Test : Darksiders Warmastered Edition


Darksiders Warmastered Edition
  • 1
  • 3
  • 13
  • 26
Note des joueurs :
4.8/5 - 24 notes
Note des platineurs :
4.6/5 - 17 notes

Darksiders Warmastered Edition

ps4


43 trophées au total
7 trophées cachés

1073 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 380 joueurs (35 %)
100% par : 380 joueurs (35 %)
Note du jeu
10/20
Discuter du test

Test du jeu
Darksiders Warmastered Edition

  • Test rédigé par matrobymat le 02-01-2019 - Modifié le 02-01-2019


Introduction


Darksiders Warmastered Edition est un portage PS4 de Darksiders premier du nom, sorti originellement sur PS3 en janvier 2010. Il s'agit d'un jeu d'action/aventure où vous incarnez l'un des quatre chevaliers de l'Apocalypse, envoyé sur Terre pour chercher et punir les responsables de la guerre ultime entre les Cieux et les Enfers.

Contenu du jeu


Les boss ne vous opposeront que peu de résistance
Rien qu'avec le pitch du jeu, on comprend tout de suite qu'il ne s'agira pas de compter fleurette. Il va falloir trancher, trucider, découper et terrasser toutes sortes d'ennemis. En effet, le protagoniste du jeu, Guerre, ne fait pas dans la dentelle. Pour atteindre son but, il va devoir regagner ses pouvoirs et ses aptitudes, dans une quête qui l'amènera à traverser divers environnements, toujours sombres et glauques. Ces niveaux sont très dirigistes, assez cloisonnés et de taille plutôt réduite. Vous n'aurez jamais l'occasion de vous perdre, tant le chemin est tracé. Vous n'aurez souvent le choix que d'un seul chemin, voire d'un deuxième, mais qui se trouvera très rapidement bloqué par une porte dont vous n'avez pas encore la clé ou par un obstacle que vous ne pouvez franchir en l'absence d'un pouvoir précis.

Pourtant, on prend plaisir à résoudre les puzzles, en utilisant justement au fur et à mesure les nouveaux pouvoirs que l'on glane au cours de l'aventure. Le level-design est intelligent et bien pensé, et il devient brillant lorsque vous gagnez le pouvoir d'ouvrir des portails entre deux points, inaccessibles de manière normale.

On peut toutefois regretter la trop grande simplicité du titre. Même en difficulté Apocalyptique (la plus haute du jeu), rares seront les ennemis qui vous causeront des problèmes. On trace donc notre chemin à grand coups d'épées, dans un titre qui manque un peu de challenge et d'imagination, même si tout ce qui nous est présenté est bien fait. On ne s'ennuie pas, mais le challenge est quasiment inexistant.

Le bestiaire des opposants est de taille raisonnable, mais là encore il aurait été facile de faire mieux, en nous opposant par exemple plus d'ennemis capables de se défendre (de ce que j'en ai vu un seul type d'ennemi est capable de parer nos coups avec bouclier) ou des ennemis nous obligeant à utiliser certains pouvoirs ou un type d'arme précis.

Les armes d'ailleurs, sont très peu nombreuses dans le jeu. Une épée (remplacée au cours de l'aventure par une autre), une faux, et un espèce de gantelet de puissance (je ne sais pas comment l'appeler autrement) et c'est tout. Niveau équipement, aucune action n'est possible. Il sera juste possible de gagner une meilleure (?) armure, en collectant les 10 morceaux cachés dans des coffres.

En lisant ces lignes, on pourrait penser que le contenu est trop léger. Pourtant ce n'est pas ce que j'ai ressenti manette en main. En effet, le rythme est très soutenu, il n'y a pas de temps mort, et la progression est constante et agréable. Il n'y a quasiment jamais besoin de faire des allers-retours fastidieux entre les différentes zones, et au prix où on peut le trouver, il serait dommage de passer à côté d'une aventure distrayante, qui vous occupera agréablement pendant un peu moins de 30 heures.

