, en 2018, de Star Wars Jedi : Fallen Order. Oubliez Luke Skywalker, Obi-Wan Kenobi et même Han Solo. Le héros n'est autre qu'un tout nouvel arrivant, Cal Kestis, padawan de l'ordre Jedi. L'Ordre 66 déclenchant la Guerre des Clones est promulgué : les Jedis se font tous décimer. Cal Kestis arrive à s'en sortir mais pas sans conséquences. Désormais obligé de cacher sa nature, il travaille en tant que simple ouvrier devant démanteler des vaisseaux pour fournir l'Empire en matières premières. Jusqu'au jour où l'Empire eut vent de son existence.

Croisant la route de rebelles, Cal Kestis se voit doté de la tâche de refonder l'ordre Jedi. Pour cela, Cal doit trouver l'holocon, une liste contenant le nom de tous les enfants propices à devenir des Jedis. Une liste qui ne doit pas tomber entre les mains de l'Empire et surtout de la Seconde Soeur, une Inquisitrice redoutable.

Contenu du jeu


Lancer son sabre-laser, attirer les ennemis ou les ralentir : il ne tient qu'à vous de faire de Cal un Jedi expérimenté.
Commandant Cody, le moment que nous attendions est venu, exécutez l'Ordre 66.

Bien réfugié au sein du Mantis, le navire des rebelles, groupe constitué de vous-même, Cere une ancienne Jedi, Jerez le capitaine et BD-1 votre droïde de compagnie, vous allez devoir voyager de planète en planète pour avancer dans votre périple. Chaque première visite ne vous donne accès qu'à une partie limitée de la carte. Il vous faudra débloquer des compétences pour pouvoir revenir et ouvrir des portes, accéder à de nouvelles salles. Tout élément requérant un pouvoir précis et, donc, inaccessible à Cal est coloré de rouge sur votre carte tandis que le vert indique que vous pouvez aborder une nouvelle salle. Cinq planètes seront à explorer et sont constituées de couloirs balisés et de niveaux construits en hauteur permettant à Cal de grimper, courir sur les murs, et sauter dans tous les sens à l'aide de cordes. Les capacités de BD-1 évoluent elles aussi grâce à des plans de travail avec lesquelles Cal peut effectuer des améliorations au droïde. Votre fidèle compagnon saura ainsi pirater ses semblables ou déclencher des surcharges sur des panneaux électriques. Le petit droïde scanne aussi vos ennemis morts vous offrant une fiche détaillée avec une liste de ses tactiques de combats et de ses points faibles. Un apport très utile pour planifier vos prochaines escarmouches.

Cal ne possède pas de niveau mais des points de compétences acquis à force de décimer des ennemis et ramasser les multiples collectibles se trouvant sur sa route. L'arbre de compétences s'ouvre à partir de points de méditation, équivalent des points de sauvegarde, et se divisent en trois catégories : Force, Sabre-Laser et Survie. En vous reposant, vous soignez Cal mais refaites aussi apparaître tous les ennemis. Un détail non négligeable à prendre en compte surtout en haute difficulté. Il vous faudra donc bien réfléchir pour éviter une mort certaine. BD-1 peut là encore vous aider grâce au Stim : une piqure de soin qu'il vous délivre par une simple pression de (haut) . Vous pourrez augmenter le nombre de Stim détenus par le droïde en trouvant les coffres concernés.

En parlant de coffres, Star Wars : Jedi Fallen Order est rempli de collectibles aussi utiles que dérisoires. Les coffres peuvent renfermer de multiples objets différents. Nous avons déjà cité les Stim mais il existe aussi des fragments de vie et de Force (augmentant respectivement chacun d'entre eux au bout de trois fragments collectés) et des éléments customisables. Ces derniers consistent en des coloris pour la tenue de Cal, BD-1 et le Mantis. Rien de très marquant puisque ce sont de simples skins colorés ne modifiant en rien l'allure des personnages, ni même du vaisseau. Des fleurs sont aussi à trouver afin de remplir le terrarium de Greez : « J'aime la nature mais derrière une vitre ». Quant aux autres collectibles, ils consistent en des Echos de la Force vous donnant des informations sur le lore général du jeu, à retrouver dans vos données pour les relire si le cœur vous en dit.

