Test : Mortal Kombat 11


Mortal Kombat 11
  • 1
  • 1
  • 7
  • 50
Pas de note
des joueurs
Pas de note
des platineurs

Mortal Kombat 11

ps4


59 trophées au total
11 trophées online
0 trophée caché

716 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 158 joueurs (22 %)
100% par : 158 joueurs (22 %)
Note du jeu
17/20
Discuter du test

Test du jeu
Mortal Kombat 11

  • Test rédigé par yuutsu le 05-05-2019 - Modifié le 05-05-2019


Introduction


Kombattez pour l'équilibre !

Depuis 1992, la licence Mortal Kombat a connu aussi bien des hauts que des bas, alternant les épisodes iconiques avec les jeux alternatifs plus critiquables, se permettant même des cross-over avec l'univers DC comics. Malgré ses erreurs, la saga demeure dans le haut du panier des jeux de combat. Car, oui, sous sa couche de violence exacerbée tout en os brisés et giclées de sang, Mortal Kombat détient un gameplay efficace qui fait le plaisir des joueurs lambda mais aussi des professionnels. La saga se pare même d'un récit s'étoffant à chaque épisode, développant un univers se partageant entre la Terre et l'Outre-Monde, univers parallèle où les êtres peuvent être aussi reptiliens que pourvus de plusieurs bras.

Second opus sortant sur la nouvelle génération, Mortal Kombat 11 ne lésine pas sur sa communication (s'offrant même le luxe d'inclure dans un trailer notre Christophe Lambert national, acteur ayant incarné Raiden à l'écran) et les promesses d'un excellent volet jouant sur la carte de la nostalgie. L'épisode met en avant une nouvelle antagoniste en la personne de Kronika, Gardienne du Temps et du Destin. L'occasion idéale pour faire se rencontrer les kombattants du passé et du présent, puisant dans chaque volet pour proposer différentes versions d'un même protagoniste. Avec un onzième volet, la série finit-elle par s’essouffler ?

Contenu du jeu


Ren qu'avec les tours du temps, vous aurez de quoi vous occuper.
La Terre n'est rien face à l'Outre-Monde

Gargantuesque demeure le meilleur mot pour définir le contenu de ce onzième opus. NetherRealm n'a nullement lésiné sur les moyens, proposant tout ce que l'on ait en droit de trouver dans un jeu de combat, et plus encore.

Mortal Kombat 11 se divise en quatre grandes catégories : Konquête, Kombat, Kustomiser et Apprentissage. Chacune de ces sections se divise en multiples sous-menus.

Au sein de Konquête vous trouverez ce qui constituera le nécessaire pour des joutes en solitaire, à commencer par l'Histoire. Viennent ensuite les tours, grands klassiques de la saga et mode propre à ce jeu de combat. Les tours klassiques sont toujours de la partie : variante du mode Arcade, elles peuvent être réalisées sur trois difficultés différentes (novice, guerrier et champion). Pour les plus aventuriers, la tour sans fin vous invite à accumuler un maximum de victoires, tandis que la survivant vous pousse à venir à bout des matchs avec une seule et unique barre de vie ne se régénérant que très peu. Les tours du temps viennent s'ajouter avec leurs propres règles comme les tours de personnages (donnant des récompenses liées aux personnages choisis). En plus de défier vos ennemis, vous devrez mener des actions précises comme réaliser un certain nombre d'uppercuts pour accéder à la tour suivante. Vous pouvez aussi invoquer des tours spécifiques avec des clés gagnées en combattant, ou vous confronter à des tours aléatoires accessibles que durant un temps limité. Les récompenses varient d'une tour à une autre et toutes peuvent, en plus, se coupler des défis de dragon. Se déclenchant sur un étage, les défis vous poussent à mener certaines actions précises durant le combat en un temps donné. Que vous gagniez ou ratiez, un nouveau défi s'enclenche après le décompte. En les menant à bien, vous glanez quelques bonus non négligeables.

