Test : F1 2016


F1 2016
  • 1
  • 2
  • 10
  • 37
Note des joueurs :
4.9/5 - 17 notes
Note des platineurs :
4.6/5 - 8 notes

F1 2016

ps4


50 trophées au total
4 trophées online
0 trophée caché

587 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 182 joueurs (31 %)
100% par : 182 joueurs (31 %)
Note du jeu
15/20
Discuter du test

Test du jeu
F1 2016

  • Test rédigé par Chibimoko77 le 10-09-2016 - Modifié le 07-12-2016


Introduction


Qui dit nouvelle année, dit nouvel opus de F1.
Suite au rachat de la licence par Codemasters, ce dernier nous livre son épisode annuel depuis 2010. Les premiers volets de la licence reçoivent un très bon accueil mais depuis l'opus 2014, les critiques se font plus dures. Effectivement, F1 2014 est considéré par beaucoup, à raison, comme une simple mise à jour de l'opus précédent. F1 2015 était attendu par les fans suite à cette déception et surtout parce qu'il était le premier opus de la licence à sortir sur la nouvelle génération de consoles. Malheureusement, F1 2015 a fait encore moins bien que son prédécesseur et je vous invite à consulter le test rédigé par mon confrère qui lui est dédié pour étayer mes propos. En réponse à ces critiques dures mais justifiées, Codemasters s'est engagé à faire que F1 2016 soit l'épisode du renouveau. Au final, qu'a-t-il dans le ventre ? Deviendra-t-il la référence de la licence ? Prenez place sur la grille, le départ du test est imminent...

Contenu du jeu


Personnalisez votre avatar comme il vous convient.
Comparé à son prédécesseur, le mode Carrière fait son grand retour avec une carrière pouvant aller jusqu'à 10 saisons et permettant d'améliorer sa monoplace. Les modes classiques comme le Championnat du monde, Contre-la-montre et Multijoueur sont bien évidemment inclus dans ces réjouissances. Petit tour d'horizon du contenu des différents modes que vous serez amené à arpenter en solo et en multijoueur. Comme à son habitude, cet opus embarque les nouveautés propres à cette saison à savoir les règlements techniques, les changements de pilote, d'écurie et de circuits et les modifications du calendrier de la F1.


Partie Solo


Commençons par le mode qui manquait cruellement à F1 2015 et qui était pourtant l'un des modes phares de la licence, à savoir le mode Carrière. F1 2016 vous permettra de créer un pilote et d'arpenter les différentes pistes du calendrier sur une durée de 10 saisons. Avant de rentrer plus en détail dans la carrière en elle-même, le jeu propose deux variantes de ce mode à savoir la carrière et la carrière pro. Les deux variantes sont identiques en termes de contenu mais elles diffèrent cependant au niveau des aides et de la configuration d'un weekend de course. En effet, la première vous laissera libre de vos choix alors que la seconde vous imposera les conditions réelles d'une authentique saison de F1.

Une fois que vous aurez choisi une variante, vous voilà maintenant rendu à la création de votre avatar. Vous pourrez y choisir un visage, un casque, une nationalité, le numéro de votre monoplace, votre nom, votre prénom et votre nom abrégé. Vous remarquerez rapidement que les choix sont plutôt limités au niveau du visage et des casques, même si pour ces derniers, vous pourrez un peu les customiser mais rien de bien transcendant. Il s'agit là d'un détail mais cela pourrait être sympathique si le générateur pouvait être étoffé dans les prochains opus sans toutefois en avoir un aussi complet que certains jeux comme les Dark Souls ou les Baldur's Gate.

Une fois votre avatar créé, il faudra maintenant choisir votre écurie classée en trois groupes distincts à savoir les écuries de pointe, les écuries de milieu de grille et les écuries de fond de grille. Ce choix aura bien évidemment un impact sur vos performances puisque le niveau de la voiture sera identifié par une jauge qui se remplira au fur et à mesure des améliorations que vous débloquerez tout au long de votre carrière. Vous pourrez d'entrée choisir l'écurie que vous voulez sans restrictions et c'est malheureusement (ou heureusement pour certains) un premier point négatif. F1 2012 avait introduit le test des jeunes pilotes qui permettait ainsi suivant ses performances d'intégrer des écuries mieux placées au lieu d'avoir que les écuries de fond de grille de disponible. Le fait de pouvoir choisir Mercedes d'emblée de jeu rendra l'immersion moins réelle. Pour ce qui est de la configuration d'un weekend de course, vous aurez accès aux options habituelles de la licence telles que le choix du type de qualifications, la distance de la course, les aides à activer ou à désactiver, etc.

