Test : God Eater 3


God Eater 3
  • 1
  • 6
  • 9
  • 16
Pas de note
des joueurs
Pas de note
des platineurs

God Eater 3

ps4


32 trophées au total
16 trophées cachés

75 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 27 joueurs (36 %)
100% par : 27 joueurs (36 %)
Note du jeu
15/20
Discuter du test

Test du jeu
God Eater 3

  • Test rédigé par Berserkguts60 le 29-04-2019 - Modifié le 29-04-2019


Introduction


Une très belle cinématique d'introduction !
God Eater 3 sorti le 8 Février 2019 sur PS4 et édité par Bandai Namco n'est pas la suite directe de ses prédécesseurs. Celui-ci, annoncé lors de l'E3 de 2016 a pour objectif de rivaliser avec un maître du genre : Monster Hunter. Et le défi n'est pas simple contre la licence Monster Hunter et encore plus difficile contre le dernier jeu de la licence sorti également sur PS4 (écoulé à plus de 10 millions d'exemplaires). L'histoire se déroulant en 2050, nous raconte l'histoire de jeunes adultes affrontant des Aragamis dans un monde post apocalyptique. Et dès la cinématique d'introduction, l'ambiance est au rendez-vous.
Ces prédécesseurs avaient été bien accueillis par le public et par la presse. Est-ce que le dernier de la licence suivra ses prédécesseurs ou une lassitude s'installe?

Contenu du jeu


Le jeu est assez simple aussi bien seul qu'en multijoueur.
Un contenu gargantuesque sans prise de risques

Comme la quasi intégralité des jeux-vidéos, God Eater 3 possède un scénario. Le joueur commence le jeu en créant son personnage en lui choisissant sa corpulence ainsi que son nom. Le joueur suivra l'histoire du héros affrontant les Aragamis sous la direction d'un "Fort". Les "Forts" sont des endroits où le reste de l'humanité survit face aux Aragami et aux dangers du monde extérieur. C'est aux "Forts" que les "God Eater naissent" et qu'ils sont rejetés par le reste de la population. Le héros fait partie de ces enfants à qui le fort a implanté une arme dans son corps. Il est rejeté par la population mis à part de ses amis ayant la même faculté que lui : déployer une arme afin de détruire les Aragamis. Au cours de l'aventure, le héros rencontrera d'autres God Eater et d'autres "Forts". Sans spoiler : chaque coéquipiers du héros a une personnalité très différente et le joueur a plaisir à suivre son histoire.

Il y a quelques clichés durant l'histoire (un ami impulsif mais puissant, une fille amnésique, une fille avec des pouvoirs extraordinaires etc.) mais rien de véritablement rédhibitoire pour suivre le scénario. Celui-ci est assez long à démarrer puisqu'il faudra attendre quelques heures pour que les premiers rebondissements du scénario apparaissent. Dans sa globalité, celui-ci est très plaisant à suivre et l'action omniprésente tout le temps de l'histoire rend celle-ci très agréable pour le joueur.
L'histoire évolue lors des "inter-mission", c'est à dire lorsque le joueur n'est pas en combat et peut discuter avec les PNJ (Personne Non joueur).

God Eater dispose d'une campagne qu'il est possible de réaliser seul ou en coopération. Tout le long de l'aventure, le joueur aura la possibilité de choisir entre les quêtes principales et des quêtes secondaires. L'histoire principale se termine au bout d'environ 25 heures de jeu. Il faudra compter une dizaine d'heures supplémentaires pour terminer les quêtes secondaires. De plus, il faudra beaucoup plus si le joueur décide de terminer le jeu à 100% et d'avoir l'ensemble des armes du jeu.

Les quêtes se ressemblent puisqu'il suffira de tuer l'Aragami. Très peu de quêtes « collectent », c’est-à-dire des quêtes où il faut chercher divers objets durant la mission. De ce fait, une certaine lassitude peu s'installer pour le joueur puisque même si les Aragamis sont différents, la mission des quêtes reste identique.

