Huntdown

Huntdown

ps4

1
8
8
3
18
-

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 12/05/2020
Genre(s) : Action 
Territoire(s) : FRANCE

12 joueurs possèdent ce jeu
20 trophées au total
0 trophée online
0 trophée caché

Platiné par : 1 joueur (8 %)

100% par : 1 joueur (8 %)


Pas de note
des joueurs

Pas de note
des platineurs

Test rédigé par PouletHardstyler le 27-07-2020 - Modifié le 27-07-2020


Introduction

Fondée en 2016, l’équipe de développement suédoise d’Easy Trigger Games n’a pas attendu longtemps avant de sortir leur bébé du nom de Huntdown. Ce Run N’Gun 2D, édité par Coffee Stains et sorti en mai 2020, est un cousin de classiques comme Metal Slug ou plus récemment les excellents Mercenary Kings ou Dead Cells. Ce genre était la coqueluche des joueurs sur les bornes d’arcade des bistrots entre 1980 et 1990 avec des jeux nerveux, rapides à parties courtes et bourrés d’action servant de défouloirs aux amateurs de scoring entre deux bières.

Ce sont donc sur ces fondements que les geeks suédois ont développé leur jeu afin de tenter de reproduire en 2020 ce que les quarantenaires ont vécu dans les années 80 ou même ce que les jeunes n’ont pas forcément connu aujourd’hui, histoire de nous faire rappeler que «tout ce qui sort de nos jours n’est pas forcément toujours meilleur ou plus cool que ce qui sortait avant».

Ont-ils tenu parole ? Réponse dans ce test.

Contenu du jeu

UN RUN N GUN COMPLET DIGNE DES FILMS FUTURISTES DU GENRE

Nous sommes dans une époque futuriste où le chaos et l’insécurité bat son plein dans une cité qui nous rappelle pas moins le film Robocop (ou d’autres ;)). Plusieurs gangs sèment la zizanie en y imposant leurs règles, qui font appliquer généralement la violence et la haine. Les forces de l’ordre sont débordées et la seule manière de restaurer la paix c’est... VOUS. En tant que chasseur de primes, vous avez été engagé par un groupuscule aux moeurs pas forcément meilleures que celles qui courent les rues et qui est dirigé par la mère Louve. Pour le coup, le scénario est plutôt bateau car ce n’est pas forcément ce qui importe dans ce genre de jeu.

Vous avez le choix entre 3 nettoyeurs qui possèdent une arme principale et une secondaire de lancer différente: Anna Conda, citoyenne de 32 ans, munie d’un pistolet à rafales et une hache, John Sawyer, un cyborg possédant un magnum et un boomerang et enfin Mow Man, un droïde de reconnaissance qui a un pistolet classique et des couteaux de lancer. Chaque personnage est identique que ce soit en termes de déplacement, rapidité ou comportement, ils ne diffèrent que par leur équipement de départ. Libre à vous donc de choisir celui qui vous convient le mieux.

Ce sont donc quatre quartiers que la Louve Mother vous envoie nettoyer dans un mode campagne classique. Ces 4 quartiers sont répartis en cinq sous niveaux avec un lieutenant à éliminer à la fin des quatre premiers et donc un chef de gang à la fin du dernier vous permettant d’accéder à la zone suivante. Ce sont donc 20 niveaux que vous allez devoir parcourir de façon linéaire avec des ennemis différents selon les quartiers et des boss toujours plus costauds au fil de votre avancée avec des patterns d’attaque bien définis qu’il vous faudra maîtriser pour imposer votre suprématie dans ce chaos sanglant.

Vous devrez dissoudre le gang des Hoodlum dolls, des petites racailles de rues, les Misconducts qui ont trouvé logis dans les souterrains, les Heatseekers qui ont pris place dans un complexe industriel pour finir par les Number One Suspects du centre-ville.


UN JEU A LA DIFFICULTE RELEVEE...

