Test : Nioh


Nioh
  • 1
  • 2
  • 10
  • 73
Note des joueurs :
4.7/5 - 59 notes
Note des platineurs :
4.8/5 - 37 notes

Nioh

ps4


86 trophées au total
38 trophées cachés 3 DLC's

2251 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 692 joueurs (31 %)
100% par : 106 joueurs (5 %)
Note du jeu
18/20
Discuter du test

Test du jeu
Nioh

  • Test rédigé par Aelon le 10-02-2017 - Modifié le 13-02-2017



Introduction


Préparez-vous à affronter la mort dans Nioh. Au programme : samouraïs, ninjas et yokaï. Alors, prêts à y aller ?
Les jeux Die and retry ont la belle vie en ce moment. Grâce au succès de la licence des jeux Souls, les joueurs ont repris goût à mourir à de maintes reprises pour finalement ressentir un profond soulagement en terrassant un boss sur lequel ils butaient. C'est dans ce paysage vidéoludique assez spécifique qu'arrive un nouveau venu : Nioh.

Sorti le 8 février 2017, développé par Team Ninja et édité par Koei Tecmo et Sony Interactive Entertainment (rien que ça), Nioh est un jeu qui s'inspire des codes de la licence Souls et s'ancre au Japon dans l'époque Sengoku. Il va sans dire qu'avec une équipe de développeurs ayant créé les jeux Ninja Gaiden, Nioh avait toutes les clés en main pour devenir un jeu pleinement à part et non une pâle copie.

L'histoire s'installe durant la guerre Anglo-saxonne du XVIème siècle, où aucune des deux parties n'arrive à prendre le dessus. Le royaume d'Angleterre mise alors sur des pierres sacrées appelées Amrita qui confèrent de grands pouvoirs.
Dans les années 1600, William (vous) est un pirate irlandais incarcéré dans la Tour de Londres en vue de son exécution. Il est alors aidé par un esprit appelé Saoirse qui veille sur lui depuis qu'il est tout petit. William parviendra à s'échapper de la Tour de Londres mais Saoirse sera enlevé par Edward Kelley, un alchimiste anglais qui compte sur Saoirse pour récupérer cette Amrita. Il part alors au Japon, source prolifique d'Amrita et est poursuivi par William. Très vite, vous réalisez que le Japon est infesté de démons appelés Yokai et qu'un grand conflit oppose deux armées en vue de la conquête du Japon. C'est dans toute cette tourmente que vous allez devoir tenter de récupérer Saoirse et, qui sait, contribuer à une cause plus grande.

Basé sur une histoire vraie (William étant inspiré de William Adams), Nioh puise dans l'histoire japonaise mais aussi dans son folklore pour offrir un Die and retry tout neuf. Alors qu'en est-il : pâle copie des jeux Souls ou vraie pépite ?

Contenu du jeu


Des démons, des pillards, un village en feu... Pas de doute, on est au bon endroit selon William.
A la conquête du Japon

Nioh se déroule donc au Japon à deux exceptions près. Tous les lieux visités sont inspirés de vrais lieux, comme par exemple le château d'Edo ou la plaine de Sekigahara. L'une des grandes forces de Nioh, c'est de respecter et sublimer des personnages historiques et emblématiques de l'histoire japonaise, comme par exemple Ieyasu Tokugawa ou Hattori Hanzo. Le jeu vous propose d'évoluer dans le japon féodal au travers de nombreuses missions.

Il y a bien évidemment une trame principale avec une vingtaine de missions qui vous permettent d'évoluer dans le scénario aussi bien que dans les régions du Japon. En effet, William avancera au fur et à mesure d'une région à l'autre, comme par exemple les régions de Kinki, Tokai ou Omi. Chaque mission principale comprend au moins un boss que vous devrez éliminer afin d'avancer.
En dehors des missions principales, le jeu est parsemé de missions secondaires très intéressantes aussi bien par les récompenses que par les challenges qu'elles offrent. Vous aurez de quoi faire, rassurez-vous.

Ajoutez à cela des missions du crépuscule qui se veulent plus difficiles que les missions normales et plus riches en Yokai, ainsi que des missions de Dojo pour atteindre les meilleurs bonus.

Vous pourrez prendre part à tout cela seul, ou en coopération. Le mode multijoueur est bel et bien de la partie dans Nioh et quel régal ! Tout d'abord, contrairement à un jeu Souls vous ne pouvez pas laisser de message au sol, mais vous pourrez voir les tombes d'autres joueurs tombés au combat. Ici, il ne s'agit pas de voir comment ils sont morts, mais vous pourrez invoquer le défunt pour l'affronter et gagner des armes et objets de valeur. Cela permet en outre de gagner des coupes Ochoko, les objets nécessaires à la coopération.