Pour conclure la partie Konquête, la Krypte se présente sous la forme d'un fragment d'univers rassemblant nombre d'éléments du lore de la saga . Vous y dirigez un personnage pour ouvrir des coffres mais aussi des portes pour accéder à l'ensemble de la zone. Il vous faudra trouver des objets spécifiques pour entrevoir toute la Krypte, et acquérir le contenu des coffres qui se décompose aussi bien d'éléments de personnalisation que de konsommables utilisables en combat. Vous aurez accès à une forge : associez les bons objets pour en créer de nouveaux nécessaires à l'avancée ou pour obtenir des konsommables.

La section Kombat rassemble des éléments plus prosaïques dans l'univers du jeu de combat. Vous pouvez mener des duels en local, participer à des tournois, combattre en ligne. En plus des classiques matchs entre amis, classés et en salons, Mortal Kombat 11 propose une ligue de kombat (à ce jour encore indisponible) et le roi de la colline. Habituellement catalogué aux matchs classés, ce mode de jeu est désormais défini comme « relax ». Ici le gagnant demeure roi de la colline jusqu'à ce qu'il perd. Les autres joueurs peuvent lui offrir des points de respect selon ce qu'ils pensent de sa progression. Si jamais vous souhaitez combattre sans être derrière la manette, vous pouvez laisser l'intelligence artificielle de votre kombattant, ou équipe, mener la danse dans un mode dédié. Une section Combat IA est même présente au sein du Kombat pour vous permettre de créer votre équipe, répliquer contre des joueurs vous ayant combattu, et vous lancer vous-même à l'assaut.

La catégorie Kustomiser vous permet, comme son nom l'indique, de personnaliser votre kombattant. Les éléments ne manquent pas et il vous faudra surtout du temps, et la chance de l'aléatoire, pour débloquer l'ensemble des kustomisations disponibles. Sur chaque personnage, vous pouvez modifier des éléments basiques comme l'icône et le costume. À cela s'ajoutent les éléments d'équipement, au nombre de trois, et dont la nature varie selon le kombattant : masque, arme principale/secondaire, ceinture, etc. Vous pouvez aussi choisir la cinématique d'introduction et de victoire, les capacités, modifier les attributs de l'IA et visualiser tous les coups fatals . Avec 30 éléments d'équipement par type, 60 costumes, neuf capacités, le tout multiplié par le nombre de personnages, vous vous doutez que le contenu est gigantesque. Chaque joueur peut personnaliser son kombattant comme il le souhaite avec une variété d'éléments faramineuses. Votre équipement peut d'ailleurs augmenter de niveau, à force de combattre avec. À chaque niveau , il vous est possible d'y ajouter des gemmes servant à augmenter aussi bien vos statistiques, que votre résistance à certains types d'attaques, ou certains gains.

Plus anecdotique, une galerie se présente dans cette catégorie sous le nom de Kollektion. Elle regroupe l'ensemble des concept-arts touchant aussi bien les personnages, l'environnement que l'histoire. S'y ajoutent des bonus : les épilogues débloqués en finissant les tours klassiques, les recettes de la forge de la Krypte et les musiques.

Pour conclure ce tour du propriétaire, la section Apprentissage regroupe tout ce qui vous sera nécessaire pour bien connaître les commandes de Mortal Kombat 11. Vous n'échapperez pas au traditionnel entraînement, ni au tutoriel. En plus d'inculquer bases, avancées et éléments propres à cet opus, vous avez même droit à des leçons dédiées à chaque personnage. L'idéal si vous souhaitez vous concentrer sur un kombattant en particulier. Un entraînement aux Fatality est présent aussi pour ceux voulant s'initier à cette mécanique propre à la saga.

Plus annexes, mais nécessaires à énoncer, deux menus s'activent via (L1) et (R1). La Karte de Kombat, en plus de proposer votre profil en ligne à personnaliser avec image et fond, vous liste les défis journaliers, relayent les notifications (comme d'éventuelles coupures de serveurs, des communications avec le studio) et vos statistiques. Une boutique est aussi présente. Régulièrement son contenu est modifié proposant aussi bien des costumes que des konsommables. Tous sont achetables aussi bien avec de la monnaie réelle que les Kristaux du temps, argent virtuel du jeu.

