Test : Rage 2


Rage 2
  • 1
  • 3
  • 20
  • 41
Pas de note
des joueurs
Pas de note
des platineurs

Rage 2

ps4


65 trophées au total
8 trophées cachés 3 DLC's

597 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 228 joueurs (38 %)
100% par : 6 joueurs (1 %)
Note du jeu
10/20
Discuter du test

Test du jeu
Rage 2

  • Test rédigé par yuutsu le 23-05-2019 - Modifié le 23-05-2019


Introduction


Rage de vaincre, rage de vivre

Il est des licences dont le nouvel épisode sort bien des années après à la grande joie des fans : Rage 2 en fait partie, pointant le bout de son nez huit ans après le premier volet. Id Software ne fait pas cavalier seul. Cette fois-ci le studio s'associe à Avalanche Studios connu pour son travail sur Just Cause mais aussi Mad Max. Autant dire que question ambiance post-apocalyptique et explosions à tout va, on a là un duo de choix. Oubliez la grisaille et les panoramas maussades typiques des univers post-apocalypse. L'univers de Rage 2 se veut aussi déjanté que coloré avec son utilisation des teintes fluo, à l'image de Far Cry New Dawn.

Vous plaçant trente ans après Rage, Rage 2 vous fait incarner un(e) habitant(e) des Wastelands : contrée inhospitalière sillonnée par de multiples gangs se déplaçant aussi bien en voiture qu'à moto, et autres véhicules customisés. À la suite de la perte de votre tante adoptive, vous devenez un Ranger : un représentant de la loi qui fait se respecter les règles à coups de pied (et c'est souvent dans la gueule).

Contenu du jeu


Les objectifs ont beau être nombreux, ils se ressemblent bien trop.
Bye-bye histoire, bonjour objectifs !

Si vous cherchez un scénario trépidant, oubliez. Rage 2 ne se formalise guère de présentations de personnages, ni d'intrigue complexe. Le récit n'est là que pour servir de prétexte à envoyer votre protagoniste dans le Wasteland. L'épopée se conclut d'ailleurs en moins de dix heures si vous vous concentrez dessus en ignorant les activités annexes.

Ces dernières vont constituer votre plus grande activité sur Rage 2. Au sein de ce bac à sable qu'est le Wasteland, vous aurez plus d'un objectif à concrétiser. Des campements d'ennemis à détruire, des zones de mutants où vous devrez éradiquer leurs œufs, des cadavres de Rangers à trouver : voilà un échantillon des actions que vous allez pouvoir réaliser.

Il vous est aussi possible de rentrer dans les Arches. Ces structures servaient, à l'origine, à conserver des humains sous cryogénisation, dans un lieu empli de ressources, pour leur permettre d'appréhender le futur bien équipé. Infiltrer ces Arches vous permettra d'accéder à de nouvelles compétences qui vous seront bien utiles comme vous remettre d'une mort grâce à un défibrillateur ou effectuer des double-sauts. Votre Ranger n'est pas seulement doté(e) de capacités mais aussi d'un armement qui le transformera rapidement en armurerie ambulante. En plus des classiques armes à feu (fusil à pompe, fusil d'assaut, etc) vous détenez des équipements comme un drone qui tire sur l'ennemi, ou le Wingstick, boomerang aux impacts létaux.

En plus de cet attirail, afin de voyager dans les Wasteland, vous possédez un véhicule. Vous commencez avec Phénix, une voiture dotée d'une intelligence artificielle. À force d'actions, d'avancée dans l'histoire et de découvertes, vous aurez la possibilité de conduire une moto, un tank, un tractopelle et d'autres voitures. En plus de voyager, ces moyens de locomotion vous permettent aussi de participer à des courses. Véhicules, armements et capacités sont tous sujets à des améliorations afin d’accroître aussi bien vos aptitudes qu'en débloquer de nouvelles. Pour conclure, vous aurez affaire à trois PNJ, tous chefs d'un groupe d'habitants avec qui vous partagerez un projet. À vous de réussir les différents objectifs accordés contre de l'argent à dépenser dans les magasins.


