Test : Naruto Shippuden : Ultimate Ninja Storm 4


Naruto Shippuden : Ultimate Ninja Storm 4
  • 1
  • 2
  • 18
  • 32
Note des joueurs :
4.5/5 - 76 notes
Note des platineurs :
4.2/5 - 55 notes

Naruto Shippuden : Ultimate Ninja Storm 4

ps4


53 trophées au total
0 trophée caché 1 DLC

2849 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 1144 joueurs (40 %)
100% par : 311 joueurs (11 %)
Note du jeu
14/20
Discuter du test

Test du jeu
Naruto Shippuden : Ultimate Ninja Storm 4

  • Test rédigé par V-Phantomhive le 20-02-2016 - Modifié le 07-12-2016


Introduction


Après un an d'attente et un report de plusieurs mois, l'ultime épisode de la série "Ultimate Ninja Storm" fait enfin son entrée sur les consoles de nouvelle génération.
Publié pour la première fois au Japon en Octobre 1999 dans le célèbre Weekly Shônen Jump (un hebdomadaire dédié au genre shônen) puis trois années plus tard en France chez Kana, le manga Naruto a marqué toute une génération au même titre que le Dragon Ball d'Akira Toriyama. Pensée et dessinée par Masashi Kishimoto, cette oeuvre longue de 700 chapitres et de 72 tomes reliés a en effet connue une résonance mondiale avec pas moins de 200 millions d'exemplaires écoulés de par le globe.

Loin d'être en reste, son versant vidéo-ludique témoigne lui aussi d'une excellente santé puisqu'il existe aujourd'hui près d'une soixantaine de jeux vidéo estampillés Naruto, tous supports confondus. Lancée en exclusivité sur PlayStation 3 en Novembre 2008, la saga Ultimate Ninja Storm est le prolongement d'Ultimate Ninja, une longue série d'exclusivités sur les consoles Sony dont le succès ne se démentira jamais (+ de 8,7 millions d'exemplaires de jeu vendus entre 2002 et 2012).

Façonnée par le studio de développement japonais Cyber Connect 2, la désinence "Storm" initie les affrontements spectaculaires proches des films d'animation tels qu'on les connaît ainsi que les combats en véritable 3D pour proposer des combats toujours plus intenses et emphatiques. Après Naruto Ultimate Ninja Storm, Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm 2, Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm Generations, Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm 3 et enfin Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm Revolution, Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm 4 fait entrer la franchise sur les consoles de nouvelle génération pour un épilogue confessé.

Suite immédiate aux événements relatés dans Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm 3 (Full Burst), cette conclusion narre les ultimes arcs scénaristiques de la Quatrième Grande Guerre Ninja, depuis la démasquage d'Obito Uchiwa jusqu'à l'affrontement final entre Naruto Uzumaki et Sasuke Uchiwa. Outre les antagonistes principaux que sont Madara Uchiwa et Kaguya Ôtsutsuki, Naruto Storm 4 introduit également les personnages du chaînon manquant "The Last", un film d'animation sorti au Japon juste après la publication de la fin du manga s'inscrivant entre les chapitres 699 et 700 de ce dernier.

Ce final tant attendu restera-t-il dans les mémoires comme le chant du cygne d'une saga au plus haut point populaire ? C'est ce que nous vous proposons de découvrir dans notre test du jeu.

Contenu du jeu


Le mode Histoire vous fera revivre les événements principaux de la Quatrième Grande Guerre Ninja, depuis l'apparition d'Obito jusqu'à l'affrontement final entre Naruto et Sasuke.
Après un Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm Revolution qui avait décontenancé en raison de son Tournoi Mondial des Ninjas certes novateur mais sans lien direct avec le manga d'origine, Naruto Shippuden Ultimate Ninja Stom 4 était attendu en premier lieu sur son contenu, critère d'achat unique pour un grand nombre de joueurs. Voici ce que cet épisode propose.

Un mode Histoire épique et captivant

Inutile de tergiverser à ce sujet : le mode Histoire de Naruto Storm 4 constitue indiscutablement LA force majeure du titre. Long d'environ sept heures, ce dernier prend pour toile de fond la Quatrième Grande Guerre Ninja et vous fera vivre les combats les plus importants du manga et de l'animé. Par le biais d'estampes de toute beauté (cf. image), vous aurez la possibilité d'afficher un récapitulatif des événements passés et en cours afin de prendre toute la mesure de l'affrontement que vous devez mener. Les raccourcis scénaristiques, forcément nécessaires sur un jeu vidéo, ne vous empêcheront en aucun cas de comprendre les tenants et les aboutissants de ce conflit généralisé parfaitement retranscrit par l'intermède d'images animées et/ou de cinématiques.