 

Note : 4/5

Aspect technique du jeu


La technique est assez grossière
Impossible de le cacher, ce Darksiders premier du nom est très dépassé techniquement. Je ne connais pas la version PS3 (puisqu'il s'agit, rappelons le, d'un portage à la PS4), je ne peux donc parler que de la technique de cette version, sans comparaison avec celle de sa grande soeur.

A commencer par la partie graphique. Bien loin des standards actuels, les textures sont grossières, et les décors pauvres en détails. Il n’y a jamais de profondeur de champ, aucun panorama ne viendra vous éblouir. Vous ne vous attarderez jamais à regarder les méandres de l’eau d’un lac translucide au travers duquel on peut apercevoir de jolis poissons voguer. Rien de tout ça ici. Plutôt de la grosse poiscaille, entre deux coups de grosse épée sur de gros ennemis avec de grosses armures. Les environnements sont assez peu variés, toujours un peu les mêmes, et sans saveur particulière. Rien ne restera dans votre mémoire à la fin du titre.

Pas plus que la composition musicale. Si rien ne vous écorchera les oreilles, il faut bien dire qu’elle brille plutôt par son absence que par sa grandeur. Lorsque vous vous déplacez, il y a à peine un vague fond sonore. Lorsque des ennemis apparaissent, celui-ci se fait un peu plus présent pour vous en signifier la présence, mais c’est tout. Les rares compositions apparaissent pendant les combats de boss, mais elles sont le plus souvent couvertes par les bruitages des protagonistes ou par les chocs des armes qui s’entrecroisent.

Vient ensuite le gameplay, lui aussi un peu décevant. Votre personnage est assez lourd, et ne peut se déplacer qu’en marchant, si vous inclinez légèrement le stick, ou en trottinant, si vous l’inclinez à fond. Vous ne pouvez pas le faire accélérer. Vous pouvez juste, en appuyant sur (R1), le faire dasher, mais suite à ce mouvement sa course est interrompue pendant une petite seconde, ce qui fait que vous n’y gagnez pas. Les longs déplacements deviennent rapidement ennuyeux et fastidieux. Au cours de l’aventure, vous gagnerez la capacité d’invoquer votre fidèle destrier, Ruine, mais bizarrement, celui-ci ne pourra être appelé qu’à des endroits précis dans différents lieux de l’aventure. Il ne vous sera donc utile qu’à de rares moments. Notons qu’encore une fois, la maniabilité de celui-ci est assez mauvaise. Il s’agit plutôt d’un dragster, à l’aise en ligne droite, mais très empoté et maladroit dès qu’il s’agit de le manœuvrer dans des espaces un peu plus restreints.

La plus grande partie de votre temps consacré à Darksiders, vous la passerez bien sûr à vous battre. Là encore, le gameplay s’avère assez pauvre. Il suffira la plupart du temps de spammer la touche (carre), d’éviter (accessoirement, ce n’est pas vraiment nécessaire) les attaques ennemies avec le dash en (R1), et d’achever ceux-ci une fois assez affaiblis, avec la touche (rond). Voilà, c’est tout. Votre skill ne sera quasiment jamais mis à l’épreuve. Il existe pourtant d’autres actions, mais ce que j’ai cité avant s’avérant plus que suffisant pour terminer le jeu sans aucun problème, même en difficulté maximale, vous n’aurez pas à utiliser le reste. Et c’est dommage. En effet, il est possible de contrer les attaques ennemies, d’utiliser deux ou trois autres armes gagnées au cours de l’aventure, ou de réaliser différents combos à l’aide de touches que je n’ai personnellement jamais utilisé au cours de mon périple. Sauf pour les trophées, nous y reviendrons.

Finalement, le seul vrai point positif concernant la technique de cet opus, c'est qu'il est exempt de bug.

 

Note : 2/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Trucider du monstre est très plaisant
Pour peu que l'on fasse abstraction de cette technique datée, jouer à Darsksiders est très plaisant. Le scénario est convenu, mais correct. Le héros est badass comme on les aime, et pourfendre du monstre à tout va est assez plaisant. La progression est bonne, vous gagnez régulièrement de nouvelles capacités qui vous permettent d'aller plus avant au sein de territoires peu étendus, mais au level-design intéressant, pensé justement pour tirer parti de ces capacités. C'est un jeu intelligemment réfléchi.