Chaque gang possède son propre style, ce qui est d’autant plus intéressant pour éviter la lassitude car oui dans ce jeu, on dégomme tout pour avancer. Les niveaux sont assez courts, ce qui est positif pour pallier à la difficulté car oui vous allez mordre la poussière des centaines de fois. Vous avez le choix entre 3 difficultés au départ (facile, normal ou difficile) et une difficulté supplémentaire (le fameux mode badass) à débloquer une fois le jeu fini une première fois. Ce qui diffère des modes de difficulté, c’est votre santé (hormis le mode facile où vous aurez autant de points de vie qu'en mode normal et les ennemis, notamment les boss disposeront d'une barre de vie plus simple à vider). A compter du mode normal, vous aurez 5 points de vie, en difficile 3 et en badass... 1 seul et les ennemis auront une barre de santé identique pour les 3 modes et qui sera plus longue à vider.

Autant dire que le jeu est plutôt difficile même en mode normal car certaines armes peuvent vous enlever jusqu’à 2 voire 3 points de vie alors qu'en mode badass, vous ne devrez jamais vous faire toucher une seule fois. Vous disposez de checkpoints sur toute la longueur du niveau, ce qui est une bonne chose pour les personnes n’aimant pas devoir tout refaire ou pour apprendre à gérer une zone qui vous est difficile. Le petit point noir, c’est que vous perdrez votre arsenal ramassé au checkpoint (ce qui n’est pas le cas contre un boss).


...MAIS QUI OFFRE DES DIZAINES DE POSSIBILITES D’ARRIVER A SES FINS

En plus de vos armes principales (que vous avez en munitions illimitées) et votre arme de lancer (qui nécessite un cooldown pour pouvoir être réutilisée), vous pourrez également ramasser de très nombreuses autres armes que lâcheront vos ennemis ou qui peuvent être cachées dans les niveaux à raison d’une arme principale et secondaire à la fois, ces armes allant du fusil d’assaut au lance patates classique. Rassurez-vous, il y a de tout pour tout le monde. En revanche, leurs munitions sont limitées donc utilisez-les à bon escient.

Pour rajouter un peu de travail, dans chaque niveau vous aurez 3 objectifs qui seront identiques à savoir :

- Tuer tous les ennemis, histoire de se défouler et de parcourir l’ensemble du niveau.

- Ramasser les 3 mallettes qui sont synonymes des traditionnels «collectibles». Ces dernières peuvent très bien être cachées quelque part ou être dans la main d’un ennemi qui tentera de fuir dès que vous approcherez.

- Terminer le niveau d’une traite sans mourir. Un des objectifs les plus difficiles à obtenir sur chaque niveau mais nous reviendrons dessus dans la partie trophées.

Comptez une bonne dizaine d’heures pour faire le tour en mode normal et plus si affinité pour accomplir chaque objectif de chaque niveau pour finir le jeu à 100%. De plus, si vous avez vraiment apprécié, pourquoi ne pas se confronter au mode difficile ou au mode dur à cuire (Badass) une fois le jeu terminé une première fois ?


AVEC UN PETIT PLUS...

Sachez que vous pouvez parcourir le soft avec un autre joueur en coop locale uniquement en écran unique histoire de doubler le plaisir du défoulement. Il n’y a pas de tir ami (heureusement) et ça peut vite devenir chargé si tout le monde tire dans tous les sens mais vous doublez vos chances de réussite car vous êtes deux et votre coéquipier peut vous ramasser si vous tombez au combat.

Pour une partie salon de quelques heures c’est délires garantis. On pourrait regretter l’absence d’un mode online pour ceux qui aiment jouer en ligne et aussi l’absence d’un score pour chaque niveau qui est typique chez ce genre de jeu. Anecdotique.

Trophee

Huntdown ne déroge pas à la règle du Run N Gun en termes de contenu. Les suédois ont repris les moeurs traditionnelles avec une campagne linéaire étendue sur 20 niveaux sur plusieurs modes de difficultés avec un petit plus : l’opportunité de parcourir le jeu avec un ami sur le canapé.
Vous aurez largement de quoi apprécier le soft sur plusieurs dizaines d'heures. Pour 19.99 euros que demandez de mieux ?
Note : 4/5

Aspect technique du jeu

UNE CLAQUE VISUELLE A L’ANCIENNE

Les petits gars de chez Easy Trigger Games ont tiré leur épingle du jeu en s’inspirant du style graphique des jeux mentionnés en introduction. L’ambiance qui se dégage du jeu est sensationnelle avec un univers futuriste à la cyberpunk réalisé en pixel art 16-bit. On se croirait presque dans un film à la Judge Dredd. Au travers de notre aventure, on ressent la passion incommensurable des développeurs pour le pixel art qui est juste magnifique. Bien qu’on n’ait pas trop le temps d’observer les détails graphiques dans ce jeu car fight oblige, visuellement c’est une pure réussite.