Cependant le joueur aura la possibilité d'affronter les Aragamis avec des armes différentes selon son style de jeu, allant de petites armes comme le pistolet jusqu'à la mitrailleuse portative. Cette diversité d’armes rend chaque mission différente et permet au joueur de créer de nouveaux stratagèmes de combats avec à chaque fois un style différent. Pour créer des armes, il faudra récupérer les composants sur le corps des ennemis. Pour obtenir les composants les plus rares, il faudra bien évidemment que le joueur réalise des quêtes de plus en plus difficiles. De ce fait, cela rallonge la durée de vie puisque les composants les plus rares ont un taux d'obtention faible, ce qui rend l'obtention des meilleures armes beaucoup plus long/difficile à créer/améliorer.

Comme dit précédemment, le jeu peut être joué à plusieurs. En effet, vous trouverez une zone permettant de vous connecter au multi-joueurs, de 4 joueurs pour participer à la campagne et de 8 joueurs pour participer à une mission d'assaut. Les missions d'assauts consistent à affronter des Aragamis puissants afin d'avoir les meilleurs composants. Durant les combats, le joueur a la possibilité d'échanger une carte avec les autres joueurs durant la partie. Il y a donc un véritable échange avec les joueurs du monde entier et cela permet de les réinviter pour d'autres parties plus tard.

Autre spécificité du jeu : la difficulté. En effet, dans God Eater celle-ci n'est pas élevée. D'un point de vue personnel, ma première mort est apparue à la moitié du scénario. Les premiers Aragamis ne sont pas difficiles à combattre et aucune tactique spécifique ne sera nécessaire pour les battre. De ce fait, cela rend le jeu moins passionnant et la durée se retrouve impactée par cette difficulté. En coopération/multi-joueurs, le constat est pire puisque les coéquipiers ne sont plus contrôlés par l'Intelligence Artificielle.

Quant au bestiaire du jeu : celui-ci est assez diversifié puisque le joueur affrontera des ennemis volants, des monstres géants faisant 20 mètres de haut etc. Chaque Aragami a un point faible et il faudra que le joueur découvre celui-ci pour avoir des combats plus simples. Enfin, plus le joueur réussi sa mission rapidement, plus la note à la fin sera meilleure.

Que vous soyez un vétéran du jeu ou un néophyte dans la chasse à l'Aragami, celui pourra convenir parfaitement. Sa durée de vie élevée et la diversité de son bestiaire en fait un très bon jeu pour occuper vos nuits. Le multi-joueurs est très intéressant et apporte un plus grand intérêt au titre de Namco Bandai. Cependant, sa faible difficulté pourra en rebuter quelques-uns voulant avoir du challenge.

 

Note : 5/5

Aspect technique du jeu


Il faudra une arme évoluée pour venir à bout de cet Aragami.
Un Character Design réussit mais un aspect technique en retrait

God Eater 3 est très orienter culture japonaise et le jeu se caractérise par son style très "manga". En effet, ne serait-ce au niveau des effets des pouvoirs jusqu’aux spécificités des monstres, le jeu est doté d'un design très original ressemblant fortement à Freedom Wars (sorti sur PS VITA le 26 Juin 2014). Les scènes animées sont très bien réalisées et le joueur peut avoir l'impression de visionner un manga/animé. Parlons un peu plus des Aragamis, ces créatures que le joueur devra affronter. Pour la plupart, ils sont impressionnants et très bien modélisés. Le joueur sera amené à affronter l'Aragami de taille humaine à 4 pattes jusqu'à l’Aragami de plusieurs mètres de haut avec des ailes.

Le joueur a la possibilité de personnaliser le personnage qu'il incarnera durant l'histoire en choisissant une fille ou un garçon. Quelques éléments peuvent être modifiés sur le personnage comme le visage, les cheveux, des marques/accessoires sur le visage ainsi que la voix. C'est assez dommage que la personnalisation du personnage ne soit pas aussi détaillée qu'un Skyrim ou même qu'un Monster Hunter. En effet, avec la technologie actuelle cela aurait été possible.