Une des nouveautés et non des moindres sera la refonte de la recherche R&D et l'introduction des points de ressources. Pendant les séances d'essais, vous serez amené à réaliser trois programmes d'entraînement qui sont la reconnaissance du circuit, la gestion des pneus et le sprinter. Le premier vous permettra de vous familiariser avec le circuit tout en vous indiquant les trajectoires à prendre pour signer de bons chronos. Le deuxième vous permettra de faire face à l'usure des pneus et vous apprendre à les gérer. Le dernier et troisième vous permettra de faire vos preuves sur un tour rapide en vue des qualifications. Vous aurez également 5 objectifs supplémentaires plutôt simples à remplir pour glaner des points de ressources supplémentaires.

Les séances de qualifications et les courses restent dans la même optique que les opus précédents. Cependant, des nouveautés réclamées par les fans depuis longtemps sont enfin présentes. Le tour de mise en grille et la voiture de sécurité ou Safety Car font enfin leur apparition mais vous devrez au préalable avoir réglé la distance de la course au minimum sur 25% pour que l'option soit disponible.

Les réglages de votre monoplace pourront toujours être modifiés depuis votre garage pendant les séances d'essais et vous pourrez faire des réglages express à tout moment lorsque vous êtes sur la piste via l'affichage Multifonctions. Ce dernier pourra également vous permettre de dialoguer avec votre ingénieur pour obtenir des informations supplémentaires sur le déroulement de la séance en cours et/ou de valider la modification en temps réel de votre stratégie de course.

Le mode Championnat du monde sera une copie incomplète du mode carrière. En effet, les points de ressources et les améliorations sont à oublier dans ce mode et vous pourrez faire effectuer une seule saison. Bien évidemment, votre manager et tout ce qui attrait au changement d'écurie ou de promotion en interne (passage au statut de premier pilote) seront également absents de ce mode. Sinon le reste décrit dans le mode Carrière est valable pour ce mode.

Le mode Course rapide vous permettra de personnaliser une course voire de faire un mini-championnat du monde avec les circuits que vous souhaitez. Vous pourrez également avoir dans ce mode une incidence sur la météo et l'heure à laquelle vous souhaitez faire votre course. Sinon, comme pour le mode Championnat du monde, le reste décrit dans le mode Carrière est également valable pour ce mode.

Le mode Contre-la-montre, grand classique des jeux de course, est également présent. Vous pourrez faire des chronos sur piste sèche ou humide. Vous pourrez activer les fantômes des autres joueurs ou un fantôme de votre meilleur temps sauvegardé. Le jeu sera intransigeant sur les sorties de piste car même si votre sortie vous fait perdre du temps, votre tour sera dans une majorité des cas purement et simplement annulé.


Partie Online


Composante récurrente depuis la reprise de la licence par Codemasters, le mode Multijoueur vous offrira ce qui a de plus classique à savoir des courses rapides, un championnat du monde et la possibilité de créer des sessions de course que ce soit en partie publique ou privée. À noter que vous aurez la possibilité de jouer contre 21 joueurs humains du moment que vous arrivez à remplir la session. Par contre, toujours pas de multijoueur local à l'horizon.


Résultats des courses


Soyons clair, F1 2016 redresse clairement la barre par rapport à son prédécesseur. Les modes présents sont plutôt complets et suivent la mécanique rodée propre à la licence. Par contre, petit bémol au niveau du choix de mettre la carrière pro et le mode Championnat du monde puisque finalement en paramétrant à votre convenance les modes Carrière et Course rapide, vous aurez la possibilité d'avoir la même résultante au final donc deux modes complètement dispensables. 4/5 serait la note adéquate pour cette section mais la note a été volontairement descendue à 3/5 en raison du manque de certains modes présents sympathiques tels que le Test des jeunes pilotes qui aurait apporté plus de profondeur et d'immersion à la carrière et le mode Scénario qui permettait de revivre les moments phares de la saison en cours ou tout simplement des moments d'anthologie qui ont marqué la longue histoire de la F1.

