Test : Shadow of the Beast


Shadow of the Beast
  • 1
  • 6
  • 8
  • 18
Note des joueurs :
4.1/5 - 9 notes
Note des platineurs :
4/5 - 4 notes

Shadow of the Beast

ps4


33 trophées au total
13 trophées cachés

384 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 95 joueurs (25 %)
100% par : 95 joueurs (25 %)
Note du jeu
12/20
Discuter du test

Test du jeu
Shadow of the Beast

  • Test rédigé par Aelon le 04-06-2016 - Modifié le 07-12-2016


Introduction


Shadow of the Beast débarque sur la PlayStation 4, proposant de (re)découvrir le jeu culte d'il y a 27 ans !
Certains jeux marquent l'histoire du jeu vidéo, que ce soit par leur innovation et apport au monde vidéo-ludique ou leur immense qualité qui leur ont valu l'approbation voire adulation unanime des joueurs. Parmi cette liste de jeux très élitiste se trouve Shadow of the Beast, un jeu sorti en 1989 sur Amiga qui a su bluffer tous les joueurs de l'époque par les énormes avancées techniques qu'il proposait. Porté sur de très nombreuses consoles de l'époque, Shadow of the Beast a su rallier une immense communauté de fans au fil des années.

Jeu désormais culte, il a droit à un remake sur PlayStation 4 développé par Heavy Spectrum et publié par Sony. Le jeu est disponible sur le Store au petit prix de 15€ et permet de (re)découvrir Shadow of the Beast. Une question demeure cependant : faire un remake de jeux cultes de l'époque vaut-il le coup ?

Contenu du jeu


Aarbron décidera de se venger suite à un élément déclenchant qui le bouleversera complètement
L'ombre d'une grande épopée

Shadow of the Beast propose uniquement un mode aventure en solo. Celle-ci est divisée en 7 niveaux très inégaux dans leur contenu, puisque certains d'entre eux sont 3 à 4 fois plus conséquents que les autres. Au sein de chacun de ces niveaux, vous aurez à affronter plusieurs vagues d'ennemis. A chaque nouvelle vague d'ennemi atteinte, deux barrières magiques borderont l'écran afin de limiter la zone de déplacement et vous contraindre à vaincre afin de progresser. De la même façon, quelques boss ponctueront votre avancée, mais j'y reviendrai plus tard. Le jeu comprend donc des phases de combat, mais aussi des phases de plate-formes (et d'énigmes, mais elles sont très anecdotiques).

Trois niveaux de difficulté seront disponibles : facile, normal et bête (difficile en somme). La grande différence entre ces modes de difficulté réside dans les dégâts infligés par les ennemis.

Vous incarnerez Shadow of the Beast le fougueux Aarbron, une créature initialement contrôlée par une sorte d'esprit grâce à une laisse magique. Aarbron n'est pas vraiment quelqu'un qui fait dans la dentelle, décimant tout ce qui bouge et aurait l'audace de se mettre en travers de sa route. Afin de pouvoir repeindre toujours plus vite les murs du sang de vos ennemis, la Bête dispose de plusieurs pouvoirs en plus de ses attaques de base. Aarbron pourra par exemple faire sortir des piques du sol éliminant tous les ennemis aux alentours ou encore dévorer ses victimes pour récupérer de la vie. Vous pourrez par ailleurs améliorer les capacités de la Bête afin de la rendre plus résistance, plus forte, plus polyvalente. Malheureusement, le jeu reprenant les codes du jeu original de 1989, il s'avère assez limité en possibilités au combat et sombre très vite dans la répétitivité.

En complément de vos capacités offensives, vous pourrez dénicher des talismans au fil de votre aventure qui vous permettront d'obtenir des bonus, comme un gain de vie, une récupération de la jauge de pouvoir plus rapide, etc. Certains talismans sont très utiles et pourront changer votre expérience de jeu (je pense au "Bouclier de Leandar" qui vous rend invulnérable en ayant le bon timing).

Enfin, sachez que le jeu d'origine est proposé dans ce remake PS4 au sein d'un menu dédié aux jeux originaux afin de leur rendre hommage. Un très joli geste de la part de Heavy Spectrum.