Image



L'intrigue n'est nullement le cœur de Rage 2. Véritable bac à sable, le jeu propose avant tout de multiples actions à réaliser sur une vaste carte. À vous les confrontations contre les habitants de Wasteland pour collecter un armement digne d'un Ranger.

 

Note : 3/5

Aspect technique du jeu


Pour passer cette porte, il vous faudra vous baisser. Et oui, le volant est toujours là, lui.
Un Wasteland bigarré... mais si imparfait.

Loin d'égaler les dernières grandes productions de l'année 2019, Rage 2 sait proposer un visuel accrocheur. Les contrées du Wasteland dévoilent une toile à jamais marquée par les traces humaines que ce soient celles des véhicules, ou des campements érigés de bric et de broc. Comme dit plus haut, on retrouve un aspect très Far Cry New Dawn avec l'utilisation du rose flashy venant souligner des éléments importants comme si quelqu'un avait usé de sa bombe à peinture. Cet impact coloré se retrouve, en diverses teintes, auprès des autres habitants affichant un look très punk avec iroquoise bariolée pour certains. On se prend à accepter très rapidement ce visuel bigarré. Loin de nous proposer le sempiternel post-apocalyptique teinté de grisaille, Rage 2 affiche des teintes bariolées qui arrivent à se marier. L'ensemble est burlesque mais fonctionne.

La bande-son n'est pas dénuée de grandes envolées épiques mais l'ensemble demeure très oubliable. Il faut dire que le plan sonore est surtout saturé par le bruit des armes ou des véhicules. Ces derniers ont droit à un bon traitement : chaque équipement produit un son distinctif. L'ennemi se permet même des réactions face à vos tirs mais elles demeurent très classiques comme annoncer une mise à couvert ou une attaque.

Le gameplay se prend très rapidement en main, incluant les classiques touches propres au genre du FPS comme viser avec (L2), tirer avec (R2)... Chaque acquisition d'une nouvelle compétence au sein d'une Arche s'accompagne d'un tutoriel à réussir, obligatoirement, pour pouvoir sortir du bâtiment. Rien de très complexe mais qui permet d'inculquer facilement de nouveaux ajouts au gameplay. Le maniement des véhicules est un peu lourd au début, le temps de s'habituer mais sans être trop poussif. Les nombreux voyages au sein du Wasteland se font, finalement, avec facilité, couplés aux points de téléportation permettant d'écourter la distance.

Malgré un gameplay classique mais bien rodé, et un joli visuel, Rage 2 accuse nombre de bugs et de défauts. L'animation des personnages demeure très rigide, empêchant, en plus d'un scénario pratiquement inexistant, une quelconque empathie envers les protagonistes. La palme revient au marchand agitant un poulet qui semble être taillé dans du carton. Mais cela prête encore à sourire alors que des bugs touchant directement, eux, le système de jeu amènent le joueur à enrager.

Certains PNJ n'activent pas leurs dialogues que ce soit en mitraillant (carre) ou en restant appuyé sur le bouton. J'ai dû, personnellement, sortir et revenir dans la zone jusqu'à pouvoir réussir à actionner le bouton pour pouvoir avancer. Nombreux sont aussi les ennemis que vous retrouverez incrustés dans les murs. Un bug qui serait mineur si certains objectifs ne vous demandaient pas de nettoyer entièrement une zone en tuant tous les adversaires... dont celui caché dans le mur et, du coup, inaccessible. Le menu « Statistiques » est aussi de la partie. Quand il ne donne pas des informations erronées (changeant d'une partie à une autre en régressant dans les scores), il est totalement inaccessible. Très pratique lorsqu'on veut connaître son avancée dans une section en particulier. D'ailleurs, à chaque fois que vous changez de section dans le menu, vous subirez un temps de latence nantie d'un écran rosé crépitant. Autant on trouve ça rigolo au début, que nos yeux souffrent (et notre patience avec) sur la longueur.

