Test : Moving Out


Moving Out
  • 1
  • 7
  • 8
  • 11
Pas de note
des joueurs
Pas de note
des platineurs

Moving Out

ps4


27 trophées au total
6 trophées cachés

51 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 9 joueurs (18 %)
100% par : 9 joueurs (18 %)
Note du jeu
13/20
Discuter du test

Test du jeu
Moving Out

  • Test rédigé par So-chan le 28-04-2020 - Modifié le 28-04-2020


Introduction


I like to move it, move it...

Si les game-party ne sont guère légion chez Playstation, Team 17 se fait fort d'en fournir des opus rafraîchissants et décalés. Après avoir converti à la cuisine nombre de joueurs avec Overcooked et son second opus, Team 17 édite la simulation de déménagement de SMG Studio.

Aussi coloré que son homologue culinaire, Moving Out vous invite à participer activement à la vie de l'entreprise Smooth Moves, unique franchise de déménagement officiant dans la ville de Packmore. Ne comptez pas sur votre employeur pour respecter les lois du travailleur : ce dernier ne vise que le profit et vous êtes assez sot pour croire tout ce qu'il dit. Vous pouvez briser à loisir les vitres de vos clients, lancer les meubles par les fenêtres, en somme créer une pagaille monstre. « L'assurance couvre les frais de casse, mais pas vous. » vous a assuré le patron. Vous l'aimez d'ailleurs tant que vous acceptez l'appel d'un client mystérieux. Ce qui est, vous vous en doutez, une fausse bonne idée.

Contenu du jeu


Bienvenue à Packmore. Admirez ses résidences, ses manoirs hantés, son portail donnant sur l'espace.
Alors, on déménage ?

La ville de Packmore se divise en trente niveaux, chacun disposant de sa propre carte mais incluant aussi de nouvelles mécaniques au fur et à mesure de votre avancée. Si vos débuts demeurent très classiques, consistant à vider des maisons somme toutes banales, vous finirez par voyager dans l'espace et même par travailler au sein de manoirs hantés. En plus de déplacer les meubles requis par votre client, vous devrez composer avec les autres occupants : animaux domestiques, de la ferme, fantômes... Vous ne pouvez pas mourir, toutefois si un fantôme vous attrape, votre avatar ré-apparaît au début du niveau, vous faisant perdre quelques précieuses secondes. L'action a lieu aussi si vous chutez dans l'eau ou le vide. Si vous visez un temps parfait, mieux vaut éviter cela.

Parfois, il vous faudra activer des interrupteurs pour ouvrir des portes, actionner des ventilateurs, sauter sur des plate-formes en mouvement, utiliser des tapis roulants... Ces mécaniques sont propres à chaque zone de la ville, et introduites peu à peu pour vous aider à les assimiler. Ainsi la zone industrielle use des tapis roulants, tandis que les demeures hantées préfèrent les fantômes et les meubles possédés.

Mener un déménagement n'est pas de tout repos. Selon si vous jouez seul ou à plusieurs, vous aurez un temps donné pour accomplir votre objectif. Bien entendu, terminer au plus vite est plus gratifiant puisque vous gagnerez alors une médaille d'or. En obtenant un certain nombre d'elles, vous aurez accès à l'ensemble du mode Souvenir. Ce dernier consiste en douze niveaux très courts, souvent très simples, basés sur des anecdotes de la société Smooth Moves.

Autre challenge que vous propose les niveaux du mode Histoire : les objectifs secondaires. Au nombre de trois dans chaque niveau, ils ne se dévoilent qu'après avoir mené la mission une première fois. Leur intitulé peut se révéler très énigmatique, ou facile à cerner. Les objectifs sont très variés comme briser toutes les fenêtres, ne pas utiliser les escaliers ou encore sauter sur des tortues. Vous pouvez très bien les réaliser en plusieurs fois. En réussissant, là encore, un certain nombre, vous débloquerez le contenu complet du mode Arcade. Véritable challenge de Moving Out, ce mode propose douze énigmes qui mettront votre réflexion et votre précision à rude épreuve.

Jouable tout à fait en solo, Moving Out s'apprécie surtout à plusieurs et peut accueillir jusqu'à quatre déménageurs. Malheureusement, seul le multi local coopératif est inclus excluant ainsi tout partage en ligne.

Trophee


Moving Out n'est pas le party-game le plus copieux qu'ait connu la Playstation. Toutefois, il a le mérite de proposer plusieurs modes qui varient la relation qu'a le joueur avec le gameplay. Si le mode Histoire s'accompagne d'un récit, certes sommaire mais présent, le mode Arcade pousse le joueur à mener son déménagement avec précision.

