Test : Punch Line


Punch Line
  • 1
  • 3
  • 6
  • 40
Pas de note
des joueurs
Pas de note
des platineurs

Punch Line

ps4


50 trophées au total
25 trophées cachés

14 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 11 joueurs (79 %)
100% par : 11 joueurs (79 %)
Note du jeu
7/20
Discuter du test

Test du jeu
Punch Line


Introduction


Difficile de faire plus manga comme intro !
Punch Line!

Adapté de la série animée composée de douze épisodes éponymes, le jeu suit l'histoire de Yuta, un jeune homme qui, suite à une prise d'otages dans un bus, est séparé de son corps via une projection astrale, n'étant qu'une sorte de "fantôme". Il va tenter de récupérer son corps qui semble possédé par un autre esprit...
Ce jeu se présente comme un visual novel à la lisière du point-and-click avec beaucoup de passages "animés" donnant au tout une sensation très "FMV" (Full Motion Vidéo) à l'ensemble. Ah oui : et des jeunes filles, des culottes et beaucoup de textes à lire. Ne connaissant pas l'animé, je suis donc dans une approche très neutre de ce jeu, qui fut une découverte totale, tant dans les personnages, l'univers, que dans le "système de jeu"...
Ceci étant dit, allons directement dans le vif du sujet et voyons ce que le jeu en lui même vaut vraiment !

Contenu du jeu


Plus que l'origine du monde, c'est sa fin dans ce jeu !
Magical Girl, culottes et Armageddon...

Dès le début du jeu, vous allez comprendre un truc : il faut lire ! Mais beaucoup ! Et surtout, sans agir, si ce n'est appuyer sur un bouton pour passer à la ligne de texte suivante. Le rythme du jeu en lui-même est très lent. Si on lit tout ce qui est dit, au bout d'une heure, une heure et demie, vous ne serez pas bien loin et surtout, vous n'aurez pour ainsi dire "pas joué" ! Car si ce jeu est adapté d'une série animée, on a plus l'impression d'être dans un "film interactif", agrémenté de plusieurs extraits d'animés, que dans un jeu tant les phases de jeux sont très "rares".
En vérité, le "jeu" se résume à ça : du dialogue, des passages d'animés et une fois de temps en temps, un passage qui est une "simulation de fantôme", où le joueur doit agir sur l'environnement d'une pièce (faire chuter un objet, ouvrir des stores, etc...) pour faire peur à l'occupante des lieux et ainsi récupérer des fragments d'Ames, destinés à donner plus de puissance au héros fantomatique...
Mais sans regarder la culotte de la victime car sinon, le monde est détruit et il faut recommencer la phase de jeu. Et c'est tout ! Oui, c'est tout au niveau du jeu à proprement parler !
Et c'est bien là le soucis: De temps en temps, on a parfois un "choix" à faire (dans ma partie, j'ai eu un choix à faire...), ce qui pouvait faire espérer à des bifurcations de l'histoire, donnant ainsi l'impression "d'agir" sur le déroulement du jeu...
Mais ce choix n'a visiblement aucune incidence et dès la scène de dialogue suivante, cela n'est pas pris en compte, les deux choix donnant le même résultat !
Sur tout le jeu, il n'y a qu'un choix ayant un impact, dans l'épisode treize ! Tous les autres choix n'ont aucune incidence et renforcent cet aspect de n'être que "spectateur" de ce jeu et pas "joueur".

Le jeu est divisé en vingt et un épisodes et un épilogue. C'est fait de belle manière : les épisodes commencent et finissent avec des génériques (originaux et différents de ceux de la série) même si parfois, on a l'impression que c'est mal découpé et en plus, devoir "se taper" le générique de fin puis le générique de début, c'est sympa mais la première fois uniquement ! Les fois suivantes, on a qu'une envie, c'est de passer vite pour rejoindre le "jeu"...