Malgré le bon Character Design du jeu, celui-ci est techniquement en retrait par rapport aux jeux actuels. Le style graphique ressemble fortement au style manga (gros yeux, luminosité des personnages/décors) mais la technique se rapproche de la série des Tales Of. Les décors sont vides, ne sont pas détaillés et manquent cruellement de vie. De plus, les décors sont alliacés et un peu de diversité dans les décors aurait été un atout supplémentaire. En dehors des décors, les personnages sont modélisés avec un modèle 3D assez ancien et nous pouvons croire que le jeu appartient à la PS3. De plus, le jeu est assez mal optimisé puisque celui-ci se permet de ne pas être fluide, engendrant quelques ralentissements lors des combats avec les Aragamis. Lorsqu'il y a de nombreux joueurs dans une même mission, le problème reste identique et des ralentissements apparaissent.

Le Gameplay quant à lui est à la fois la force et la faiblesse de God Eater 3. Celui-ci étant complexe, cela permet de nombreuses possibilités de personnalisation et d'avoir des compétences diverses à chaque mission. En effet, avant chaque mission le joueur a la possibilité de choisir ses armes mais également ses coéquipiers. Le joueur peut également entièrement les personnaliser, que ça soit au niveau des armes ou des compétences. La possibilité de choisir ses alliés est un réel atout puisque chaque coéquipier a des talents qui lui sont propres (une guérisseuse, une plus grande force, des capacités au combat plus fortes etc.). Ce qui fait que chaque mission est différente. Grace aux coéquipiers, le joueur pourra créer des "liens" permettant d'accumuler le talent de ses coéquipiers lors des phases de combats.

Autre point important du Gameplay de God Eater 3 : son dynamisme et sa nervosité pendant les combats. Les personnages sont d'un naturel rapide et courent tout le temps. Le joueur a l'impression d'être tout le temps en mouvement. La carte du jeu étant petite (ce qui est dommage), les ennemis peuvent apparaître derrière le joueur rapidement. Le joueur doit être en perpétuel mouvement.
Et j'arrive au problème du jeu concernant la maniabilité et la complexité du Gameplay : celui-ci n'est pas le plus adapté pour les nouveaux joueurs. Certes, certaines touches sont très classiques comme ouvrir son inventaire, taper l'ennemi avec une seule touche de la manette ou même afficher la mini-carte. Cependant, certains éléments du Gameplay dont assez difficiles sans aucune raison : courir qui nécessite d'appuyer sur plusieurs touches à la fois, tout comme changer d'arme. Certes, ce n'est qu'une touche supplémentaire mais cela est pénalisant dans les combats dynamiques.
Les combats ne sont pas lisibles à partir du moment où il y a de nombreux effets à l'écran. Ces effets sont rapidement omniprésents avec les ennemis lançant des attaques et les coéquipiers également.

Dans God Eater, vous aurez également la possibilité de créer et d'améliorer des armes. Comme son concurrent, plus vous aurez des armes puissantes, plus vous arriverez à combattre des Aragamis de plus en plus puissants. Les armes sont assez originales et le Character design de celles-ci est recherché. Cependant, les composants pour créer les armes et les améliorer ne sont pas très clairs. Le joueur sait quelle arme il doit améliorer mais il ne sait pas à chaque fois quelles composants ramasser. C'est assez dommage surtout lorsque l'on sait que c'est une composante essentielle du jeu.

Enfin concernant la bande son, celle-ci reste dans le thème du jeu. Elle est dynamique et assez variée allant de la musique electro lors des combats jusqu'à la musique triste pour les moments d'émotions. Cette musique donne envie au joueur d'affronter les Aragamis et de decouvrir la suite de l'histoire. La musique favorise l'immersion du joueur.

En conclusion God Eater 3 possède de bons atouts : Character design, une très bonne bande son ainsi que des combats dynamiques. Cependant, ce tableau est un peu gâché par un gameplay beaucoup trop précis lors des combats ainsi qu'une caméra très perfectible.

