Test : Gravity Rush 2


Gravity Rush 2
  • 1
  • 4
  • 15
  • 28
Note des joueurs :
4.2/5 - 26 notes
Note des platineurs :
4.3/5 - 15 notes

Gravity Rush 2

ps4


48 trophées au total
8 trophées cachés 1 DLC

922 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 326 joueurs (35 %)
100% par : 170 joueurs (18 %)
Note du jeu
16/20
Discuter du test

Test du jeu
GRAVITY RUSH 2

  • Test rédigé par DarkCid le 22-01-2017 - Modifié le 16-02-2017


Introduction


Kat et Raven sont prêtes pour de nouvelles aventures !
Image

Véritable pépite de la PlayStation Vita et sorti 5 ans auparavant, Gravity Rush (ou Gravity Daze sur le sol nippon) apporta un vent de fraîcheur aux jeux d'aventure avec un gameplay basé non plus sur de simples sauts mais sur la manipulation de la gravité elle-même. Si le premier opus nous proposait de découvrir un monde très attachant, il posait aussi les bases d'un scénario prenant mais qui laissa de nombreuses interrogations derrière lui, notamment sur l'origine de notre héroïne, Kat la Reine de la Gravité. Gravity Rush 2 répondra-t-il à toutes nos questions ?

C'est peu après la fin des événements du premier opus que l'on retrouve Kat et Syd (son ami de la police), recueillis par des mineurs après avoir perdu la trace de Raven (une autre Gravitéenne) dans une tempête gravitationnelle. Séparée de son chat Poussière, elle se retrouve sans pouvoir dans un monde inconnu, ignorant tout de ce qui se passe au même moment à Hekseville. Mais il faut dire qu'elle sera bien occuper à découvrir ce monde étrange et à venir en aide à tout un peuple vivant au milieu des nuages, bien loin du Pilier du Monde et de sa ville d'accueil. Mais c'est peut-être justement en s'éloignant de chez elle que Kat finira par comprendre d'où elle vient et quel est son véritable destin...

Contenu du jeu


Bienvenue à Jirga Para Lhao ! Mieux faut savoir voler si vous voulez vous déplacer...
La Citée des Nuages

Gravity Rush 2 est comme son grand frère un jeu à monde ouvert. Il est donc tout naturel de parler en tout premier de votre nouveau terrain de jeu. Vous commencez l'aventure dans une petite flotte de vaisseaux miniers qui fera très vite escale dans le gros du jeu : la Citée de Jirga Para Lhao. Derrière ce nom original se cache toute une histoire fascinante sur le passé du peuple qui vous a recueilli, la tribu de Lhao. Au premier abord, on remarque vite que ce nouvel environnement est bien différent de Hekseville. Il n'est plus question ici de quartiers accrochés au Pilier du Monde. Jirga Para Lhao flotte littéralement au milieu des nuages tel le Château dans le Ciel de Hayao Miyazaki mais morcelé en d’innombrables petites îles, parfois isolées, parfois regroupées à tel point que l'on peut simplement sauter de l'une à l'autre.

Mais alors que l'on commence à explorer ce nouveau monde, on découvre en même temps que Kat que tout n'y est pas rose mais surtout que cette ville déborde d'inégalités sociales flagrantes. Si on découvre la ville par le quartier commerçant, très actif, très joyeux, on finit par descendre en altitude pour découvrir un bidonville flottant, tandis qu'en montant dans les nuages, on explore de somptueux manoirs entretenus par le bas-peuple au service des riches. Eux-mêmes se retrouvent sous l'autorité du Haut Conseil dans leur château gardé par la forteresse volante de l'armée. Bref, un monde que l'on pourrait comparer à Midgar de Final Fantasy VII avec d'avantage de strates.

Mais vous pensez que Hekseville vous manquera ? C'est vrai que cette ville avait elle-aussi son charme. Et bien elle est là elle aussi. Non vous ne rêvez pas, en plus de nous proposer un monde totalement nouveau et immense, les développeurs se sont même permis d'y inclure l'intégralité du monde du premier opus (bon OK pas tout à fait puisque vous ne pourrez accéder ni au Village des Enfants en bas du Pilier ni aux Failles, mais bon, hein, voilà quoi).

La Reine de la Gravité

Privée de ces pouvoirs en début de partie, Kat les retrouve heureusement très rapidement et c'est tant mieux car elle va en avoir besoin pour explorer ce nouveau monde. Si vous avez joué au premier opus sur Vita ou sur PS4, vous ne serez pas dépaysé, tout du moins au début. Kat se manie comme au premier jour et on prend plaisir à travers quelques tutoriels bien pensés à retrouver ses pouvoirs : inversion de gravité, projection d'objets, glissade, etc. Le gameplay n'a pas prit une ride.