 

Note : 3/5

Aspect technique du jeu


Le nouveau système de R&D avec les améliorations à débloquer.
Bande son


Depuis la saison 2014, la F1 a troqué ses moteurs V8 contre des V6 turbo et de ce fait, le bruit de ces derniers s'est retrouvé nettement réduit. Comme pour F1 2015, ce changement a été pris en compte et on retrouve dans F1 2016 ce bruit caractéristique de sifflement propre aux turbos. Énervant à la longue certes mais bien présent dans la réalité. On reconnait aussi le bruit des différents groupes propulseurs (Mercedes, Ferrari ou Renault), ce qui ne pourra pas être reproché à Codemasters. Le choix d'utiliser les haut-parleurs de la manette pour simuler les communications radio avec votre ingénieur sont également bien rendues. Vient pour conclure les présentateurs et c'est que le bas blesse. Globalement, ils sont plutôt corrects mais on peut relever certaines coquilles (peut être dues à la traduction) comme par exemple le fait de désigner Renault par Lotus ou désigner les pilotes sur le podium comme étant les vainqueurs de la course. Depuis quand y a-t-il plusieurs vainqueurs dans une course ? De plus, l'analyse d'après-course est elle aussi complètement à côté de la plaque. En effet, l'un des deux présentateurs demandera à l'autre qui mérite le titre de meilleur pilote de la course et parfois il vous répondra que le 18ème est l'homme le plus rapide en course et que sa stratégie a été parfaite et qu'il s'agit du meilleur résultat possible. Cela donne plus l'impression d'un tirage au sort entre plusieurs répliques prédéfinies et l'un des pilotes. Ne comptez jamais recevoir ses éloges, vous n'existez pas à leurs yeux même en gagnant avec 5 tours d'avance sur le second. Par contre, la présentation du circuit, des conditions météo et de la grille de départ sont au top niveau, on se croirait vraiment entrain de regarder un grand prix.


Graphismes


F1 2015 n'avait pas de repère à sa sortie car il s'agissait du premier opus de la licence à sortir sur la nouvelle génération de consoles. F1 2016 lui par contre ne pourra pas échapper à cette comparaison entre machine équivalente. N'espérez pas une claque visuelle par rapport à l'opus précédent. Ce dernier sans être éblouissant faisait le travail tant qu'on restait sur les voitures et la piste mais dès qu'on s'éloignait la qualité baissait. Pour cet opus, les voitures et les pistes sont correctement modélisées et on reconnait très rapidement les différents endroits de chaque circuit et les différentes monoplaces. Les carrosseries sont bien modélisées même dans les caméras les plus éloignées même s'il faut reconnaître que plus on est près plus le rendu est saisissant. Les abords de la piste (tribunes et proches bâtiments) sont nettement mieux modélisés mais ne vous attendez pas à être ébloui. Par contre, point dérangeant, la qualité graphique liée aux rétroviseurs. On distingue parfaitement lorsqu'une voiture est derrière vous mais la qualité est nettement inférieure au reste et c'est dommage. C'est le genre de détail qui fait la différence pour les fans. L'utilisateur lambda passera surement à côté ou ne s'en souciera même pas. Dernier point, le rendu réaliste de la pluie qui est toujours au top. On distingue vraiment la différence entre pluie fine et pluie forte que ce soit au niveau de la piste et de la pluie en elle même.


Gameplay


Comme tous les opus de la licence, F1 2016 se veut ouvert aussi bien pour les fans qui suivent la série depuis le début que pour les néophytes. Ce savant équilibre est toujours aussi bien rendu grâce aux différentes assistances que l'on peut activer ou désactiver suivant sa convenance. Bien évidemment l'expérience prendra tout son sens en enlevant la majorité des aides. Pour les puristes, vous pourrez profiter de l'utilisation d'un volant. N'ayant pas ce matériel, je ne pourrais pas vous en dire plus mais d'après les retours que j'ai eu, les sensations sont bonnes et les retours de force sont plutôt bien gérés. Autre point qui influencera votre conduite, la météo. En effet, plus la piste sera humide et plus votre voiture aura tendance à se dérober. Le fait de rouler sur les vibreurs détrempés accentuera cette sensation. Par contre, le choix de l'heure n'aura aucune influence, ce qui est dommage car dans la réalité cette donnée joue sur la température des pneus et donc directement sur les performances des monoplaces. En parlant de performances, les réglages que vous pourrez effectuer auront, comme à l'habitude sur les différents opus de la licence, leur part belle. Vous pourrez influer le comportement de votre monoplace en modifiant par exemple, la répartition des freins avants et arrières, la quantité de carburant embarquée et bien d'autres composantes. Cependant, un point négatif est à constater au niveau de la gestion de sa mécanique. Aucune référence aux moteurs et aux autres éléments limités en nombre au cours d'une saison qui vous coûteront des places sur la grille en cas de changement supplémentaire au quota défini. Ce point aurait apporté un côté gestion et aurait eu une incidence sur votre conduite. Malheureusement, point noir récurrent de la série, l'IA. Encore une fois, vos adversaires auront beaucoup de mal à vous laisser passer lors de drapeaux bleus voire même feront des écarts impressionnants en dehors de la trajectoire alors que vous étiez déjà décalé suffisamment en avance pour éviter tout risque de collision.