Le multijoueur, basé sur la coopération (pas d'invasion dans Nioh), comprend deux modes : visiteur ou compagnon. Le mode visiteur est très classique puisque vous rejoignez un autre joueur en tant que fantôme dans une mission et si l'hôte ou vous mourez, c'est la fin de la partie. En revanche, le mode compagnon, nettement plus intéressant, vous permet de vous préparer avant la mission puis de rejoindre l'autre joueur en tant qu'humain. Une jauge de compagnon s'ajoute à votre barre de vie et de Ki (d'endurance). Contrairement au mode visiteur, si l'un des deux joueurs meurt en mode compagnon, l'autre peut le relever. En cas d'échec de réanimation, la jauge de compagnon diminue. La partie s'achève si les deux joueurs meurent en même temps ou si la jauge tombe à zéro. Ce mode compagnon est excellent et renforce le côté coopération de façon franchement bienvenue.

Un samouraï paré pour la guerre

Action-RPG oblige, Nioh propose un panel d'armes assez large pour convenir à tous. Les armes sont divisées en deux catégories, à savoir armes à distance et armes de mêlée. William peut porter deux armes de mêlée et deux armes à distance, aussi, choisissez bien.

Les armes à distance comprennent l'arc, le fusil et le canon (oui, le canon). Les armes de mêlée comprennent la hache, la lance, le Kusarigama (une grande chaîne ayant une faucille à une extrémité et une masse à l'autre), le katana ainsi que le double katana (on est bien au Japon).

Les armures sont divisées en trois catégories : légères, moyennes et lourdes. Comme dans un Dark Souls par exemple, vous pouvez en permanence voir la charge d'équipements pour savoir si William est agile ou non. Bien évidemment, une armure légère diminue le coût en énergie des esquives tandis qu'une armure lourde encaisse plus de dégâts. Choisissez donc en fonction de votre style de jeu. Vous pourrez également vous équiper de deux accessoires qui apportent des bonus très intéressants (notamment pour les trophées).

Tout cet équipement peut être fabriqué et perfectionné à la forge, où vous pourrez augmenter le niveau de vos armes (et ainsi leurs dégâts) tout en pouvant modifier les bonus apportés par les armes.

En dehors des armes et armures de samouraï, vous disposez également d'un attirail de ninja et de mage Onmyo. Le jeu dispose de nombreux arbres de compétences (un par arme de mêlée, un pour le style Ninja et un pour la magie Onmyo) qui vous permettent d'améliorer vos compétences et d'en débloquer de nouvelles. Ne négligez pas les arbres de compétences Ninja et Magie car ils apportent de vrais plus au style de jeu.

Vous gagnerez en outre de l'Amrita en quantité assez gigantesque dans Nioh, ce qui vous permettra de gagner des niveaux en dépensant des points dans des attributs. Ces derniers augmentent les dégâts de vos armes, votre vie, vos talents de ninja, de mage, etc.

Enfin, impossible de passer à côté d'un élément essentiel dans Nioh : les esprits protecteurs. En effet, si William était jusqu'au début de l'histoire protégé par Saoirse, il arrive au Japon, pays où des centaines et des centaines de divinités existent. Les plus braves sont protégés par différents esprits protecteurs en fonction de leur caractère et motivations, et William pourra progressivement recevoir la bénédiction de ces esprits. En dehors d'apporter des avantages considérables (voir la position des ennemis sur la carte, gain de vie à la mort des ennemis, etc), ils permettent surtout d'utiliser le pouvoir spécial "Arme vivante". Lorsque la jauge d'Amrita est remplie, vous pouvez invoquer votre esprit protecteur et insuffler sa force dans votre arme. Vous êtes alors temporairement invulnérable et infligez d'immenses dégâts aux ennemis. Utiliser l'arme vivante peut vous sortir du pétrin à de maintes reprises, croyez-moi.

 

Note : 5/5

Aspect technique du jeu


L'histoire et les motivations des personnages historiques rencontrés dans Nioh sont accompagnées d'illustrations très jolies, semblables à des peintures
Quelques ombres au tableau

Commençons par le négatif, le gros point noir du jeu : les graphismes.

Vous l'aurez sans doute déjà vu aux images qui accompagnent le test, mais le jeu n'est franchement pas très joli. Si les personnages sont détaillés, il n'empêche que les textures semblent vieillottes et peuvent dans un premier temps vous refroidir quant à l'appréciation de l'aspect technique du soft.