Vous l'aurez sans doute compris, le jeu est assez court et limité en possibilités. Il reste cependant vendu au prix de 15€, ce qui permet de pardonner en partie ce manque de contenu.

 

Note : 3/5

Aspect technique du jeu


Malgré quelques mises en scènes qui relèvent le tout, le level design du jeu est assez décevant.
Un aspect technique avec plusieurs ombres au tableau

Shadow of the Beast est assez joli. Le jeu dispose de nombreuses couleurs qui varient d'un niveau à l'autre et savent flatter la rétine. Les jeux de lumière sont assez peu présents mais sont réussis. Par ailleurs, le jeu est très violent avec des effusions de sang abondantes. Etant donné que vous ne contrôlez pas (ou presque) la caméra, vous pourrez apprécier chacun de vos coups fatals puisque cette dernière se placera au plus près du sol afin de pouvoir voir le moindre coup de griffe d'Aarbron.
Il est à noter que le jeu est complètement fluide et tourne à 60 fps constamment. Les combats sont donc extrêmement simples à suivre et d'autant plus dynamiques.

Concernant le bande son, elle est très discrète et très oubliable. Les thèmes de chaque niveau sont d'un volume de base très faible, les rendant presque inexistants. C'est assez dommage étant donné que l'aventure en devient moins prenante et plus terne. Les bruitages sont en revanche très bons et bien plus présents que la musique, notamment lors des combats. La violence n'en est que renforcée lorsque vous verrez le sang gicler pendant que le bruit de la chair de vos ennemis en train d'être transpercée par vos griffes se fera entendre.

Arrive enfin le gameplay qui est en demi-teinte. En effet, Aarbron est très dynamique et vif lors des combats, répondant en général au doigt et à l’œil même s'il mettra parfois du temps à se retourner et asséner un coup. Malheureusement, si les phases de combat sont très sympathiques à jouer, ce sera une autre paire de manches concernant les phases de plate-formes. Aarbron est terriblement lent à sauter, ce qui vous fera criser plus d'une fois. Il y a en effet un décalage entre le moment où vous appuyez sur la touche de saut et le moment où la Bête saute. Or, dans des situations où le timing est primordial, ce délai sera fatal. Il est également très long pour faire demi-tour (entre 0.5 et 1 seconde), amplifiant le sentiment de lourdeur du personnage.
Petit mot sur l'Intelligence Artificielle du jeu qui, fidèle aux jeux de l'époque, est assez simpliste. Les ennemis se contentent d'avancer vers vous et de vous frapper une fois à portée, rien de plus.

 

Note : 3/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Les boss marquent la fin de certains niveaux et s'avèrent extrêmement simples à vaincre
L'ombre d'une grande expérience de jeu

Malgré un contenu assez faible et un aspect technique en demi-teinte, le jeu est très agréable à jouer la première fois. Les combats très violents associés au système de score vous pousseront à donner le meilleur de vous-même afin de décrocher la médaille de platine à chaque combat ainsi que la médaille de platine en fin de niveau. Le système de score dépend du nombre de points obtenus dans un combat ainsi que du nombre de coups reçus. Vous devrez ainsi diversifier votre façon de jouer afin de faire grimper les points tout en restant attentifs aux arrivées d'ennemis dans votre dos.

Les premiers signes de faiblesse niveau expérience de jeu se feront ressentir durant certaines phases de plate-formes du fait de la loudeur d'Aarbron. Ensuite, comme mentionné précédemment, le jeu est composé de 7 niveaux très inégaux. En effet, la plupart de ces niveaux vous occuperont 10 à 15 minutes, tandis que quelques-uns vous occuperont moins de 10 minutes et un 20 voire 30 minutes. En résumé, Shadow of the Beast se finit en moins de 2 à 3 heures, ce qui est très faible même pour un jeu à 15€.

La rejouabilité est par ailleurs assez limitée du fait de la si courte durée de vie du soft. Jouer en niveau de difficulté supérieure ne change pas vraiment votre façon de jouer puisque les ennemis n'ont pas de nouvelles attaques. Si vous jouez pour le meilleur score, jouer en facile ou difficile ne changera rien puisque la Bête tue de toute manière tous ses ennemis en un coup.