Incidents techniques


Rassurez-vous F1 2016 bénéficie d'une très bonne fiabilité. Pas de bugs majeurs ou de glitchs à l'horizon, vous aurez la piste libre. Néanmoins, attendez-vous à quelques bugs mineurs tels que des bugs de collision bizarres et des erreurs dans certains textes. Pour le dernier point, je vous l'accorde, c'est surement le gestionnaire de guides qui parle. En dehors des bugs de collision qui sont plutôt rares mais parfois totalement irréalistes, j'ai relevé un autre bug. Je devais rentrer aux stands pour changer de pneus mais suite à des changements de conditions météo, j'ai décidé de rester sur la piste. Ma voiture a alors subitement ralenti et a été replacé sur la piste comme si j'en étais sorti. Ce bug s'est produit une seule fois mais aucune explication du pourquoi et du comment. Malgré ce dernier point, le jeu est solide au niveau fiabilité comme les autres opus de cette licence.


Résultats des courses


Le jeu est globalement très bon mais il reste quelques imperfections ou points négatifs qui font qu'il ne peut pas prétendre à la note maximale pour cette partie. Il mérite amplement son 4/5. À noter que les puristes pourront baisser la note à 3/5 du aux points négatifs relevés auparavant surtout au niveau de l'IA qui pourra vite devenir un point de frustration pour les personnes adorant les courses longues et donc propices aux dépassements de retardataires.

 

Note : 4/5

Plaisir à jouer et à rejouer


La voiture de sécurité, une nouveauté tant espérée par les fans.
Jouer et rejouer


Comme évoqué dans la partie Aspect technique du jeu, cet aspect sera intimement lié aux assistances activées et/ou désactivées. Loin d'être un frein, ce paramétrage vous permettra de prendre vos aises avec la mécanique du jeu et ainsi aborder comme il vous plaira le jeu que ce soit en termes de difficulté ou de jouabilité. Chacun pourra y trouver son compte. De plus, les réglages apporteront un côté plus réaliste en voyant les performances de votre monoplace s'améliorer ou se dégrader. Du côté des modes de jeu, votre choix se portera principalement sur les modes Carrière, Course rapide et Multijoueur. Les autres étant totalement dispensables comme expliqué dans la partie Contenu du jeu. Le mode Carrière est celui où vous passerez le plus de temps pour faire évoluer votre monoplace afin d'avoir la monoplace la plus performante et ainsi redistribuer les cartes au niveau du championnat. De ce fait, vous pourrez retrouver Manor luttant pour le titre des constructeurs alors que Ferrari aura bien du mal à marquer des points à chaque fin de course. Libre à vous, et c'est le point fort de ce mode, de réécrire ou confirmer la domination des Mercedes. De plus, régler la distance des courses sur au moins 25% permettra de rajouter une crédibilité et une immersion supplémentaire avec l’apparition de la Safety Car et du tour de mise en grille. Malheureusement, l'IA et certains points mal gérés pourront décevoir les fans comme par exemple, la Safety Car qui fera son petit bonhomme de chemin alors qu'elle est sensée attendre le leader puis gérer le rythme de course. De plus, il a été instauré un delta (qui est sensé refléter le fait que vous n'allez pas trop vite sous régime de Safety Car) et tant que vous respecterez ce delta, vous pourrez claquer un chrono de qualif sans être inquiété. Le mode Course rapide vous permettra de faire une course ou plusieurs sous la forme d'un mini-championnat où vous aurez le contrôle sur tous les paramètres en passant du choix du circuit au réglage de la météo et de l'heure de la course. Le mode Contre-la-montre ne devrait intéresser que les puristes qui veulent claquer les chronos car les autres joueurs préféreront passer leur chemin pour faire des courses. Toujours est-il que les spécialistes trouveront leurs comptes grâce aux fantômes de votre meilleur temps et celui des autres joueurs à condition d'avoir votre console reliée à internet. Reste encore le mode Multijoueur où vous pourrez affronter une grille complète de joueurs humains à condition d'avoir assez de personnes de connectées, ce qui sera relativement rare comme pour F1 2015. Vous pourrez lancer un championnat ou faire des courses à votre guise avec les réglages que vous souhaitez que ce soit en session publique ou privée.


