Test : Pure Pool


Pure Pool
  • 1
  • 3
  • 17
  • 31
Note des joueurs :
4.3/5 - 11 notes
Note des platineurs :
3/5 - 2 notes

Pure Pool

ps4


52 trophées au total
5 trophées online
1 trophée caché 1 DLC

301 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 2 joueurs (1 %)
100% par : 0 joueur (0 %)
Note du jeu
14/20
Discuter du test

Test du jeu
Pure Pool

  • Test rédigé par Bas ^ le 29-09-2014 - Modifié le 07-12-2016


Introduction


L'espace de jeu
Dernier né du studio VooFoo, à qui l'on doit déjà Hustle Kings, Pure Pool est une simulation de billard qui se veut plus sérieuse que son aînée sus-mentionnée. Exit les très nombreuses aides qui encombrent l'écran et la musique sur-présente : place au billard, juste le billard et rien que le billard ! Les puristes apprécieront l'effort. Les néophytes pourront se rabattre sur un mode Amateur qui permet de visualiser un peu les trajectoires des billes.

Sorti sur PS4 fin Juillet 2014, en version dématérialisée uniquement, Pure Pool a su s'imposer rapidement grâce à un petit prix (9,99€), quelques atouts indéniables et un (Platine) ! Néanmoins, tout n'est pas rose au pays du snooker.

Contenu du jeu


On peut personnaliser sa table... Acides non fournis.
Plusieurs types de billard (8-Ball, 9-Ball, UK Black-Ball), des règles moins connues (Tueur et Accumulateur), 4 défis, c'est ce que met Pure Pool sur la table pour vous divertir. Et le résultat est plutôt complet, même si on peut regretter l'absence de certaines règles, comme le push-out ou l'annonce de la poche pour la bille noire, plutôt habituelles en Europe.

En mixant le tout, le jeu propose un mode Carrière, où l'objectif est de remporter des défis ou réaliser certaines actions durant les parties pour gagner des étoiles, étoiles qui permettent de débloquer le tournoi suivant, et d'affronter une IA de plus en plus forte. À ceci s'ajoute la possibilité de choisir la quantité d'aide affiché à l'écran, allant de "Complète" à "Inexistante". Comme il sera nécessaire de remporter les 6 championnats disponibles (2 en Amateur, 2 en Pro et 2 en Master), vous l'aurez compris, la tâche s'annonce périlleuse pour vos nerfs.

Pour se changer les idées, il est possible de jouer en ligne, contre de vrais joueurs, des simulacres crées par le jeu, ou avec un ami sur le canapé. Les serveurs, capricieux au lancement, se sont a priori calmés et vous ne devriez plus subir de déconnexions intempestives.

 

Note : 4/5

Aspect technique du jeu


Un ralenti vient saluer votre victoire
Le jeu est beau. Très beau. Si on pouvait s'arrêter sur un seul critère, Pure Pool remporterait haut la main la palme du meilleur jeu 2014 à moins de 10€. Avec son ambiance feutré de salle de billard, ses lumières tamisées et ses ralentis lors des derniers instants d'une partie, il sait mettre en avant ses qualités graphiques pour vous rappeler que vous êtes bien sur PS4. La musique, assez discrète, accompagne tout ceci avec quelques notes de jazz bien senties. Enfin jusqu'à ce qu'on s'en lasse totalement et qu'on la coupe dans les options.

Se voulant une simulation, Pure Pool n'offre pas de vue du dessus ou de grands mouvements de caméra : on se déplace lentement autour de la table comme en vrai et il n'est pas possible de tourner la tête à 180° lorsqu'on est en train de viser. Une option permet de se relever pour observer la situation de loin, mais il est alors impossible de viser. Tout est fait ici pour vous immerger, et ça fonctionne.