Alternant les protagonistes placés sous votre contrôle (Naruto, Sasuke, Kakashi...), le mode histoire propose quatre styles de combat identifiés par la couleur de leur icône. Ainsi, le combat de boss met le joueur face à face avec un boss ; le combat libre, quant à lui, propulse ce dernier dans une arène pour un affrontement classique. Enfin, le combat de horde aboutit à une bataille au sein d'un même décor contre de multiples ennemis en même temps durant lesquels les techniques secrètes et les éveils sont inutilisables tandis que le combat spectaculaire offre une combinaison entre combat libre et et actions contextuelles impliquant des séquences animées interactives. S'il s'agit toujours in fine de mettra la ragla à votre adversaire, cette oscillation constante et bienvenue vous permettra de varier les plaisirs en évitant à cette occasion toute redondance.

Notez enfin que ce mode de jeu vous permettra de rejouer individuellement chacun des combats et des cinématiques des différents chapitres, ce qui sera fort utile non seulement pour obtenir les rangs S mais aussi tout simplement pour revivre une séquence particulièrement appréciée.

Un mode Aventure ambivalent

Véritable phantasme depuis Naruto Storm 2, le mode Aventure de Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm 4 ravira les joueurs autant qu'il les décevra. Proposant une exploration relativement libre dans les rues de Konoha, celui-ci vous entraînera dans une quête principale loin d'être passionnante. Prétexte à un rapprochement entre Naruto et Hinata et à la résurgence de tous les combats du plus célèbre des ninjas, la "Piste de l'Ouragan" vous proposera en tout et pour tout six événements majeurs que l'on pourrait résumer par quelques phases de dialogue, un combat, puis de nouvelles phases de dialogue.

S'il ne brille pas par son scénario, ce mode Aventure a au moins le mérite de vous permettre de découvrir des environnements depuis trop longtemps délaissés dans les Naruto ; à cet exemple, le joueur aura la possibilité de se rendre au Village de la Pluie, au Désert du Vent ou bien encore à la Vallée de la fin. Sans égaler la profondeur d'un véritable monde ouverture, ce simulacre de liberté divertira pour un temps, à défaut de contenter.

Davantage que par ses quêtes principales, c'est par ses quêtes secondaires que le mode Aventure prendra toute son ampleur dans la mesure où lesdites quêtes vous demanderont d'oeuvrer à la résolution de différents problèmes : collectes, combats et énigmes sont notamment au programme des réjouissances. Il est vrai que l'on est très loin des courses de branche en branche et des défis de vitesse de Naruto Storm 1 : néanmoins, ces ramifications annexes ont le mérite d'exister et de proposer un tour d'horizon plutôt complet du mode Aventure. Pour autant, ne comptez pas y passer vos nuits : s'il faut deux ou trois heures pour boucler la trame principale, il ne vous faudra guère plus du double pour terminer les autres événements à 100%.

Des modes Combat Libre, Combat en Ligne et Collection conventionnels

À front renversé des modes Histoire et Aventure en un sens audacieux, les modes Combat Libre, Combat en Ligne et Collection sont quant à eux empreints d'un archaïsme proche de la fossilisation.

Fidèle équivalence à ses prédécesseurs, le mode Combat Libre vous permettra - une fois encore - de vous mesurer aux différentes coupes de Survie, de Tournoi et de Ligue, sans oublier l'incontournable mode Entraînement et la Personnalisation du Personnage. Hormis ces deux dernières inflexions, les autres propositions de jeux n'ont qu'un intérêt très limité puisqu'il s'agit sempiternellement de combattre l'Intelligence Artificielle, ce qui n'est pas franchement passionnant.

