Test : Nom Nom Galaxy


Nom Nom Galaxy
  • 1
  • 5
  • 14
  • 12
Note des joueurs :
3.9/5 - 10 notes
Note des platineurs :
4.4/5 - 5 notes

Nom Nom Galaxy

ps4


32 trophées au total
0 trophée caché

612 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 43 joueurs (7 %)
100% par : 43 joueurs (7 %)
Note du jeu
7/20
Discuter du test

Test du jeu
Nom Nom Galaxy

  • Test rédigé par Aelon le 06-03-2016 - Modifié le 07-12-2016


Introduction


"Mange ta soupe, tu seras plus grand" est une phrase que vous avez pu entendre durant votre tendre enfance. Si vous rechigniez à le faire, sachez que c'est l'élément central du jeu dont nous allons traiter.

Dans Nom Nom Galaxy, vous incarnez un "astrobosseur", un employé de la compagnie Soup Co chargé de coloniser de nouvelles planètes en vue d'obtenir des matières premières nécessaires à la fabrication de soupes. En effet, la soupe est l'aliment phare de cet univers où les clients demandent sans cesse de nouvelles saveurs. Il vous incombera alors de créer une usine, la défendre contre toutes sortes d'assaillants et d'expédier ces précieuses soupes dans l'univers. Rendez Soup Co fier de vous, cher astrobosseur !

Développé par PixelJunk, le jeu est sorti le 13 mai 2015 mais a fait partie des jeux offerts par le PlayStation Plus du mois de février. Alors, qu'en est-il de cette soupe ?

Contenu du jeu


Tant de recettes de soupes à découvrir...
Une galaxie à conquérir

Le jeu dispose d'un mode "histoire", appelé Conquête spatiale, où vous devrez coloniser 28 planètes. Les deux premières planètes sont des niveaux servant de tutoriel, où les mécaniques de jeu vous seront présentées. Vous y apprendrez l'objectif de chaque niveau, à savoir récolter des ressources (végétales ou animales) afin de créer des soupes via des machines à soupes, puis à les expédier dans l'espace grâce aux fusées à soupe afin de récupérer des parts de marché. Sauf cas particulier, chaque soupe expédiée vous rapporte 5% de part de marché, l'objectif étant d'atteindre les 100% afin de devenir le leader incontesté du marché sur cette planète. Vous ne serez en effet pas seul sur cette planète, puisqu'une autre compagnie tentera, tout comme vous, de coloniser la planète. Il sera alors possible d'être attaqué par des pirates de l'espace ou des mercenaires employés par votre rival dans le but de vous ralentir, voire carrément vous supprimer de la course.

Il existe deux monnaies dans le jeu : les blocs de matière et les pièces d'or. Les blocs de matière vous permettent d'acheter et de poser des extensions pour votre usine (couloir, fusée ou machine à soupe), tandis que les pièces d'or servent à acheter des robots ou des tourelles. Les robots permettent d'automatiser progressivement votre usine, puisqu'ils peuvent transporter ingrédients et soupes, d'autres les envoyer en haut ou en bas, récolter les végétaux mûrs, etc. Les tourelles vous permettent de défendre votre usine et la protéger même en votre absence, lorsque vous partez en exploration.

En effet, sur chaque planète se trouvent différentes ressources qu'il sera impératif de récolter, notamment dans le but de créer de nouvelles saveurs. Le jeu comporte 20 ingrédients, soit 400 recettes possibles. Il vous faudra en créer successivement 15, 30 puis 45 dans le but de débloquer certains secteurs de la galaxie. Pour ce faire, il vous faudra explorer chaque planète en vue de trouver un nouvel ingrédient afin de maintenir un bon rythme de création de nouvelles saveurs, et ce à l'aide de votre scie permettant de forer dans la terre de chaque planète afin de récolter blocs de matière et atteindre de nouvelles zones.

Après 3 ou 4 planètes colonisées, vous aurez assimilé le gameplay et finir les planètes sera très facile. D'autant plus que chaque nouvelle planète conquise vous offre une amélioration, allant d'un nouveau robot jusqu'à une nouvelle arme. Bien évidemment, afin d'éviter une grande redondance, les planètes du deuxième et troisième secteur galactique vous imposeront des handicaps, parfois très lourds, comme l'impossibilité de créer des fusées à soupe, d'acheter des robots ou d'utiliser votre scie !

En dehors du mode aventure, le jeu propose un mode défi, où 5 défis renouvelés tous les deux jours vous mettront à l'épreuve, que ce soit des courses, des éliminations de monstres ou encore des ventes, chaque épreuve étant en course contre-la-montre. Bien qu'assez intéressants, les défis s'avèrent vite répétitifs tant leurs objectifs se renouvellent peu.

Pour finir, vous pouvez jouer seul ou à deux en écran splitté, ou bien en mode multijoueur, mais je vais y revenir dans la partie qui suit...

 

Note : 3/5

Aspect technique du jeu


Les graphismes du jeu sont tout juste passables
"Oh god, why ?"