Mais quid de l'histoire ? Sa durée demeure dans la moyenne des jeux actuels (25 heures environ) mais offre un scénario très classique et foncièrement manichéen. Au vu du plot qu'est Star Wars et du combat entre la Lumière et le Côté Obscur, ce n'est guère étonnant. Mais on aurait voulu avoir quelque chose de plus attrayant. Le récit se déroule sous l'Empire Galactique, une période sombre de la licence avec l'Empire massacrant nombre de peuplades et la dissolution du Conseil des Jedi. On a bien le sauvetage de Wookies réduits en esclavage mais guère de grande bataille épique comme nous a habitué la saga. Pas de conflits avec d'autres vaisseaux au sein de l'espace. Toutefois, les boss principaux proposent de véritables duels attrayants et rythmés. Le court passage de conduite d'un Marcheur va titiller la fibre du fan mais demeure très courte. On aurait aimé sortir de la routine de l'exploration un peu plus souvent pour nous offrir des petits moments de gameplay différents.

Image

Le périple de Cal n'est pas de ceux qui marqueront l'esprit des joueurs tant il manque de profondeur et sert plus de prétexte à construire un jeu solo dans l'univers de Star Wars. Il vous faudra explorer les planètes proposées (cinq constituées en couloirs) et revenir sur vos pas, armé de nouvelles capacités, afin d'en découvrir tous les secrets.

 

Note : 3/5

Aspect technique du jeu


Plutôt embrasser un wookie ! Euh, attendez...
J'ai ressenti un grand bouleversement de la Force...

Face à une adaptation se pose toujours la sempiternelle interrogation : le matériau premier est-il respecté ? L'équipe de Respawn Entertainement semble voué une affection toute particulière à l'univers de Star Wars tant le jeu retranscrit parfaitement l'ambiance de la licence. Les voyages interstellaires sont bel et bien là avec ce visuel de l'entrée et sortie de l'hyperespace et les différentes planètes possèdent chacune leur identité visuelle. Pour n'en citer que quelques-unes, on retrouve ainsi Kashyyyk, habitat des Wookies et véritable jungle labyrinthique où la faune et la flore vous sont hostiles. Tout à son opposé, Dathomir affiche des allures de Mars colonisée par une peuplade de sorcières où les structures filtrent entre les ruines antiques et l'édification métallique grandiloquente. Pour sûr que, plus d'une fois, vous vous laisserez tenter par une petite photo souvenir des décors. Les références à l'univers sont d'ailleurs multiples et seul un fan aguerri connaissant l'univers étendu (pas seulement les films mais aussi les comics, les romans) saura dénicher ces clins d'oeil. Mais même le néophyte sentira qu'il évolue au sein d'un monde richement construit.

L'ambiance tranche ainsi brutalement avec la modélisation des personnages. Observez simplement Cal dans les cinématiques et en jeu : la différence est flagrante. Le visage inexpressif ou comportant des éléments bien trop pertubants pour être oubliés (une pensée pour Cere et ses problèmes oculaires) font tiquer. Les personnages non humains, comme BD-1, s'en sortent avec les honneurs. On sent d'ailleurs que le droïde a eu droit à un soin tout particulier. Tel Wall-E, ses expressions se font via les « bip bip » qu'il émet et le mouvement de ses yeux. Par contre, les Wookies ont très mal pris la modélisation : ils ressemblent à de vieilles peluches oubliées sous la pluie. Les personnages semblent sortis d'un jeu plus que daté, à l'image des textures tels que les murs de lianes dénués du moindre volume rappelant ces vieux papiers-peints virtuels qu'on a tous vu sur les vieilles consoles.

Malgré une réalisation datée, Star Wars : Jedi Fallen Order s'en sort remarquablement bien sur le plan sonore. On retrouve les thèmes tant entendus dans les films, tout à fait dans l'esprit de la licence. Elles arrivent à point nommé pour souligner l'aspect épique d'un passage que ce soit un combat ou même une glissade dans les tréfonds de la planète visitée. Le sound-design est dans la même lignée. On peut entendre les ennemis mener des échanges entre eux, souvent piqués d'humour comme deux Stormtrooper devisant sur la torture et la mise à mort rapide de l'ennemi. Soyez rassuré : le bruitage caractéristique du sabre-laser est bel et bien présent. D'ailleurs, celui-ci peut trancher vos ennemis mais pas le décor. Un détail dommageable surtout que votre arme laisse des traces sur les éléments vous entourant. La possibilité de détruire certains objets (hormis les simples vases en terre) aurait offert un petit plaisir en plus : après tout, le sabre-laser est une arme destructive ! Le doublage demeure des plus corrects : dommage que seule la version française soit disponible pour ceux appréciant de jouer en version originale.