Mais il faut savoir évoluer, sinon une suite risquerait d'être sans saveur. Mais pour cela, il va falloir avancer pas mal dans l'histoire avant de découvrir les nouveaux pouvoirs de Kat, environ la moitié de l'histoire pour avoir accès à tout, on aurait apprécié que cela soit un chouïa plus rapide mais c'est pour le bien de l'histoire. Bref, vous obtiendrez au bout d'un moment donc un nouveau style de gravité : le Style Lunaire. Avec une petite pression vers le haut sur le Touchpad, Kat deviendra subitement plus légère, lui permettant, sans user sa jauge de pouvoir, de sauter soit très haut soit très loin. Ce style sera également un précieux allié en combat dès lors que vous affronterez des ennemis très véloces puisque Kat pourra littéralement se téléporter sur eux. Mais le revers de la médaille sera bien sûr que sa puissance de frappe sera en revanche amoindrie.

Plus tard, vous obtiendrez un deuxième style de gravité : le Style Jupiter. Tout à l'opposé du précédent, Kat sera beaucoup plus lourde (mais surtout ne lui faites pas de remarques à ce sujet). Si à pieds vous vous déplacerez comme une tortue, en inversant la gravité ou en glissant, vous deviendrez du coup beaucoup plus véloce (mais moins agile, on peut pas tout avoir en même temps hein). Vous vous en doutez, en combat, vous deviendrez alors un monstre de puissance, capable de pulvériser des groupes d'ennemis et/ou leurs boucliers de protection.

Avec ces 3 styles de gravité différents, les combats prennent donc une toute nouvelle dimension, vous permettant avec assez de pratique de dominer un combat quelque soit vos adversaires. À cela, vus pourrez rajouter un peu avant la fin du jeu un 4ème style un peu spécial : le Style Panthère. Ce dernier ne pourra être activé que si le scénario le veut bien et/ou si votre jauge vie commence à sentir le roussi. Dans ce mode, vous aurez tous les avantages des autres styles et aucun inconvénient : force vitesse et agilité. Seul défaut : c'est limité en temps bien sûr.

Un terrain de jeu bien rempli

Comme son aîné, Gravity Rush 2 se découpe sous la forme de missions. Vous découvrirez l'histoire du jeu au travers d'un peu plus d'une vingtaine de missions assez variées et faisant avancer une histoire bien plus riche et intéressante que le premier opus et divisée en trois actes. À côté de cela, vous aurez un bon nombre de missions secondaires elles aussi très variées. De combat contre les Nevis à enquête policière en passant par des livraisons, des campagnes publicitaires ou encore le tournage d'un film, vous n'aurez pas le temps de vous ennuyer. Seul bémol concernant ces missions annexes : si d'une mission à l'autre le gameplay change souvent, au sein de la même mission on vous demandera régulièrement de répéter la même chose plusieurs fois de suite, rendant certaines missions trop longues pour le coup, ce qui est parfois ennuyeux et de temps en temps carrément barbant, comme cette mission où l'on passe déjà du temps à chercher le frisbee d'un chien avant de passer des plombes à lui lancer pour le divertir.

En plus des missions, là encore rien de neuf sous le soleil, vous aurez droit à de nombreux défis qui se débloqueront tout au long de votre progression. Course libre, course de glissade, combat, livraison express, etc, les défis reprennent certains passage des missions principales et/ou annexes afin de tester vos capacités en temps limité. Petite nouveauté cependant, en plus de viser la médaille d'or, vous aurez de temps en temps une lettre de défi d'un autre joueur vous permettant de comparer vos performances.

Car oui, il y a du online, mais très limité. Il s'agit plus d'interactions sociales façon social network que de vrai mode multijoueur. Personnellement je préfère, mais chacun son avis sur les fonctionnalités online après tout. Celle-ci pourront tout de même être d'un grand secours puisque vous aurez de temps en temps des alertes sous la forme de photo vous donnant l'emplacement d'un coffre au trésor. Un ajout discret et sympathique.

Enfin, un dernier mot sur deux autres activités annexes. Comme évoqué en début de test, vous êtes recueilli par des mineurs et vous pourrez vous joindre à eux afin d'extraire de différents sites des gemmes gravitationnelles indispensable pour booster vos capacités. Chaque site est différent de part sa géographie et son ambiance et apporte de grandes zones ouvertes à explorer. Mais vous pourrez aussi à tout moment sortir votre appareil photo pour immortaliser certains moments du jeu, moments que vous pourrez personnaliser avec des objets ou en changeant la tenue de Kat. Votre appareil vous permettra également de partir à la recherche d'éléments bien précis éparpillé dans le monde du jeu.