Il est toutefois d'une linéarité totale. Dans ce genre de production c'est chose courante, mais il est vrai qu'ici notre chemin est tracé, et il est très difficile de s'en détourner. Il n'y a pas de quêtes secondaires ou ce genre de choses. On ne s'ennuie jamais, mais il est vrai qu'on se sent un peu étriqué.

La conséquence inévitable de ce constat est que du coup, il n'y aura aucun intérêt à faire une seconde partie de Darksiders.

Les quelques "puzzles" qui viennent ponctuer les affrontements sont intéressants, et certains vous forceront à réfléchir un peu. Pas de foulure de neurone, rassurez-vous, mais tout de même, je ne serais pas étonné si certains d'entre vous allaient chercher la solution sur le net. Ne mentez pas, je sais très bien que vous le faites.

Les boss, quant à eux, sont assez décevants. Rarement épiques, il n'offrent que très peu de résistance en général, et sont effacés assez facilement. La plupart du temps il suffit juste de comprendre la technique à utiliser, et ensuite, c'est un jeu d'enfant. Les boss, pas plus que les ennemis, ne sont capables d'intelligence, et ils n'essaieront jamais de s'adapter à ce que vous faites. Ils se contenteront tous de faire ce pour quoi ils ont été créés, et ils tenteront toujours de le faire de la même façon, quoi qu'il arrive.

 

Note : 3/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Vous allez devoir farmer un bon bout de temps
Soit les développeurs ont manqué cruellement d'idées au moment d'incorporer les trophées à l'aventure, soit il serait nécessaire qu'ils aillent passer un petit séjour en maison de repos. Ce remaster de la version PS3 aurait pu (dû ?) être l'occasion de revoir la liste des trophées, rigoureusement identique à celle de la version originale.

J’annonçais tout à l'heure qu'il fallait un peu moins de 30 heures pour terminer l'aventure, en difficulté maximale. Pour être tout à fait précis, je l'ai terminé en 27 heures. Ce total incluant déjà la chasse aux trophées classiques, logiques, et intéressants. Les autres trophées m'ont poussé à la boucler en 33. J'ai donc passé 6 heures à effectuer les taches les plus ignobles, inintéressantes et rébarbatives possibles. Environ 20 pourcents de mon temps passé sur le jeu. Six heures de farm, pour les chasseurs que nous sommes, c'est chose courante, mais sur un jeu qui se termine (si l'on exclut les trophées) en une petite vingtaine d'heures, c'est un peu abusé. Surtout lorsque ce n'est pas amené intelligemment. Faisons donc un tour d'actualité de tout ce qui rend la chasse aux trophées pénible.

Commençons par (Bronze) Cavalier sombre, qui consiste à chevaucher Ruine pendant 100 kilomètres. Pour vous donner un ordre d'idées, avant de me lancer dans ce magnifique trophée au combien intéressant, une fois l'aventure terminée et les autres trophées décrochés, les statistiques du jeu m’annonçaient que j'avais parcouru (environ) 350 kilomètres. Il s'agit d'une statistique globale, pas seulement à cheval. On nous demande donc de réaliser environ un tiers de déplacements en plus, à cheval, sans que cela n'ait le moindre intérêt. En effet, comme je le disais plus tôt, Ruine n'est pas disponible partout, et il n'a quasiment aucune utilité dans le jeu. Je ne l'ai personnellement utilisé qu'aux très rares moments de l'aventure où cela était indispensable. Faire 100 kilomètres en le chevauchant est une hérésie, pourquoi ne pas se contenter de 10 kilomètres pour le trophées ? Cela aurait déjà demander de le booster. Alors 100 kilomètres ... pourquoi ? Quel est l’intérêt ? Heureusement que la technique de l'élastique est possible ...

Dans la même veine, le trophée (Bronze) Cavalier demande de tuer 150 démons en chevauchant le canasson. Pour les mêmes raisons, au bout de l'aventure, vous en serez péniblement, si vous avez une grande passion pour l'équitation, à vingt morts. Vous en serez donc réduits à farmer cet interminable trophée, passant et repassant encore et toujours dans la même zone où le cheval est utilisable, pour tuer de pauvres ennemis totalement sans défense qui n'ont rien demandé à personne. Intérêt ? Zéro.

