Need for Speed Rivals

Need for Speed Rivals

ps4

1
7
8
10
10
4

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 29/11/2013
Genre(s) : Course
Territoire(s) : FRANCE

3291 joueurs possèdent ce jeu
26 trophées au total
2 trophées online
0 trophée caché

Platiné par : 1151 joueurs (35 %)

100% par : 1151 joueurs (35 %)


Note des joueurs :
3.7/5 - 92 notes

Note des platineurs :
3.7/5 - 46 notes

Test rédigé par matrobymat le 02-01-2015 - Modifié le 07-12-2016

Introduction

Need for speed est une série phare du jeu vidéo. C’est un fait. Que l’on aime, ou que l’on n’aime pas, force est de constater que cette série perdure, oscillant entre bons épisodes et moins bons, alternant entre nouveautés et endormissement sur ses lauriers. Qu’en est-il de cet épisode : Rivals ?

Contenu du jeu

Redview County est le cadre de vos pérégrinations pour cet épisode. Il s’agit d’un comté … disons … plus ou moins déserté … qui est devenu le lieu d’une lutte âpre entre les forces de police et des pilotes hors la loi, adeptes de belles mécaniques et de conduite sportive, et surtout dangereuse.

Vous aurez donc, comme dans Need for speed : Hot pursuit, la possibilité de choisir votre carrière. Vous incarnerez soit un flic, aux méthodes brutales et expéditives, soit un pilote surdoué, épris de liberté et de sensations fortes. Enfin … ce choix n’en est pas un, puisque vous pourrez à loisir, au cours de votre campagne, passer d’un camp à l’autre, sans sourciller, d’un simple clic.
Cette ambiguïté en terme scénaristique est plutôt étrange. Changer de camp comme ça, sans problème ? Pourquoi ne pas avoir fait deux campagnes distinctes ? Ça aurait tout de même été plus réaliste, en terme de scénario, non ? Ah ah, laissez-moi rire. Un scénario. Pour que cela pose problème au niveau du scénario, il faudrait déjà en avoir un. Et de ce côté, on peut dire que Ghost Games ne s’est pas foulé. Il est tout simplement inexistant. N’en cherchez pas, il n’y en a pas. Aucun lien, aucun fil conducteur, aucune explication sur qui vous êtes, ce que vous faites à Redview, vos motivations … rien. Lorsque vous serez du côté des pilotes, vous serez tout simplement un pilote lambda qui refuse de voir sa liberté bafouée par les méchants flics, et lorsque vous serez un flic, vous serez un policier déterminé qui utilisera tous les moyens pour arrêter les méchants pilotes qui ne respectent pas la loi. Point. C’est ridiculement léger. J’avais abandonné cette série après l’épisode Most Wanted, qui n’avait certes pas le scénario le plus original qui soit, mais qui avait au moins le mérite d’exister et d’être cohérent.

Passons, et intéressons-nous au nerf de la guerre d’un jeu de course : les voitures. Il y en a entre 40 et 50 modèles différents. Que vous soyez flic ou pilote ne change quasiment rien, la plupart des voitures, à quelques exceptions près, sont présentes et disponibles dans les deux camps. Encore une fois, dommage de ne pas avoir différencié les camps, par exemple avec des voitures moins rapides du côté de la police, mais terriblement plus solides. De plus, la progression est très, très, très rapide, puisque dès les premières minutes, vous vous retrouvez avec une bête de course, une voiture de luxe.