Au niveau du gameplay, Star Wars : Jedi Fallen Order reprend des recettes déjà largement utilisées. À l'image d'un Uncharted ou d'un Tomb Raider, Cal va explorer chaque planète en sautant de plate-forme en plate-forme, en saisissant des cordes, grimpant des murets et élucider des énigmes par-dessus le marché. Sa maîtrise de la Force sera là pour le seconder : ralentir le temps, pousser/attirer des objets sont là les actions que maîtrise le Jedi. S'y ajoutent les techniques propres au sabre comme envoyer celui-ci sur les ennemis tel un boomerang. Le système de combat puise d'ailleurs dans celui de Sekiro avec son système de parade. Si vous esquivez au bon moment, vous pouvez réduire rapidement la jauge de l'endurance de l'ennemi et attaquer directement ses points de vie. En haute difficulté, le jeu révèle des duels complexes à mener tandis qu'en normal vous finirez l'histoire sans trop de soucis. Par contre n'attendez pas des ennemis une grande intelligence. Les Stormtroopers font honneur à leur réputation de newbies : ils visent très très mal et vous les décimerez sans problème. Seuls les boss comme les Soeurs se révèlent vraiment plus maîtrisées.

La partie pure exploration se révèle moins réjouissante. Vous allez souvent, très souvent, escalader des parois, glisser le long de pistes vous donnant plus l'impression d'être Tarzan dans le film Disney et vous perdre au sein de décors peu clairs. Habituellement, au sein d'un jeu accueillant du plate-forming, on trouve quelques détails visuels permettant au joueur de cerner directement si un élément est saisissable, une paroi peut être escaladée. Pour les parois, pas de soucis, pour les éléments à escalader... Les éléments se confondent dans le décor : il arrive parfois de ne pas voir une corde selon l'angle dans lequel on est tourné. La carte ne se montre guère plus lisible. Exposée sur plusieurs niveaux, en trois dimensions, et affichant toutes les couches en même temps, elle vous demandera des heures avant d'arriver à la consulter et à comprendre comment aller d'un point A à un point B.

En plus de cette incompréhension cartographique, Star Wars : Jedi Fallen Order traîne derrière lui une flopée de bugs. Rien qui ne rend le jeu injouable mais qui va venir entacher votre progression si vous les subissez car ces bugs sont aussi communs pour des joueurs que inconnus pour d'autres. Si vous mourez, avec de la chance vous aurez un écran de chargement rapide. Pour d'autres, ce sera un écran noir pouvant durer jusqu'à une minute, le même qui vient introniser votre aventure dès que vous sélectionnez « Nouvelle partie » ou « Charger la partie ». Pas de logo clignotant en bas à droite, pas de texte : rien qu'un écran noir comme si le jeu avait planté. Après ces hostilités, viennent les bugs au sein même du jeu. Cal a la fâcheuse tendance de traverser les textures se retrouvant à demi enseveli dans un mur, traversant des parois en sautant ou se mettant à avoir des soudains spasmes en nageant. Le problème se pose aussi lorsque Cal n'arrive pas à saisir une corde ou passe à travers une plate-forme. Heureusement, les checkpoints sont proches, surtout en cas de chute dans le vide, mais voir encore un jeu bugué le jour de sa sortie a de quoi nuire au plaisir du joueur.

Image

L'ambiance Star Wars et le respect de l'univers témoignent de l'attachement du studio Respawn concernant la licence. Mêlant phases d'exploration et de combat basé sur un système proche de Sekiro, Star Wars Jedi : Fallen Order a le mérite de proposer un nouveau style au sein des productions Star Wars habituellement axées multijoueurs. Dommage que le jeu souffre de bugs et que la modélisation des personnages ne soit pas toujours au top. Au moins Respawn est à l'écoute et travaille déjà d'arrache-pied pour corriger le jeu.

 

Note : 3/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Un petit air de Monster Hunter dans le plan incluant ce magnifique oiseau.
Oh mon cher ami, tu m'as tellement manqué !

Si vous êtes néophyte de l'univers Star Wars ou n'appréciez que très vaguement l'univers, Star Wars Jedi : Fallen Order vous laissera probablement de marbre. L'opus s'oriente volontairement vers les fans de la licence en misant habilement sur les multiples références à l'univers étendu. Des personnages issus des comics et des romans (comme Cere ou les Soeurs) sont directement issus de ces œuvres. L'histoire demeure compréhensible, même pour un non-connaisseur, mais elle n'aura pas la même saveur que pour le fan qui appréciera cette maîtrise de l'univers. Même si le scénario présente une écriture classique, le jeu se permet quelques moments brillants mais malheureusement trop courts. Conduire un Marcheur contre l'Empire : quoi de plus savoureux ? Les deux derniers chapitres de l'histoire sont au-dessus du reste du scénario et l'ultime affrontement apporte sa dose de scènes épiques. C'est presque dommage de ne pas en avoir un peu plus avant : on en redemanderait !

