Test : Neverwinter


Neverwinter
  • 1
  • 3
  • 9
  • 73
Note des joueurs :
3.9/5 - 37 notes
Note des platineurs :
3.9/5 - 11 notes

Neverwinter

ps4


86 trophées au total
86 trophées online
0 trophée caché 8 DLC's

2459 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 136 joueurs (6 %)
100% par : 3 joueurs (0 %)
Note du jeu
12/20
Discuter du test

Test du jeu
Neverwinter

  • Test rédigé par Miflin111 le 04-08-2016 - Modifié le 07-12-2016


Introduction


Ce genre de situations arrivera souvent : faire front à un énorme ennemi avec une équipe soudée.
Quand on énonce Donjons et Dragons, on pense à énormément de choses : un jeu de rôle culte avec des règles si compliquées pour les mages et sorciers au point que le maître du jeu vous supplie de ne pas en créer un, un navet au cinéma, des livres, un univers enchanteur et des jeux vidéo. La liste pourrait continuer mais là n'est pas le sujet.

Ce qui nous intéresse aujourd'hui est l'adaptation PS4 de Neverwinter sorti sur PC en 2013. MMORPG adoptant un modèle free-to-play, le jeu vous propose de créer un avatar avant de vous lancer dans des quêtes dans un univers prenant place dans la franchise Donjons et Dragons.

Contenu du jeu


Vous aurez aussi des instances et des donjons exigeant de faire équipe avec d'autres joueurs pour en venir à bout.
Des débuts timides...

Aussitôt la création de votre personnage accomplie et de son histoire, vous êtes directement catapulté dans des quêtes afin de vous initier aux commandes et aux mécanismes de jeu qui seront nombreux. SI l'idée de faire du pas à pas est louable au vue de la quantité de données à assimiler, les missions manquent clairement de variété au tout début et certaines quêtes n'auront pas d'explications distinctes quant à leur but final pour une raison très simple : le scénario change selon le lieu d'origine de votre avatar ainsi que son choix de destin. Ceci étant dit, le but ne sera pas clair pour autant car on enchaine les quêtes sans voir avancer la trame.

...Pour un contenu dantesque

C'est au bout de ces premières quêtes que le jeu commence à déployer son arsenal : outre les indécrottables ligues et guildes afin de faire partie de la communauté de l'agneau, vous débloquerez les instances afin de participer à des quêtes et missions de groupe qui gagneront en diversité avec des phases de recherche, des boss et de l'exploration. Votre progression connaitra un tournant avec le PVP que vous pourrez faire à partir d'un certain seuil, le Dominion où le concept est de conquérir des zones pour engranger des points et attaquer l'équipe adverse désireuse d'en faire autant. Plus vous avancerez au cours de vos quêtes, plus le contenu se dévoilera avec des donjons, des équipements supplémentaires, sans compter le contenu ajouté à Neverwinter qui vous occupera de très, très nombreuses heures.

Les autres aspects ne sont pas en reste avec un inventaire à gérer régulièrement pour ne pas vous retrouver avec les sacs pleins, l'équipement à attribuer avec des objets spécifiques à chaque classe et exigeant un niveau minimum à avoir pour s'en équiper. Vous aurez aussi des points à attribuer aux pouvoirs et aux talents afin de renforcer votre avatar et découvrir de nouvelles compétences et capacités pour vous aider durant votre périple. Que serait alors un MMORPG sans sa messagerie, que ce soit des annonces de guilde, des demandes pour faire un donjon particulièrement corsé ou simplement communiquer en privé avec un joueur pour ne pas être dérangé ? Sans oublier les habituelles options pour configurer le jeu afin qu'il réponde au mieux à votre confort.

 

Note : 4/5

Aspect technique du jeu


Les montures permettent de vous déplacer plus vite, idéal pour gagner du temps.
Ce n'est plus ce que c'était, ma bonne dame !

Avec ses graphismes en 720 pets, il aura suffit de 5 années pour que, graphiquement, le jeu vieillisse mal : textures manquant de détails, synchronisation labiale calamiteuse, décors répétitifs et sans grande originalité. Ce n'est clairement par pour son visuel que le jeu parvient à nous captiver. L'animation est aussi à la peine avec une palette de mouvements très restreinte tant au niveau des personnages que des PNJ créant comme un manque d'âme dans cet univers.

Les musiques, somme toute passables, n'offrent aucun moment épique ou piste qui restent en mémoire; le doublage français est cependant d'assez bonne facture et c'est la même chose pour les bruitages.

