Test : Mafia III


Mafia III
  • 1
  • 1
  • 7
  • 77
Note des joueurs :
3.9/5 - 139 notes
Note des platineurs :
3.3/5 - 77 notes

Mafia III

ps4


86 trophées au total
36 trophées cachés 3 DLC's

4971 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 1205 joueurs (24 %)
100% par : 256 joueurs (5 %)
Note du jeu
14/20
Discuter du test

Test du jeu
Mafia III

  • Test rédigé par Comatosia le 28-10-2016 - Modifié le 07-12-2016



Introduction


Il est temps de vous préparer pour une longue route vers la vengeance.
Le 07 Octobre de cette belle année 2016, 2K et Hangar 13 nous ont offert la sortie du très attendu Mafia III. Après 6 longues années sans nous offrir de nouvelles pérégrinations dans le monde teint de violence et de d'illégalité que celui des mafias, les développeurs avaient fort à faire pour pouvoir en mettre plein la vue aux joueurs, qu'ils soient fans de la première heure ou simples néophytes de l'histoire de cette série. Quelque soit votre expérience dans le domaine, il est temps de trouver une planque à votre entourage pour vous lancer dans votre business lucratif mais tout aussi dangereux.

Pour cette nouvelle oeuvre, nous ne nous voyons pas pourvus d'un monde onirique, mais bien d'une création qui reflète lugubrement l'horreur qu'était la vie dans les coins moins aisés des villes américaines durant les années 60. En effet, dans ce troisième épisode, vous êtes directement plongé dans l'année 1968, soit un an avant les premiers pas de l'homme sur la lune. Pour ceux qui ne le savent pas, cette époque est frappée par une grande ségrégation raciale que la population a commencé à accepter. L'ambiance est donc pesante et vous frappe en plein visage à coup de racisme, d'assassinats, le tout ponctué d'un léger souffle guerroyant en vous faisant incarner un rescapé de la guerre du Vietnam encore en cours.

C'est dans la ville de New Bordeaux que vous aurez donc l'occasion d'incarner un afro-américain, si souvent surnommé le nègre par ses opposants, et de voir se dérouler une histoire construite et très solide. Lincoln Clay est son nom, orphelin, adopté, et renvoyé à son premier état par les mafieux italiens, vous aurez la lourde tâche de vous venger au travers d'un guerre brutale face à ces méditerranéens qui vous ont tout pris. Plongeant dans les affres de la criminalité, vous devrez faire vos choix pour construire votre propre empire et ainsi assouvir votre soif vengeresse en prenant le dessus sur vos adversaires ... qui répliqueront à grands coups de Molotovs.

Contenu du jeu


Le jeu vous propose une micro-gestion trop peu exploitée ... Malheureusement ...
Lorsque l'on parle de contenu du jeu, on en vient forcément à la discussion du scénario. Nous allons directement nous attaquer à cet aspect du jeu, et sachez directement que la création d'Hangar 13 ne déçoit pas de ce point de vue. Notre cher afro-américain s'illustre à travers chaque cinématique d'une manière fort convaincante et le joueur ne manquera pas d'être immergé dans la quête de vengeance d'un personnage qui gagne en consistance à mesure que les heures de jeu s'additionnent. De plus, les personnages secondaires comme vos alliés ne sont pas en reste et se voient octroyés un travail tout aussi soigné dans leur développement. Cette narration et ces personnages qui n'ont d'ailleurs aucune jalousie à avoir envers l'univers cinématographique traitant de ce thème de la mafia.

Comme déjà précisé plus haut, les thèmes abordés dans ce soft gravitent autour du racisme et de la discrimination. Ces derniers sont extrêmement bien présentés dans le déroulement du jeu. Le joueur habitué aura d'ailleurs le plaisir de retrouver un personnage du précédent volet en la personne de Scaletta.

Du point de vue de vos objectifs dans le jeu désormais, vous devrez bien entendu récupérer New Bordeaux district par district, ce qui sous-entend que vous devrez inévitablement affronter les dirigeants actuels de ces derniers. Vous devrez venir à bout de ces impitoyables rivaux afin de pouvoir vous approcher de votre réel objectif qu'est la vengeance. Pour réaliser cela, la mécanique est très simple, vous devrez vous déplacer d'un quartier à l'autre, y trouver les informateurs afin de savoir où se trouvent les hommes de mains de chaque dirigeant de district afin d'infliger des dégâts conséquents à leur trafic. Ne vous laissez pas berner par les noms différents de ces objectifs, le contenu en lui-même ne change pas et vous devrez continuellement interroger les proches serviteurs des dirigeants pour pouvoir ensuite espérer tuer le gestionnaire du trafic que vous tenter de faire tomber. Une fois les différents gestionnaires tombés, le boss principal du district pointera le bout de son nez pour en découdre avec vous.