Le mode Combat en Ligne, lui, trouve le moyen de faire encore moins bien : outre de trop nombreux problèmes techniques développés à la section suivante, ce dernier annihile certaines des fonctionnalités présentes dans les opus précédents. L'exemple le plus frappant, c'est sans doute la disparition du mode "Spectateur". Pour ceux qui ne la connaissent pas, cette fonctionnalité vous permettait d'assister aux combats des autres forces en présence en attendant que votre tour vienne, que ce soit en Tournoi, en Ligue ou en Infini. Imaginons que vous invitiez deux amis dans votre session de jeu. Avant, vous pouviez assister à leur joute ; maintenant, vous pouvez vous préparer un sandwich. Ne parlons même pas des cas de figure où c'est non pas un combat, mais deux, trois ou quatre combats de deux manches qui se déroulent avant le vôtre : là, c'est carrément les courses que vous avez le temps de faire. Pour ceux qui ne sont pas adeptes du jeu en ligne, cela pourra paraître insignifiant ; en tout état de cause, c'est une aberration. Dans le même ordre d'idée, mentionnons l'évanescence de la personnalisation (physique) de son personnage et la restriction des sessions de jeu en combats infinis de 8 à 4 joueurs, ce cumul vicié faisant de Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm 4 l'épisode le moins joué en ligne de la série (alors qu'il est le plus récent).

Un mot enfin sur la Collection. Permettant d'acquérir des objets en tout genre (costumes, items de permutation, images de coup fatal, images de cartes de ninja et autres éléments de cosmétique) via l'échange de Ryôs (monnaie du jeu) et de récompenses obtenues en fonction de vos performances de combat, cette galerie demeure à ce jour la plus fournie de la série dans la mesure où elle englobe non seulement les nouveaux personnages propres à cet épisode mais aussi tous ceux des épisodes précédents, cette rétrospective assurant une vision d'ensemble accessoire mais appréciable.

 

Note : 3/5

Aspect technique du jeu


Visuellement irréprochable, le jeu bénéficie d'une mise en scène impériale et captivante.
Des séquences animées magistrales au service de combats spectaculaires

S'il est un élément sur lequel les Naruto sont inattaquables, c'est indéniablement sur leur aspect visuel. Reprenant un moteur graphique éprouvé sur les précédents opus mais adapté à la nouvelle génération de consoles, Cyber Connect 2 nous livre une copie seyante qui ne cessera de flatter la rétine à de multiples occasions. Le mode Histoire, remarquablement mis en scène par des séquences animées et/ou des cinématiques, en est sans doute l'exemple le plus frappant. Les nombreux protagonistes, aussi réalistes que le permet le procédé du cel-shading, font honneur au manga et rivalisent sans faillir avec les différents films d'animation, la narration contribuant d'ailleurs à nous placer dans cette attitude de "spectateur".

Soigneusement léchés, les affrontements témoignent d'une fluidité impressionnante quel que soit le nombre de combattants présents à l'écran et les attaques enclenchées. De la simple charge de chakra jusqu'aux Techniques Secrètes, chaque élément a été artistiquement retravaillé pour aboutir sur un rendu chatoyant et coloré. Les puristes regretteront probablement que cette effusion de coloris prenne parfois le pas sur un réalisme plus cru pourtant présent dans le manga (dans le jeu, le sang est remplacé par de l'encre noire ou d'autres subterfuges) ; malgré tout, on ne peut que s'incliner devant ce travail réellement spectaculaire.

Dans le même ordre d'idée, la bande sonore du jeu ainsi que la possibilité de choisir entre les voix japonaises (indispensables) ou anglaises contribueront à cette immersion de tous les instants, les joueurs pouvant ainsi entendre le nom des techniques qu'ils lancent (Katon : Goukakyuu no Jutsu !) par l'intermédiaire des acteurs qui doublent l'animé.

Un gameplay traditionnel mais étoffé

Après un Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm Revolution qui avait quelque peu bouleversé les règles auxquelles les joueurs étaient habitués depuis plusieurs épisodes, Naruto Storm 4 revient à ses amours premières en adoptant un style de jeu relativement proche de celui de Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm 3. Si le gameplay ne change guère (à l'exception des ajustements propres à chaque personnage), les joueurs auront de nouveau la possibilité d'enclencher le Mode Éveil ET d'utiliser une Technique Secrète au cours d'un même combat, ce qui avait été rendu impossible par l'épisode Révolution. Ce nouvel épisode va même plus loin en proposant un Éveil Combiné (c'est-à-dire un Éveil pour tous les membres de votre équipe) lorsque votre jauge Storm est entièrement remplie.