La map quant à elle est assez grande pour ne pas tourner en rond, mais sans plus. Pour mieux se rendre compte, la dernière mission vous demande de faire quasiment le tour de celle-ci, avec une voiture améliorée à fond, et cela prend environ 15 minutes. Elle manque par contre assez de variété, puisque les environnements que vous traversez seront toujours un peu les mêmes. Il y a un peu de ville, un peu de forêt, un peu de montagne, et un peu de désert, mais la constante entre tous ces endroits, c’est qu’ils sont dépeuplés. Le trafic n’est en effet pas bien dense. De plus, la transition entre ces différents lieux est très étrange. Il y a un endroit sur la map, dans le désert, où juste à la sortie d’un tunnel, vous vous retrouvez en montagne, sous des conditions beaucoup moins clémentes. C’est surprenant, et assez mal fichu.
Note : 2/5

Aspect technique du jeu

Graphiquement, le jeu est plutôt beau. Les voitures sont superbes, bien modélisées, même lorsque qu’elles commencent à subir des dégâts. Les environnements (dont très peu sont dégradables soit dit en passant, bien moins que dans Most Wanted) sont également plutôt jolis, même si vous n’aurez pas beaucoup le temps de les admirer. En effet, la sensation de vitesse est excellente et vous pousse à garder votre concentration. Vous n’aurez pas le temps de vous émerveiller du paysage, et c’est plutôt une bonne chose. Le moteur Frostbite fait ici des merveilles. Les effets de pluie sont bien rendus. La sensation de vitesse est accentuée par un léger tremblement de l’écran. Lorsque vous êtes pourchassé par les hélicos de la police, les projecteurs de ceux-ci vous éblouissent à merveille et vous font perdre de vue la route à suivre. Tout ceci sans le moindre ralentissement, sans le moindre lag, le tout en étant connecté sans cesse au online.

En effet, ce need for speed détruit totalement la barrière entre solo et multi, puisqu’au lancement du jeu, vous vous retrouverez dans une map déjà pratiquée par d’autres joueurs. Vous pouvez vaquer à vos occupations, ou décider d’interagir avec eux. Ceci n’ayant malheureusement aucune incidence réelle sur vos parties respectives. Si vous jouez un flic et que vous arrêtez un pilote, vous serez content, mais cela ne servira à rien. Celui-ci réapparaitra dans sa planque et vous aurez quelques points d’XP, mais c’est tout.

Live Online donc ok, mais Live Online du pauvre. Les développeurs ont fait le choix, aussi étonnant, incompréhensible et daté soit-il, de laisser un des joueurs de la map héberger celle-ci. Si cela ne pose aucun problème en terme de débit ou de latence, cela devient totalement inadmissible lorsque ce joueur quitte la partie. Lorsque l’hébergeur quitte (volontairement ou non) la session, vous vous retrouvez avec un écran noir, un message vous disant que le jeu cherche un nouvel hébergeur et qu’il faut patienter. La recherche se poursuit (pendant au-moins 30 secondes à chaque fois) et lorsque vous reprenez, vous vous apercevez qu’en fait, d’une manière totalement incompréhensible, l’épreuve à laquelle vous participiez a continué pendant votre absence. Inadmissible en 2014. Honteux et énervant.
Note : 3/5

Plaisir à jouer et à rejouer

Côté gameplay, Rivals souffle également le chaud et le froid. Le but du jeu, quel que soit votre camp, est de monter les niveaux (et oui, n’oubliez pas, il n’y a pas de scénario). À chaque niveau, vous aurez donc le choix entre trois missions à réaliser. Dans chaque mission, un certain nombre d’objectifs à remplir. Ces objectifs vous demanderont de gagner des courses, de rouler un certain nombre de kilomètres en sens inverse, de déclencher un radar à une certaine vitesse, d’arrêter un pilote etc …

Flic ou pilote, les voitures sont donc quasiment les mêmes, et les voitures entre elles ne sont pas bien différentes non plus. Certes, Need for speed est un jeu d’arcade, sa conduite n’est donc pas la plus réaliste qui soit, mais la seule différence que vous pourrez ressentir lors de la conduite sera entre une propulsion et une traction. Porsche, Ferrari, Lamborghini, McLaren, Ford et Mercedes se conduisent toutes de la même façon, quelles que soient les conditions climatiques d’ailleurs, qui n’ont aucune incidence sur l’adhérence de la voiture. Elles ont au-moins le mérite de toutes être rapides, et fun à conduire.