Les environnements sont riches et colorés, les animations sont très bien réalisées et les doublages sont également réussis. Les développeurs ont pensé à tout dans les moindres détails, allant de la simple explosion jusqu’au son de la détonation d’une mine pour nous prévenir du danger ou encore à l’aboiement d’un chien prêt à nous courir dessus. C’est beau, c’est fluide, c’est propre. Chapeau les gars.


UN GAMEPLAY AUX PETITS OIGNONS

Huntdown est très simple à prendre en main. Il n'y a pas de didacticiel à proprement parler mais une page d’aide aux commandes avec des illustrations nous est accessible. Basique et efficace. Vous avez des touches de base attribuées pour jouer mais vous êtes libre d’assigner vos touches comme bon vous semble. Autre truc hyper intéressant pour pousser le plaisir jusqu'au bout, vous pouvez assigner un stick arcade en guise de manette pour jouer. Perso j’ai pas les moyens, mais ça doit envoyer sévère.

Niveau gameplay, rien de plus facile : vous avancez, vous reculez, vous sautez, vous pouvez faire un dash rapide permettant d’esquiver et vous pouvez effectuer une charge au sol vous permettant d’avoir un léger avantage sur l’ennemi si vous voulez la jouer agressif. Pour les plus poltrons, vous avez de quoi vous mettre à couvert mais pas éternellement car certains blocs se cassent s'ils reçoivent trop de balles, vous obligeant à sortir de votre couverture. Vous pouvez aussi vous mettre à couvert dans les creux de portes ou les trous latéraux laissés par les explosions, plutôt pratique en cas de panique. Sinon côté attaque c’est du classique, on tire, on jette notre arme secondaire mais on peut aussi frapper les ennemis pour les repousser, ce qui s’avère très utile dans les difficultés les plus élevées.

Le jeu est très nerveux et rapide et c’est sur ça que repose la majeure partie du gameplay : vos réflexes. Ce sera à vous d’apprendre les réactions des ennemis, d’anticiper les tirs ou les charges des ennemis. Certains resteront planqués à vous tirer dessus, d’autres n’hésiteront pas à vous charger à la matraque ou au pied de biche. Tout ce qu’on aime. La génération des ennemis reste la même dans chaque niveau, vous finirez par connaître par coeur que tel ennemi sera à tel endroit à force d'essayer. Et oui, Huntdown fait travailler la mémoire. Ça change des bouquins de l’école.


UNE BONNE INTELLIGENCE ARTIFICIELLE ET UN GAMEPLAY FLUIDE

L’IA est bonne quoiqu’un peu naïve. Selon les ennemis qui sont assez nombreux et variés, les réactions seront différentes mais vous apprendrez à les gérer au fur et à mesure. Comme mentionné dans le contenu, les boss de chaque niveau ont des patterns bien définis qu’il vous faudra apprendre à maîtriser pour passer au niveau suivant. C’est un jeu difficile oui, mais avec un petit goût de reviens y après chaque échec comme Dead Cells ou Ruiner. C’est ce qui peut rebuter certains joueurs mais c’est aussi ce qui peut vous faire passer à côté d’un super jeu. Vous l’aurez sans doute compris, Huntdown carbure à l’action non-stop et vous serez amené à improviser pour essayer de passer les portions de chaque niveau en utilisant un peu tout ce que vous aurez sous le coude (mitraillettes, fusils, grenades, lasers ect...) donnant souvent des résultats imprévisibles, spectaculaires et quelques fois miraculeux.

