Test : eFootball PES 2020


eFootball PES 2020
  • 1
  • 3
  • 5
  • 41
Pas de note
des joueurs
Pas de note
des platineurs

eFootball PES 2020

ps4


50 trophées au total
12 trophées online
0 trophée caché

214 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 25 joueurs (12 %)
100% par : 25 joueurs (12 %)
Note du jeu
16/20
Discuter du test

Test du jeu
eFootball PES 2020

  • Test rédigé par Warriortidus le 08-11-2019 - Modifié le 08-11-2019


Introduction


Vous pourrez choisir votre Manager en Ligue des Masters.
Débutée sous le nom International Superstar Soccer (ISS) dans les années 90, puis renommée Pro Evolution Soccer (PES) en 2001, la célèbre franchise de jeux de football voit son nom de nouveau quelque peu changé, avec le rajout de la mention eFootball. En cette année 2019, Konami expose ainsi davantage son positionnement sur le marché, et sa volonté d'imposer sa marque dans les compétitions d'eSport.

Après des derniers épisodes qui ont su récolter les louanges de ses principaux supporters, à défaut de réussir à faire changer de camp la plupart de ses adversaires, eFootball PES 2020 va-t-il enfin permettre à Konami de récupérer la première place, qui fut la sienne au milieu des années 2000 ? Enfilez votre short et votre plus belle paire de crampons, nous entrons sur le terrain pour répondre à cette question.




Contenu du jeu


Prêt pour une nouvelle saison ?
S'il y a un domaine où il n'est pas toujours évident pour un jeu de sport de se renouveler, c'est bien sur ses modes de jeu. Ce cru 2020 de eFootball PES ne déroge pas à la règle. En effet, la seule nouveauté notable est l'arrivée du MatchDay, qui vous proposera chaque semaine de choisir un camp (par exemple, entre le FC Barcelone ou le Real Madrid), et de gagner un maximum de points pour ce dernier. Petite particularité, ce mode de jeu n'est disponible que de 17H à 20H, et se partagera entre le mode classique (avec les effectifs de base) et le mode MyClub (où vous aurez votre propre équipe mais avec les maillots du MatchDay du moment). A l'issue du MatchDay, les meilleurs joueurs de chaque camp s'affronteront sur la grande finale, qui sera retransmise pour tous. L'intérêt principal de ce nouveau mode de jeu, sera surtout de récupérer diverses récompenses, comme des points GP, des pièces MyClub, des recruteurs etc...qui seront toujours utiles si vous passez du temps sur le mode MyClub.

Mis à part ce nouveau mode de jeu, vous retrouverez la traditionnelle Ligue des Masters, qui à l'occasion de cette nouvelle décennie, se voit proposer un léger lifting dans ses menus. Rien de révolutionnaire, mais l'interface devient ainsi plus moderne, même s'il est étonnant de ne pas pouvoir naviguer à l'aide des touches L1/R1, dans ces onglets disposés à l'horizontal. De plus, des petites scènes ont été rajoutées pour mettre en lumière les moments clés de votre carrière, avec parfois un système de choix (comme en conférence de presse), qui influenceront peut-être votre avenir. Vous aurez d'ailleurs le choix parmi quelques têtes connues (Roberto Carlos, Zico, Maradona, ou encore Cruyff) pour incarner votre manager, que ce soit sur ou en dehors du terrain ; mais on regrettera cependant l'absence de voix dans ces cinématiques, qui restent bizarrement muettes et accompagnées de musiques d'ascenseur. Enfin, les transferts sont censés être un peu plus crédibles et proches de la réalité dans ce nouvel épisode ; à vérifier sur le long terme, c'est souvent après 2 ou 3 saisons que certaines indemnités peuvent paraître fantaisistes.