D'ailleurs, les soutiens retrouvent un certain intérêt stratégique puisque ces derniers disposent tous d'une capacité unique qui s'enclenchera automatiquement lorsque votre jauge Storm sera remplie à 50% de sa capacité ou plus : renvoi de l'ennemi après projection, protection en cas de ruée chakra de sa part, sauvetage lors de l'expulsion de ring... Loin d'être anodins, ces différents effets pourront vous permettre de prendre l'ascendant si vous les utilisez à bon escient : avant de partir au combat, il faudra donc s'assurer de choisir une équipe qui soit en adéquation avec sa façon de jouer.

Outre l'éveil combiné, la nouveauté majeure de cet opus réside dans la possibilité de changer de leader en plein combat. Par une simple inflexion du stick droit, votre soutien pourra ainsi devenir votre combattant principal pour vous permettre par exemple de prolonger un combo ou pour déstabiliser l'adversaire. Sans être novateur (les Dead or Alive le font déjà très bien depuis fort longtemps), ce concept apporte un certain dynamisme aux affrontements en vous obligeant à vous adapter non seulement au personnage que vous combattez, mais aussi à ses alliés qui peuvent le remplacer à tout instant ou presque.

Quelques informations complémentaires pour les connaisseurs : le contre-dash n'est toujours pas revenu, le bug de la Technique Secrète Combinée non permutable au corps-à-corps a été corrigé, la contre-attaque a été remaniée (désormais, vous êtes seulement projeté au sol après le dash sur l'adversaire) et le temps d'évanouissement provoqué par les pilules brise-garde a été revu à la baisse. Globalement, ces améliorations vont dans le bon sens même si certains regretteront la technicité d'un Naruto Générations qui permettait d'enclencher des inclinés dans les airs, d'arrêter une TSC avec une choppe et qui rendaient les cancel ougi plus difficiles à mettre en place et donc plus gratifiants lorsque parfaitement exécutés.

D'intolérables problèmes techniques

Bis repetita placent. C'est un peu la grande histoire des Naruto : après l'heure de la satisfaction vient celle de la déconvenue. Avec une mise en scène spectaculaire, un audio soigné et un gameplay satisfaisant, le titre aurait pu s'en sortir avec les honneurs du point de vue purement technique : malheureusement, celui-ci comporte de nombreuses malfaçons très alarmantes.

Dans le mode Histoire, par exemple, il ne sera pas rare de voir l'IA se comporter de façon... déroutante après de nombreuses heures de jeu ou si vous relancez le même combat de trop nombreuses fois. Par déroutante, il faut ici entendre que celle-ci ne bougera plus et ne lancera plus les animations prévues par son script, tandis qu'elle continuera à vous observer en suivant vos déplacements. Parallèlement, des bugs audio pourront survenir durant ces affrontements, allant de la simple saccade jusqu'à la disparition pure et simple des dialogues. Ces bugs ne vous toucheront pas forcément mais sont toujours pénibles à supporter.

Les problèmes rencontrés dans le mode Histoire demeurent relativement secondaires comparés à ceux que vous expérimenterez dans le mode en ligne. Soyons clair : c'est du grand n'importe quoi. À la limite de l'injouable. Entre les recherches de session en Matchmaking d'amis qui conduisent immanquablement à un crash, les parties en Classement qui plantent avant la fin dans 90% des cas, le menu Cartes de Ninja qui vous fait retourner au menu principal ou qui provoque (lui aussi) un crash de la console, ce mode en ligne témoigne de défaillances à la limite de l'outrage pour un jeu axé sur le multijoueur. Bien sûr, si vous avez l'habitude de jouer avec un seul ami et que vous vous rejoignez via des invitations privées, il ne vous arrivera probablement rien : mais dès lors que vous sortirez de cet espace de sécurité pour combattre d'autres joueurs, vous vous apercevrez vite à quel point les choses deviennent frustrantes et irritantes. Ce n'est pas une surprise, Cyber Connect 2 a toujours mis l'accent sur le mode solo des jeux Naruto au détriment de la partie multijoueur : d'ordinaire passable, ce dernier est techniquement mauvais dans ce nouvel épisode, malgré un patch publié en urgence le jour de sa sortie.

Un crash en entraînant un autre, vos données de sauvegarde pourront également finir par être corrompues, même si vous n'avez jamais joué en ligne. Pour couronner le tout, il peut uniment arriver que certains trophées liés au rang S d'un chapitre ne se débloquent pas, vous forçant à recommencer plusieurs fois le même combat. Encore une fois, rien ne garantit que vous serez confronté à toutes ces défaillances : toutefois, gardez à l'esprit que le jeu dans sa version 1.02 est très loin d'être stable.

