Test : Portal Knights


Portal Knights
  • 1
  • 6
  • 13
  • 21
Note des joueurs :
3.8/5 - 10 notes
Note des platineurs :
4/5 - 3 notes

Portal Knights

ps4


41 trophées au total
0 trophée caché 1 DLC

1577 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 158 joueurs (10 %)
100% par : 3 joueurs (0 %)
Note du jeu
13/20
Discuter du test

Test du jeu
Portal Knights

  • Test rédigé par Gros Chaton le 25-05-2017 - Modifié le 25-05-2017


Introduction


Bienvenue dans le monde de Portal Knights.
Sauver le monde d'une catastrophe... Un pitch de départ existant depuis toujours mais encore (trop ?) utilisé de nos jours. Là où certains le justifient par la simplicité, d'autres y verront une facilité scénaristique pour couper court à un manque d'imagination. Et c'est dans le premier groupe que se trouve Portal Knight. L'histoire est ultra simple justement parce que le jeu n'y accorde aucune importance. Un bref texte d'introduction vous apprend qu'une planète a été dispersée en plusieurs îles à cause d'un cataclysme et qu'il est de votre devoir en tant que fiers chevaliers du portail de le sauver. C'en est fini pour l'histoire et ce jusqu'à la fin du jeu. Aucune avancée scénaristique et même les PNJ semblent avoir oublié que leur monde a implosé. Mais fort heureusement, ce manque scénaristique vous servira à créer votre propre histoire. A travers un univers mélangeant gameplay "bacs à sable" type Minecraft où tout est possible (ou presque) et des mécanismes de RPG via la personnalisation de votre personnage et de ses caractéristiques/équipements ou sorts, vous aurez à cœur de forger un monde ainsi qu'un personnage à votre image tout en sachant qu'aucun autre joueur ne sera capable d'avoir le même.

Mais gameplay bacs à sable et mécanismes de RPG, cela fonctionne-t-il ? Je vous invite à lire la suite pour vous en faire une idée !

Contenu du jeu


La récolte de ressources et le craft composeront à eux deux une bonne partie de votre temps de jeu.
A l'aventure, chevaliers du portail !

Le contenu du jeu commence d'abord par sa phase de création de personnages. Vous y trouverez suffisamment d'éléments pour personnaliser votre chevalier, une vingtaine de "bouches", autant de coupes de cheveux et d'yeux, vous pourrez même choisir la voix de votre personnage (bien qu'ici "voix" soit traduisible par "cri à chaque attaque ou coup reçu"). Vous devrez également lui choisir une classe parmi 3 qui sont : le guerrier, le rôdeur et le mage, chacune ayant des capacités physiques ou mentales qui lui sont propres.

Cependant, les développeurs ont tenu à éviter les stéréotypes de classes en vous permettant de choisir vous-mêmes où répartir les points de caractéristiques disponibles à chaque montée de niveau, il sera donc possible par exemple de faire un guerrier ayant une bonne maîtrise de la magie. Le style de jeu ne pourra pas être changé car les armes sont limitées à une classe, vous ne pourrez donc pas équiper un guerrier d'un arc ou de couteaux de lancers et il se battra uniquement au corps à corps (ou avec quelques sorts très faibles), augmenter la magie sur le guerrier ne semble donc pas une si bonne idée ce qui cassera donc, au final, la volonté des développeurs de proposer une personnalisation des classes au grès des joueurs.

Enfin vous pourrez choisir la taille des îles qui composent votre monde mais pour avoir testé les deux choix (petites ou grandes), peu de différences seront présentes et les joueurs choisiront logiquement des îles de grandes tailles pour augmenter le nombre de minerais et d'ennemis présents sur chacune d'elles.

Des possibilités infinis...