Si vous allez même trop vite pour le jeu, celui-ci décidera de vous coincer. Lors d'une mission de l'histoire, une grande porte se ferme lentement devant vous. La logique voudrait que vous en passiez le seuil. Et non. Vous devez passer par une autre ouverture, dissimulée sur le côté. Il arrivera aussi que des objectifs ne soient pas validés alors que vous en avez rempli les conditions. Mieux vaut, pour vous, posséder une sauvegarde antérieure pour éviter de perdre trop d'avancée si cela vous arrive.

Image


Réussissant à proposer un Wasteland coloré et intrigant, nanti d'un gameplay efficace, Rage 2 trébuche en se traînant de multiples bugs. Plus d'un joueur se retrouvera à relancer une zone après avoir fait face à un PNJ muet ou un ennemi coincé dans une texture. Des lacunes qui auraient mérité une correction le jour de la sortie.

 

Note : 2/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Mama Jo-jo, surnommé aussi "le faux frère de Tifa Lockheart".
Destruction à gogo et... c'est tout.

On ne le répétera jamais assez mais l'absence totale d'un scénario digne de ce nom ne joue clairement pas en faveur de Rage 2. Certes, le premier opus n'était guère connu pour sa verve scénaristique. Toutefois, on pouvait s'attendre à un minimum d'écriture, de quoi au moins s'attacher aux personnages et à l'univers dans lequel ils évoluent. Le peu de lignes de dialogues et de réelle construction transforment ce récit en quelque chose de bien moins structuré qu'un film de série B. Jouer à fond sur le nanaresque avec tout ce que cela comporte d'humour et d'autodérision aurait permis d'apporter une accroche. En l'état, si Rage 2 n'avait proposé aucun scénario, le résultat aurait été le même. Ou, du moins, aurait apporté moins de frustration.

Heureusement Rage 2 ne se résume pas à son intrigue. Les contrées du Wasteland proposent plus d'un objectif à réaliser. Sauf que ces missions se révèlent très répétitives. La redondance existe dans tout jeu mais, dans Rage 2, celle-ci est suscitée par le manque de diversité. Même si vous avez différentes actions à réaliser, au final on se retrouve à procéder de la même façon. On arrive sur le lieu, décime tous les ennemis et fouille pour récolter quelques ressources. L'absence de toute scénarisation de ces missions n'aide en rien. Même les objectifs liés au « Projet Dague », rattachés à trois PNJs importants, ne s'embarrassent guère de superflu.

Tout le principe de Rage 2 consiste à nettoyer des zones à l'aide d'armes diverses. Et si ce gameplay, simpliste, fonctionne bien durant les premières heures, passé la sensation de découverte on a l'impression de ne faire que cela, et que rien n'évolue. Les nouvelles capacités amusent un temps avant d'être reléguées dans un coin puisque se contenter de tirer sur tout (ennemis, bonbonnes d'essence, etc) suffit dans la plupart des cas.

L'univers même de Rage 2 n'arrive pas à se démarquer de ses concurrents. On sent que le studio a voulu viser un contexte tout en explosions et décomplexion assumée. Sauf que l'humour ne suit pas. Tout juste aura-t-on un sourire, mais sans plus. Rage 2 se cherche sans jamais trouver l'ambiance qu'il veut inculquer à son univers.

En résumant Rage 2 à une aventure solo, les aspects négatifs et l'absence de fun (hormis dans le bourrinage intensif) ressortent davantage. Rage, premier du nom, avait le mérité de proposer de la coopération et des affrontements en multijoueur. Un aspect qui aurait mérité d'être développé pour sa suite. Réussir les objectifs ensemble ou se confronter sur des événements tels que les courses aurait apporté une plus-value et injecter une dose de fun jusqu'ici très limitée.

Image


En misant sur l'action pure au détriment de toute scénarisation, Rage 2 se révèle rapidement redondant. On se contente de tirer sur tout ce qui bouge (ou non) avec comme seule conséquence d'améliorer notre personnage. L'absence de tout aspect multijoueur ne fait qu’accentuer les défauts du jeu.

 

Note : 2/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Vous voyez cette étoile rouge ? C'est un drône.
Une visite complète du jeu alourdie par les statistiques.

