Test : Retour vers le Futur : Le Jeu


Retour vers le Futur : Le Jeu
  • 1
  • 1
  • 6
  • 52
Note des joueurs :
3.3/5 - 44 notes
Note des platineurs :
3.2/5 - 37 notes

Retour vers le Futur : Le Jeu

ps4


60 trophées au total
0 trophée caché

803 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 507 joueurs (63 %)
100% par : 507 joueurs (63 %)
Note du jeu
11/20
Discuter du test

Test du jeu
Retour vers le Futur : Le Jeu

  • Test rédigé par Troywarrior le 23-10-2016 - Modifié le 20-12-2016


Introduction


Quitte à voyager à travers le temps au volant d’une voiture, autant en choisir une qui ait d’la gueule !
"Les choses vont et viennent, s'appellent et se répondent, c'est encore plus vrai quand on voyage dans le temps" Stephen King (Citation)


Image
Les dents de la mer 3 & 4, Indiana Jones 4, Die Hard 4 & 5, Star Wars 7, SOS Fantômes 3 et j'en passe... Que nous ont appris les suites de nos plus grandes sagas? Que malgré les nouvelles technologies permettant des effets spéciaux au centuple de qualité supérieure (et encore pas dans tous les cas), il ne faut jamais, au grand jamais (et je réitère bien JAMAIS!!!) toucher à une saga mythique sous peine d'accoucher d'un navet dont le scenario mérite la fosse à fumier (et j'déteste le fumier).
Et pourtant, qu'ose Telltale Games? Non seulement reprendre en jeu video une des sagas les plus mythiques de notre enfance (je vous parle d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître) mais en plus, non pas de reprendre l'histoire originale comme souvent dans les jeux basés sur des films mais...(suspens) de créer une nouvelle histoire avec un scenario complet faisant suite à la trilogie... en toute simplicité.
La qualité d'invention scénaristique du studio Telltale Games n'est certes plus à démontrer aujourd'hui après leur très bon "Game of Thrones" et surtout l'excellente saga "The Walking Dead" mais à l'époque de la sortie de "Back to the future : the game" (2010), le studio n'en est qu'à ses balbutiements de notoriété. Il décide pourtant de toucher, 20 ans après la sortie du dernier opus, à ce monstre du cinéma américain.
Le risque? Créer un paradoxe temporel dont l'issue engendrerait une réaction en chaîne qui pourrait déchirer le tissu même du continuum espace-temps, provoquant la destruction totale de l'Univers. Hypothèse la plus pessimiste, je vous l'accorde : le cataclysme pourrait être plus localisé et affecter uniquement notre galaxie.


Image
6 mois après ses cavalcades au Far West, Marty McFly est retourné dans son époque et à son quotidien. Doc n'est plus là, parcourant le temps avec Clara, Jules et Verne (un prénom qui ne choque personne) et a laissé son laboratoire à l'abandon. Pendant une saisie de la banque menée par son propre père, Marty tente tant bien que mal de préserver le patrimoine de son excentrique ami scientifique, principalement face à l'avidité et la bêtise de Biff.
Soudain, un bruit de tonnerre sur le parking vous entraîne dehors : Une Delorean ! Congelée, et à son bord, Einstein qui semble heureux de vous avoir trouvé. Une chaussure de femme, un dictaphone contenant un message de Doc vous demandant votre aide à travers l'espace-temps. Il l'est d'ailleurs, pour vous, de renfiler vos bottes (Nike bien sûr) d'explorateur temporel et d'aller sauver une fois de plus votre ami. Seul problème, le panneau du tableau de bord indiquant la date du dernier départ est cassée. Il va vous falloir mener votre enquête, avec Einstein et les éléments trouvés dans la Delorean, pour découvrir en quelle année vous devez retourner dans le passé.

La première investigation de votre aventure à travers le temps commence...