Certaines textures ne doivent pas être vues de trop près au risque d'en verser une larme, mais globalement, passé le premier contact avec les graphismes, ils passent quand même dans l'ensemble. Il faut simplement accepter ce style pour ensuite voir ses qualités qui sont ô combien nombreuses.

Sachez qu'il est possible de choisir le mode de résolution. Vous pouvez choisir le mode "Vidéo" qui privilégie des graphismes légèrement meilleurs au détriment des framerates (30 fps), ou le mode "Action" qui privilégie les framerates (60 fps), un troisième mode est un compromis des deux. Je vous recommande fortement le mode Action, qui permet de garder constamment le jeu très fluide et donc d'apprécier au mieux les combats. Ne passez surtout pas du mode Action au mode Vidéo après quelques heures de jeu tant vous aurez du mal à supporter les saccades.

Certains joueurs ont relevé des bugs de collision, mais je n'en ai personnellement relevé aucun (en version 1.01, sachant qu'une mise à jour arrivée hier, la 1.02, semble encore corriger des soucis). Ne vous en faites pas, les glitchs ne devraient aucunement vous gêner.

Mais un résultat globalement satisfaisant

Il fallait bien crever l'abcès avant d'aborder le gros de l'aspect technique de Nioh : ses qualités, c'est-à-dire tout ce qui n'a pas encore été cité.

Premièrement, même si le jeu souffre de graphismes qui datent, le level design est là pour rattraper le tout. Parfois très complexe et verticalisé, celui-ci offre une progression satisfaisante. Le jeu est rempli de portes qui sont au départ bloquées mais qui peuvent être ouvertes en avançant dans la mission pour permettre d'avoir des raccourcis et d'éviter d'avoir à tout recommencer à chaque fois à chaque mort. L'effort est récompensé, fort heureusement. Les décors sont également assez diversifiés, passant des mines aux forêts jusqu'aux châteaux. Si les missions principales renouvellent sans cesse les lieux à explorer, les missions secondaires sont bien moins fournies et s'installent en général dans les lieux déjà visités dans les missions principales.

Ensuite, la bande son est excellente. Les thèmes orientaux offrent une atmosphère authentique au soft, sachant apporter la bonne musique au bon moment. Le combat contre les boss est toujours accompagné d'une musique qui donnera le ton de la situation. Par ailleurs, si vous êtes face à un ennemi dangereux ou que vous êtes proche de la mort, la musique s'emballera pour augmenter la tension de la situation. Que du bon on vous dit. Mention spéciale aux doublages, puisque les anglais sont doublés par des anglais et les japonais par des japonais. Cela peut sembler stupide, mais le fait d'entendre William et Kelley parler anglais au milieu des japonais contribue à l'immersion dans le soft. Surtout que cela respecte les lieux explorés et évite de tomber dans le tout anglais ou tout japonais.

Il reste enfin un élément à mentionner, qui constitue pourtant la pierre angulaire de l'aspect technique d'un action-RPG comme Nioh : le gameplay. Après tout, si lui est bon, peu importe le reste, pas vrai ?
Vous n'allez pas être déçu : le gameplay de Nioh est une pure réussite. Il s'agit là de la grande différence avec les jeux Souls et d'ailleurs de la dernière fois que je comparerai les deux tant Nioh parvient à devenir un jeu à part entière.

Le gameplay de Nioh utilise au maximum la manette de la PlayStation 4. Une commande rapide permet d'échanger l'arme de mêlée ou à distance pour s'adapter à la situation, William peut esquiver, se défendre, effectuer des attaques légères ou lourdes et tirer. Mais l'essentiel du gameplay de Nioh et ce qui le sublime, ce sont les postures.
Nioh propose un système de posture que vous pouvez changer à chaque instant et qui modifie la façon dont William se bat. La posture haute privilégie les attaques lentes mais puissantes au détriment de l'esquive, la posture basse privilégie les attaques rapides mais faibles et se base sur des esquives rapides tandis que la posture moyenne est un compromis entre les deux autres. Ce système de postures vous permet à tout moment d'opter pour un style lent ou rapide selon l'ennemi face à vous afin de garder l'avantage. Il se prend en main très rapidement et constitue le cœur du jeu pour parvenir à maîtriser le soft.

Enfin, le multijoueur est très bon et stable. Je n'ai personnellement jamais été déconnecté durant mes sessions multijoueur et suis parvenu sans problème à rejoindre d'autres joueurs. Un menu appelé "Torii" permet de rejoindre en quelques dizaines de secondes un joueur (sous réserve d'avoir fini la mission que joue l'hôte), et ce aussi bien avec mot de passe pour permettre à deux amis de se rejoindre que sans pour rejoindre n'importe qui.

