Fury Unleashed

Fury Unleashed

ps4

1
2
14
30
17
-

Infos complémentaires

+ -
Date de sortie : 08/05/2020
Genre(s) : Action , Plates-formes
Territoire(s) : FRANCE

7 joueurs possèdent ce jeu
47 trophées au total
0 trophée online
0 trophée caché

Platiné par : 0 joueur (0 %)

100% par : 0 joueur (0 %)


Pas de note
des joueurs

Pas de note
des platineurs

Test rédigé par Takashi-Nobunaga le 17-05-2020 - Modifié le 17-05-2020


Introduction

Après cinq longues années de production, le studio Awesome Games nous livre enfin Fury Unleashed, un rogue-lite aussi fun que jouissif.
Pour rappel le studio polonais n'a jamais su briller par leurs titres souvent considérés comme médiocres notamment I,Zombie ou encore Yet Another Zombie Defense.

Anciennement nommé "Badass Hero", quand est-il de Fury Unleashed ?
Le jeu démarre sur un menu très coloré qui n'est autre que le bureau du dessinateur John Kowalsky, le créateur du "comic" Fury Unleashed, une série de bandes dessinées qui à perdue de sa superbe au fil des numéros.

On incarne donc "The Fury" le héros phare de cette série de B.D, dernier rempart de l'humanité contre le mal qui n'hésite pas à régler les problèmes avec un arsenal aussi utile que mortel.
Accrochez-vous, The Fury n'est pas la pour faire dans la dentelle et embarque pour son ultime mission : Sauver John Kowalsky (oui, oui le dessinateur), en proie aux mauvaises critiques, tiraillé par le doute et l'envie d'abandonner définitivement son oeuvre.

Contenu du jeu

Après la personnalisation du héros et le choix de la difficulté (quatre au total dont seulement facile et difficile au début), Fury doit donc évoluer à travers quatre comics aux divers univers : la jungle aztèque, la seconde guerre mondiale ou encore un vaisseau extraterrestre en passant par le dernier qui est clairement le cahier de croquis du dessinateur.

Comme tout bon rogue-lite qui se respecte, les diverses pages de B.D sont générées aléatoirement, Fury n'est pas pour les petites natures, car en effet le jeu se veut exigeant et le joueur doit se préparer à maîtriser le bestiaire ainsi que l'environnement sur le bout des doigts sous peine de se confronter encore et encore à l’écran de "Game Over".
Pas de panique, lors de vos aventures, les ennemis tués lâcheront de l'encre noire, la monnaie de votre futur succès, après chaque mort, il vous sera possible d’améliorer votre personnage via un arbre de compétences assez simple mais efficace.
A la différence de l'encre noire, l'encre dorée n'est utilisable que lors de la partie en cours, divers alliés aussi étranges les uns que les autres viendront vous prêter main forte en échange de cette dernière durement gagnée; regain de vie, pièce d'armure ou achat d'armes, tout est bon pour triompher du mal.

De temps en temps en début de run, un allié vous proposera un contrat (éliminer une cible par exemple) qui permettra de débuter avec une arme gratuite ou un avantage en cas de réussite. L'arsenal quand à lui se veut vaste et plaisant; pas moins d'une trentaine d'armes et d'armures différentes vous attendent.
Choisissez avec précaution car chaque item dispose de stats propres à lui, il est donc important de savoir équilibrer l'attaque et la défense pour mettre toutes les chances de son côté.

Car oui, les ennemis se veulent nombreux : squelettes, soldats nazis ou bien aliens, et tous disposent d'attaques bien spécifiques, sans compter les sous-boss en masse (plus d'une quinzaine) qui disposent eux aussi de patterns bien défini.

Fury Unleashed est généreux, ce run and gun/rogue-lite vous tiendra en haleine facilement une vingtaine d'heure en difficulté normale (ici baptisée difficile), même si le titre ne propose que quatre bandes dessinées, il vous faudra user de patience afin de bien augmenter "The Fury" pour espérer voir le boss final. Comptez une dizaine d'heures supplémentaire pour obtenir l'ensemble des armes et armures du soft.

De plus Fury propose un multijoueur local, ce qui est assez rare dans le domaine du rogue-lite, on déplorera cependant l'absence d'un multijoueur online, mais ce n'est qu'un détail qui devrait très vite être régler car Awesome Games Studio est à l'écoute de la communauté et travaille déjà sur l'ajout de cette fonctionnalité.
Note : 4/5

Aspect technique du jeu

Les petits gars de chez Awesome Games se sont inspirés de plusieurs genres de jeux pour obtenir ce résultat, clairement inspiré de Comix Zone avec son aspect bande dessiné et de Metal Slug qui n'est plus à présenter ou encore Shank et plus récemment Dead Cell.

