Test : Need for Speed Heat


Need for Speed Heat
  • 1
  • 3
  • 8
  • 31
Pas de note
des joueurs
Pas de note
des platineurs

Need for Speed Heat

ps4


43 trophées au total
10 trophées cachés

350 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 77 joueurs (22 %)
100% par : 77 joueurs (22 %)
Note du jeu
13/20
Discuter du test

Test du jeu
Need for Speed Heat

  • Test rédigé par yuutsu le 27-11-2019 - Modifié le 27-11-2019


Introduction


C'est toi qui conduis, c'est moi qui klaxonne !

Lorsque l'on discute jeux de courses, la licence Need for Speed ne tarde guère à être mentionnée tant elle a marqué les esprits. Vieille de vingt-cinq ans, la série ne semble pas pour autant être bonne pour la casse puisque Ghost Games et Electronic Arts sortent un nouvel opus en ce mois de novembre 2019. Need for Speed Heat vous amène mener des courses grisantes en toute illégalité au sein de Palm City.

Inspirée de Miami, la cité va vous dévoiler ses rues prises d’assaut par les coureurs aussi bien en plein jour qu’à la lueur des néons éclairant la nuit. Need for Speed Heat introduit un cycle jour/nuit qui aura des répercussions sur votre avancée. Le jour, vous êtes un citoyen tout ce qu’y a de plus commun qui travaille pour gagner sa vie. La nuit tombée, vous participez à des courses illégales. Chaque victoire est obtenue dans la sueur et l’odeur de la gomme surchauffée mais vous rapportera rétribution pécuniaire et augmentation de votre réputation.

Sur ses derniers épisodes, la licence a eu du mal à sortir la tête de l'eau, recyclant ses vieilles mécaniques sans pour autant relancer ses meilleures idées. Need for Speed Heat doit donc renouer avec son public, tout en attirant de nouveaux joueurs afin de faire face à ses concurrents. Palm City sera-t-elle la ville rêvée des pilotes ?

Contenu du jeu


Les défis quotidiens permettent de donner à vos parties journalières un petit parfum de nouveauté.
Chauffeur, si t'es champion, appuie sur le champignon !

L'histoire de Need for Speed est à l'image d'un opus de Fast and Furious : très vite oubliable et servant surtout de prétexte à une avalanche de courses déchaînées. Vous incarnerz un tout nouveau pilote (ou même nouvelle) venant faire ses armes à Palm City. De fil en aiguille, de roue à bitume, vous entrez dans un groupe et gagnez en popularité auprès de vos comparses. Au même moment, la police met en garde les pilotes qui, comme vous, profitent de la nuit tombée pour se lancer dans des courses illégales. La police veille au grain et n'hésitera pas à se montrer violente si besoin. Tout le récit se découpe autour de cette opposition méchants flics contre gentils pilotes. Rien de nouveau mais, après tout, on ne joue pas à Need for Speed pour le scénario.

Palm City regorge d'activités. Le cycle jour/nuit dépend totalement de vous : c'est vous qui choisissez quand la nuit tombe et quand le jour se lève. Le tout se fait via un simple bouton sur votre carte, sauf pour la passation nuit/jour. Dans ce cas, vous devrez vous rendre dans votre garage. Pourquoi ? Mystère et boule de gomme. Cette séparation jour/nuit n'est pas sans conséquence. Les courses en pleine journée sont légales et vous rapportent de l'argent tandis que la nuit c'est la réputation que vous augmentez. Cette dernière est nécessaire pour débloquer de nouveaux véhicules et pièces détachées. Il vous faudra aussi surveiller vos arrières avec la présence des policiers : on retrouve là le classique niveau d'alerte, excellent moyen de pression sur le joueur.

En plus de ces courses, Palm City regorge de collectibles. Vous y trouverez les Street Art qui vous offrent des éléments pour votre véhicule, des panneaux à arracher, des radars à déclencher ou encore des sauts et drifts à réaliser. Ajoutez à ce contenu l'aspect online qui vous permet de défier les joueurs présents dans la zone et créer votre propre groupe et vous aurez de quoi rouler pendant des heures.

Ghost Games n'a jamais été chiche dans la possibilité de customiser sa voiture et il le prouve encore. Vous avez plus de 120 véhicules et toujours des grands noms tels que Chevrolet, Mercedes ou encore Porsche. À ce nombre impresionnant s'ajoutent tous les éléments customisables tels que les couleurs, les stickers et les pièces mécaniques influant directement sur les capacités de votre voiture. Vous avez même la possibilité de sauvegarder plusieurs modèles afin de passer de l'un à l'autre au sein de votre garage sans repasser par la case customisation. Need for Speed Heat est d'ailleurs le premier jeu de la licence à proposer des avatars de pilotes (une quinzaine) que vous pouvez modeler, à moindre mesure bien entendu. Mais le geste y est !