Commençons par le point relativement positif : le gameplay. Bien que demandant un petit temps pour y être accommodé (changement d'armes, double sauts/jetpack, etc), il se prend plutôt bien en main avec un astrobosseur répondant très vite aux commandes. Un premier problème cependant, malgré la réponse immédiate, il vous est impossible de frapper tout en vous retournant. Il vous faudra alors impérativement vous retourner avant de recommencer à frapper, ce qui demander un laps de temps durant lequel les ennemis en profiteront pour vous dégommer. Si vous êtes pressé, étant assailli de toutes parts, vous risquez de frapper dans dans le vide avec un ennemi dans le dos... Assez ridicule à voir. Les ennemis du jeu répètent les mêmes mouvements : les créatures donnant des ingrédients vous sautent dessus tandis que ceux attaquant votre usine peuvent vous tirer dessus. Cependant, étant souvent en grand nombre, ils vous demanderont de vous adapter, puisque certains attaquent en priorité votre usine tandis que d'autres s'en prennent directement à vous.

Les graphismes du jeu sont tout juste passables, adoptant un style pixelisé assumé qui ne conviendra pas à tout le monde. Pour ma part, ils ne m'ont pas dérangé, donnant un petit cachet visuel au jeu. En revanche, on pourra pester contre le level design qui, malgré les dispositions différentes, se répète énormément, les textures se contentant de changer de couleur. Difficile de bien différencier une planète d'une autre...

On arrive au gros du problème : sa bande son et son mode multijoueur...

Tout d'abord, la bande son est très faible, ce qui se traduit en jeu par une unique musique par planète très courte qui se répète en boucle. Soyons honnêtes, vous finirez par couper le son du jeu tant la musique vous sera rentrée dans le crâne. Avec en plus des musiques communes pour de nombreuses planètes, la répétitivité s'en fera d'autant plus ressentir : planètes d'aspect similaire ayant la même musique. Les bruitages sont en revanche plutôt corrects, bien que le son de votre scie pourrait finir par vous faire grincer des dents si vous l'utiliser trop longtemps.

C'est en revanche bel et bien le mode multijoueur qui vient complètement descendre cette partie du test. Je ne vais pas y aller par quatre chemins : le multijoueur est actuellement injouable aujourd'hui. Avec une communauté encore assez active suite à l'offre en février du PlayStation Plus, vous ne pourrez tout simplement pas profiter de vos parties. "Pourquoi ?" me direz-vous. C'est très simple. En fait, lorsqu'un nouveau joueur rejoint une session multijoueur, la partie se met en pause pendant 10 à 15 secondes avant de réinitialiser certains paramètres afin d'accueillir ce nouveau joueur. Le GROS problème réside dans le fait que pour créer une soupe et l'envoyer, il faut compter respectivement 30 secondes et 45 secondes. Une contrainte de temps en apparence peu handicapante, sauf qu'en mode multijoueur, puisque chaque arrivée ou sortie d'un joueur de la session, les machines à soupe et fusée se réinitialisent ! Ainsi, il vous faudra croiser les doigts, priant pour que personne n'entre ou ne sorte de la session lors de chaque envoi de fusée sous peine de devoir recommencer toute la chaîne de production. C'est tout simplement inadmissible qu'un jeu de 2015 ait si mal fait son mode multijoueur, car les réinitialisations des machines finissent par dégoûter du mode (voire carrément du jeu), pourtant si sympathique sur le papier. Et si vous comptez faire le platine de Nom Nom Galaxy, vous n'êtes pas au bout de vos peines.

 

Note : 1/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Vous pourrez vous lancer dans les défis afin de varier un peu l'expérience de jeu, mais cela deviendra vite redondant
"Une fois, passe encore, mais pas deux."

Les premières parties de Nom Nom Galaxy sont assez sympathiques, avec en plus l'obtention d'améliorations à chaque fin de niveau permettant progressivement d'augmenter les possibilités de gameplay. Sur chaque planète, vous pourrez en outre suivre les actualités locales qui vous donnent des indices sur les ingrédients les plus recherchés ou les plus évités. En les prenant en compte, vous ferez grimper beaucoup plus vite vos parts de marché, ou à l'inverse stagnerez, voire perdrez des parts de marché en envoyant des soupes. Il vous faut donc être vigilant puisque la partie évolue souvent au gré des informations locales, permettant de maintenir l'intérêt du joueur. Il est possible d'obtenir des chewing-gums qui vous octroient des pouvoirs temporaires, bien que je ne les ai jamais utilisé (sauf pour le trophée lié).
À l'issue de chaque victoire, vous pourrez rejouer sur la planète en reprenant votre usine du mode aventure sans ses contraintes, à savoir être en compétition avec une entreprise rivale. C'est le mode S.O.O.P. (soupe en anglais), qui laisse la part belle à l'exploration. C'est dans ce mode que vous pourrez rechercher tranquillement de nouveaux ingrédients et dans lequel vous effectuerez très probablement la plus grande majorité des trophées.