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=hsRM9X4iXM0][/youtube]]

Contenu du jeu


Le choix dans les dialogues sera souvent la clé des énigmes
Image
Vous voilà donc propulsé dans l'univers de Zemeckis au contrôle de Marty. Vous traverserez 5 épisodes, d'environ 2h chacun, dans lesquels vous devrez régler les différents paradoxes temporels auxquels vous serez confronté tout au long de l'histoire.
Un scenario extrêmement bien construit où chaque épisode poursuit de manière intelligente la trame du précédent. Afin de ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte de l'histoire, nous ne étalerons pas trop sur cet aspect mais retenez simplement que chaque fin d'épisode créera un nouveau paradoxe, pierre angulaire de l'histoire de l'épisode suivant.
A l'inverse des derniers jeux Telltale Games que nous connaissons, il n'y aura pas dans ce jeu d'effet papillon sur vos différentes décisions, le concept est uniquement basé sur la résolution de multiples énigmes situationnelles que vous devrez résoudre d'une part par la collecte d'informations auprès des différents personnages du tableau où vous vous trouvez et d'autre part avec les différents objets à trouver et utiliser aux moments opportuns.
Aller parler avec une personne ou agir sur un élément en étant équipé d'un objet spécifique changera donc le résultat de l’interaction et vous fera passer à l'étape suivante.


Image
Même si parfois, dans certains dialogues, vous aurez l'illusion d'un choix de réponse, sachez qu'il n'influera en rien sur la suite de l'histoire ou sur la relation avec votre interlocuteur sauf bien sûr quand l'une des réponses se trouve être un point clé de l'énigme. Vous aurez donc à vous creuser la cervelle tout au long des chapitres afin d'avancer dans l'histoire tout en redécouvrant Hill Valley et les personnages de la saga sous un tout nouveau jour.
C'est d'ailleurs dans cet aspect que réside le premier point négatif du jeu. Si certaines énigmes sont d'une facilité déconcertante, elles ne représentent qu'un faible pourcentage sur l'ensemble. Beaucoup d'actions à réaliser sont, disons-le, tirées par les cheveux. Même si Telltale Games nous offre la possibilité de débloquer des indices dans notre inventaire (entre 2 et 4 en fonction de la difficulté), précisant exponentiellement l'action à réaliser, vous resterez parfois bloqué pendant quelques longues minutes avant de comprendre quoi faire.
La frustration est décuplée par le fait que les dialogues, souvent longs, ne peuvent être passés ; si par malheur vous allez rediscuter avec quelqu'un pensant, à tort, avoir le bon objet, vous devrez réécouter la conversation intégralement. (et là on est tous d'accord pour dire : bis repetita non placent)


Image
Autre point négatif, malgré un décorum de qualité et fidèle à la saga, les tableaux dans lesquels vous évoluerez restent très limités et balisés parfois de manière invraisemblable, à l'image d'une route que vous ne pouvez traverser qu'à partir d'un certain endroit tandis que le reste de sa linéarité vous est interdite le long d'un trottoir.
Cette limitation jure malheureusement avec l'impression de grandeur qu'apportent les décors et demeure indigne de la puissance d'une console Next-gen. Telltale Games se rattrape néanmoins, sans pour autant compenser totalement ce point, en nous proposant un panel bien développé de lieux et de bâtiments tous bien travaillés : tantôt inspirés par la trilogie et reproduis fidèlement, tantôt créés de toute pièces mais en adéquation avec l'univers du film.

Image

 

Note : 3/5

Aspect technique du jeu


Des graphismes basiques mais efficaces.
Image
Nous retrouvons ce bon vieux système Point'n click ainsi que les déplacements analogiques intrinsèques à l'univers Telltale Games, on appréciera cependant la possibilité de déplacement plus rapide en semi-course absente d'autres licences. Une mire intuitive vous indique les éléments et les personnes avec qui vous pouvez interagir. Ce système prend d'ailleurs un peu de temps à maîtriser. En effet, à l'inverse de ce que nous connaissons dans le gameplay habituel du studio, vous ne retrouverez plus les possibilités d'utilisation d'objets en pointant simplement le curseur sur votre cible. Vous allez devoir découvrir par vous même "quoi fonctionne avec qui" ou "quoi fonctionne avec quoi" en vous en équipant préalablement avant de lancer l'action (ça marche si je donne du plutonium au chien?).