Ensuite, les développeurs ont décidé d'ajouter un aspect micro-gestion à leur création en proposant au joueur de diriger son empire via ses différents alliés. Ainsi, une fois chaque district capturé, vous devrez en allouer la direction à l'un de vos trois partenaires qui vous octroiera certains bonus une fois les lieux en sa possession. Et si tout comme la prise de district, cet aspect gestion paraîtra au premier abord plaisant et intéressant, il s'avérera également rapidement répétitif et un peu vide de sens tellement les bonus reçus sont faibles et anecdotiques dans l'avancée du scénario.

Enfin, puisque je viens de vous parler de la gestion et des alliés, sachez que ces derniers possèdent aussi des missions qui leur sont propres et que l'on qualifiera de missions secondaires. Ces dernières se débloquent à mesure que vous assignez des districts à vos partenaires, mais ces dernières sont loin de proposer une nouveautés en terme de gameplay puisque les objectifs restent trop similaires à ceux des missions principales et ne vous offrent à nouveau que de faibles bonus incapables d'impacter de manière sensible votre avancée narrative.

Ainsi, si la note de 4 est présente pour cette section, c'est uniquement grâce à la quantité d'éléments disponibles pour occuper le joueur lors de son expérience. La qualité est au rendez-vous du point de vue de la trame mais pas des objectifs à réaliser, à moins d'être un grand appréciateur d'une espèce de farm dissimulé. Si vous aimez répéter les mêmes objectifs sans cesse, ou du moins, si cela ne vous dérange pas, alors ce jeu saura vous tenir de longues heures devant votre écran sans vous lasser. Dans le cas contraire, vous aurez du mal à vous relancer dans une seconde aventure quasi identique pour décrocher les derniers trophées nécessaires au platine du jeu.

 

Note : 4/5

Aspect technique du jeu


Le soft offre des cinématiques d'une réalisation très correcte, le tout de façon soignée.
Mafia III avait à la base de quoi séduire le plus grand nombre avec des graphismes qui devaient envoyer du très lourd. Fort est de constater que cette promesse n'a pas été tenue puisque le soft ne nous propose pas une expérience graphique inoubliable, ce dernier se trouvant dans la moyenne, un cran en dessous de certains de ses rivaux du moment, qui eux, sont parvenus à faire pleurer de bonheur les yeux des accrocs que nous sommes. Néanmoins, le bébé d'Hangar 13 n'est pas laid non plus et réussi à offrir une ambiance qui va de paire avec ce qui est offert à nos yeux, laissant glisser plus facilement le léger retard de l'opus sur la concurrence. Les cinématiques sont soignées et plaisantes, les angles avec lesquels sont proposées ces dernières sont d'ailleurs parfaitement choisis afin de nous permettre de profiter au mieux du style graphique de ces dernières. Les personnages sont bien détaillés et les expressions faciales de ces derniers sont plutôt réussies, la bouche parvenant même à être en synchronisation avec ce qui en sort, constat pas toujours possible dans d'autres créations même récentes. Pour les graphismes, le gros souci réside dans les discussions hors cinématiques où l'angle de la caméra est hideux et où ce qui faisait le charme de nos petites coupures narratives disparaît complètement. En effet, portez le regard sur la bouche des personnages et vous verrez désormais une désynchronisation totale avec la voix, ce qui n'est pas acceptable quand on se souvient de ce que je viens de dire juste avant.

Dans un second temps, d'autres problèmes sont à souligner, comme notamment la stupidité déconcertante de l'intelligence artificielle. Si vous donniez un fusil à mon adorable bulldog français, ce dernier ferait dix fois plus de dégâts que les abrutis que vous devrez descendre. En effet, passez devant ces derniers en étant en mode furtif, ils ne vous verront qu'à peine et prendront tellement de temps pour réagir que vous aurez le loisir de les tuer deux ou trois fois ... Et ce, même en difficulté maximale. La vue d'un cadavre ne va que déclencher un mode "arme à la main" chez vos ennemis, mais pas toujours, ces derniers se contenteront parfois d'éviter le corps et de l'ignorer, vous laissant le loisir de les assassiner les uns après les autres sans trop de risque. Mais comme pour se faire pardonner de cette débilité sans nom de vos adversaires, les développeurs nous offrent une palette plutôt conséquente d'animations d'exécutions différentes en fonction du décor et de votre proximité avec celui qui perdra bientôt la vie de vos mains.