Trophee


Konséquent est le maître-mot de ce onzième opus. En plus des grands klassiques propres au jeu de combat et à la saga comme les tours, NetherRealm réussit à proposer de nouvelles idées comme les tours du temps. Même en jouant en solitaire, vous en aurez pour des heures d'amusements. Surtout si vous cherchez à débloquer l'ensemble des kustomisations.

 

Note : 5/5

Aspect technique du jeu


Attention chérie, ça va couper !
Vous l'aimez saignant ou à poing ?

Mortal Kombat X avait su dévoiler un beau visuel lors de son arrivée sur PS4. Son cadet a su apprendre et se développer pour proposer une expérience graphique de haute volée, exploitant à fond les capacités de la console. Plus l'aspect technique des consoles s'est amélioré, plus les épisodes de Mortal Kombat ont en profiter pour rendre leurs combats plus réalistes... dans le visuel des Fatality. Ces attaques, concluant les duels, permettent de découper votre adversaire (ou vous-mêmes) en tranches sanguinolentes. Jamais boucherie n'a été aussi jouissive dans la saga MK. Le sang se répand en geysers, les yeux s'envolent, les corps se déchiquettent – le tout accompagné d'un ralentissement pour conclure le combat sur un visuel classieux. Le studio évite la Fatality malsaine comme Ermac dans Mortal Kombat X. On approche plus du gore tellement outrancier qu'il en devient drôle.

Les personnages profitent d'une modélisation impeccable quel que soit le costume porté mais aussi la version jouée (n'oublions pas que passé et présent se côtoient). Les fans les plus fervents sauront reconnaître de quel opus proviennent les personnages du passé, de par le visuel porté. Là où Dead or Alive n'a pas su s'extirper de son fan-service à grands renforts de personnages féminins sexualisés, Mortal Kombat propose des kombattantes aussi féroces que leurs homologues masculins, misant sur la violence des combats et abandonnant les vieux costumes affriolants. Les arènes ne sont nullement en reste, proposant des lieux emblématiques comme l'arène de l'Outre-Monde, lice où se déroule le Mortal Kombat ou encore le QG de l'armée de la Terre tenue par Sonya Blade. Les interactions avec le décor sont toujours de mise permettant de bondir au-dessus de l'ennemi ou d'utiliser une arme (voire un cadavre) pour frapper l'adversaire.

Tout comme nombre de jeux de combat, les musiques font leur travail dans le jeu mais ne marqueront guère les esprits. Au vu de la communication faite autour de cet opus, on aurait pu espérer, comme un gros clin d’œil glissé aux vieux fans, l'insertion de la musique (devenue emblématique) du premier film Mortal Kombat. Le doublage français demeure des plus honorables, faisant son travail et servant admirablement aussi bien les punchlines adressées en début de duel que l'Histoire. Ces fines piques varient selon les kombattants s'affrontant.

À l'image de ce onzième opus dont le récit mêle passé et présent, le gameplay de Mortal Kombat 11 mélange des fondations de la saga à de nouvelles idées, voire des modifications des klassiques. En plus des Fatality, le joueur peut aussi faire appel aux Brutality et aux Mercy. Ces deux derniers mouvements, déjà présents dans de précédents opus, trouvent ici une exécution différente. Les Brutality sont des attaques spéciales pouvant se déclencher avec une certaine commande, lorsque vous devez achever l'adversaire. L'inverse du Mercy qui redonne de la vie à l'ennemi pour relancer le combat. En plus de ces mouvements, le Fatal Blow réintroduit le concept des X-Ray sous une nouvelle forme. Lorsque votre vie atteint une limite, une simple pression de (R2) + (L2) vous permet de lancer une série de coups sur votre ennemi, tout en visuels dévoilant l'impact de votre attaque sur l'organisme de votre adversaire.

Les duels se déroulent avec fluidité en des attaques aussi rapides que dévastatrices. L'IA se révèle particulièrement retorse en haute difficulté. Vous allez laisser une manette couverte de sueur lors de vos affrontements dans les Tours les plus complexes. Même avec l'aide de Konsommables, pouvant être utilisés en combat pour déclencher des attaques, ou appeler un ami, votre victoire ne sera jamais assurée. Le duel peut même se renverser en quelques secondes avec une IA remontée à bloc alors que vous alliez l'achever. Un conseil contre l'IA : no mercy.