 

Note : 4/5

Plaisir à jouer et à rejouer


"Bonjour madame, je cherche un esprit protecteur. Vous ne l'auriez pas vu ? Allons, allons, pas la peine de me faire les gros yeux, je vais m'en aller... Ou pas."
Du fun sauce samouraï

Attention, vous qui lisez ces lignes, prenez bien en compte le style de jeu testé. Il s'agit là d'un jeu où la mort et l'échec seront omniprésents, amenant de la frustration pendant des minutes voire des heures de jeu. Si vous préférez un jeu où la frustration est bien moins présente et où l'échec n'est pas aussi punitif, alors Nioh n'est pas pour vous. Comprenez par là que ce jeu demande de la persévérance et entraînera colère et frustration chez les joueurs, mais qu'au final, la joie et le soulagement d'avoir passé l'obstacle sur lequel ils butaient constituent l'intérêt de Nioh et des Die and retry en général. La note de cette section ainsi que celle des trophées est donc basée sur le principe que vous adhérez au style de jeu et que vous êtes prêt à assumer les conséquences de vos erreurs.

Ceci étant dit, Nioh est un pur régal à jouer. Il va sans dire que le jeu ne vous épargnera quasiment jamais et la moindre erreur signera l'apparition de l'écran de mort, mais le jeu récompense vraiment l'effort. Tout d'abord, les ennemis les plus puissants ont tendance à laisser un objet de soin à leur mort, permettant de souffler un coup et de récupérer un élixir quand vous en avez dépensé au moins un pour le battre.

De plus, le jeu est extrêmement généreux en équipements. Le moindre ennemi est susceptible de vous donner une nouvelle arme ou pièce d'armure meilleure que ce que vous possédez, vous poussant constamment à changer d'équipement pour être équipé le mieux possible. En outre, les meilleures armures apportent des bonus de panoplie (2 pièces du même ensemble, 3 pièces, etc) qui renforcent William. Ces bonus sont encore une fois suffisamment variés pour convenir à tous les joueurs.

Les ennemis rencontrés sont également assez variés. Si les humains sont peu diversifiés, les Yokai sont très différents et adoptent des styles précis. Vous pourrez donc progressivement les reconnaître et anticiper les attaques afin de les tuer de plus en plus facilement. En revanche, le jeu lui-même vous le dit : évitez de foncer à l'aveugle. Certains ennemis pourraient se cacher derrière des angles et surgir de nulle part, et lorsque vous êtes face à un gros Yokai, les petits Yokai pourraient bien vous déstabiliser au point de vous pousser vers votre mort.

C'est d'ailleurs là qu'interviennent les nombreux bonus, car celui qui permet de ressentir la présence des ennemis est un impératif. Vous pourrez savoir où se trouvent les Yokai et ainsi les attirer un à un lorsque vous sentez venir le traquenard. Comme présenté précédemment, le système de posture offre des combats extrêmement dynamiques et fluides. Vous vous surprendrez au fur et à mesure de votre avancée dans l'histoire tant vous deviendrez plus audacieux, plus agile et plus agressif en combat, disposant de magies et d'attaques plus fournies.

L'histoire de Nioh est très bonne quoi que très simple, le jeu se basant sur des faits historiques. Les personnes connaissant le folklore japonais seront ravies de voir à quel point la Team Ninja a respecté le matériau de base de Nioh pour modéliser des Yokai cultes et des figures mythiques de l'histoire japonaise. Comptez 25 à 30 heures pour finir toutes les missions du jeu.

Tout contribue à créer une atmosphère pesante lors des missions, et chaque nouvelle mission sera un vrai renouvellement de votre intérêt pour le soft tant les niveaux s'enchaînent sans se ressembler. Les boss ont tous une arène très jolie qui renforce le côté imposant de ces derniers. Certaines sont d'ailleurs pensées pour vous forcer à rester au contact tant elles sont petites.

Pour ce qui est de la rejouabilité, le jeu dispose d'un mode New Game + appelé La voie du plus fort où de nouveaux ennemis sont ajoutés dans les missions et où tous les ennemis sont plus forts. Il s'agit là d'un vrai mode Die and retry tant la moindre erreur se solde par votre mort. Il n'empêche que ce New Game + parvient à occuper de très longues heures supplémentaires, et on ne va pas s'en plaindre, bien au contraire.