 

Note : 3/5

Plaisir à jouer et à rejouer


La lisibilité pendant les combats n'est pas le point fort du jeu.
Un système de jeu dynamique mais très complexe

La difficulté des combats, les repères sur la carte ou ouvrir son inventaire sont autant de choses complexes dans le jeu. Est-ce que God Eater 3 est aussi difficile ? La réponse est mitigée mais de manière globale, le jeu est assez complexe dans ses mécaniques.
Le Gameplay de God Eater est très intéressant puisqu'il combine combat au corps à corps et à distance dans un même affrontement. Le joueur dès le début de la mission a la possibilité de choisir ses armes de corps à corps que ça soit l'épée, la faux en passant par le marteau. Mais le joueur a également la possibilité de choisir son arme à feu futuriste dès le début de la mission allant du simple pistolet jusqu'à la mitrailleuse. Il a même la possibilité de choisir son bouclier. Ce panel de combinaisons différentes permet au joueur d'affronter les Aragamis de manière diverse et variée, même si l'ennemi reste identique d'une mission à une autre.

Autre élément très plaisant dans le jeu est le dynamisme des combats ! Les personnages sont rapides, les ennemis n'hésitent pas à attaquer et leur rapidité oblige le joueur à réagir très rapidement. Les coups pleuvent et des enchaînements/combos peuvent être réalisés avec des coéquipiers. Parce que oui, durant toutes les missions nous avons des coéquipiers, qu’ils soient contrôlés par l'IA ou par un joueur. Cette spécificité permet de réaliser des combos, d’activer des compétences ou encore d'avoir une interaction narrative avec eux.
L'affrontement avec des Aragamis de plus en plus imposant est très jouissif. Plus on avance dans l'histoire, plus les Aragamis sont imposants et les combats de plus en plus intenses. Cette sensation de puissance au fur et à mesure que l'on avance dans l'histoire est très présente avec des armes puissantes. J'ai eu beaucoup de plaisir à continuer l'histoire et à découvrir les secrets de God Eater 3 ainsi que son univers particulier.

Cependant, comme chaque jeu coopératif, il est plus intéressant de parcourir l'univers de God Eater 3 à plusieurs avec des amis ou en ligne plutôt que seul. Les missions peuvent être redondantes puisqu'on affronte souvent les mêmes ennemis. Même si les Aragamis sont rapides et de tailles diverses, une fois que l'on a compris comment battre le monstre il est assez facile de l’abattre. Dans God Eater 3, l'histoire continue au même rythme que cela soit seul ou en multi-joueurs, mais les ennemis se battent plus facilement en multi-joueurs grâce au travail coopératif. Il est plus aisé de réaliser des combos car l'IA des alliés n'est pas la meilleure et donner des ordres pendant le combat est assez difficile à cause de l'Aragami qui vous attaque.

De ce fait, il y a un autre point négatif qui empêche de prendre entièrement plaisir à jouer au jeu pendant les combats : la complexité du Gameplay. En effet, pour réaliser des actions de base comme "sprinter" ou changer d'arme, il faut appuyer sur deux touches simultanément. La caméra n'est pas la meilleure dans les combats puisqu'il faut à chaque fois recentrer celle-ci sur le monstre notamment lorsque celui-ci est très rapide et réussi à vous attaquer par derrière. Et justement, le problème c'est que pendant un combat nous n'avons pas la possibilité de penser à l'ensemble des touches pour réaliser une action spécifique. Ce qui fait que le joueur effectue souvent la même action en répétant la même touche afin de tuer l'Aragami.

Dernier point qui peut être un point négatif mais ceci est un critère très subjectif : la difficulté du jeu. En effet celle-ci n'est pas très élevée et mon premier Game Over est apparu à la moitié de l'histoire. Que ça soit en faisant des quêtes secondaires afin de gagner de l'expérience et des nouveaux équipements ou que ça soit uniquement en avançant dans l'histoire principale, le joueur n'aura aucune difficulté à gagner les combats. Ce qui n'oblige pas le joueur à chercher les meilleurs équipements/compétences pour avancer dans l'histoire.