Sur les modes de jeu restants, rien de bien nouveau à se mettre sous les crampons. Vers une Légende vous proposera toujours d'incarner un seul joueur (réel ou de votre création) et se contente d'emprunter les nouveaux menus de la Ligue des Masters, sans changer dans le fond. A côté de ça, vous retrouverez les traditionnels modes de jeu en ligne que sont les Match Rapide, Division en Ligne ou encore Coopération en Ligne, ainsi que leurs équivalents en modes locaux, que l'on parle de versus ou contre l'IA. Même du côté du mode MyClub, peu si ce n'est aucun changement, même visuel, n'est à noter. Seuls quelques ajustements ont été fait pour rendre l'expérience un peu plus agréable, notamment pour les nouveaux joueurs, mais nous y reviendrons un peu plus tard dans le test.

Côté licences, PES fait aussi dans l'évolution plus que dans la révolution. De nouveaux partenariats ont été conclus avec notamment celui de la Juventus de Turin qui aura fait un peu de bruit, puisque Konami détient l'exclusivité du champion d'Italie en titre. Encore une fois, certains déploreront l'absence par défaut de certaines équipes ou championnats (notamment celui d'Allemagne), même si le problème peut facilement se contourner grâce à la communauté PES (Custom Your PES en France par exemple). Au final, seule la limite imposée sur le stockage d'images (rendant impossible d'avoir tous les maillots modifiés en haute qualité), ou sur le nombre d'équipes modifiables pourra gêner ceux qui aiment les championnats les plus exotiques. Ceci dit, le mode Modifier propose suffisamment de possibilités, et les plus pointilleux ou perfectionnistes pourront même tenter de modifier les sponsors officiels du club de leur cœur, et les afficher en conférence de presse.

Au final, ce n'est pas tellement que le cru 2020 soit chiche en contenu, mais force est de constater que l'ensemble sent un peu le réchauffé. Le jeu proposera à l'amateur de football, de nombreuses heures de jeu tout au long de la saison et de ce fait, seul le joueur de l'édition précédente pourrait ne pas avoir envie de s'investir autant, et c'est ce que "sanctionne" cette note de 3/5.

 

Note : 3/5

Aspect technique du jeu


Que les allergiques au online se rassurent, 1 victoire par mode suffira.
Si PES a parfois du mal à s'imposer et à se renouveler sur son contenu, en revanche, la série reste une référence sur le plan technique depuis quelques années. D'un point de vue purement visuel, le jeu reste un ton haut-dessus de la concurrence, notamment en ce qui concerne la modélisation des joueurs (comme en témoigne l'affaire Ribéry sur Twitter). En plus de ne pas être uniquement réservée aux joueurs les plus connus, elle est bien plus précise que ce soit au niveau des visages mais aussi du physique et même dans les animations sur le terrain (Konami fait d'ailleurs des mises à jours régulières qui ajoutent de nouveaux joueurs à la liste). Une fois sur le terrain, si l'ensemble est de très bonne facture, que ce soit les effets de météo, de lumière ou même la pelouse, ce sont surtout l'ensemble des animations qui rendent l'expérience authentique (comme lorsque les joueurs s'énervent après avoir subi un tacle, ou sont même sonné s'il reçoivent un ballon en pleine tête par exemple).

Manette en main, nous sommes aussi en terrain conquis, et sur les mêmes bases que l'opus précédent. Les deux principaux axes d'amélioration de ce cru 2020 sont sur la gestion des dribbles qui gagnent en finesse et précision, et aussi sur la physique des joueurs, qui rend les impacts plus percutants qu'avant. De manière générale, le jeu va toujours vous demander un minimum de réflexion dans la construction de vos actions, mais aussi plus de précision qu'à l'accoutumée. En effet, même en étant un peu habitué avec le jeu de Konami, vous aurez sans doute l'impression d'avoir perdu votre jeu lors de vos premiers matchs. Et si l'équilibre attaque/défense reste toujours plutôt bon, les contre-attaques sont devenues une arme redoutable cette année, rendant certaines pertes de balles parfois très punitives. Mais que les lassés du tout-arcade de FIFA se rassurent, le tempo général du jeu reste assez posé (hormis peut-être en MyClub quand vous serez avec des joueurs "boostés"), faisant de la construction intelligente du jeu la meilleure arme pour battre vos adversaires. Au final, le seul bémol reste la non-sanction des contacts "trop" physique entre deux joueurs ; car si les impacts ont été renforcés pour plus de réalisme, ce sont souvent des chocs anodins qui sont sanctionnés par l'arbitre (alors que par exemple un duel aérien virulent mettant votre joueur à terre, faisant gronder la foule, n'apportera pas de faute).