Pour en finir avec le gameplay, aucun bug, freeze, message d’erreur ou sauvegarde corrompue n’a été observée pour ma part, rendant une copie technique des développeurs quasi parfaite, ce qui est rare pour un jeu indé de nos jours.


UNE BANDE SON SYNTHWAVE COMME ON AIME

Pour accompagner vos pérégrinations, une bande son rétrowave au synthé typique des années 80 a été mise en place. C’est la cerise sur le gâteau pour les amateurs du genre. Elle est parfaite. Juste pas assez variée à mon goût mais ce n’est qu’une gourmandise personnelle.

Trophee

Huntdown est un dessert qui dispose d'une DA parfaite en pixel art 16-bit, d’un gameplay simple à prendre en main mais difficile à maîtriser le tout saupoudré d’une BO rétrowave au synthé... de quoi donner des orgasmes visuels et auditifs manette en mains. Copie parfaite.
Note : 5/5

Plaisir à jouer et à rejouer

UN JEU DESTINÉ À UN PUBLIC AVERTI

Qu’on se le dise franchement, Huntdown vise les amateurs du genre. Le soft est simple à prendre en mains mais est plus difficile à maîtriser ce qui peut en rebuter plus d’un. Cependant, il est extrêmement fun et peut aussi servir de défouloir sur une session de jeu de 30min qui plus est avec un partenaire sur le canapé entre deux triple A. Il faut juste oser s’y coller et l’adopter à votre guise.

Certains l’aimeront à petite dose, certains l’aimeront à plusieurs, d’autres préfèreront tester le jeu normalement, et les plus téméraires tenteront d’améliorer leurs compétences pour faire des runs parfaits. Les niveaux sont courts, ce qui pallie aux difficultés, et la présence de checkpoints rassure les moins aguerris mais on ne peut pas nier que le jeu possède un côté die and retry. Vous allez devoir passer du temps sur certaines zones ou certains boss pour réussir. Cela peut en dégoûter plus, d’un mais la prise en mains du jeu est tellement facile et bonne que la défaite a un goût de reviens-y et que vous sentirez la satisfaction personnelle de passer une zone qui vous a semblé difficile. Rien que ça.


UN CHALLENGE DIRECTEMENT LIÉ À LA REJOUABILITÉ

Le challenge est bien présent et ce dès le mode normal. Certaines zones vont vous coller des suées tandis que d'autres vous seront plus abordables selon votre façon de jouer. Que dire du mode difficile ou de l'extrême mode badass qui vont vous faire jouer d'une façon totalement différente. Et c'est ce que les amateurs du genre vont rechercher dans ces modes de difficulté: une façon totalement différente d'appréhender le jeu à l'aide de tout ce qui a été acquis jusqu'à présent. Et croyez moi, le challenge est là certes, mais la difficulté est tellement bien dosée que vous aurez le sentiment de pouvoir y arriver, si bien sûr vous daignez vous investir un minimum.

On ne s’ennuie pas dans Huntdown, on avance doucement et on apprend de ses erreurs. Si certains ne joueront qu’aux modes facile ou normal, nos capacités peuvent être testées dans les modes difficile ou dur à cuire où la moindre erreur ou la moindre hésitation nous seront fatales. Pour les joueurs qui auront développé une addiction au soft (comme moi), l’envie d’apprendre à maîtriser chaque niveau et chaque boss m’a permis de me confronter aux modes les plus difficiles de Huntdown et où l’echec se transforme en fierté personnelle une fois pallié. La difficulté est présente mais vous sentez qu’elle est surmontable avec de l’investissement de votre part.

Trophee

Huntdown est un jeu difficile où il faut un peu d’investissement pour pouvoir avancer. Ses niveaux courts le rendent cependant addictif avec une sensation de fierté une fois les difficultés bravées. A l’instar de Fury Unleashed ou Dead Cells, la défaite possède un goût de reviens-y par le fait que le jeu est très fun, bourré d’action avec des checkpoints bien placés. La rejouabilité est directement liée aux différentes difficultés mais également aux différentes opportunités d'arriver à terminer un niveau. Tous les joueurs peuvent y trouver leur compte, du plus assidu au joueur occasionnel sur des sessions longues ou courtes (j'ai réussi à faire jouer un ami pas trop fan de jeux vidéo et je peux vous dire qu'on a rigolé).
Note : 5/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%