Trophee
Need for Speed Heat se montre riche que ce soit dans les activités que recèlent Palm City que dans la personnalisation de votre voiture. Vous trouverez à coup sûr la voiture de vos rêves et pourrez la concevoir de A à Z. L'agencement jour/nuit apporte une dynamique nouvelle, d'autant plus que c'est vous qui l'activez et que vous ne la subissez à aucun moment.

 

Note : 4/5

Aspect technique du jeu


La nuit, Palm City a une ambiance qui lui est propre et les éclairages sont maitrisés.
T'es encore parti sur les chapeaux de roues !

On se pose tous la même question lorsqu'on se lance dans un jeu de courses : les voitures sont-elles bien modélisées ? Aucun souci à se faire de ce côté-là. Chaque véhicule est aisément reconnaissable pour qui s'y connait en carosserie et le catalogue fourni (plus de 120 véhicules) a de quoi faire tourner la tête. Les ajouts apportés à votre « titine » sont directement visibles et variés. Le plus dur sera de patienter pour avoir assez d'argent pour aller acquérir votre favorie chez le concesionnaire. Mais c'est le jeu, ma pauvre Lucette ! La modélisation des personnages est un cran en-dessous. Rien qui ne soit non plus insupportable à regarder, mais on sent que le travail sur ce plan a été moins abouti. Après l'écart est pardonnable. Dans un jeu comme Need for Speed, on s'intéresse à la carosserie avant tout.

Là où la licence misait sur l'electro, Need for Speed Heat s'oriente davantage sur le R'n'B. Un choix qui pourra déplaire mais qui a le mérite d'apporter de la nouveauté. L'ambiance instaurée s'accorde avec celle de Palm City, cité qui révèle toute sa beauté (relative selon les goûts) durant la nuit. Les néons baignent la cité dans un éclairage mauve et bleu flashy qui, associés à la musique, confèrent une certaine ambiance à l'ensemble. Le doublage français, de son côté, fait le travail. On ne peut décemment pas demander plus au vue des dialogues basiques, proches du nanar.

Globalement, Need for Speed Heat remplit correctement son travail. Ce qui pêche repose entièrement sur des éléments du gameplay. De prime abord, tout est là. Vous êtes libre de foncer et ralentir comme vous le souhaitez en usant aussi bien du frein à main que du levier du vitesse. Les compétences de votre voiture peuvent être améliorées via le garage avec l'ajout du turbo, l'utilisation de certaines pièces pour augmenter des capacités bien précises comme l'adhérence. Mais lorsque vous entrez en collission, pour la première fois, dans un élément du décor. Celui-ci ne vous causera aucun dégat, et je dis bien aucun. Que ce soit un palmier, un mur de pierre : rien. Et ce dernier explose, se desagrège, s'envole. Vous n'êtes, en réalité, entouré que d'un décor de carton pâte. Tout ce qui peut stopper votre course ce sont les autres véhicules et les murs.

Choix de faciliter le jeu ? Que des éléments continuent de s'envoler de façon cartoonesque, pourquoi pas : on conserve un aspect typique course d'arcade. Mais Need for Speed a déjà inclus la destruction d'éléments dans ses précédents épisodes avec plus de panache. Pourquoi ne pas avoir inclus des dégats de colission, voire même des cascades selon les éléments rencontrés ? Payback permettait de faire exploser des citernes, et ici rien.

D'ailleurs l'IA se révèle être complètement versatile. Elle peut se montrer aussi violente que molle, et ce quel que soit la difficulté. Les courses se font sans aucune pression. Juste améliorer votre voiture au niveau recommandé suffira dans 90% des cas. L'IA des policiers est, elle, particulièrement retorse. Leurs véhicules vous causeront toujours plus de dégats que vous pourrez leur en infliger. Les tamponner ou les envoyer dans le décor ne servira à rien. Seuls les plans d'eau et les rampes d'accès les gênent. Améliorer votre véhicule pour mieux les semer en usant des pièges cités plus haut sera l'unique alternative pour leur échapper. D'ailleurs, ils ne sont présents que la nuit. La journée, roulez comme vous le voulez : personne ne vous arrêtera.

Trophee

Joliment pâtiné, proposant de belles carosseries, Need for Speed Heat s'inscrit dans la droite lignée des opus de la licence. Dommage qu'une IA mal équilibrée et une absence totale de prise en charge des collissions viennent gâcher l'ensemble.

 

Note : 3/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Une quinzaine d'avatars sont disponibles pour personnaliser votre pilote.
Sur la route, toute la sainte journée...

De prime abord, Need for Speed Heat a tous les atouts pour relancer la licence. Dôté d'une jolie carosserie, proposant une dynamique jour/nuit sur lequel le joueur a le contrôle total et avec un contenu solide, l'opus démarrait sur les chapeaux de roues. Vos premières heures se feront dans l'allégresse de la découverte, la joie de concevoir votre véhicule sous tous les angles. L'histoire est relativement courte mais au vu de sa qualité, cela permet de mieux se concentrer sur les multiples activités proposées.