Le principe même d'un jeu bac à sable est de vous permettre de faire ce que voulez et ainsi modeler le monde à votre façon. Eh bien vous ne serez pas déçu du contenu de Portal Knight car il approche (bien qu'il n'atteigne pas) Minecraft en matière de choses possibles et imaginables à faire. Ceci est en partie dû à son grand nombre de ressources disposées entre les 49 îles qui composent votre univers.
En combinant ressources et matériaux, vous serez capables de modeler les îles comme bon vous semble, à condition d'y passer le temps nécessaire car les phases de récoltes pour améliorer votre équipements ou votre maison sont longues. Le jardinage ne sera pas en reste car certaines plantes/légumes sont indispensables à votre aventure étant donné qu'une bonne partie des potions sont fabriquées à partir de fruits et de légumes. Une trentaine de plantes (arbres/baies/légumes ou fleurs) régiront votre aventure et vous feront certainement grincer des dents puisque certaines d'entre elles ne peuvent être semées et récoltées que dans certains biomes du jeu à l'image de la soie qui n'est disponible que dans les îles enneigées. D'autres pourront pousser n'importe où et ceci vous sera précisé grâce aux infobulles des différentes graines.

Les phases d'exploration ne seront pas en reste tout simplement parce que certains biomes ne peuvent apparaître qu'à certains moments du jeu. Pour reprendre l'exemple de la soie et des îles enneigées, vous ne les débloquerez qu'après le premier boss vaincu soit une dizaine d'îles explorées. Impossible donc de vous forger les meilleurs équipements pour rouler sur les boss, vous devrez en découdre avec eux si vous voulez progresser, à la manière d'un vrai RPG. Et c'est là que le jeu est bien fait/pensé, les récoltes/recettes d'artisanat et les îles disponibles suivront de façon linéaire votre progression en niveau afin de ne pas vous perdre dans des niveaux largement supérieurs au vôtre puisqu'il y aura des boss à affronter pour débloquer les îles de catégories supérieur (en niveau) et les boss ne sont pas optionnels, vous serez obligés de passer par leurs îles pour continuer le jeu.

...pour un univers pas fini.

Le jeu étant composé d'îles à visiter, vous vous doutez qu'elles atteignent leurs limites à un certain moment. Le problème vient surtout du fait que le choix des grandes îles à la création du monde n'en fera pas de grandes îles, juste des "petites un peu plus grandes". Vous atteindrez rapidement les limites des îles qui sont caractérisées par un vide absolu dans lequel vous mourrez si vous tombez dedans par mégarde. De plus, les minerais ne "repoussent" pas mais ne sont disponibles que dans certaines îles et il arrivera vite un moment où vous serez à la recherche du moindre filon, équipé de votre baguette de sourcier. Sachant cela, il est légitime de penser qu'à un certain moment vous ne trouviez plus de minerais sur une île qui est censée en disposer. Cependant rassurez-vous, vous aurez largement de quoi faire pour terminer votre aventure et votre platine à moins de vouloir absolument le top du top des manoirs en or et en diamants ! De plus les personnages ne sont pas liés à un univers et il sera donc possible d'en créer d'autres composés de 49 îles pour retourner à la chasse aux minerais et les ramener dans l'univers principal mais il faudra refaire toute la phase d'exploration et je pense que cela en rebutera beaucoup.

RPG sympa mais sans plus

La plus grande déception que j'ai à l'encontre du jeu, c'est d'avoir surjoué son côté RPG occidental en promettant de bonnes mécaniques de RPG tout en gardant le côté personnalisation du bac à sable et... le compte n'y est pas. Au final, ce qui est disponible dans la démo c'est tout le contenu RPG : choisir sa classe, monter soi-même ses caractéristiques, choisir ses talents et... c'est presque tout. Le contenu n'est pas mauvais mais il manque ce "je ne sais quoi" qui aurait fait toute la différence avec ce qui se fait depuis des décennies. Les armes sont propres à chaque classe, un guerrier ne pourra jamais s'équiper d'un arc ce qui sera clairement handicapant pour certains ennemis aérien voire même le premier boss alors qu'à l'inverse, les équipements sont autorisés à toutes les classes, vous pouvez donc jouer rôdeur et équiper une grosse armure de tank. Il n'y a pas vraiment de logique dans ce choix, si l'un n'est pas autorisé, pourquoi l'autre le serait ?