 

Note : 3/5

Aspect technique du jeu


Coloré, Moving Out a des allures de cartoon ce qui s'accorde fort bien au style game-party.
Les déménageurs de l'extrême

Même si ce n'est pas la même équipe qui est aux commandes de Moving Out et Overcooked 2, on ne peut s'empêcher d'y songer : peut-être à cause de cette patte graphique jouant volontairement sur les personnages miniaturisés et les décors colorés. Moving Out arbore le style graphique qu'on attend d'un jeu se voulant à la fois familial et déjanté : les personnages évoluent dans des décors fourmillant de meubles et d'éléments. Chaque petite demeure a droit à sa personnalisation : aucun décor ne se ressemble même s'ils peuvent partager une vague identité, comme les usines.

Les avatars sont tout aussi travaillés, permettant même de les personnaliser pour les placer dans des fauteuils roulants, leur donner des accessoires ou modifier leurs couleurs. Si l'on peut gagner de nouveaux déménageurs en réalisant l'histoire, les options de personnalisation, elles, ne s'agrandissent pas, ce qui est bien dommage. Certains avatars ont même droit à des effets visuels comme la licorne laissant un arc-en-ciel dans son sillage, mais pas d'autres.

Les mécaniques de Moving Out reposent sur des bases simples et si le jeu n'explique pas textuellement les nouvelles fonctionnalités, les joueurs auront tôt fait de trouver après quelques rapides expérimentations. Votre déménageur saisit les objets en restant appuyé avec (R2), peut sauter avec (croix) et lancer les meubles les plus légers en restant appuyé sur (carré) puis en relâchant la touche.

Selon si vous déménagez seul, ou à plusieurs, le niveau va se modifier proposant des meubles à porter à deux si plusieurs joueurs sont présents. Ces éléments pèsent bien plus lourds et ne peuvent être jetés que si deux joueurs s'en saisissent, chacun d'un côté.

Afin de rendre le jeu accessible au plus grand nombre, Moving Out permet à chaque joueur de personnaliser les commandes de sa manette comme il le souhaite. Une option active même un texte adapté aux personnes dyslexiques.

Point de doublage pour Moving Out, tous les dialogues se menant via des bulles de texte. Le jeu étant entièrement traduit en français vous pourrez profiter de l'humour propre à cet opus, entre le patron dénué d'humanisme envers ses employés ainsi que les jeux de mots lancés par vos déménageurs. Quant à la musique, elle s'accorde à chaque type de niveau laissant rapidement place au bruit du verre brisé, les cris des animaux se ruant sur vous ou le fracas d'une télé tombe d'une fenêtre.

On pourra regretter un gameplay parfois rigide qui gênera les joueurs cherchant à atteindre la médaille d'or ou voulant mener l'Arcade dans tous ses niveaux. Plus d'une fois, vous allez saisir un autre meuble que celui que vous visez ou vous retrouver coincé par une porte, tentant tant bien que mal de la détruire avec le lit que vous tentez d'extraire de la chambre. Lorsque la précision est requise, le gameplay se montre brouillon surtout dans les sauts. Le premier niveau du mode Arcade exige des sauts finement calculés : plus d'une fois, votre avatar vous donnera la sensation de glisser sur la plate-forme et de rater son saut.

Trophee


Intuitif dans son gameplay, Moving Out propose un univers coloré et déjanté, ingrédients parfaits pour un game-party réussi. Toutefois, le gameplay dévoile ses limites lorsque le jeu tente de le pousser à fond comme dans le mode Arcade, exigeant dans la précision.

 

Note : 3/5

Plaisir à jouer et à rejouer


A plusieurs, le déménagement peut se révéler plus simple, ou plus chaotique.
Quand la simulation prend le pas sur l'amusement

Comme tout game-party qui se respecte, Moving Out se savoure bien mieux à plusieurs qu'en solo. Tout le plaisir vient de la découverte de la carte et de la volonté de chacun des déménageurs de réaliser son travail au mieux, ce qui engendre nombre de conflits. Ainsi le joueur le moins observateur ramènera au camion tous les meubles qu'il voit, même ceux non réclamés par le client. Vous aurez aussi droit au déménageur tatillon refusant de jeter les meubles et souhaitant tout ranger du plus grand au plus petit. Si l'équipe réussit à s'organiser, c'est la disposition même de la demeure qui viendra mettre les joueurs à l'épreuve. Parfois une fenêtre est la meilleur sortie lorsque le lit se révèle trop grand pour passer la porte.