 

Note : 5/5

Aspect technique du jeu


Toi, tu va prendre cher mon gros !
Un univers dans la lignée de son prédécesseur

Gravity Rush 2 marche sur les pas de son grand frère sur bien des points, et les graphismes en font parti. La direction artistique est à la hauteur des attentes et surpasse même le premier opus, mais il faut dire que la cité de Jirga Para Lhao y joue pour beaucoup comme évoqué plus haut. Impossible de rester de marbre face à ce monde grouillant de vie et au charme fou. Toutefois, je me dois de faire preuve d'objectivité et sur le plan technique, il y a bon nombre de petits soucis qui peuvent venir entacher notre expérience. Si au premier abord la distance d'affichage semble plus que correct puisque nous pouvons voir au loin les différents quartiers de la ville, quand on essaye de s'approcher on peut facilement déchanter tant l'affichage peut parfois prendre un temps fou à se finaliser. Il n'est pas rare de constater, après avoir foncer vers une île, de voir brusquement apparaître ses textures alors que l'on se tenait face à elle depuis quelques secondes déjà. Mais les textures ne sont pas les seules à être lentes puisque certains éléments du décors tardent souvent eux-aussi. Si vous foncez en direction du marché, vous pourriez facilement avoir l'impression d'avoir atterri sur une place vide se remplissant brusquement d'étals en tout genre. L'immersion en prend un coup dans ce genre de moment.

Ne disposant pas de PS4 Pro, je ne saurais vous dire si ces problèmes sont amoindris, mais on peut le supposer. De toute façon, les problèmes techniques du jeu ne sont pas un handicap pour autant et on finit par ne plus y faire attention. Surtout qu'il s'agit là des seuls bugs vraiment marquant. Je n'ai constaté aucun ralentissement ou autre bug en tout genre, donc globalement la finition du jeu est tout à fait correct, surtout au vu des critères actuels.

Des combats allant dans tous les sens

Le point délicat de la saga est et sera toujours son système de combat. Pour rappel, votre personnage peut inverser la gravité et la diriger dans n'importe quelle direction. Vous vous retrouverez ainsi très souvent la tête à l'envers et il faudra aux nouveaux venu un temps d'adaptation avant d'avoir le coup de main car il faut reconnaître que pendant les combats, on peut vite se retrouver désorienté, surtout quand vos adversaires savent eux aussi se mouvoir dans les airs. La maniabilité n'a pas vraiment été améliorée depuis le premier opus, mais comme il était assez facile au final à prendre en main, il n'y a pas de quoi se plaindre, même si on finit toujours par se retrouver dans une position où, dans le stress du combat, on bouge la caméra dans tous les sens au point de ne plus savoir où l'on est.

Toutefois, il faut reconnaître que sur l'une des nouveautés de gameplay, la maniabilité en prend un coup, il s'agit du Style Lunaire. Dans ce style, vous vous déplacez comme si vous étiez sur la Lune et cela rend parfois les contrôles très imprécis. Ce style vous permet certes de rebondir sur les murs, mais vous risquez d'abandonner cette possibilité très vite tant en pratique ce mode de déplacement est chaotique.

Mais ces quelques point noirs sont loin d'être handicapant encore une fois. Les combats offrent un véritable ballet aérien et les ennemis offrent une résistance intéressante. L'IA du jeu en effet ne se laisse pas impressionner par les talents de Gravitéenne de Kat et dispose d'un certain répondant plus qu'appréciable et ce dès le mode de difficulté intermédiaire. Agressive mais pas non plus abusée, l'IA est donc de bonne facture, plus du côté des ennemis humains que des monstres, mais cela est presque logique après tout.

 

Note : 4/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Voltigeuse, combattante, livreuse, cascadeuse et même chanteuse. Décidément, elle sait tout faire cette Reine de la Gravité.
Un air de déjà-vu

Vous aurez compris à la lecture des précédents paragraphes que Gravity Rush 2 a énormément de chose à vous proposer pour occuper votre temps libre, et il le fait plutôt bien la plupart du temps. Les différentes activités sont assez variées en reposant pourtant toujours sur le même gameplay à base d'inversion de gravité. Mais le changement d'objectifs et de contextes suffit amplement à avoir se sentiment de diversité... enfin d'une mission à l'autre. Car au sein d'une même mission, particulièrement les missions secondaires, chaque idée est étirée afin d'occuper un maximum de temps. L'entraînement de Chaz est l'exemple parfait (bien qu'étant sans doute le pire). Composé de plusieurs épreuves à base bien souvent de mandales et de caisses explosives, son entrainement pour les recrues de la police dure bien trop longtemps, chaque épreuve étant divisée en plusieurs manches. Et si cette mission est l'une des pires dans le genre, la plupart des missions secondaires sont constituées ainsi : une idée à répéter plusieurs fois d'affilé.