Si le troisième opus de la série Mafia possède donc des graphismes acceptables et des cinématiques bien construites et soignées, alors pourquoi uniquement un 3 ? Pour les raisons citées entre le premier paragraphe et celui-ci mais pas seulement ... Bien que longtemps épargné par ces problèmes récurrents au monde du jeu-vidéo, j'ai rapidement déchanté en voyant la grande quantité de bugs que l'on pouvait aisément retrouver dans New-Bordeaux tels que des dédoublements de personnages, un manque de réactivité de Clinton, des glitchs dans les murs, des murs invisibles, autant de choses qui ont de quoi foutre en l'air votre expérience ludique.

Afin d'éviter de laisser une opinion trop négative de l'aspect technique du jeu, sachez malgré tout qu'il possède une bande originale qui se sert parmi ce qu'il s'est fait de meilleur dans les années 60 et cela profite grandement à l'immersion du joueur. De plus, vous pouvez également écouter la radio lorsque vous prenez la voiture afin de découvrir les émissions disponibles, ces dernières traitant du contexte politique de l'époque avec une certaine justesse. Si vous préférez malgré tout la marche à pied, n'hésitez pas à espionner les conversations des autres piétons qui ont toujours quelque chose d'intéressant à exposer.

Vous l'aurez compris, loin d'être parfaite, la technique de Mafia III est passable mais certaines choses devraient encore être améliorées. Une amélioration du niveau de l'IA (ne serait-ce que du niveau de légume au niveau de zombie (ceeeeerveeeeaaaaauuu) serait appréciable) ainsi qu'une correction des différents bugs importants amèneraient très certainement la note à monter à 4, les graphismes étant uniquement une question de goûts propres à chacun.

 

Note : 3/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Hormis quelques uns, les objectis des missions sont redondants.
Si vous avez porté attention à ce qui a été cité précédemment, vous n'êtes pas sans avoir déjà une petite idée de si oui ou non vous allez prendre du plaisir à jouer à ce nouvel opus dans la série des Mafia. Bien que de mon côté le plaisir soit total, il n'en est pas moins entaché par quelques points noirs qui méritent d'être relevés au même titre que les bons côtés du soft. En effet, bien que l'esthétique générale de Mafia III me paraisse des plus plaisantes, la technique n'est globalement pas à la hauteur et amoindri sensiblement le plaisir prit par le joueur qui s'y essaie. Cette technique faiblarde ne se ressent pas simplement par une intelligence artificielle digne d'un jeu éducatif mais également par ses divers bugs et autres glitchs. Concrètement, on peut penser que ce nouvel opus est sorti un peu trop tôt alors qu'il aurait encore pu rester dans son coin pour être fignolé, ce qui n'a malheureusement pas été le cas.

Ces divers bugs qui ont déjà été cités dans la section précédente ne sont pas les seuls points qui vont orienter votre plaisir de jeu, ni même le scénario ou encore les quelques éléments rajoutés pour allonger la durée de vie du soft. Si vous êtes amateur de petits détails, vous apprécierez grandement les magnifiques effets de lumière que les développeurs se sont appliqués à mettre en place dans ces décors de Louisiane. Le bémol avec ce décor, c'est qu'il est en majorité trop vide. Néanmoins, certaines zones sont charmantes et agréables à arpenter, stimulant le joueur à en découvrir plus sur cet endroit, ces lieux tranchent dans le vif avec d'autres districts qui eux sont pauvres, ternes. La bande originale du jeu est quant à elle, parfaite comme déjà dit précédemment et parvient à produire une immersion appréciable pour le joueur, du moins jusqu'à ce qu'il rentre dans le mur invisible suivant en pleine course poursuite avec la police et qu'il perde 15.000$ pour avoir été tué par la même occasion.