Je voudrais parler des personnages : ne vous attendez pas à une foule de personnages !
Il y a le héros, Yuta, que l'on contrôle, les autres étant Mikatan (une jeune et célèbre chanteuse mais qui combat aussi le crime sous le nom de "Strange Juice"), Ito (une geek adepte des jeux-vidéos et possédant un ourson de compagnie), Meika (une inventrice de génie et propriétaire du bâtiment où se déroule l'histoire), Rabura (une médium un brin perverse) et pour finir, Chiranosuke (un chat fantôme qui sert de mentor à Yuta sous sa forme astrale). Et c'est tout, il n'y a pratiquement pas d'autre personnage et avec ceux-là, peu voire pas d'interaction possible sauf lors des phases de farces fantomatiques.

On choisit la pièce de la maison où on veut aller, une petite scène (ou pas s'il n'y a personne ou aucun événement à ce moment là) et parfois, une scène de "farces" où on tente de faire peur à l'une des habitantes. Dans ces scènes de "farces", il faut faire attention à la barre d'excitation : lorsque le héros voit une culotte, la barre d'excitation monte, il faut changer de point de vue et appuyer sur "rond" pour la faire baisser. Sinon, si le héros reste focalisé sur la culotte, un astéroïde frappe la Terre et c'est Armageddon direct mais sans Bruce Willis pour sauver le monde ! Bon, ce n'est pas grave, le héros remonte le temps et recommence la séquence, il n'y a pas de "game over" possible en fait, la phase de jeu recommencera jusqu'à ce que vous la réussissiez.

Il faut noter que l'ambiance du jeu et le côté "coquin" peut rebuter certains et pour ceux qui n'aiment pas trop ce style de jeu ou d'ambiance très "Japonais", je vous déconseille ce jeu !
Ce n'est pas non-plus un jeu "tout public" à cause de cet aspect "coquin".

Pour finir, j'ai quand même envie de parler des passages animés. Très beaux, très chouettes mais renforçant cet aspect de film interactif mais sans interaction...
Néanmoins, il faut souligner un bon point : l'humour omniprésent est assez réussi (comme lors de la "transformation" de Mikatan en mode "magical girl" qui prend un contre-pied hilarant de ce qu'on connait dans les séries d'animation du genre) !

 

Note : 2/5

Aspect technique du jeu


Les passages animés sont de belle qualité
Vide astral

Là, on atteint les limites de ce type de jeu en fait. Car si l'univers coloré et rigolo des personnages est réussi, tout comme les phases d'animation, force est de reconnaître que les rares séquences de jeu, ou celles de dialogues, font assez cheap avec des graphismes corrects mais sans plus (on est sur PS4 quand même !) et qui en plus est handicapé par un gameplay pour ainsi dire inexistant. Il y a moins de gameplay que dans les jeux Artifex Mundi !
Donc techniquement, c'est vraiment pas réjouissant et ce, malgré les phases animées très belles et réussies je le redis.
Mais un jeu, ce n'est pas juste des séquences animées mais aussi du "jeu": Dans les phases de "simulation de blague de fantôme", on ne peut pas interagir avec ce que l'on veut mais uniquement avec un nombre très limité d'options (parfois avec... une seule option). Pour tourner la caméra, on utilise L1/R1 et c'est à peu-près tout niveau gameplay !
Difficile dès lors de s'enthousiasmer pour ça.
Et si on rajoute l'absence quasi-totale de choix et l'impression de ne pas "jouer" du tout, cela ajoute un côté très vite saoulant à l'ensemble.

Au niveau sonore, les musiques sont assez jolies et entraînantes mais voila, à l'écran, c'est tellement statique que ça ne rend pas justice à la composition musicale, plutôt relevée et qui trouve toute sa saveur dans les phases animées ou dans les génériques de début et de fin d'épisode.