Sur ce point, les développeurs ont assuré. La vitesse rendue est excellente, et met vos réflexes à l’épreuve. Les voitures que vous croiserez seront assez difficiles à éviter tellement la vitesse est grisante.

Les flics sont en règle générale assez agressifs, ils n’hésitent pas à vous pousser, vous faire sortir de la route et à utiliser les armes à leur disposition pour vous ralentir. Le seul problème, c’est que lorsqu’ils ont réussi leur coup et que vous vous arrêtez dans une barrière, leur agressivité disparait et ils vous laissent assez facilement repartir. Dommage. Dans toute ma partie côté pilote, j’ai été arrêté une seule fois.

Comme je le disais, flics et pilotes disposent d’armes pour parvenir à leurs fins. J’ai trouvé dommage que les pilotes en aient également, cela aurait avantagé les policiers s’ils avaient été les seuls à en disposer, et aurait rendu la carrière de flic plus intéressante à accomplir, et celle de pilote un peu plus ardue. Ces armes vont de la herse, à la demande de barrage, en passant par l’IEM ou le coup de bélier. Elles sont upgradables, mais la différence d’efficacité entre elles est telle que vous n’en utiliserez que deux ou trois, celles qui seront efficaces au corps à corps.
Note : 3/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%

La recherche du platine passera donc par l’accomplissement des deux carrières, côté flic et côté pilote. Pour cela, dans les deux camps, vous devrez réaliser l’ensemble des missions qui vous sont proposées (alors qu’une seule des trois missions par niveau est nécessaire pour passer celui-ci).

Cela permet d’explorer toutes les demandes du jeu, mais devient vite lassant et répétitif. En effet, les missions finissent irrémédiablement par se ressembler, car les épreuves qui les composent ne sont finalement pas très nombreuses. En effet, hormis les objectifs « hors missions » à réaliser, comme les radars, les sauts, la vitesse à atteindre, etc … il n’y a que quatre types d’épreuves : course, contre la montre, interception et super poursuite. Sur la map, différents points permettent de participer à une de ces épreuves (d’une difficulté variable) mais vous vous retrouverez à faire sans cesse la même, dès que vous en aurez trouvé une (de préférence en difficulté difficile) qui vous conviendra. Heureusement, un autre trophée vous demandera d’en réaliser un certain nombre différentes, pour atténuer un peu ce constat, mais trop peu dans l’ensemble pour représenter un challenge. De plus, le jeu utilise sans cesse la technique de triche utilisée dans certains jeux de courses, qui réduit artificiellement la vitesse du premier de la course lorsque celui-ci a trop d'avance, ou, si vous êtes le premier, fait revenir systématiquement les adversaires à hauteur, pour garder un challenge, même si vous ne faites aucune erreur de conduite et que vous avez une voiture boostée à fond. Détestable.

Les trophées tombent donc assez facilement et aucune prouesse en terme de pilotage ou de chrono ne vous sera demandée. L’obtention des points d’XP est très facile et ne sera pas non plus un problème en ce qui concerne les améliorations à apporter à vos voitures.
Note : 2/5

Conclusion

En conclusion, Need for Speed Rivals est un jeu moyen, qui aurait mérité bien mieux, car l’aspect le plus important est là : le fun. Conduire à toute vitesse, sans limite est grisant et plaisant, les voitures et les décors sont beaux et efficaces, mais le jeu manque cruellement de fond. Un scénario totalement inexistant, couplé à des modes de jeu trop répétitifs et peu nombreux, font que l’on oubliera bien vite ce jeu une fois le platine obtenu. La rejouabilité est quasiment nulle, tellement vous aurez déjà l’impression d’avoir tout fait au bout de quelques heures, bien avant l’obtention du précieux. Dommage.
Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
10
Je recommande ce jeu : Aux fans de la série, Aux chasseurs de trophées/platine facile

matrobymat (matrobymat)

144
520
1564
5183