Malgré ses indéniables défauts, Mafia III saura procurer au joueur plusieurs heures plaisantes grâce à une aventure ponctuée d'un scénario original et diantrement bien ficelé avec des personnages charismatiques et capables d'accrocher avec le joueur dès le premier contact. C'est en cela que le soft possède un énorme potentiel à faire plaisir à notre âme de gamer, mais ses défauts ne l'aident pas à se défendre contre les multiples attaques verbales que vous aurez à son égard à chaque événement déroutant et indépendant de votre volonté qui surviendra en pleine partie afin de vous arracher de votre immersion. Les moments de surprises sont vite décolorés par l'apparition d'une importante redondance dans les objectifs et le gameplay que l'on découvre entre chaque cinématique.

Le jeu n'est en lui-même pas mauvais, ni ennuyant, il est juste un essai un peu raté d'open-world qui n'arrive pas à proposer aux joueurs ce qu'ils attendent lorsqu'ils se lancent dans ce genre d'expérience vidéoludique manette à la main. Le constat est très simple, il faut aimer la redondance ou savoir en faire abstraction pour savoir prendre du plaisir en avancer dans l'histoire de Lincoln Clay, dans le cas contraire, la lassitude prendra vite place et le plaisir de rejouer s'en verra littéralement détruit, chose délicate lorsque l'on sait qu'il faut effectuer au moins deux parties pour obtenir la totalité des trophées liés au jeu.

 

Note : 3/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Retenez bien ce visage, vous le reverrez ... Puisqu'il faudra deux parties au moins pour le platine.
Pour ce qui est de la chasse aux trophées, nul besoin de se baliser. Vous êtes loin de devoir faire des actions fastidieuses comme cela peut-être le cas pour GTA par exemple ou encore mener une chasse aux collectibles longue et parfois vide de sens pour certains comme dans un Assassin's Creed. Non, ici vous n'avez même pas besoin de vous préoccuper de ces fameux collectibles puisqu'ils n'ont pas de trophée en rapport et les quelques rares décorations numériques nécessitant une action précise ne sont pas difficiles à faire chuter, loin de là. En effet, quelques minutes suffisent pour la plupart d'entre elles, les autres se débloquant naturellement à mesure que vous avancez dans l'aventure.

Néanmoins, ce seront deux parties qui vous seront nécessaires afin de pouvoir prétendre au Graal bleuté qui viendra garnir votre belle collection. Effectivement, certains trophées sont contraires les uns aux autres et tantôt vous demanderont de tuer quelqu'un, tantôt de l'épargner. Les deux n'étant pas complémentaires, il vous faudra partir une seconde fois dans la course vers le pouvoir de notre ami noir aux aptitudes exemplaires ! Ne prenez pas ces deux parties à la légère, car Mafia III est le style de jeu qui vous fera fondre de plaisir ou vous tuera d'ennui. En effet, le jeu est confronté à deux écoles de joueurs et il n'y a pas de "mouai, bof" ici. Alors si vous n'avez pas aimé votre première expérience, sachez que vous devrez vous faire du mal à recommencer exactement le même schéma de jeu à quelques changements près.

Sachez également que plus de la moitié des récompenses se débloquent de manière spontanée puisqu'elles sont liées à notre avancée dans le scénario. Alors à moins que vous ne trouviez un moyen de briser la matrice, votre ascension vers l'ultime bibelot bleu que vous souhaitez sera plutôt aisée. Cette information rendant encore plus irritable le fait de devoir faire une deuxième partie pour 3 ou 4 trophées anodins.

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
14/20

Lorsque lâché dans une environnement ouvert, le joueur est en droit de placer de grosses attentes, surtout pour une suite à la série Mafia. Le souci, est que le joueur ne s'attend pas à devoir refaire inlassablement les mêmes missions pour avancer, car les objectifs sont en effet très répétitifs. Reste néanmoins que le joueur progresse dans une histoire originale et bien ficelée, remontant le niveau du soft de moyen à bon. Malgré un manque de travail sur l'intelligence artificielle, aux pâquerettes, l'immersion est totale grâce à l'ambiance formidable apportée par les développeurs. Enfin, on notera la durée de vie très noble mais qui, justement, laisse parfois retomber le soufflet par manque d'une rythmique plus importante. Mafia III ne sera pas, vous l'aurez compris, le jeu de l'année 2016, mais il vous fera quand même passer quelques bonnes heures de jeu dans son univers imprégnant et un scénario digne d'un très bon film de cinéma américain.

Je recommande ce jeu :
Aux fans de la série, À un public averti