Enfin, petit point plus personnel : je n'ai pas compris l'intérêt de brouiller les sous-titres qu'il faut acheter à de multiples reprises afin de comprendre "l'intrigue" du jeu. Le scénario du jeu étant déjà très simpliste, l'absence de sous-titres compréhensibles nous laisse face à un Aarbron qui tue tout le monde sans demander son reste. Le fait de voir les ennemis parler renforce la frustration puisqu'on passe alors à côté d'un point-clé de l'intrigue (surtout lorsqu'il s'agit du grand méchant de l'histoire). Pourquoi avoir mis les sous-titres dans un menu dédié, demandant alors de sacrifier des points qui auraient été nettement plus utiles dans l'achat de talismans ou d'améliorations de capacité ? Si la réponse est de pousser à rejouer l'aventure avec tous les sous-titres enfin débloqués, celle-ci n'en sera que plus décevante puisque les dialogues sont assez peu intéressants (finir le jeu permet de comprendre les grandes lignes) et entraîneront un "tout ça pour ça ?" de votre part plutôt qu'une découverte de l'histoire.

 

Note : 3/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Désormais classiques, les collectibles seront de la partie afin d'attendre le convoité platine
Une chasse au platine sympathique mais assombrie par quelques trophées

Pour commencer, la liste de trophées de Shadow of the Beast comprend plusieurs trophées liés à votre avancée dans l'histoire qui se débloqueront naturellement, permettant de ressentir une certaine progression de votre part.

En dehors de ces trophées automatiques, vous devrez réaliser plusieurs actions spécifiques, comme par exemple effectuer un certain nombre de contre-attaques, effectuer au moins une fois chaque coup spécial du jeu, atteindre un combo en mode Rage, un trophée lié au jeu original, etc. Vous obtiendrez probablement certains d'entre eux sans vous en rendre compte étant donné qu'ils sont liés au système de combat et qu'afin d'atteindre la médaille de platine dans chaque rencontre, les actions liées aux trophées seront nécessaires.

Le jeu dispose également de plusieurs collectibles qu'il vous faudra récupérer : les talismans et les prophéties. Ces collectibles seront disséminés dans les niveaux sous formes de sceaux à briser ou d'orbes de prophétie à ouvrir. Certains d'entre eux sont extrêmement bien dissimulés dans les niveaux, notamment le plus long niveau du jeu, un labyrinthe. Le guide des trophées de PSTHC sera sans aucun doute d'une grande aide afin de pouvoir les dénicher.

Enfin, il faut parler des trophées liés aux fins du jeu. Shadow of the Beast dispose en effet de plusieurs fins et épilogues déblocables sous certaines conditions plus ou moins exigeantes. Vous devrez par exemple finir le jeu sans utiliser de continuer (appelés ici les âmes innocentes), débloquer tous les collectibles, mais aussi, et surtout, finir chacune des rencontres secrètes du jeu. Tout d'abord, sachez qu'il vous faudra obtenir la médaille d'or au minimum sur une rencontre bien précise afin de débloquer la rencontre secrète liée, puis trouver où se déroule cette dernière (ce qui implique parfois de carrément faire demi-tour !). La médaille d'or est parfois difficile à obtenir car la moindre inattention vous coûtera cher : les coups reçus font vite chuter la médaille finale. Ensuite, il faut réussir à obtenir la médaille d'or sur plusieurs combats précis en un seul parcours. Le moindre échec vous obligera à recommencer tout le niveau afin d'obtenir l'or au minimum dans chaque rencontre clé puis finir les secrètes. Une pratique ennuyeuse et rageante à force. De la même manière, obtenir l'argent minimum dans chaque niveau peut vite devenir frustrant tant les coups reçus sont punitifs.

Un platine qui s'avère ainsi bien plus pénible à obtenir qu'il ne devrait l'être au final, heureusement, la possibilité de recommencer à volonté chaque niveau facilite grandement l'obtention de nombreux trophées.

 

Note : 3/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
12/20

Shadow of the Beast est au final tout juste correct. Avec un gameplay inégal et un contenu très court, le plaisir de jeu s'estompe malheureusement vite pour laisser place à la répétitivité. Le platine est assez contraignant à obtenir car il demandera une grande concentration, reste que le défi ravira les aficionados du genre.

Je recommande ce jeu :
Aux spécialistes du genre, Aux habitués des 100%