 

Note : 3/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Avec 970 images de cartes de ninja, 488 images de coup fatal, 438 bravades, 81 objets de permutation, 30 skins de cartes de ninja et près de 100 combattants, Naruto Shippuden : Ultimate Ninja Storm 4 se positionne comme l'épisode le plus complet de la série.
Le mode Histoire que tout le monde attendait

Cette assertion peut sembler démagogique, pourtant, elle n'est pas si éloignée de la réalité. Si l'on regrette l'absence d'un monde ouvert permettant d'accéder à ces événements scénaristiques, la narration proposée par Cyber Connect 2 se révèle intense et passionnante de bout en bout. Justifiant presque à lui seul l'achat du titre, ce mode Histoire parvient à surprendre les joueurs par la diversité des émotions qu'il véhicule. De l'héroïsme, tout d'abord. Après nous avoir habitué à des combats déjà très impressionnants dans Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm 3, le studio de développement japonais accède ici un nouveau grade dans l'échelle du spectaculaire. Grâce à des actions interactives parfaitement millimétrées, le jeu parvient à impliquer le joueur sur les événements qui se déroulent à l'écran avec une telle intensité que celui-ci en vient à ne plus lâcher la manette, même durant les périodes de calme apparent. Cette démesure atteint son paroxysme dans les phases finales des combats de boss, survitaminées et fébriles à souhait, où les musiques entraînantes sont au service d'une débauche de couleurs et autres effets visuels.

Mais le mode Histoire de Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm 4, ce n'est pas que des combats spectaculaires. C'est aussi de l'émotion, parfois prégnante, parfois impalpable, mais toujours surprenante. Les chapitres dédiés à Obito Uchiwa sont sans doute les plus émouvants. À travers une rétrospective conséquente, vous découvrirez ce qui a amené ce ninja, autrefois si souriant et optimiste, à basculer dans les ténèbres souhaitées par "le plus infâme des Uchiwa", Madara Uchiwa. Les musiques, toujours justes et de très haut niveau pour un jeu de combat, renforceront ce sentiment de descente en enfer. Parfois manichéen, le jeu témoigne néanmoins d'une profondeur bienvenue en nous rappelant que Naruto, ce n'est pas que des combats : c'est aussi des nindô, des perspectives politiques, des modes de vie et des visions de l'avenir opposés, qui s'affrontent et se confrontent à travers la volonté des ninjas qui les incarnent. Cette dimension forte de valeurs, trop souvent délaissée dans les épisodes précédents, occupe ici la place qui lui revient de droit et constitue assurément une grande valeur ajoutée.

Un fort potentiel de rejouabilité

Dans ce genre de jeu, le plaisir que l'on peut prendre et la rejouabilité du soft sont intimement liés au jeu en ligne : il est toujours plus drôle de taper sur ses amis que sur l'intelligence artificielle. De ce point de vue, force est de reconnaître que CC2 a tenté de faire plaisir au plus grand nombre en apportant tout un tas de nouveautés que les plus critiques jugeront minimalistes mais qui demeurent cependant appréciables. Outre un aspect "Collection" et un casting relativement complets, ce nouvel épisode voit ainsi l'apparition des effets élémentaires de terrain. Pour résumer les choses, tout jutsu enclenché dans son élément naturel se verra renforcé : les techniques fondées sur le Suiton, par exemple, gagneront en puissance si initiées depuis une base aquatique, tandis que les flammes du Katon s'éteindront lorsque votre personnage sera projeté dans une mare d'eau. Logique et cohérent, ce procédé tend à renforcer le sentiment de réalisme voulu par les développeurs : on ne peut que saluer l'initiative.

De la même façon, la destruction des costumes vous obligera adapter votre stratégie selon votre état de santé mais aussi en fonction de celui de l'adversaire. En effet, après avoir subi un certain nombre de dégâts, la tenue de votre combattant s'endommagera : à l'instar de ce à quoi la licence Dragon Ball nous a accoutumée, votre habit sera ainsi partiellement déchiré, détruit ou décousu. Dans ce cas de figure, votre puissance d'attaque s'en trouvera légèrement renforcée tandis que votre défense baissera : à vous de voir si vous préférez conserver le personnage en l'état ou changer de leader.