 

Note : 5/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Presque un sans-faute ! Le platine en demande un tout petit peu trop, mais dans l'ensemble, il s'obtient avec plaisir (mais dans la douleur quand même).
Jusqu'au bout

Et nous voilà arrivé à la partie qui nous intéresse particulièrement : les trophées.

Le platine est très agréable à faire car il permet de voir tout que Nioh a à offrir sans pour autant demander l'impossible. Les missions peuvent d'ailleurs toutes être rejouées à volonté, ce qui permet d'éviter l'existence d'un trophée pouvant être manqué.

Tout d'abord, avancer dans l'histoire vous permettra d'obtenir une jolie brochette de trophées, mais vous devriez désormais être habitués à cette pratique. Une jolie façon de récompenser votre avancée tout en vous permettant de marquer votre progression.

Le jeu vous pousse à diversifier votre style de jeu car toutes les armes sont mises à l'honneur dans cette liste de trophées. Nioh vous demande en début de jeu quelle est votre arme principale (vous devez choisir une arme parmi les 5, mais ça n'a pas de réel impact en jeu). Cette arme "principale" devra être utilisée jusqu'à atteindre le million de dégâts infligés avec, ce qui se fait très vite en New Game +. Pour toutes les autres, vous devrez atteindre 500.000 points de dégâts afin de débloquer des missions spécifiques qui vous permettent d'obtenir les meilleurs bonus d'armes (et des trophées au passage). Cela vous pousse donc à tester toutes les armes et trouver le style qui vous convient le mieux avec chacune d'entre elles. Encore une fois, une fois le jeu fini une première fois, vos armes infligent des dégâts si élevés qu'atteindre 500.000 de dégâts vous demandera une dizaine de minutes (là où il vous a fallu des dizaines d'heures avec une arme en début de jeu).

Certains défis parsèment la liste de trophées, comme vaincre un boss que vous affrontez tôt dans le jeu et que vous rencontrez plus tard comme ennemi "lambda", trouver 10 fois la bonne emote à réaliser devant un Nurikabe (un Yokai qui se met dans les murs et débloque des passages cachés), ou encore allumer tous les feux dans une zone donnée.

Il vous faudra en revanche finir toutes les missions secondaires et les missions du crépuscule pour obtenir LE trophée le plus difficile à obtenir du jeu. En effet, si certains d'entre vous se craquent déjà les doigts le sourire aux lèvres en disant "Allez amène-toi", vous risquez de déchanter lors des deux missions secondaires ultimes de Nioh. Je garde la surprise, mais un indice : vous ne pouvez pas les faire en coopération. Bonne chance, vous allez en avoir besoin.

Enfin, parlons des collectibles. Ne fuyez pas tout de suite, pauvres fous ! Ces collectibles ne sont honnêtement pas une vraie plaie à faire. Il s'agit des Kodama, des petits êtres disséminés dans les niveaux et qui, une fois retrouvés, apportent des bonus en priant aux autels (les checkpoints du jeu). Pour sûr, ils sont si petits qu'on aurait envie de jeter la manette à l'écran tant la tâche semble difficile, mais c'est sans compter sur le guide PSTHC et surtout sur l'existence d'un bonus appelé "Présence Kodama" qui indique sur votre radar la position des Kodama du niveau une fois que vous en êtes assez proche ! Elle est pas belle la vie ?

Les autres trophées s'obtiennent naturellement en finissant les quêtes secondaires, notamment la collecte des esprits protecteurs, vous devriez donc obtenir de nombreux trophées sans vous en rendre compte.

Le plus pénible sera sans doute celui lié à la forge où vous devrez y dépenser une somme astronomique d'argent. On aurait préféré éviter, mais bon.

Au final, Nioh dispose d'une excellente liste de trophées mais en demande un peu trop (collectibles et certains trophées qui poussent à répéter de façon exacerbée certaines pratiques). Quoiqu'il en soit, on ne va pas trop s'en plaindre car la Team Ninja a fait un geste pour aider les chasseurs de trophées à traverser leur pire cauchemar : trouver ces satanés collectibles.

Le New Game + devient donc un pur bonus pour les plus acharnés et devient ce qu'il devrait être dans tous les jeux : du plaisir à l'état pur et non une corvée.

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
18/20

Pure merveille, Nioh est une véritable réussite dans l'univers des Die and retry. Respectant à la perfection aussi bien l'histoire que le folklore japonais, il offre une atmosphère orientale excellente et promet des combats intenses et dynamiques grâce à son système de posture génial. Le platine est agréable à faire mais demande des efforts et de la persévérance tout en finissant par en demander un peu trop, mais peu importe. Un véritable must-have pour les fans du genre.

Je recommande ce jeu :
Aux acharnés, À un public averti