Mortal Kombat 11 ne s’embarrasse pas de bugs. Le mode Histoire se permet même des transitions cinématiques-duels sans aucun temps mort, ni même le moindre chargement. Les seules coquilles pouvant être rencontrées dépendront de l'état de votre connexion lorsque vous jouez en ligne.

Trophee


Du gore si outrancier qu'il en devient comique, un gameplay faisant remonter les klassiques du jeu avec quelques nouveautés, tout ce qui fait l'essence de Mortal Kombat est à nouveau présent. Les duels se montrent toujours aussi jubilatoires que sanglants, avec une fluidité impeccable.

 

Note : 5/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Le Fatal Blow introduit une nouvelle dynamique à des combats déjà bien nerveux.
C'est vraiment un kombat mortel !

Aussi juteux soit un jeu de combat, bien souvent sa rejouabilité (et par extension sa durée de vie) repose, en grande partie, sur ses matchs en ligne. Mortal Kombat 11 renverse la vapeur avec ses tours qui constituent, à elles seules, des heures de jeu en solitaire. Là où on aurait pu craindre une odieuse redondance, la présence de tours aléatoires et déblocables renouvelle l'expérience. Entre celles présentes durant un temps donné, celles rattachées à un personnage en particulier, vous aurez toujours quelque chose à faire. À ces éléments s'ajoutent aussi les défis journaliers.

Pour les kollectionneurs compulsifs, accéder à l'ensemble des éléments de kustomisation demandera du temps et de la chance dans l'aléatoire. Mais cela donne un objectif supplémentaire au nettoyage des tours et au lancement de parties en ligne. D'autant plus que ces éléments vous permettent de personnaliser votre personnage aussi bien visuellement que sur le plan technique. Cette personnalisation demeure l'un des points forts de l'opus. Chaque joueur peut créer sa propre version d'un même kombattant et se confronter à d'autres versions de ce même personnage totalement différentes. Jamais une confrontation entre deux mêmes kombattants n'aura permis autant de variété. L'aléatoire pourra frustrer d'autres joueurs qui voudront acquérir rapidement les éléments de leurs choix sans y passer des heures.

Avec ses vingt-cinq personnages, dont un accessible en pré-commande, Mortal Kombat propose un roster conséquent qui, couplé à la personnalisation, permet une multitude de combinaisons possibles. Pourtant, on peut regretter l'absence de têtes d'affiches comme Cyrax ou encore Reptile. D'autant plus que, lors du mode Histoire, on peut se confronter à certains d'entre eux. Ils disposent d'un gameplay ce qui laisse entendre que ces personnages pourront apparaître dans des DLC. Un choix discutable, d'autant plus que Frost représente l'unique personnage se débloquant en jouant. Pour accéder à cette kombattante, vous devez finaliser le chapitre 4 Feu et Glace en jouant seulement Sub-Zero. Pourquoi ne pas avoir appliqué ce même système à d'autres kombattants ? En plus d'éviter la politique du DLC, ce système aurait rendu hommage à l'époque des jeux où l'on débloquait de nouveaux éléments en réalisant des défis internes.

Reste aussi la ligue de kombat dont on ne sait encore grand chose, hormis qu'il semble se positionner comme un tournoi classé en ligne. Son ouverture permettra probablement aux fans de challenges de se confronter aux meilleurs joueurs de l'opus.

Trophee


Avec son contenu riche, Mortal Kombat 11 permet à tout joueur de trouver de quoi s'amuser qu'il préfère les parties en solitaire ou à plusieurs. La personnalisation des personnages ouvre des possibilités presque infinies : votre kombattant sera forcément différent de celui de vos amis. Seul l'aléatoire pourra gâcher le plaisir des joueurs les moins kollectionneurs.

 

Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Plus on coupe de têtes, plus ça s'entête !
Finish him !

À l'instar de nombreux jeux de combat, Mortal Kombat a rarement bénéficié de platine accessible requérant du joueur une maîtrise du gameplay quand ce n'était pas des heures d'acharnement (près de 400 heures pour le neuvième épisode). La difficulté avait commencé à doucement décroitre avec Mortal Kombat X et descend encore de quelques degrés avec ce onzième volet. Comme le précise le guide de JohnBuckheart le platine peut se décrocher en une trentaine d'heures, le tout dans une difficulté raisonnable (5/10).