Image
On réalise très vite qu'il s'agit d'un jeu datant de 2010. Clairement, vous aurez d'abord l'impression d'être devant un dessin animé numérisé de Gulli plutôt que sur un jeu de PS4, mais très vite, le "choc visuel primaire" s'estompe et l'immersion dans l'univers se fait facilement grâce notamment à l'assez bon réalisme des faciès des acteurs.
Les morphologies des visages en mouvement sont également assez bonnes et bluffent particulièrement en ce qui concerne les mimiques des acteurs retranscrits sur chaque personnage. Enfin, les décors, bien que figés et balisés, sont de bonne facture et améliorent encore plus l'immersion dans l'univers de la saga (Hill Valley, toutes époques confondues, est particulièrement appréciable)


Image
Quæ sunt Cæsaris, Cæsari, la bande-son est LA perle de ce jeu. Primo, toutes les voix sont celles des acteurs originaux à l'exception malheureusement de Michael J. Fox qui était déjà malade à l'époque (il a pu néanmoins enregistrer quelques répliques pour la fin du jeu), mais c'est sans compter sur le bluffant AJ LoCascio pour son imitation de la voix originale de Marty jusque dans les intonations.
Et enfin, le plaisir ultime, toutes les musiques sont issues de la trilogie originale. Dès le menu principal, on replonge dans l'ambiance de la saga, des intermèdes musicaux aux scènes d'actions, les fans seront comblés.


Image
Pas si sûr... énorme bug du jeu, la sauvegarde annexe. En effet, durant la partie, et principalement si vous chassez les trophées, vous serez parfois amené à sauvegarder avant une action afin d'avoir un filet de sécurité. Or, quand vous créez une sauvegarde autre que la principale, obligatoire puisque celle-ci n'est pas écrasable, le jeu plante au moment d'une sauvegarde automatique. Vous êtes déconnecté du jeu et retournez sur le menu PS. En considérant que les sauvegardes automatiques arrivent après des cinématiques ou des dialogues clés qui durent en moyenne 10mn, je vous laisse imaginer l'effet que ça fait surtout quand cela vous arrive pour la vingtième fois (ça donne envie d'aller jouer à colin-maillard au bord de la falaise !). Indubitablement le pire aspect du jeu...

Image

 

Note : 2/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Costumes, décors, Delorean. Rien ne manque
Image
Première réussite de ce jeu : le scenario de base colle parfaitement à l'univers de la trilogie cinématographique : à la fois drôle et décalé mais intelligemment ficelé dans les affres des conséquences de la déformation du continuum espace-temps.(m'voyez?)
On se régale de la multitude de clins d’œils faite aux films notamment par les répliques cultes et les environnements assez bien recréés. A croire que son talent ne date pas d'hier, Telltale Games a parfaitement réussi à s'approprier la saga et à réaliser un 4e volet videoludique de qualité, sur le plan scénaristique en tout cas.

Deuxième point qualitatif : l'immersion totale dans la saga, principalement pour les fans, même si les anciens regretterons l'absence des voix françaises (pour ma part, j'ai connu la trilogie avec les VHS et suis donc habitué aux voix des doublures; pas de VOSTFR à l'époque).
Les personnages sont très bien recréés même si la qualité graphique est difficilement immersive de prime abord et la bande son incluant les effets sonores est, quant à elle, tout simplement parfaite.