Tout compte fait, si le nouveau PES progresse par petites touches sur l'aspect technique, il continue de renforcer ce qui fait sa marque de fabrique ; proposer un jeu de football qui se veut réaliste et offrant des sensations proches d'un match télévisé. Mais dans cette quête, Konami risque aussi de décourager le profane : si le jeu offre un grand nombre d'outils et de possibilités pour développer son plan de jeu, il est aussi exigeant et ne prend peut-être pas assez le temps d'expliquer tout ce qu'il propose.

 

Note : 5/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Il sera rapide et aisé d'obtenir une équipe compétitive en MyClub, sans dépenser un centime.
A défaut d'être révolutionnaire, cet opus propose toujours de quoi s'occuper toute la saison. Il est toujours plaisant de jouer en ligne où la communauté est plutôt positive, et il est très rare de voir un adversaire rage-quit, ou pourrir le jeu. Les débuts seront peut-être compliqués pour les novices, il faudra sans doute accepter de perdre un peu (beaucoup ?) de matchs au début, en tentant de trouver son style de jeu et l'efficacité qui va avec. Car en effet, s'il y a fatalement moins de joueurs qu'à la concurrence, le niveau est rapidement assez élevé en ligne, et vos quelques erreurs vous coûteront chères, notamment sur les contre-attaques. Heureusement, pour ceux qui seraient effrayés (ou juste mauvais perdant), il reste toujours agréable d'évoluer contre l'IA ; bien entendu il sera conseillé de régler la difficulté à son niveau, car les extrêmes seront frustrants. En réglant l'IA sur Débutant vous pourrez littéralement faire des tout-droits sans être embêté, alors que jouer en Légende fait que vous ne verrez pas le ballon du match, si vous ne maîtrisez pas le jeu.

Ceci étant dit, PES garde un avantage sur FIFA sur son mode de jeu principal, à savoir le MyClub (l'équivalent du mode FUT chez la licence d'EA Sports) qui évite de tomber dans le "Pay-to-win". Vous pourrez rapidement vous constituer une belle équipe, composée de joueurs de haut niveau même "boostés", sans dépenser un seul centime en plus. Et c'est d'autant plus facile cette année, que MyClub vous proposera par défaut un entraîneur capable d'entasser toutes vos stars sur le terrain, ce qui n'était pas le cas les saisons précédentes (vous obligeant de dépenser vos points MyClub pour un entraîneur, plutôt que des joueurs au début). De plus, tous les joueurs commenceront désormais au niveau 1 (alors que c'était soit 1 ou 30 avant, en fonction de la méthode de recrutement), avec des courbes de progression plus ou moins importantes et un nombre d'expérience requis par niveau qui sera proportionnel à la note générale du joueur. De ce fait, il est plus agréable de débuter dans ce mode de jeu, et d'y revenir, grâce notamment aux événements réguliers et même aux bonus que vous pourrez obtenir avec le MatchDay. D'ailleurs il est bon de noter que eFootball PES 2020 détient les droits pour l'Euro 2020, et proposera un dlc gratuit au printemps prochain, de quoi vous donner une raison supplémentaire de venir ou revenir sur le jeu.

En conclusion, le jeu semble armé pour vous occuper régulièrement jusqu'aux vacances d'été, de part son suivi d'actu (en MyClub, MatchDay ou par ses patchs), mais aussi de part son gameplay qui peu importe la façon dont vous jouez, sera capable de vous divertir en évitant des matchs qui se ressemble tous.