Fini l'époque où vous deviez jouer un personnage pendant des heures incalculables. Les actions requises pour compléter la liste de trophées vous feront faire le tour du roster, mais sans sombrer dans l'aberration. Vous devrez réaliser les Fatality de chaque personnage. Au début du jeu seules les commandes d'une Fatality sont affichées : vous devez trouver le bon coffre ou obtenir le gain correspondant pour dévoiler la seconde combinaison. Ou vous référer au guide du site. Car, si vous connaissez les boutons, ces attaques peuvent être quand même réalisées. Il reste aussi l'option de laisser l'IA combattre. Avec de la chance, elle exécutera la seconde Fatality à votre place.

Fini aussi d'atteindre le niveau maximal dans chaque faction du jeu, comme c'était le cas dans Mortal Kombat X. Cette mécanique n'est plus présente, de même que tout ce qui a trait aux matchs classés en ligne. La liste de trophées se concentre surtout sur une aventure en solitaire : il faut dire que vous avez de quoi faire le tour. Chaque mode de jeu est représenté et nombre de trophées se glanent naturellement. Cumuler les Fatality et Brutality, faire couler 10 000 pintes de sang, ouvrir 200 coffres dans la Krypte – des événements anodins qui se feront d'eux-même lors de votre progression. Seuls deux-trois trophées sont rattachés aux combats online et se réalisent très simplement : aucun rang à atteindre en classement, ni un temps à tenir en tant que roi de la colline.

La plus grande difficulté réside en une poignée de trophées. Vous devrez exécuter tous les tutoriels : heureusement les tutoriels de personnages n'entrent pas en compte. Toutefois, certaines mécaniques avancées pourront poser soucis à certains joueurs. Il faudra trouver le bon rythme pour sortir la commande affichée en haut de l'écran. Dans le même ordre d'idées, accomplir 250 tours pourra pousser nombre de joueurs à l'indigestion. (Bronze) Têtes en Kebab pourra vous donner des cheveux blancs. Au sein de la Krypte, vous pouvez découvrir une série de pals n'attendant que les têtes des kombattants. Pour décrocher un de ces fameux trophées, il vous faut exécuter 50 Fatality sur le même personnage dans une tour. Une action peu compliquée, certes, mais très redondante. D'autant plus qu'aucune indication dans le jeu ne vous explique comment obtenir ce trophée.

En plus de ces trophées, l'aléatoire d'acquisition des récompenses pourra poser souci auprès des joueurs. Que ce soit les coffres dans la Krypte, les gains des tours, rien ne vous indique ce que vous allez trouver avant d'arriver à la salle des récompenses. La somme requise dans la Krypte n'est pas un indicateur non plus : vous pouvez dépenser une bagatelle pour six objets de valeurs contre une fortune pour une poignée de konsommables. Sans le secours du guide pour vous indiquer, par exemple, les commandes de toutes les Fatality, il vous faudrait des heures (et beaucoup de chance) pour débloquer les Fatality masquées. Obtenir ainsi cinq cinématiques de victoires et d'introduction différentes dépend totalement de l'aléatoire.

Trophee


Ni monstrueusement chronophage, ni dénué de défauts dans sa conception, le platine de Mortal Kombat 11 se situe dans la moyenne. Le studio a su amoindrir la difficulté et rendre ses trophées plus accessibles. L'aspect hautement aléatoire des récompenses, la chasse aux têtes et la réussite du tutoriel pourront ennuyer les joueurs.

 

Note : 3/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
17/20

Faisant honneur aux klassiques de la saga, Mortal Kombat 11 sait aussi proposer des heures de fun aux nouveaux venus dans la licence. Le studio montre qu'il sait se renouveler. Mortal Kombat 11 se présente comme le meilleur jeu de combat de ce début d'année 2019. Si vous n'avez aucun malaise face au gore, vous y trouverez votre comptant.

Je recommande ce jeu :
Aux spécialistes du genre, Aux fans de la série, À un public averti