Le platine de Rage 2 aurait pu relever la note et se révéler simple à obtenir malgré les défauts inhérents au jeu. Sans sombrer dans une difficulté aberrante, les trophées se révèlent plus complexes que prévus à obtenir soit à cause d'une description peu précise, d'un aspect aléatoire ou des statistiques.

Plusieurs trophées requièrent de réaliser des actions précises un certain nombre de fois comme tuer 1337 Cramés ou détruire 128 véhicules en conduisant le Phénix. Outre les chiffres astronomiques, le menu « Statistiques » ne vous permet pas de connaître votre avancée. Soit le menu est inaccessible, soit il donne des chiffres faussés qui changent à chaque consultation. Vous vous devez donc de répéter les actions en espérant faire la bonne et qu'ils soient bien comptabilisés. Et si vous trouvez que 1337 Cramés c'est peu, rappelons que ces ennemis n'apparaissent que dans une zone précise. Vous aimez le farming ? Vous serez servi.

Et encore plus avec les drones. Vous devez en trouver trente dont l'emplacement est complètement aléatoire. À vous la fouille systématique du moindre camp sur la carte en vous aidant du radar pour les trouver. Sauf que ce radar permet aussi de détecter d'autres éléments comme des coffres et que vous ne disposez d'aucun filtre pour définir ce que doit suivre le radar. Ce dernier se dévoile sous forme d'un symbole Wi-fi qui se remplit peu à peu à chaque fois que vous vous rapprochez de l'élément. Vous allez devoir jouer au classique « Chaud - Froid » tout en espérant que le radar capte bien un drone, et pas autre chose. Et histoire de rajouter du fun à cette chasse : si le drone vous repère, il décolle et peut disparaître si vous ne l'abattez pas assez vite. On a connu plus drôle comme tir au pigeon. Un bug fait aussi disparaître les drones récupérés de votre inventaire. Mais ils demeurent comptabilisés pour le trophée. Ne cherchez aucune logique : elle a disparue.

Rage 2 se permet même le luxe de posséder un trophée manquable, à savoir (Argent) Broyé. Pour celui-ci, vous devez tuer un Mutant Abadon Broyeur avec votre véhicule de base. Heureusement, en relançant une partie, et en vous rendant directement au lieu concerné, vous avez moyen d'obtenir le trophée. Il semble même qu'un autre trophée soit manquable, (Argent) Tue-rolienne, consistant à tuer des ennemis depuis la tyrolienne. Quand un camp est nettoyé, l'ennemi ne réapparaît pas et les tyroliennes se trouvent dans ces campements. Les adversaires se trouvent toujours loin des tyroliennes, histoire de vous rendre la tâche la plus complexe. Dans le doute, concentrez-vous dessus durant votre chasse pour éviter toute relance de partie.

Hormis ces désagréments, la liste de trophées n'est pas dénuée de bonnes idées comme les classiques trophées liés à l'histoire ou ceux requérant un certain nombre de morts par armes. Le jeu pousse même à tester la plupart des véhicules, à découvrir des zones du jeu sans requérir un nettoyage complet. Le souci vient véritablement des statistiques impossibles à suivre (alors que le jeu possède un menu dédié à cette tâche) et des collectibles abrutissants tels que les drones.

Image


Des trophées manquables dans un open-world, des statistiques faramineuses impossibles à suivre en jeu, et des collectibles inutiles. Rage 2 cumule les trophées harassants pour rien à côté d'éléments plus classiques, mais toujours efficaces. Le platine n'est pas difficile à obtenir mais requiert de la patience surtout face aux bugs pouvant nuire à la chasse.

 

Note : 3/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
10/20

Loin d'arriver à se distinguer de ses pairs, Rage 2 s'enlise en proposant un contenu ne misant que sur les activités annexes, et éclipsant tout scénario. Le jeu se veut avant tout un défouloir au gameplay nerveux. L'ajout d'un aspect multijoueur aurait pu amener plus d'amusement dans un jeu bien trop classique.

Je recommande ce jeu :
Aux fans de la série