Un goût amer de MMORPG F2P pas terminé vous restera certainement en bouche car le côté "équipements" est vraiment beaucoup trop simple et linéaire, vous aurez 3 nouveaux sets d'équipement à chaque évolution de votre établi (spécifique à chaque classe), chaque sets demandant environ 3 niveaux de plus que le précédent et c'est tout. On accordera vraiment très peu d’intérêt au stuff car bien évidemment, certains ensembles sont beaucoup plus puissants que d'autres, vous ne chercherez donc pas à faire des combinaisons la plupart du temps sauf en fin de jeu pour optimiser une caractéristique telle que les chances de coups critiques. Enfin pour terminer, un élément indispensable du bon RPG n'est pas présent dans le jeu, j'ai nommé l'enchantement. Aucun enchantements d'équipements pour vous perfectionner contre la magie ou le feu etc, seulement des potions durant 2 minutes feront offices d'enchantement et c'est clairement un manque, cela aurait pu forcer les joueurs à mieux réfléchir leurs équipements et y apposer des enchantements pour contrebalancer le manque de certaines caractéristiques.

 

Note : 4/5

Aspect technique du jeu


Le boss "Dragon" montre à quel point les développeurs ont soigné au petit oignon la qualité graphique du titre.
L'âme des "souls" dans un corps d'enfant.

Il est temps désormais d'aborder l'aspect technique du jeu et je commencerai par les combats. Ce sera plutôt court car 90% des combats se dérouleront de la même façon. A la manière d'un The Legend of Zelda, les combats se dérouleront en majorité en vue "caméra visée" et il suffira d'appuyer sur (R2) pour taper l'ennemi puis de faire (croix) pour esquiver les attaques ennemis grâce à une roulade. Bien que les combats soient répétitifs, le système fonctionne bien et est très fluide ce qui rend les combats très agréables à faire pour peu que vous arriviez à esquiver à temps les attaques ennemis et il est vivement conseillé de le faire car le jeu est très punitif en terme de dégâts des ennemis. La plupart des ennemis de votre niveau vous tueront en 2 voire 3 coups maximum ce qui n'est pas sans rappeler la difficulté de titres comme la série des "souls". Mais ne vous y trompez pas, la ressemblance s'arrête ici car la difficulté n'est bien sûr pas aussi ardue que les jeux cités et une fois que vous aurez compris le principe de l'esquive et mémorisé les temps d'attaques ennemis pour les réussir, le jeu ne proposera plus vraiment de difficulté mis à part les boss. Nous sommes donc en mesure de nous demander si les dégâts abusés des ennemis ne sont pas là simplement pour simuler une quelconque difficulté, ce sera à vous de vous faire votre propre avis une fois la manette en main.

Univers mignon et chara-design enfantin chatouille l’œil dès le lancement du jeu.

Si il y a bien quelque chose d'irréprochable techniquement dans le jeu, c'est sa direction artistique soignée "aux petits oignons". Le jeu n'est pas une claque visuelle comme l'a été Horizon Zero Dawn mais le but n'est pas là et les développeurs ont superbement réalisé le tout. Les graphismes sont très colorés, les couleurs sont vives et l'ensemble est bien nette même dans le champ de vision éloigné. On arrive à distinguer chaque élément des mondes d'un simple coup d’œil et cela fluidifie complètement le jeu, vous ne passerez pas 20 minutes à regarder votre écran pour voir si un minerai y est ou pas, vous le verrez de suite. Les animations de sorts ou de disparition des monstres sont propres et les ennemis sont bien réalisés également. Par contre, petit bémol pour le studio, les ennemis sont très souvent ré-utilisés pour les mondes supérieurs et subissent juste un changement de texture et d’élément de dégâts, une tortue dans le monde 2 infligera des dégâts de feu et la même tortue du monde 12 infligera des dégâts de foudre. Pour terminer sur les monstres, je dois avouer que les boss sont vraiment bien faits et vous proposeront de petites modifications de gameplay pour les vaincre mais je vous laisse le plaisir de le découvrir par vous-même !