De manière globale God Eater 3 est plaisant à jouer. Il a de très bonnes mécaniques de Gameplay et les combats sont très dynamiques. La meilleure façon de joueur à God Eater est en multi-joueurs mais l'aventure en solitaire reste plaisante. Les seuls défauts est la complexité du Gameplay et la caméra qui n’est pas optimisée.

 

Note : 3/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Les trophées ne sont pas difficiles à obtenir et le platine pourra se débloquer sans difficulté !
Un platine agréable sans prise de risques

Le platine de God Eater 3 n'est pas le plus difficile à obtenir. Le jeu dispose d'un total de 32 trophées dont 16 secrets : 6 or, 9 argent et 16 bronze ainsi que le convoité platine.

De nombreux trophées seront à obtenir en parcourant l'aventure et en avançant dans l'histoire principale. Le joueur débloquera principalement des trophées bronze durant l'histoire principale avec quelques trophées en or. Rien de compliqué durant cette étape puisqu'il suffira de jouer afin d'obtenir les trophées correspondants. De plus, l'histoire étant très plaisante, les trophées s'obtiendront assez rapidement.

Autre particularité du genre : les trophées liés au farming. Comme énoncé précédemment, le joueur a la possibilité tout le long de l'aventure d'acheter des armes mais également d'en créer avec les composants récupérés sur les Aragamis. Il faut de ce fait, tuer un certain nombre d'ennemis afin de récupérer un composant spécifique de l'arme. Quelques trophées vous demanderont de confectionner une arme pour la première fois, un autre d'améliorer une arme ou d'obtenir un équipement d'un niveau spécifique. Ces trophées sont en total corrélation avec le système de God Eater 3 puisqu'il faudra posséder les meilleurs équipements afin de gagner un combat contre les plus forts Aragamis du jeu.

D'autres trophées sont plus spécifiquement liés aux phases de combat. Certains d'entre eux vous demandent de réaliser une action spécifique un certain nombre de fois comme le fait de briser les "liens" avec un ennemi, réaliser une symbiose avec un allié ou l'ensemble des alliés. Des trophées encore une fois pas très difficiles qui se débloqueront au fur et à mesure des missions accomplies.

Enfin, certains trophées vous demanderont un peu de talent comme obtenir le rang SSS (le niveau maximum) lors de 40 missions, terminer une mission en élimination et terminer une mission avec un allié ayant toutes les compétences. Clairement rien de compliqué puisqu'il suffira de refaire les missions avec un meilleur équipement afin de débloquer le SSS à la fin des missions. Terminer une mission élimination fait office de mission secondaire, ceci n'a rien d'extraordinaire et se débloque rapidement. Puis pour le trophée en or avec un coéquipier, il suffira d'aller en multi-joueurs et d'avoir la chance d'être avec un joueur expérimenté.

De manière générale les trophées de God Eater 3 ne sont pas difficiles à débloquer. Le joueur débloquera de nombreux trophées durant l'histoire et le joueur ne sera pas mis en difficulté. C'est peut-être le petit point négatif que je reproche : Il n'y a pas beaucoup de réels défis pour le joueur. C'est dommage puisqu'il y avait de nombreuses idées : battre un Aragami spécifique dans un certain temps, réussir plus de missions secondaires ou mettre moins de trophées liés à l'histoire.

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
15/20

God Eater 3 est un très bon jeu. Il dispose d’énormément de qualités comme une très bonne histoire, un système de jeu très dynamique ainsi qu'une très bonne durée de vie. Les quelques défauts dont il dispose (Faibles graphismes, système de jeu complexe) ne gâche pas le plaisir de jouer. God Eater 3 est artistiquement très réussi et l'originalité des combats ainsi que leurs dynamismes en font une force considérable. Alors oui, face à la concurrence de Monster Hunter le pari était risqué, mais Namco Bandai a réussi à prouver que la licence God Eater va perdurer dans la paysage vidéo-ludique. En espérant avoir une suite rapidement afin de repartir chasser des Aragamis plus terrifiants les uns que les autres.

Je recommande ce jeu :
Aux acharnés, Aux fans de la série, Aux curieux