Heureusement que les idées en questions sont assez variées pour faire passer la pilule. Mais le fait qu'elles soient toutes scénarisées aide aussi beaucoup. Certaines sont même très divertissantes, comme celle où vous incarnez la doublure d'une star et où vous devez attirer l'attention des fans afin de laisser un peu d'espace à cette célébrité. La vide de vedette ce n'est pas toujours facile que voulez-vous.

Encore... un dernier... tour...

Mais le point de plaisir le plus évident sera l'histoire. Si avec le recul celle du premier opus manquait bien souvent d'enjeux intéressants, ce n'est pas le cas ici. On a souvent du mal à lâcher la manette car on veut connaître la suite des événements, surtout vers la fin de l'aventure cela va de soit. Divisée en trois grands actes, chacun offre une aventure et un intérêt qui lui est propre. Le premier acte vous met dans un monde inconnu que vous devrez explorer, comprendre et tenter d'arranger les choses pour ces habitants. Le deuxième acte vous ramènera à Hekseville où vous aurez à cœur de découvrir ce qu'il est advenu de la ville durant votre absence. Vous y retrouverez bon nombre de vos connaissances, apportant un ensemble cohérent avec le premier jeu. Cet acte se termine par un générique de fin qui nous laisse sur notre fin car on se dit que beaucoup de mystères demeurent encore, notamment sur Kat et sur le Pilier du Monde... jusqu'à ce que l'on comprenne qu'il s'agissait d'une fausse fin et que le meilleur du scénario était encore à venir. Les petits malins.

Toutefois, une fois le jeu fini, on se rend compte d'un triste constat. Alors que l'on pensait régulièrement pouvoir prendre le contrôle de Raven, on s'aperçoit que les développeurs ne nous autorise ce petit plaisir que 2 fois... à la toute fin du jeu. Mais qui sait, un petit DLC corrigera peut-être ce soucis...

 

Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


J'en connais pour qui ça va chauffer...
Que tombent les trophées !

Concluons voulez-vous ? La liste des trophées de Gravity Rush 2 ne surprendra aucun des possesseurs du platine du premier jeu. Au programme, trophées d'histoire, trophées des missions annexes, trophées des défis entre autre. Ceux liés à l'histoire sont moins nombreux que précédemment, laissant plus de place à ceux des missions annexes et autres. Les défis d'ailleurs parlons-en. Ils peuvent devenir très saoulant quand on s'y prend mal, c'est-à-dire soit trop tôt dans l'aventure, soit de la mauvaise façon. Les défis de combats par exemple peuvent paraître impossible au premier abord, jusqu'à ce que l'on comprenne comment les caresser dans le sens du poil (autrement dit en trouvant la bonne tactique de combat). Les défis, quelque soit leur type, ne sont jamais réellement frustrant et si on s'y reprend parfois plusieurs fois, on y reste jamais une éternité.

L'appareil photo sera aussi de la partie ici, vous obligeant à parcourir les deux villes à la recherche de fresques, de panoramas particuliers ou d'individus caractéristiques, le tout à l'aide d'indice parfois évident, parfois complètement flous. Soyons clair, sans solution, ces passages seront tels des "Trouvez Charlie" en mode Hardcore. Un vieil homme semblant prêt à tomber du mur et se trouvant quelque part sur l'une des îles du jeu (ah non, on ne vous dis pas laquelle en plus, surprise).

Enfin, dernier point notable, les gemmes de gravité. Servant de monnaie à échanger contre des améliorations, ces gemmes se trouvent un peu partout dans le monde et sont aussi offertes en récompense des défis. Seulement, si dans le premier Gravity Rush on en avait plus que suffisamment pour tout débloquer une fois les défis terminés et le monde grandement exploré, ici que nenni. Une fois tous les défis finis, une fois que vous aurez parcouru une grande majorité du monde, il vous restera encore plusieurs dizaines de milliers de gemmes à récolter pour débloquer les dernières compétences. Une séance de farming finale inattendue qui gâchera sans doute votre quête du platine. Enfin seulement à la fin, le reste du temps, votre chasse sera tout de même assez agréable.

 

Note : 3/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
16/20

Kat est de retour et on peut dire qu'elle n'a rien perdu depuis Gravity Rush premier du nom. Monde plus vaste, histoire passionnante, de nouveaux pouvoirs super cool et un grand nombre d'activité vous attendent dans cette suite qui, malgré quelques défauts, surpasse de loin son prédécesseur.

Je recommande ce jeu :
À tous, Aux fans de la série