Résultats des courses


Chacun y trouvera son compte et c'est bien là le principal. F1 2016 fait parti des jeux qui n'a pas besoin de scénario ou de contexte particulier pour "forcer artificiellement" à faire une nouvelle partie. C'est l'essence même de faire des courses dans ce type de jeu. De plus, le mode Carrière pourra inciter les joueurs à tester plusieurs choix différents et donc y consacrer un temps non négligeable. La note de 4/5 est justifiée par le fait des imperfections décrites dans ce test et par l'IA qui est un point noir récurrent. Encore une fois, les puristes pourraient être amenés à descendre la note d'un point par rapport à l'absence des modes de jeu présents dans d'autres opus de la série, mais malheureusement disparus depuis, tels que le Test des jeunes pilotes et le mode Scénario qui apporteraient encore plus de possibilités de jeu et d'immersion.

 

Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Voici votre manager qui s'occupera de la gestion de vos contrats.
Course au Platine


La liste de trophées de F1 2015 était décevante et accentuait le côté répétitif du soft lié à son manque de contenu. La liste de F1 2016 vous demandera quant à elle d'explorer tous les modes à l'exception du mode Championnat du mode. En effet, les trophées pouvant se débloquer dans ce mode pourront l'être dans d'autres alors que l'inverse n'est pas réciproque comme indiqué dans le guide des trophées. Pour les amateurs de platine ardus, passez votre chemin car un seul trophée vous demandera de remporter une course d'une distance minimum de 25% avec l'IA au niveau maximum mais toutes les aides pourront être activées. Il vous sera encore demandé cette année de terminer, sans objectif de résultat, une course en mode Saison pro où aucune aide ne sera disponible et avec l'IA au niveau maximal. En soi rien de compliqué mais long et par forcément amusant. Quelques trophées comme par exemple le fait de gagner 10 places entre le départ et la fin du premier secteur enrichiront cette liste plutôt traditionnelle mais largement moins répétitive que son prédécesseur. Les trophées feront également la part belle aux nouveautés telles que la voiture de sécurité et le tour de mise en grille. Restent les trophées liés au multijoueur qui pourront tous être obtenus en session privée, ce qui vous évitera les éventuels pilotes du dimanche qui confondent la F1 avec Destruction Derby.


Résultats des courses


N'ayant aucune contrainte d'ordre de déblocage, vous pourrez gérer votre course au Platine comme vous le souhaitez. La majorité des trophées pourront être obtenus dans le mode Carrière qui est de loin le mode le plus complet et le plus intéressant. D'autres trophées annexes vous permettront de changer un peu votre routine tel que ceux liés aux changements de météo et d'heure du grand prix. Les trophées multijoueur se boucleront en moins de 30 minutes si vous avez un ami pour vous aider et en session privée. Ce point devrait ravir les joueurs ayant souffert des joueurs confondant la F1 avec Destruction Derby. En bref, rien à voir avec les trophées totalement insipides de F1 2015 demandant de faire X tours sur tel circuit ou avec telle écurie et c'est tant mieux !!

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
15/20

F1 2016 n'a pas à rougir de sa prestation surtout comparé à F1 2015. Il s'agit à l'heure actuelle de l'épisode de référence sorti sur les consoles de nouvelle génération. Des nouveautés depuis longtemps demandées par les fans font enfin leur apparition comme la voiture de sécurité et le tour de mise en grille. Gardant les mécaniques qui ont fait le succès de la série, F1 2016 ne reste pas exempt de petites imperfections qui, pour la plupart des joueurs, passeront comme une lettre à la poste alors que les fans les pointeront du doigt. Malheureusement, le comportement de l'IA est encore une fois à pointer du doigt. Aussi bien accessible aux néophytes qu'aux puristes du genre, Codemasters a redoré le blason de sa licence après deux opus jugés en demi-teinte mais qui n'arrivera pas à faire oublier les opus 2012 et 2013 qui restent bien plus complet en terme de contenu.

Je recommande ce jeu :
Aux spécialistes du genre, Aux fans de la série, Aux curieux