Star Wars Jedi : Fallen Order n'est pas dénué de défauts, on ne peut le nier. Rien que l'animation de Cal lorsqu'il court (avec le genou arrivant au tibia par instants) a de quoi faire sourire, de même que les bugs de hitbox des ennemis ou des sauts durant les sections de plate-formes. Néanmoins le respect de l'univers, tout le travail de Respawn consistant à créer un jeu entièrement solo et se plaçant logiquement au sein de la trame de Star Wars mérite d'être souligné. Mention spéciale à BD-1 dont l'attrait est à la hauteur des autres droïdes emblématiques de la licence. On ne peut que s'attacher à ce petit bonhomme métallique.

Le mélange de gameplay n'innove en rien : c'est là une sauce qu'on a vu plus d'une fois, néanmoins elle demeure efficace. Les phases d'exploration permettent de voyager au sein des différentes planètes et d'élucider des énigmes au sein de tombeaux à l'image d'un Tomb Raider. BD-1 se montre, encore une fois, d'une aide précieuse puisqu'il peut vous fournir des indices si vous coincez trop longtemps sur une énigme. Ces dernières demandent surtout de l'observation mais ne sont pas forcément complexes à réaliser. La difficulté vient plus des combats surtout au-dessus de la difficulté Maître Jedi (équivalente du Normal). La parade vous sera fort utile pour prendre au dépourvu vos ennemis et leur infliger des coups en traître. Avec, en prime, la Force et les compétences acquises via l'arbre vous avez là un bon panel d'actions.

Star Wars Jedi : Fallen Order est un jeu qui se joue en une fois au vu de sa structure centrée avant tout sur l'histoire et l'absence de véritables quêtes annexes. Les perfectionnistes pourront s'essayer à découvrir tout ce que recèlent les planètes en termes de collectibles. Il y a de quoi faire entre les customisations, et les fichiers venant étayer l'univers. Le plus dur sera de ne pas se perdre au sein de l'holocarte construite en trois dimensions et qui pourra troubler plus d'un joueur par sa composition. On notera tout de même l'excellente idée de marquer, par des couleurs différentes, les portes et accès désormais accessibles suite à l'acquisition d'un nouveau pouvoir et ceux actuellement bloqués. Un détail qui permet de projeter sa future visite de la planète pour découvrir de nouvelles salles.

Image

Star Wars Jedi : Fallen Order est le jeu solo qu'attendait les fans. Traînant des défauts techniques, il démontre néanmoins toute l'affection que porte Respawn à l'univers auquel il est rattaché. Se présentant comme un jeu d'exploration saupoudré de Metroidvania, l'opus révèle un aspect plus rude à la Sekiro dans ses combats en haute difficulté. Les derniers chapitres concluent le jeu sur une belle envolée.

 

Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Pimp my BD-1 !
Non, n'essaie pas ! Fais-le, ou ne le fais pas ! Il n'y a pas d'essai.  

La liste de trophées de Star Wars Jedi : Fallen Order se présente en une découpe thématique classique mais efficace. Onze trophées viendront jalonner votre avancée au sein du récit.

Plusieurs actions contextuelles seront à réaliser, réclamant d'user de vos capacités de Jedi. La plupart viendront naturellement selon votre façon de jouer tel que tuer des ennemis en renvoyant un tir de blaster (une action que vous allez exécuter de vous-même tant elle vient naturellement et rappelle fort bien des passages des films Star Wars), effectuer des parades ou encore pousser vos adversaires dans le vide en usant de la Force. D'autres demanderont un peu plus de doigté comme trancher la langue à un Oggdo. Sous ce terme barbare se cache une grosse grenouille. Attendez qu'elle tente de vous saisir avec sa langue et tirez-la vers vous avec votre Force pour trancher le tout d'un coup de sabre. En soit, ces trophées n'ont rien de complexe et vont requérir juste quelques essais. Si en plus vous trouvez un groupe d'ennemis peu loin d'un point de méditation vous pouvez « farmer » très rapidement en méditant. Un peu de repos, réapparition des ennemis et ça repart !