Continuons avec le farm bête et méchant : le trophée (Argent) Aguerri. Celui-ci vous demande de monter toutes vos armes au niveau maximum, et d'acheter toutes les capacités et techniques de celles-ci. Là encore, cela n'a pas de sens quand on sait que 95 pourcents des coups que vous allez donner le seront avec l'épée. En effet, cette arme est efficace contre tous les ennemis, rapide, dispose d'une allonge correcte et d'un temps d'exécution bien meilleur que les autres. Pourquoi donc s'embêter à en utiliser d'autres ? Et bien pour ne pas être obligé de farmer les autres joujoux en fin d'aventure, pendant de longues heures. Oui, de longues heures, au pluriel. Surtout, ne faites pas la même erreur que moi, à savoir perdre un temps fou à monter une arme au niveau maximum, puis d'acheter les dernières capacités pour celle-ci. Il semble que l'acquisition de certaines d'entre elles réinitialise le niveau de l'arme. Et oui, bon pour tout recommencer. Magique. Merci aux développeurs.

Monter le niveau d'une arme lorsque celle-ci n'est pas assez améliorée pour tuer certains types d'ennemis est compréhensible, mais le faire alors que l'arme en question n'a, premièrement aucun intérêt par rapport aux autres, et deuxièmement un niveau, même de base, bien suffisant pour se défaire de n'importe qui, c'est stupide. Je ne suis pas opposé au levelling, lorsque le personnage n'a pas le niveau pour réaliser certaines actions. Ici l'avatar est déjà bien supérieur à n'importe qui, et on nous demande encore de l'améliorer sans que cela n'ait le moindre intérêt.

Vous en avez assez ? Pas les développeurs visiblement. Le trophée (Bronze) Tueries improvisées est là pour vous rappeler qu'il n'y a pas de limite à la bêtise humaine. Encore une fois vous serez obliger de farmer pour réussir à tuer 100 ennemis à l'aide d’éléments du décor. Encore une fois, cela n'est absolument pas naturel (pourquoi s'embêter à jeter une carcasse de voiture sur un ennemi alors qu'on contrôle un cavalier de l'Apocalypse qui les pourfend en un coup d'épée ?) et n'a aucun intérêt. D'autant plus que nombre des éléments du décor ne réapparaissent pas une fois utilisés, il faut vraiment en vouloir. Précisons également que seuls les plus petits mobs du jeu sont susceptibles de mourir de cette manière. Les autres doivent être affaiblis préalablement.

Le reste des trophées est plus classique. Entre les trophées liés à l'histoire, ceux inhérents aux collectibles, et ceux liés à des actions spécifiques, il n'y a rien de particulier à spécifier, si ce n'est que trois trophées sont manquables et doivent être réalisés à des moments bien spécifiques de l'aventure, sous peine de devoir recommencer entièrement une partie, puisqu'il n'y a pas de sélection de chapitre ou de NG+.

Petit point sur les collectibles. Au nombre de 76, répartis en 4 catégories qui vous permettront d'améliorer votre santé, votre courroux, votre armure ou de gagner des artefacts échangeables contres des âmes, ils sont nombreux, mais pas trop, puisqu'ils ne sont pas particulièrement compliqués à trouver (pour la plupart) pour celui qui prend la peine de bien fouiller les niveaux. De plus, dans chaque zone, une coffre contient une carte de ladite zone montrant où les coffres sont placés. Le problème est que ce coffre est parfois mieux caché que les coffres des collectibles.

 

Note : 1/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
10/20

Darksiders n'est pas un mauvais jeu. Il est juste dépassé, même s'il dispose de quelques mécaniques intéressantes. Fun à jouer, vous passerez un agréable moment, sans qu'au final rien ne reste dans votre mémoire, à part de longues heures perdues de farm inutile si vous voulez décrocher le platine. La série n'en était qu'à ses prémices, elle s'est bien améliorée par la suite. Cet épisode en est la base, comme le brouillon d'une oeuvre future bien plus travaillée.

Je recommande ce jeu :
À tous