Enfin, il est important de noter que le jeu est très fluide, aucun ralentissement en jeu ne viendra entacher votre progression mais malheureusement la fluidité du jeu cache un terrible un secret...

Des temps de chargement dignes des plus grands...

Eh oui, les temps de chargement sont affreux... et le test du jeu se fait sur une PS4 Pro ! Il vous arrivera souvent de passer 1 bonne minute dans les temps de chargements. Vous vous dites certainement que ce n'est pas grand chose mais le problème vient du fait qu'il y a temps de chargement à chaque fois que vous changez d'île et une fois arrivés à la dizaine d'îles vous serez obligés de changer souvent d'îles car certaines posséderont du fer mais pas de charbon et inversement ou certaines plantes devront êtres semées et récoltés sur un type précis d'île, presque chaque type de ressource importante se retrouve sur un biome différent et le nombre d'allers-retour car il vous en manquera quelques-uns sera indécent. De plus, l'inventaire du personnage se remplissant à une vitesse folle, vous devrez souvent retourner sur une île où vous avez disposé les coffres pour pouvoir continuer à farmer. Le fond sonore de ces temps de chargement n'arrangera rien, surtout si vous jouez avec un casque car le bruit est assez aiguë et le mal de tête ne sera jamais très loin. Les îles n'étant pas particulièrement grande, je suis certain qu'il était possible de faire mieux de ce côté là, surtout sur PS4 Pro.

 

Note : 3/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Que c'est plaisant de parcourir les îles à la recherche de minerais et autres objets.
Un vrai plaisir d'enfant.

Si il n'est pas exempt de défauts sur les autres parties de ce test, Portal Knight n'en reste pas moins un bon jeu qui est vraiment plaisant. Le choix du bac à sable mêlé au RPG est judicieux car cela pourra vous amener à recommencer plusieurs personnages, au moins pour essayer tous les styles de combats ou augmenter d'autres caractéristiques sur une classe. Le plaisir de rejouer est donc là également et chaque univers sera une redécouverte car les îles changeront entre chaque univers. Elles ne changeront pas fondamentalement, des biomes hivers resteront des biomes d'hiver mais il se peut qu'elles n'apparaissent pas dans le même ordre et cela influencera donc vos parties qui ne ressembleront pas tant que ça.

Chaque île étant construite aléatoirement la première fois que vous y allez, la tentation de les parcourir de bout en bout sera plus forte que celle d'atteindre la fin du jeu tant une île d'un biome peut être complètement différente d'une autre du même biome. Par exemple, même si les marécages auront tous le même "look", certains marécages auront la surprise de renfermer des minerais qui normalement ne se trouvent que dans le biome de l'hiver. Cela jouera certainement sur l'île que vous choisirez pour établir votre campement.

Et en parlant de campement, il reprend tout ce qui se fait de bien chez Minecraft. Vous établirez une première base dans une île de départ et vous retrouverez à changer toutes les 3-4 îles car le biome suivant correspond plus à votre nature. Et en création de campement, le jeu n'est pas en reste grâce à la table à dessiner qui vous permet de créer des meubles (prédéfinis, table à dessiner n'est que le nom de l'établi pour créer les meubles) de toutes sortes, allant de la chaise classique à un fauteuil baroque ou des statues de chevaliers en fer. Je ne doute pas un instant que les plus créatifs d'entre-vous sauront nous éblouir par d'incroyables créations !

Enfin, le jeu est ouvert au multijoueur. Plusieurs joueurs peuvent donc rejoindre un même monde sans être sur la même île et vaquer chacun à leur occupation mais se retrouver pour aller combattre les boss. Ceci étendra donc indéniablement les possibilités de construction des artistes en herbes. Si vous jouez avec des amis, la rejouabilité du titre augmente sensiblement car vous pourriez être amenés à tester différentes combinaisons de classes comme par exemple un guerrier spécialisé dans la vie et un rôdeur aux gros dommages. Portal Knight est sans conteste un jeu plaisant en solo mais c'est bien en multi qu'il est le plus amusant !