Enfin, pour rentrer un peu dans le détail des jutsu, sachez qu'un effort a été fait pour les diversifier. Si cette vérité ne s'applique pas à tous les protagonistes, certains ninjas disposent désormais de deux à plusieurs techniques possibles (sélectionnables avant le début du combat). C'est notamment le cas de tous les personnages qui maîtrisent différents éléments (Katon, Suiton, etc) mais c'est également valable pour d'autres combattants : Sakura, par exemple, dispose d'une version améliorée de son "Choc du Cerisier" tandis que le perfide Orochimaru se voit gratifié d'une "Danse du Faucheur" parallèle à sa "Technique du Serpent" traditionnelle.
Cette liberté de choix a par ailleurs été étendue aux Techniques Secrètes, dès maintenant multiples pour certains personnages. On pourra toujours arguer qu'on est très loin d'un Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm 2 qui proposait deux à quatre techniques secrètes par ninja : seulement, la volonté des développeurs de faire plaisir aux joueurs n'en demeure pas moins notable.

 

Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Désormais incontournables, les rébarbatives coupes de survie et de ligue seront une fois encore de la partie.
Une liste des trophées dans la plus pure tradition des "Ultimate Ninja Storm"

Difficile de faire preuve d'originalité tant les trophées des "Naruto" se suivent et se ressemblent depuis bien des années. Inspirée de Naruto Shippuden Ultimate Ninja Révolution qui s'inspirait elle-même de Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm 3 qui s'inspirait elle-même de Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm Générations (on va s'arrêter là), la liste des trophées de Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm 4 ne déstabilisera personne : Rangs S, quêtes du Mode Aventure, coupes en tous genres et actions contextuelles ont à nouveau répondu à l'appel du trophée de Platine.

- Les Rangs S : Majoritaires au sein de la liste qui les accueille, les trophées liés aux Rangs S vous demanderont comme vous pouvez vous en douter d'obtenir le rang S à l'occasion de chacun des combats présents dans le mode Histoire. Pour obtenir un rang S, trois conditions doivent impérativement être respectées : ne pas perdre plus de 10% de sa vie, ne pas manquer plus de 10% des étoiles à obtenir et ne pas recommencer un autre essai après une mort. Visuellement inspirés, ces artefacts sont, de l'avis général des joueurs, un peu plus difficiles à obtenir que dans les épisodes précédents. Un challenge opportun loin d'être insurmontable.

- Les quêtes du Mode Aventure : Vous l'avez lu plus haut, les péripéties relatées dans le Mode Aventure ne sont pas franchement passionnantes. Fort heureusement, ces dernières ne s'éternisent pas si bien qu'on en a vite fait le tour. Deux trophées les concernent directement : vous devrez terminer à la fois toutes les quêtes principales et toutes les quêtes secondaires. Un détour insignifiant et rapidement expédié.

- Les coupes du Mode Ligue : Elles vont visiblement nous suivre jusqu'à la fin des temps. Pensant sans doute que nous prenons un grand plaisir à battre l'IA en boucle sans objectif précis, Cyber Connect 2 a eu la belle idée de nous imposer (une fois encore) un passage par les modes "Survie" et "Ligue", déjà bien connus des joueurs de la licence. C'est long, c'est ennuyeux, c'est répétitif, mais c'est obligatoire.

- Les actions contextuelles : Ici, rien d'alarmant ou d'irréalisable. Vous devrez simplement mettre en pratique au moins une fois toutes les fonctionnalités proposées par cet opus : éveil combiné, technique secrète assistée, changement de leader, contre-attaque... Le tout sera obtenu très naturellement.


Fidèle à ses habitudes, Cyber Connect nous propose donc une liste des trophées banale et accessible quoique légèrement rehaussée sur le plan de la difficulté.

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
14/20

Considéré par beaucoup comme le meilleur jeu "Naruto" à ce jour, Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm 4 fait une entrée remarquée et remarquable sur les consoles de nouvelle génération. Grâce à son mode Histoire mémorable, à sa direction artistique parfaitement maîtrisée et à son casting étendu, le jeu cumule les bons points et enchantera sans difficulté un très large panel de joueurs. Malheureusement, le soft n'en est pas moins terni par un mode Aventure fantoche ainsi que par ses insuffisances techniques, multiples, notables, indécents et totalement rédhibitoires en ce qui concerne le jeu en ligne. À vous de voir ce qui vous intéresse le plus dans cette oeuvre inconstante.

Je recommande ce jeu :
À tous