Fury Unleashed est fun et nerveux, le jeu nous pousse dans nos limites, on veut jouer la carte de la perfection. Plus on augmente le multiplicateur de combo, plus on gagne de l'encre et plus on améliore The Fury, on se retrouve souvent en transe, totalement concentré à gérer un balais meurtrier parfaitement chorégraphié; on dash, on saute, on tire à tout va et on recommence dans l'espoir de ne pas se faire atteindre par un projectile afin d'économiser ses points de vie, d'amasser un maximum d'encre et de préserver son multiplicateur de combo.

Le personnage répond parfaitement aux commandes, sur ce point le gameplay se veut simple mais exigeant surtout dans les difficultés élevées
L'aide à la visée est activée par défaut, alors pour plus de challenge, je ne peux que vous conseiller de la désactiver.
La musique quant à elle se fait discrète au début, mais plus vous montez votre multiplicateur de combo, plus elle se montre intense, ce qui a le mérite d'être particulièrement jouissif.

Dans l'ensemble Fury Unleashed se laisse parcourir avec panache, le jeu est solide, je n'ai rencontré aucun bug durant mes parties, même pour un jeu indépendant, il est assez rare de nos jours d'obtenir un jeu exempté de bugs dès sa sortie, donc chapeau bas à Awesome Games Studio pour ce sans faute.
Note : 5/5

Plaisir à jouer et à rejouer

Fury Unleashed est un bon défouloir, on prend plaisir à anéantir les ennemis, les runs s'enchaînent et on ne fait jamais deux fois la même partie, le côté redondant du rogue-lite s’estompe pour ne laisser place qu'à du fun.

Que le joueur ne dispose que d'une demi-heure ou d'un week-end entier, le jeu se laisse jouer, pas besoin de grand investissement, chacun y trouvera son compte, qu'on soit fan du genre ou qu'on veuille un petit jeu sympa entre deux triple A, Fury Unleashed promet des heures de plaisir, que cela soit en solo ou en coop.

Les joueurs qui veulent tout débloquer passeront pas mal de leurs temps à enchaîner les parties, les armures et autres items tombent au hasard, des skins de Fury ainsi que des armes de départ peuvent être débloquées à condition de remplir certains défis et d'être patient.

Il n'y a pas de New Game + à proprement parler, mais vous avez la possibilité de démarrer une nouvelle partie à la B.D de votre choix, la seule condition étant d'avoir battu les trois boss principaux de chaque comic au préalable.

Pour les acharnés, sachez que deux modes de difficulté supplémentaires se débloquent une fois le jeu terminé; à savoir la difficulté "incroyable" et "légendaire", seuls les plus valeureux se lanceront dans la bataille, ce qui est bien dommage car c'est comme cela que Fury se doit d'être joué, bonne chance à ceux qui relèveront le défi.

Les développeurs ont pensé à tout le monde, pour les adeptes du speedrunning, une fonction chronomètre est activable dans les paramètres afin de toujours connaître votre temps sur un run. Quand aux accros du scoring vous serez ravis d'apprendre qu'un classement mondial est bel et bien présent.
Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%

Les chasseurs de trophées vont être ravis, Fury Unleashed dispose pas moins de 47 trophées. Quelque uns sont simples à avoir et déblocables en difficulté facile, d'autres proposent un réel challenge comme par exemple terminer le jeu d'une traite en difficulté maximale sans mourir une seule fois.

Augmenter son multiplicateur de combo de 100 à 500 n'est pas une partie de plaisir, faire un chapitre sans utiliser la fonction de voyage rapide, sans abattre d'adversaire ni perdre de vie peut aussi donner envie de jeter sa manette par la fenêtre.

Quelques trophées se basent sur la mode du "speedrun", comme terminer un chapitre en moins de 30 secondes et pour les plus rapide, il vous sera demandé de mettre à mort un boss en moins de 5 secondes, rien que ça.

Pour se voir accomplir le 100%, le farming est clairement mis en avant, car en effet il faudra être chanceux pour espérer tomber sur chaque boss et/où mini boss, sans compter les quelques trophées qui demandent de tuer un nombre d'ennemis défini à l'arme de mêlée ou à la grenade en une seule partie.

Les trophées sont dans la moyenne du genre rogue-like, ils ne sont certes pas faciles pour la plupart mais pas excessifs non plus dans le sens où si l'on accroche au jeu, les trophées ne vous sembleront pas une corvée à effectuer.

On est certes loin d'un Soul-like mais le chasseur de trophée devra s'armer de patience afin de voir le saint platine tomber.
Note : 4/5

Conclusion

Amateur de rogue-lite, cela faisait longtemps que je n'avais pas passer plusieurs journées d'affilés sur un même jeu.
Dès le moment ou j'ai lancé Fury, je n'ai pas pu m'empêcher de vouloir progresser, j'en voulais toujours plus, je ne voulais pas abandonner et j'avais vraiment envie de découvrir ce que le jeu me réservait.
Fun, nerveux et généreux, Fury est un rogue-lite qui vaut clairement le détour, de quoi s'occuper durant de longues heures seul ou avec un ami.
Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
17
Je recommande ce jeu : Aux acharnés

Takashi-Nobunaga (Takashi-Nobunaga)

26
314
1367
7216