Il est à noter que le jeu propose un système de médailles, ces dernières étant offertes en accomplissant divers objectifs plus ou moins intéressants à faire. Ces médailles n'apportent cependant presque rien au jeu, si ce n'est augmenter un peu son contenu et surtout, contribuer à ses trophées.
Concernant le mode Défis, comme mentionné dans la partie contenu, si les premiers défis sont assez agréables à faire, permettant de faire une vraie pause entre deux planètes du mode Conquête, il n'empêche qu'ils finissent très vite par se répéter, rendant l'intérêt pour ce mode très vite faible à nul.

Malheureusement, à cause de son design très peu varié, Nom Nom Galaxy devient très vite répétitif, les planètes se ressemblant toutes et l'objectif y étant toujours le même. En dépit de la présence d'handicaps sur certaines planètes, vous réussirez sans mal à surpasser tous vos rivaux dans le mode Conquête, et la répétitivité se fera ressentir dès la moitié du mode Conquête : 31 planètes qui se ressemblent et dans lesquelles il faut toujours faire la même : c'est très vite usant.
Même si vous l'aviez probablement deviné, la rejouabilité du jeu est en conséquence très limitée.

 

Note : 2/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Vision du calvaire qui vous attend
Le platine de Nom Nom Galaxy, ou le mythe de Sisyphe

Si vous souhaitez obtenir le platine de Nom Nom Galaxy, vous n'êtes pas au bout de vos peines, bien au contraire...

Tout d'abord, plusieurs trophées sont liés de près ou de loin au mode Conquête. Terminer l'aventure, ouvrir les trois secteurs galactiques, ou encore obtenir toutes les améliorations. Tous ces trophées sont des objectifs très classiques dans une liste de trophées, ce qui ne dépaysera pas les chasseurs habitués.

Une partie des trophée est très sympathique à obtenir, nécessitant de réaliser diverses actions contextuelles. Jouer à 11h11 ou 23h11, dépenser 100.000 pièces d'or, tuer 5 reines, créer 100 saveurs de soupes différentes... Autant d'objectifs qui contribuent à l'expérience de jeu. Par ailleurs, le mode S.O.O.P. sera une véritable bénédiction pour nous autres chasseurs de trophées. Ce mode permet d'explorer tranquillement chaque planète afin d'y trouver tous ses ingrédients, récolter des chewing-gums galactiques, créer toutes les saveurs de soupe, etc, sans avoir à subir la pression exercée par votre rival.

Malheureusement, c'est maintenant que les ennuis commencent.

Premièrement, il vous faudra récupérer TOUS les Astro pin's. "Hein ?" me direz-vous. Les Astro Pin's sont des récompenses obtenues en cumulant 3 médailles, lesquelles sont obtenues en réalisant divers objectifs. Parmi ces objectifs se trouvent quelques petits challenges relevant des 12 travaux d'Hercule. On comptera par exemple détruire 60.000 blocs (croyez-moi c'est énorme), tuer 200 ennemis avec l'épée et le pistolet, détruire 50 nids (mais pas n'importe lesquels), ou acheter 500 robots. Les Astro pin's pourraient constituer à eux seuls une liste de trophées à part entière tant l'effort nécessaire pour tous les collecter est colossal.

Ensuite, passons aux médailles du mode défi. Un trophée vous impose d'obtenir 20 médailles, dont une d'élite et cinq issues des défis Coop. La médaille élite s'obtient en étant dans le top 10 monde du défi. Le problème, c'est que le jeu est encore assez joué à cause de sa popularité relancée suite au mois de février, et la concurrence pour le top 10 est vraiment rude. Autant obtenir la médaille de bronze relève du jeu d'enfant, autant obtenir la médaille d'élite relève plus du mode super ultra extrême d'un jeu vidéo. Il est à noter que vous devez impérativement posséder une seconde manette afin de réaliser les défis Coop. Vous êtes prévenu.

Si par miracle vous avez obtenu tous les Astro pin's et la médaille d'élite, sachez que ce n'est pas encore fini ! "Mais p****n !" me direz-vous. Il vous restera alors "simplement" à envoyer 100 soupes dans les parties d'autres joueurs. Oui, en multijoueur, et oui, 100 soupes. Dois-je vous rappeler qu'en multijoueur, toute entrée ou sortie de la session réinitialise (ou annule si vous préférez) les fusées envoyées ? Imaginez donc devoir envoyer 100 fusées, soit prier pendant plus de 45 secondes pour que rien ne vienne déranger la pauvre fusée à soupe que vous avez envoyé. C'est ainsi que ce trophée s'avère bien plus frustrant et rageant qu'il ne devrait l'être.

En bref, si vous êtes assez téméraire (ou fou) pour tenter le platine de Nom Nom Galaxy, préparez-vous à y laisser des plumes.

 

Note : 1/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
7/20

Partant d'un principe pourtant sympathique sur le papier, Nom Nom Galaxy s'avère au final être très décevant. Avec une répétitivité s'installant bien trop vite ainsi qu'un mode multijoueur terriblement mal pensé, ses défauts font complètement oublier ses quelques qualités, sans parler du platine dont l'obtention est bien trop contraignante et frustrante.

Je recommande ce jeu :
Aux acharnés, Aux habitués des 100%