 

Note : 2/5

Plaisir à jouer et à rejouer


La map globale du jeu...
This is the End

Il faut être très "motivé", ou fan de la série animée, pour trouver du plaisir à jouer à ce jeu ou plutôt à être spectateur de ce qui est sensé être un jeu. Car même si l'histoire semble vraiment cool et intéressante (et qui m'a donné envie de connaitre la série animée), le jeu en lui-même est si mou, si mal dosé (parfois, on va avoir vingt minutes de dialogues puis une phase de jeu alors que parfois, on aura deux phases de jeu rapprochées pour que pendant une heure, on ne fasse que lire !) qu'il est difficile de prendre plaisir à y jouer.

Si dans d'autres visual novel, on peut faire des choix et avoir l'impression de prendre une route, là, ce n'est pas le cas avec l'impression de ne vivre qu'une histoire où on est le spectateur. Et ce sentiment arrive dès le premier épisode, confirmé dans les suivants ! Et il y a une vingtaine d'épisodes avant d'arriver à la fin. C'est le genre de jeu où beaucoup n'iront pas au bout, par ennui principalement et pas par rapport à sa difficulté inexistante.

Alors pourquoi rejouer à un jeu où le joueur ne peut pas agir sur l'histoire, où il n'y a pas de différence d'une partie à l'autre et où, pour finir, les phases de gameplay n'offrent parfois qu'une possibilité pour avancer ?
Définitivement, c'est un jeu très limité, trop, et qui est très ennuyeux lors de la première partie, alors la rejouabilité est pour ainsi dire nulle sauf si vous avez des tendances sadomasochiste !

 

Note : 1/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Oui, ce jeu est une expérience bizarre
Punch-Out!

Le jeu n'est pas particulièrement agréable mais il dispose d'une liste de trophées simplissime. En fait, il suffit presque d'avancer pour obtenir les trophées, tout simplement...
Mieux, si on regarde les stats des platineurs de ce jeu sur PSTHC, on peut obtenir en 2 ou 3 heures le platine, en zappant probablement tous les dialogues et en rushant le tout. Ce n'est pas, à mon sens, très intéressant de faire comme cela pour obtenir le platine (un visuel novel ça se savoure en temps normal) mais c'est compréhensible lorsqu'on voit le rythme du jeu et son peu de fun global.
Donc, oui, le jeu peut avoir de l'intérêt si on veut juste faire les trophées et obtenir le platine "vite fait", même si le jeu est tout de même cher pour ce qu'il propose. Mais en promo (ou si on vous le prête) et pour peu que ce qui vous attire est uniquement de rajouter un platine à votre collection, ce jeu peut vous plaire, au moins pour ça.
De plus, comme il peut se finir très rapidement, ce n'est pas un platine chronophage !
Est-ce que les trophées et le platine sont "agréables" à faire? Pas vraiment mais c'est très simple, donc il peut y avoir un intérêt pour certains !

 

Note : 2/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
7/20

Ce jeu s'apparente à un "non jeu" tant l'impréssion d'être spectateur, et non acteur, est la première chose qui me vient à l'esprit !
J'apprécie les visual novel, j'en ai fait quelques uns, de différentes sortes, mais là, l'aspect est un brin "bâtard": Si l'aspect visual novel est là, l'absence de choix rend le tout extrêmement vide.
Pire, les phases de "simulation de fantôme" sont tellement limitées qu'elles sont anecdotiques mais au vu du marasme ambiant de ce jeu, le joueur les attend avec impatience, car ça changera un peu, même si ça dure trois minutes avant de reprendre une histoire sans choix, ni bifurcation possible.
Ce jeu peut peut-être plaire aux fans hardcores de la série animée mais la quasi-totalité des joueurs ne connaissant pas l'univers ne vont guère y trouver leur compte, pas plus qu'ils ne prendront plaisir à découvrir cet univers pourtant réjouissant de cette manière. Mais le jeu est tellement vide et "chiant" (j'ose le mot) que c'est compliqué de s'enthousiasmer pour ce "Punch Line".
Dommage, l'univers de cette série aurait mérité bien mieux que ça...

Je recommande ce jeu :
Aux acharnés, Aux fans de la série, Aux chasseurs de trophées/platine facile