L'aventure aurait pu être améliorée sans la présence d'une IA très mal équilibrée et de colissions mal gérées. Vos premières nuits, lorsque vous rencontrerez les policiers, se dérouleront dans la douleur. Par réflexe, et habitudes dûment acquises, vous essayerez de tamponner les policiers, de pousser leurs véhicules à se fracasser contre le décor. Sauf que les éléments de ce dernier n'ayant aucun impact, cela n'aura aucun effet sur eux. Les policiers étant dotés qui seront toujours plus violents que le vôtre, vous partez avec un malus. Que vous soyez moins bons que la police au début, cela va de soi. Mais la différence est si flagrante que réussir une poursuite durant vos premières heures de jeu relève du miracle, ou de l'usage d'astuces pour détourner l'IA telles que les rampes d'accès.

On ne demande pas à Need for Speed Heat d'être un Burnout Paradise bis. Toutefois, des opus de la licence avaient instauré la destruction du décor dans tout ce qu'elle avait de plus jubilatoire. Ici, le décor n'est qu'un amas de polystérène s'envolant aux quatre vents et n'ayant aucun impact sur votre conduite. Vous pouvez rouler au sein de murets de pierre sans subir ni dégat, ni ralentissement. Du coup les sorties de route s'opèrent sans aucune pression. Comme l'IA des pilotes oscille entre l'excellent et l'escargot, vous roulez vite, avec une bonne sensation de vitesse, mais sans attrait.

Trophee

Ces éléments techniques gâchent clairement le plaisir que l'on aurait pu ressentir sur un tel jeu de courses. Le contenu est là, le visuel aussi. Si vous souhaitez un jeu de courses facile à jouer, sans pression, Need for Speed Heat sera parfait pour vous. Pour les pilotes d'élite, allez donc vous frotter à la police.

 

Note : 3/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Le premier pas vers le platine.
On met les gaz, champion !

Le platine de Need for Speed Heat reste dans la lignée de son prédecesseur, Payback. Aucun trophée n'est lié à une quelconque difficulté et votre temps à obtenir le platine sera important surtout pour récolter les multiples collectibles. Avec l'aide d'un guide, entre 30 et 40 heures suffiront.

Des collectibles, Need for Speed Heat en est rempli, peut-être même trop. Certains vous rapportent de quoi customiser vos véhicules, ce qui leur donnent un attrait particulier, à savoir les Street Art. D'autres reposent sur des compétences tels que les drifts, les radars ou les grands sauts : avec un véhicule boosté, rien d'insurmontable. Tel un hommage à Burnout Paradise, le platine de Need for Speed Heat va vous pousser à détruire des panneaux. La plupart de ces collectibles sont marqués sur votre carte dès que vous approchez de la zone où ils se trouvent. Une alerte s'affiche même pour signaler leur présence vous permettant de les ramasser directement ou d'y revenir plus tard. Une carte des différents emplacements ne sera, tout de même, pas un luxe pour vous permettre de tout récolter le plus rapidement possible. Notez que certains collectibles n'apparaissent que si vous montez votre niveau de réputation. Ne vous concentrez donc dessus qu'à la fin, sans prise de tête inutile.

Le reste des trophées reprennent les grands classiques du jeu de courses. En plus de ceux liés à l'histoire (neuf au total), on retrouve ceux venant vous récompenser de personnaliser votre véhicule et ceux relatifs à vos performances. En plus de remporter une victoire dans des courses spécifiques tels que les défis quotidiens et le contre-la-montre, vous devrez finir gagnant avec des circostances précises tel qu'un véhicule en performance maximale, ou une voiture équipée de pièces montant à son paroxysme ses compétences en drift.

Les seuls trophées pouvant vous poser souci sont ceux liés aux poursuites avec la police. Vous devez effectuer cent échappées et détruire cent véhicules des forces de l'ordre. Une gageure, si les flics ne possédaiient pas des voitures insensibles à vos impacts. Il vous faudra user des rampes d'accès pour mettre en déroute l'IA et réussir les deux trophées. Les trophées online pourront aussi faire grincer des dents les joueurs appréciant l'aventure solo, surtout celui requérant d'être dans un Crew (un groupe) niveau 50. Un peu d'aide ne sera alors pas de refus pour trouver un Crew déjà niveau max et acceptant les nouvelles recrues.

Trophee

Poussant le joueur à s'essayer à tout ce que propose l'opus, Need for Speed Heat permet même de tout réaliser dans la difficulté de son choix. Avec une carte listant les emplacements de chaque collectible et quelques astuces, le platine se fera sans grande douleur.

 

Note : 3/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
13/20

Need for Speed Heat ne sera pas l'opus le plus marquant de la licence. Détenteur de bonnes idées et d'un joli visuel, sa mécanique est enrayée par une IA dissidente et l'absence d'impact des colissions. Quelques prises de risque dans le renouvellement de la saga comme des cascades et une meilleure gestion des aspects techniques sus-cités auraient rendu grâce au contenu riche de cet opus.

Je recommande ce jeu :
Aux spécialistes du genre, Aux fans de la série, Aux chasseurs de trophées/platine facile