Les soucis majeurs concernent la hitbox qui est affreuse, il suffit de voir son personnage se faire happer par un sort alors qu'il se trouve à l'extérieur de la zone d'effet ou le coup de hache d'un ogre faire mouche avec pourtant 2 mètres de distance entre l'avatar et l'arme. Encore, ce n'est pas grand chose comparé à la latence omniprésente qui rend les parties parfois confuses et assez frustrantes lorsqu'on se méprend sur le nombre de coups que l'on souhaite porter. Enfin, des problèmes de communication avec le serveur arrivent parfois, vous obligeant à quitter le jeu tandis que votre instance où vous aurez bataillé pendant de très longues minutes est réduite à néant... Un concentré de rage et de frustration en barre, à plus forte raison lorsque le chemin de suivi est capricieux.

Sauvons les meubles

Son plus grand atout malgré l'âge reste son accessibilité : les menus sont clairs, les raccourcis instinctifs et le didacticiel permet d'apprendre petit à petit les mécaniques du jeu tout en progressant dans ses quêtes, idéal pour rester immergé sans passer par une longue étape d'entrainement. L'I.A. donne une difficulté satisfaisante dans la mesure où les patterns sont certes bien visibles et peu nombreuses mais leur nombre font la différence pour l'issue du combat et oblige le joueur à élaborer une stratégie pour se sortir de situations délicates. Heureusement, aucun problème concernant les sauvegardes.

 

Note : 2/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Si vous vous sentez perdus, consultez la carte pour mieux identifier vos objectifs.
Quand y en a plus, y en a encore

Avec une difficulté croissante très satisfaisante, une prise en main facilitée par un didacticiel complet et une immersion immédiate, tous les ingrédients sont réunis pour vous tenir en haleine. Son accessibilité est sans conteste son plus grand atout pour procurer des heures et des heures de jeu grâce à une pléthore de lieux, de quêtes et de nouvelles créatures à combattre. Impossible de se perdre lors d'une quête avec un rappel clair et précis des objectifs à mener et du lieu dans lequel il faut se rendre. Une alchimie savamment menée, renforcée par l'aspect communautaire présent où l'entraide lors des instances n'est pas de refus, où les PvP donnent un piment non négligeable. Même les objets rares peuvent être attribués de différentes manières : en faisant valoir sa nécessité, en la misant ou en la cédant à un équipier.
La rejouabilité est aussi de la partie avec la possibilité de créer un tout nouveau personnage afin de profiter d'un nouveau gameplay pour revivre l'aventure sous un angle neuf et renouveler ainsi l'intérêt.

Le seul frein à ce plaisir concerne la navigation dans l'interface qui se révélera rébarbative au possible lorsqu'il convient de gérer son inventaire à cause de son stockage limité sans oublier l'histoire principale qui est perdue de vue au vue des nombreuses quêtes à accomplir et qui ne font pas progresser explicitement l'histoire.

 

Note : 3/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Chaque escarmouche, instance ou donjon aura son classement où la récompence varie en fonction de la place obtenue selon les dommages infligés.
Classique, comme son nom l'indique

Outre les trophées liés à la progression des quêtes ou à des actions spécifiques réalisables à partir d'un certain niveau, vous aurez aussi les paliers des niveaux atteints faisant office de trophées aisés à obtenir.
Mais le plus gros du travail est sans conteste les trophées liés au cumul, que ce soit de tuer un nombre demandé d'ogres, orcs voire même de dragons, créatures rencontrées bien tardivement dans le jeu. Ajoutez à cela dans donjons épiques à faire et des diamants à cumuler afin de remplir les exigences et vous vous retrouverez alors à jouer pendant des dizaines pour ne pas dire des centaines d'heures.

Nous sentons clairement que certains trophées ne sont là que pour augmenter la durée de vie mais les nombreuses possibilités du jeu à découvrir rendent la tâche moins pénible qu'il n'y parait.

 

Note : 3/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
12/20

Bien que vieillissant sur le plan technique, Neverwinter n'a rien perdu de son accessibilité, de son contenu et de son immersion. Sa gratuité liée à son absence d'abonnement mensuel ne dispensent certes pas d'un côté pay-to-win qui souvent se fait insistant mais pour les récalcitrants du MMORPG, cette version PS4 est une occasion à saisir pour celles et ceux qui veulent se lancer sur console SONY.

Je recommande ce jeu :
À tous