UNE PETITE LISTE DE TROPHÉES, UN GROS CHALLENGE EN CORRÉLATION AVEC L'IDENTITÉ DU JEU

Il va falloir vous armer de patience et de détermination si vous voulez obtenir le platine de Huntdown. Si sur les 20 trophées à obtenir (qui sont peu nombreux à notre grand désarroi) une quinzaine d’entre eux sont plutôt abordables, 2 ou 3 d’entre eux vont gonfler drastiquement sa difficulté d’obtention. En effet, si certains trophées vont tomber tout seuls sans que vous ne vous en rendiez compte, comme recommencer 5 fois de suite à un même emplacement de checkpoint ou tuer une prime avec une seule barre de vie restante, d’autres vous demanderont de faire des actions spécifiques sur certains niveaux, comme tuer 10 ennemis à bout portant avec un fusil à canon scié, ou faire en sorte qu’un boss particulier se tue avec son propre missile. Mais ce n’est pas tout.

Là où vous serez fier d’avoir fini le jeu à 100% en mode normal (c’est à dire finir le jeu et compléter les 3 objectifs dans chaque niveau), il vous faudra aussi le terminer à 100% en mode difficile et à 100% en mode Badass. Oui oui, le mode no touch qui fait un peu penser au mode Akumu de Evil within. Vous devrez non seulement terminer chaque niveau en tuant tous les ennemis et en ramassant les 3 malettes, peu importe si vous avez besoin de plusieurs essais ou non. En revanche, il faudra également terminer l'entièreté du niveau d'une traite sans mourir une seule fois. Inutile de préciser que le platine est destiné aux acharnés et aux joueurs qui ont développé une addiction au soft suédois et sera accessible à ceux qui connaîtront les niveaux et les patterns de chaque boss sur le bout des doigts.

Cependant, je ne peux que défendre la logique des trophées à gagner par rapport à l’âme du jeu qui sont en totale adéquation.. On aurait pu en avoir d'autres comme tuer X ennemis avec une arme ou encore d’autres actions spécifiques qui auraient pu ajouter un peu de rejouabilité (tuer tant d’ennemis en une explosion ou finir un niveau sans tuer personne sauf le boss ect...). Pas de farm inutile, pas de trucs tordus, c'est juste vous, votre manette et votre chasseur de primes face à une armada de grands méchants.

Trophee

Ramasser tous les trophées de Huntdown n’est clairement pas chose aisée mais colle parfaitement à l’esprit du jeu. Au même titre que Fury Unleashed, Dead Cells, Hollow Knight ou Ruiner, la difficulté vient ternir l’obtention du graal mais nous rend fier (un très bon 8/10 si je devais noter la difficulté d'obtention du platine pour pas mettre 9). En revanche, son obtention reste possible grâce à un aspect technique parfait, un gameplay aux petits oignons et une bonne dose d’investissement et parfois, de chance, mais comme on dit: la chance sourit aux audacieux.

En toute objectivité, les joueurs qui auront apprécié mettront 4/5, les moins adeptes et ceux qui achètent les jeux juste pour avoir le platine mettront plutôt 3/5. A bon entendeur donc.
Note : 4/5

Conclusion

A l’instar de Dead Cells, Hollow Knight ou Fury Unleashed, Huntdown est une autre perle à enfiler sur votre collier de jeux indé. Un véritable incontournable du genre qui montre que les suédois d’Easy Triggers Games ont su rendre hommage aux Run N Gun traditionnels avec un jeu nerveux à la direction artistique de grande qualité, qui fait tout péter à l’écran mais aussi dans vos oreilles grâce à une bande son au top, le tout avec un challenge corsé.

Jouable à 2 en local, c’est un véritable must have sur la scène indépendante qui dispose de toutes les armes pour obtenir le titre de jeu indé de l’année 2020.
Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
18
Je recommande ce jeu : Aux acharnés, À un public averti, Aux chasseurs de trophées/platine difficile

PouletHardstyler (PouletHardstyler)

186
729
2136
6155