 

Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Les quêtes d'événements, le calvaire des platineurs...
Une liste de trophées qui suit votre progression. Sauf que...

Tous les trophées (sauf 2 :@ ) se débloqueront au fur et à mesure de votre avancée dans le jeu. Battre les boss normalement mais les battre également sous conditions sera la seule difficulté des trophées. Les autres sont très basiques pour ce genre de jeu comme par exemple créer x blocs ou en détruire 53 596 notamment, améliorer tous les "bâtiments", atteindre le niveau 30 ou encore visiter toutes les îles, etc. Un trophée un peu particulier vous demandera de déposer un établi (très facile à construire) dans chaque île de votre monde mais rien de bien compliqué.

Mais comme pour la plupart des parties du jeu, tout le bon travail effectué est entaché par un petit parasite venu s’incruster au jeu. J'ai nommé le superbe trophée en (Or) (il le vaut bien) Chevalier dévoué. Et dévoué je vous assure que vous devrez l'être puisqu'il vous demande de terminer 200 quêtes d’événements. Mais attention, les quêtes d'événements ne prennent pas en compte les quêtes confiées par les PNJ, non non, c'est le serveur qui vous attribuera un événement aléatoire sur une des îles de votre monde. En plus de devoir être connecté au serveur pour les recevoir (impossible pour ma part d'en avoir lorsque j'étais dans mon monde Hors Ligne), certaines quêtes ont une durée de validité allant jusqu'à 6 heures.... durant lesquelles le serveur ne vous renvoie pas d'autres quêtes même si vous l'avez terminé en 5 minutes ! Je vous laisse donc faire le calcul si il faut attendre 6 heures à chaque fois pour obtenir une nouvelle quête (il y en a 200 au total ) :)

Je n'ai pour le moment eu que des quêtes disponible 5 et 6 heures et je n'en ai reçu aucune autre avant la fin du temps écoulé. C'est bien simple, en 1 an de jeu sur Steam, seul 0.2% ont à l'heure actuelle obtenu le trophée sur cette plate-forme. Espérons que les joueurs trouvent un moyen de booster ce trophée car il pourrait prendre plus de 200 jours aux joueurs disposant de peu de temps de jeu.

Chacun se fera son propre avis sur la stupidité d'imposer au joueur de rester si longtemps sur le jeu et la note en subit les conséquences, elle aurait valu 5 points sans ces trophées (il y en a un qui demande de finir 50 quêtes d'événement, mais 50 font bien peu au final par rapport à 200).

 

Note : 2/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
13/20

Portal Knight démontre que Minecraft n'est pas seul à devoir régner sur le petit monde des jeux bacs à sable. Même si le jeu pêche par moments et qu'il manque clairement d'ajouts sur certains aspects, on soulignera l'originalité du titre de proposer des mécaniques de base des RPG occidentaux permettant de choisir sa classe, ses talents et son équipement. Il est très agréable à parcourir et ses graphismes raviront tout le monde. La difficulté du titre saura vous donner un peu de challenge sans être trop forte, ce qui ravira les joueurs un peu moins à l'aise sur ce style de jeu.

Mais s'il est un bilan noir à dresser sur le jeu, il s'agit de ses trophées qui font tomber drastiquement la note à cause de 2 trophées qui demanderont aux joueurs avec le moins de temps de jeu de se connecter environ 200 jours réels, rien que ça. Si le platine est votre seul objectif, je vous conseille donc de réfléchir avant de sauter le pas ! Pour ceux que cela ne rebute pas, foncez, vous ne le regretterez pas surtout pour le prix auquel est proposé le titre, soit 29,99€.

Je recommande ce jeu :
À tous, Aux acharnés, Aux spécialistes du genre