Simulation oblige encore une fois, la physique des billes est bien respectée, même si certains coups à angle droit paraissent un peu magiques. Il est aussi possible d'utiliser des effets sur la bille blanche, néanmoins l'absence d'explications ou de ressenti quant au dosage rend leur utilisation un peu difficile pour les débutants.

Enfin, bien que ce ne soit pas un défaut de conception puisque cela renforce le côté simulation, l'impossibilité de passer les coups de l'IA rend le jeu frustrant. Il est naturel que cette dernière soit presque parfaite en difficulté Pro et Master, néanmoins il n'est pas très intéressant de voir un ordinateur jouer une partie de A à Z sans avoir la possibilité de jouer... Et pourtant, c'est ce qui arrive parfois dans Pure Pool. Le concept de détente en prend un coup dans ces cas-là.

 

Note : 4/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Le mode Amateur vous facilite la vie ...
La prise en main étant rapide et plutôt intuitive (à condition de rétablir les axes X/Y, inversés par défaut), Pure Pool offre un excellent divertissement et permet de jouer entre potes sans avoir de longues explications à donner : un stick permet de faire tourner la vue à 360°, l'autre contrôle la puissance que l'on veut donner. On peut ajouter quelques effets avec la touche (rond) et c'est à peu près tout. Il ne manque qu'une fonction décapsuleur en vérité.

Si vous préférez jouer en solitaire et que vous êtes amateur de défi, terminer tous les tournois comblera vos attentes, puisqu'il sera nécessaire d'investir au moins une bonne quinzaine d'heures (périodes de décompression entre les cuisantes défaites non incluses) pour en venir à bout. La difficulté étant assez mal dosée (des Amateurs arriveront sans problème à vider la table en 2 tours) et plutôt relevée sur la fin, le jeu procure un vrai sentiment d'accomplissement quand on réussit à terminer un tournoi.

Avec la première mise à jour, VooFoo a eu la bonne idée d'inclure un mode de jeu supplémentaire et quelques petites trouvailles, absentes à l'origine : c'est assez rare pour être souligné, et c'est de bon augure si cela se poursuit.

 

Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


... alors que le mode Master veut votre peau.
Le (Platine) de Pure Pool se décompose en plusieurs phases distinctes, chacune avec un attrait différent pour les chasseurs, ce qui ne rassemblera pas forcément les foules.

Comme souvent, on retrouve des trophées liés à des actions un peu spécifiques aux règles du billard, par exemple empocher la dernière bille en 9-ball sans empocher la première, ce genre de choses. Globalement, cette phase est assez agréable puisqu'on enchaîne rapidement des (Bronze) et des (Argent), sans se prendre la tête. Elle devrait plaire à tout le monde, a priori, et elle permet de prendre le jeu en main.

Les problèmes et les premiers abandons viendront au choix de la nécessité d'atteindre le niveau 126 (ce qui n'est pas difficile mais qui requiert énormément de temps, environ 80 à 100 heures de boost totalement ineptes) ou au contact de l'IA, surpuissante, qu'il faudra affronter aux cours des 6 championnats (ce qui ne représente que 15 à 20 heures, mais une frustration énorme) pour 6 malheureux petits (Argent). Ces deux étapes, essentielles puisqu'elles représentent pas loin de 30% du total, sont dommage à mon sens, puisqu'elles plombent totalement l'amusement qu'est Pure Pool. Cela dit, elles devraient être une véritable fierté pour ceux qui les auront accomplies, tant les trophées associés seront rares.

 

Note : 2/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
14/20

Je ne suis pas sur d'avoir entièrement aimé Pure Pool, mais je ne l'ai pas détesté. Le jeu est génial à plusieurs et il offre des sensations somme toute assez proches d'une vraie table. Les objectifs des trophées ne sont néanmoins pas adaptés à la convivialité sur laquelle il repose, un peu comme le premier SingStar, et c'est assez dommage.

Je recommande ce jeu :
Aux acharnés, Aux spécialistes du genre