Star Wars Jedi : Fallen Order ne possède pas de quêtes annexes mais des petits évènements qui, là aussi, sont récompensés par des trophées. Ainsi vous devrez trouver quatre créatures mystérieuses sur les différentes planètes, l'équivalent de mini-boss cachés. Si vous avez tendance à tout explorer, même après avoir conclu l'histoire, (Argent) Bêtes légendaires sera acquis très facilement. De la même façon, après avoir été confronté à un mercenaire durant le récit principal, d'autres individus du même acabit viendront vous voler dans les plumes durant votre progression. Il en existe trois types à tuer pour décrocher (Argent) Infâmes malandris. Leur apparition se fait assez régulièrement et ces intrus arrivent souvent par deux. Zeffo cache un petit secret : l'épave d'un Venator. Avec le double-saut en poche, vous aurez la possibilité de le visiter pour découvrir ce qu'il cache. Sortez vainqueur des énigmes qui en bouchent l'accès et vous obtiendrez (Bronze) Au mauvais Endor, au mauvais moment.

Ce qui vient briser la belle harmonie de la liste de trophées de Star Wars Jedi : Fallen Order ce sont ses collectibles, alourdis par une carte au rendu 3D particulièrement difficile à lire. Chaque planète devra être explorée pour atteindre les 100% de complétation, ce qui revient à réveler toutes les salles, trouver tous les coffres et tous les secrets. Même en fouillant par vous-même, certains vous échapperont tant ils sont bien dissimulés. Une vidéo ne sera pas de trop pour voir le cheminement menant au coffre. La carte n'aide guère puisque toutes les couches des niveaux sont visibles en même temps : celle active est plus brillante, voilà tout. Pour coller à l'univers, le choix d'une telle carte est la bienvenue mais pour une recherche d'objets, elle devient hasardeuse.

Sans compter qu'aucune planète ne dispose du moindre point de téléportation ou voyage rapide. À chaque visite, vous devez refaire l'entiereté de la carte. Vous pouvez ouvrir des raccourcis, une très bonne idée pour passer plus simplement d'une salle à une autre. Mais devoir se refaire toute la carte pour atteindre l'ultime salle, on a connu mieux. Un ou deux points de voyage rapide auraient soulagé la partie exploration.

D'autant plus que tous les collectibles ne présentent pas un fort intérêt. Les secrets, les fichiers cryptés et les Echos de Force ont, eux, le mérite d'apporter des informations sur l'univers aussi bien du jeu que de la licence. Même les plantes à ramener à Greez permettent d'instaurer une relation sympathique entre le capitaine et Cal. Dans la même suite d'idées, scanner tous les ennemis n'a rien de compliqué et ça devient même un automatisme avec BD-1 qui approche du cadavre en « bip bipant » pour vous inviter à réalisation l'action.

Ce sont surtout les coffres (hors ceux délivrant le précieux STIM) dont on se demande l'utilité puisqu'ils consistent en de simples coloris pour votre tenue, BD-1, le Mantis et ne brillent pas par leur originalité. Trouver des collectibles est déjà une gageure pour les chasseurs, si en plus l'intérêt est moindre, le plaisir de la chasse en pâtit. Ce qui est bien dommage. Une carte plus lisible avec une option permettant d'afficher que le niveau actif et quelques points de téléportation auraient allégé le tout.

Image

L'accès à (Platine) Nouvel Espoir aurait pu atteindre le sans-faute sans la chasse aux collectibles qui, à l'image de nombreux jeux, vient pâtir sur le plaisir de la chasse et ira même jusqu'à écœurer du jeu ce qui est doublement dommageable. Avec une carte plus claire dans sa conception et un allégement de l'exploration avec des voyages rapides, la collecte, aidée d'une vidéo, aurait été bien plus agréable.

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
14/20

Répondant à l'appel des fans, Respawn créé avec Star Wars Jedi : Fallen Order un jeu solo reprenant avec brio l'ambiance unique de la saga et l'incluant logiquement au sein de la trame dense de l'univers étendu. Les multiples références, que ce soit dans les personnages ou les collectibles tels que les Échos de Force, démontrent tout l'amour du studio pour Star Wars. Star Wars Jedi : Fallen Order mélange les genres pour présenter la première expérience solo que la licence n'avait pas connu depuis bien longtemps. Détenant de bonnes idées, le jeu satisfera les fans accomplis de l'univers. Avec plus de maîtrise et s'il se permet d'aller plus loin dans son ambition, Respawn a les clés en main pour amorcer une suite encore meilleure.

Je recommande ce jeu :
Aux fans de la série