 

Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Tous les joueurs commenceront niveau 1 en MyClub désormais.
Après des années sans modifier ou presque sa liste de trophées, Konami avait décidé d'apporter un peu de sang neuf la saison dernière. Pour cet eFootball PES 2020, force est de constater que nous sommes reparti sur un cycle où peu de changements sont à attendre à ce niveau là. En effet, les rares modifications sont liées aux petits ajustements effectués cette année sur le jeu. Ainsi en MyClub, il faudra désormais atteindre une puissance d'équipe égale ou supérieure à 3000 (contre 2300 auparavant), et monter un joueur niveau 10 (au lieu de 35), pendant qu'en Ligue des Masters vous aurez à consulter vos messages et augmenter votre nombre de fans (en rapport avec la nouvelle interface proposée cette année).

Pour le reste, vous serez invité à faire l'inventaire des modes de jeux et toucher un peu à tout. Mais rassurez-vous, pour ceux qui seraient paniqués à l'idée d'affronter d'autres joueurs en ligne, on ne vous demandera qu'une victoire par mode (Divisions, Classement MyClub, Amical en Coop et Clan en Coop). En MyClub, vous aurez tout de même 10 matchs en ligne à jouer, peu importe vos résultats afin d'obtenir les louanges et le trophée qui va avec. Sachez d'ailleurs que pour tous les trophées online, vous avez 2 ans pour les réaliser : les serveurs fermant généralement juste avant le second PES suivant la sortie du jeu (donc vous avez jusqu'à la sortie de PES 2022 pour récolter ces trophées). De même, les trophées liés en mode MyClub seront plus rapides et simples à obtenir pendant la saison en cours ; à l'arrivée de l'opus 2021, vous ne bénéficierez plus des offres régulières permettant d'améliorer votre équipe.

Enfin en offline, il sera toujours question de remporter des titres majeurs que ce soit en tant que joueur ou en équipe, l'occasion aussi de réussir les différents objectifs demandés par la liste de trophées (gagner 100 matchs, marquer 100 buts ou encore en mettre un de plus de 30 mètres, etc...). Ce sera surtout à vous de voir comment vous souhaitez aborder cette chasse de trophées. Vous aurez par exemple le choix d'utiliser un joueur réel confirmé tel que Messi, pour le mode Vers une Légende, plutôt que de créer votre joueur qui débute sa carrière, ce qui vous facilitera la tâche forcément dans l'obtention de titres. De ce fait, s'il est possible d'obtenir le platine en 30H en optimisant ses choix de carrières, il faudra forcément compter beaucoup plus si vous commencez ces modes de jeux en bas de l'échelle.

Finalement, c'est ce qui reste plaisant dans cette liste de trophées : malgré le manque d'originalité, vous restez libre d'aborder le jeu comme bon vous semble. Même si un mode de jeu vous plaît moins que les autres, aucun gros investissement en terme de temps ne vous sera demandé pour un trophée. Et c'est aussi valable pour le mode MyClub, qui est plus accessible cette année, grâce à un épisode plus généreux dans l'obtention de points MyClub/GP/Recruteurs (notamment avec le MatchDay), permettant de rapidement et facilement débloquer les trophées liés à ce mode de jeu. Il ne reste en fait qu'à voir si les joueurs de la précédente saison, amateurs de nouveaux challenges, ne seront pas déçus de voir une liste de trophées quasi-inchangée par rapport au cru 2019.

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
16/20

Cet eFootball PES 2020 se repose sur ce qu'il fait de bien, sans prendre de risques. La qualité de l'expérience est toujours au rendez-vous certes, mais pour quel public est ce nouvel opus ? Les joueurs fidèles retrouveront un PES 2019 à jour et légèrement amélioré, pendant que les potentiels nouveaux joueurs seront peut être encore un peu frileux pour tenter le transfert de la concurrence, faute à un jeu qui semble toujours un peu plus exigeant sur le terrain, sans pour autant accompagner les débutants.

Je recommande ce jeu :
À tous, Aux spécialistes du genre, Aux fans de la série