Troisième point à porter au crédit : outre son rapport avec la saga, l'histoire est en elle-même un véritable plaisir à suivre. Le scénario est complètement décalé et vous enverra dans des réalités temporelles parallèles parfois loufoques comme celle qui vous rappellera, par exemple, un certain John Spartan (Paix et félicité) avec des références non dissimulées à Orange mécanique et honnêtement, c'est pas de la mer.. "Troywarrior ! vous avez une amende d'un crédit pour infraction au code de moralité du langage!!"
... et honnêtement, c'est d'un plaisir sans nom.


Image
En parlant d'antinomie : malgré ses qualités scénaristiques irréfragables, le jeu pêche énormément sur son aspect technique global (je ne vous jette pas la pierre, Pierre): la lassitude et la frustration, dues aux éléments vus supra, prennent malheureusement trop souvent le pas sur le plaisir à jouer, qui est néanmoins indéniable.

Il est donc très complexe d'uniquement encenser ou dénigrer Retour vers le Futur : le jeu puisqu'il mérite les deux traitements. Il était tout de même logique de s'attendre, pour une version anniversaire et remastérisée pour la PS4, à un correctif sur ces défauts chronophages mais sur ce point c'est une déception. Au final, en posant la manette, défile pendant le générique de fin l'impression d'un très bon jeu initial victime d'une réédition savetée.

Enfin, pour ce qui de reprendre une partie, le jeu n'utilisant pas l'effet papillon (comme expliqué précédemment), vous n'aurez ni fins différentes ni 36 moyens de finir un chapitre. Le scenario est linéaire et, sauf si vous avez manqué des trophées, vous ne trouverez pas de raisons spécifiques de reprendre les épisodes.

NB : Avec une décimale, je n'aurais mis que la moyenne ; j'ai décidé d'arrondir au plus grand car en tant que fan des films, je reconnais que l'univers est totalement respecté et l'hommage à la saga est de qualité

Image

 

Note : 3/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Vos gosses vont adorer ça !!
Image
Aaaaaah, voilà une chasse qu'elle est bonne !!! (même sans être anti-redéposition) Pour les inconditionnels des dernières sorties de Telltale Games, vous savez que les trophées, et parfois même le platine, ne sont pas d'un grand intérêt puisqu'il suffit pour les obtenir de terminer le jeu en linéaire. Pour "Retour vers le futur : le jeu", c'est une toute autre histoire.

Nous retrouvons bien évidemment les trophées d'avancée et de complétion des épisodes mais vous aurez aussi à réaliser certains défis, disséminés dans les différents chapitres et qui, très franchement, apportent un petit plus (Périgrioni). Pour vous en conter quelques uns, vous aurez par exemple des énigmes situationnelles nécessitant le déplacement dans 2 zones différentes à faire avec le moins de voyages possibles. Un petit défi de récolte d'amendes dans un Hill Valley futuriste (plus besoin de coquillages!) ou encore des actions à réaliser dans une phase particulière d'un chapitre sans faire aucune erreur.

Bref des trophées intelligents et qui ont le mérite d'enrichir l'expérience de jeu. Seule ombre au tableau, ce problème de sauvegarde déjà abordé et qui malheureusement, à l'instar de celui du jeu, gâche le plaisir de leur réalisation surtout quand, une fois accompli, vous vous retrouvez sur le menu principal.

Image

 

Note : 3/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
11/20

Retour vers le Futur : le jeu est, à l'instar des productions de Telltale Games, un opus de qualité d'un niveau scénaristique. L'immersion dans l'univers des films est bien faite, la retranscription des personnages est de qualité. On regrettera simplement un gameplay compliqué à prendre en main, une maniabilité un peu trop simpliste, certaines longueurs dans les dialogues, des énigmes parfois lassantes et surtout les plantages en série, qui gâchent malheureusement le plaisir de jouer à ce titre qui reste malgré tout un très bel hommage à la saga et qui procurera chez les fans de la trilogie de bonnes heures de fun.

Je recommande ce jeu :
Aux fans de la série, Aux curieux, Aux chasseurs de trophées/platine facile