Avec la possibilité d'obtenir le meilleur temps et réaliser tous les objectifs, les parties de découverte deviennent parfois de véritables parcours du combattant. On cherche par tous les moyens à gagner du temps comme se lancer les caisses de déménageur en déménageur, utiliser la moindre ouverture, jeter tous les meubles dans le camion en espérant que tout tienne dans l'habitacle sans chuter. Les objectifs deviennent des énigmes à résoudre : qu'entends-le jeu par « se faire un ami à la ferme » ? (Notez que je n'ai nullement la réponse à la question)

C'est peut-être là que Moving Out trouve ses limites dans l'amusement. Si réussir les objectifs apporte une certaine satisfaction (quoi de mieux que de résoudre une énigme par soi-même) les médailles d'or obtenues en concluant le niveau en un certain temps peuvent mettre la pression à l'équipe. Les niveaux dans l'espace se révèlent particulièrement tordus pour cela puisqu'il vous faut éviter des pièges comme des lasers, combinés à des plate-formes mouvantes. Or, comme dit plus haut, le gameplay manque de précision, entre autre, dans la gestion du saut. Le plaisir laisse place à une concentration hasardeuse ce qui ne colle pas au style game-party qui se doit de proposer une expérience rafraîchissante.

Les plus observateurs découvriront des clins d’œil à la pop-culture comme les tortues portant des bandeaux colorés à la manière des Tortues Ninja, ou encore un niveau se déroulant dans un labyrinthe avec des fantômes colorés, le tout reprenant la structure d'un niveau bien connu de Pacman.

Trophee


Si Moving Out propose une bonne dizaine d'heures pour tout joueur voulant explorer tous les modes, il se savoure surtout à plusieurs. Comme tout game-party, plus on est nombreux, plus le fun s'agrandit ! Pour les joueurs recherchant du défi, conclure les niveaux en un temps donné et conclure le mode Arcade sauront leur offrir des heures de tâtonnement puisqu'il faudra composer entre des niveaux exigeants et un gameplay imprécis.

 

Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Parfois les objectifs ne vous donneront aucun indice sur l'action à accomplir.
Déménager ne veut pas dire ménager ses méninges

Chasseurs de platine, Moving Out va exiger de vous une fouille complète de ce contenu ainsi qu'une bonne maîtrise de son gameplay. En plus du classique mode Histoire à réaliser de bout en bout, vous devrez aussi nettoyer les modes Souvenirs et Arcade. Ce dernier vous posera surtout problème par son premier niveau qui réclame de savoir mener des sauts parfaits, et ce en moins de quatre minutes. Pour accéder à l'ensemble des missions de ces modes respectifs, vous devrez obtenir le meilleur temps sur vingt-cinq niveaux du mode Histoire ainsi que réaliser cinquante-sept objectifs. Mais comme, pour obtenir le platine, vous devez obtenir le meilleur temps sur tous les niveaux et réussir tous les objectifs, ce sera alors une étape qui se réalisera naturellement.

Amoureux des collectibles, vous êtes servis. Le mode Histoire dissimule une console de jeu dans chacun de ses niveaux que vous devrez retrouver. Le jeu ne vous donnant aucune indication visuelle, ce sera à vous de deviner à quoi ressemble l'objet à force de sillonner les niveaux. D'ailleurs, en livrant la console (autrement dit en la mettant dans le camion) vous n'aurez aucune indication par la suite pour vous rappeler que vous avez bien réalisé l'action dans ce niveau. Il en va de même pour les autres actions comme frapper toutes les boîtes aux lettres et s'asseoir sur toutes les toilettes. Le papier/crayon sera votre allié indispensable pour connaître votre avancée.

Vous avez trouvé tout cela exigeant ? C'est là l'ensemble des trophées les plus chronophages de la liste de Moving Out. Les autres actions demeurent plus amusantes et moins hasardeuses. Vous devrez éviter de frapper les fantômes dans les lieux hantés ou encore livrer les animaux de compagnie. Les autres actions s'effectueront d'elles-même : briser des fenêtres, lancer des objets, en livrer un certain nombre, finir un niveau en moins d'une minute.

Trophee


Exigeant de nettoyer entièrement le jeu, le platine de Moving Out se doit d'être chassé à petite dose pour éviter l'indigestion. Le manque de précision sur le nombre de collectibles à amasser ainsi que l'absence de marquage après avoir mené à bien certaines actions (trouver la console, frapper la boîte aux lettres, s'asseoir sur les toilettes) n'aide nullement le chasseur à glaner son trophée. Loin de prolonger l'aspect amusant du jeu, le platine de Moving Out réclame de l'investissement et des heures à refaire les niveaux en boucle.

 

Note : 3/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
13/20

Original par son approche, Moving Out est un game-party qui s'apprécie à plusieurs mais ne pourra égayer les familles et groupes d'amis qu'en local. Il est toujours appréciable de voir ce mode disponible, néanmoins on aurait aimé pouvoir combiner local et mode en ligne. Le gameplay dévoile ses limites dans le mode Arcade : imprécis dans ses sauts et sa manipulation des objets. Le platine alourdit le jeu, le transformant en parcours exigeant en négligeant tout aspect réellement amusant.

Je recommande ce jeu :
À tous, Aux enfants, Aux curieux