Test : Crash Team Racing Nitro-Fueled


Crash Team Racing Nitro-Fueled
  • 1
  • 2
  • 10
  • 35
Pas de note
des joueurs
Pas de note
des platineurs

Crash Team Racing Nitro-Fueled

ps4


48 trophées au total
15 trophées cachés

1085 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 102 joueurs (9 %)
100% par : 102 joueurs (9 %)
Note du jeu
18/20
Discuter du test

Test du jeu
Crash Team Racing Nitro-Fueled

  • Test rédigé par dayvyde le 04-08-2019 - Modifié le 04-08-2019


Introduction


Après Crash Bandicoot N. Sane Trilogy en juin 2017, après Spyro Reignited Trilogy en novembre 2018, c’est désormais à la version karting de Crash de faire son grand retour sur les consoles actuelles de salon, avec Crash Team Racing Nitro-Fueled, comme ses prédécesseurs, 20 ans après la première parution sur PS1.

Cette réédition graphiquement retravaillée, avec de nouveaux ajouts essentiellement esthétiques, nous propose le même jeu qu’à l’époque. Les mêmes personnages, les mêmes circuits et les même défis, et quelques bonus liés à un tout nouveau mode en ligne.

L’histoire, parce qu’il en faut bien une me direz-vous, ne casse pas trois pattes à un canard. Nitros Oxide, un extra-terrestre, se place en orbite autour de la Terre dans l’idée de détruire la planète. Mais il laisse tout de même une chance à leurs habitants, en proposant un défi à Crash et sa soeur Coco dans des courses de karting. S’ils gagnent, la planète reste intacte, sinon, elle disparaîtra...

Faites chauffer vos moteurs, et suivez le guide à travers les pistes pour découvrir l’envers du décor !

Contenu du jeu


Prenez place…

Comme le dit l’adage, on prend les même et on recommence !
A l’image des deux trilogies citées en intro, ce jeu de course reprend trait pour trait le jeu sorti initialement sur PS1. Au lancement du jeu, nous avons donc le choix parmi les modes de jeu suivants : aventure, arcade, les options et grande nouveauté de cette édition qui n’existait pas à l’époque : le mode en ligne.

Le mode aventure est tel que dans la version originale : cinq mondes, chacun comprenant quatre courses, un niveau spécial et une course de boss. Pour compléter l’histoire à 100% plusieurs conditions seront requises. En premier lieu, bien évidemment, terminer toutes les courses en première position sur huit participants, puis battre chaque boss en duel. A l’image d’un Mario Kart, il faudra user de glissades boost et de différentes armes pour sortir vainqueur. Les armes s’obtiennent en roulant à travers des caisses et sont assez variées. Missiles à tête chercheuse, boulet de canon, fioles, caisses de TNT et NITRO, pour ne citer que celles-là, chacune ayant des capacités différentes. Des caisses de pommes sont également à casser pendant les courses, et le fait d’obtenir des pommes (dans une limite de dix) octroie un léger bonus de vitesse non négligeable en haute difficulté.
Une fois cet objectif rempli, il faudra rejouer chaque course (hors boss) deux fois. Une fois pour obtenir une relique et une autre fois pour acquérir une jeton CTR. Pour les reliques, il est nécessaire de battre un certain temps propre à chaque course dans un mode contre-la-montre, où des caisses sont disséminées à travers le circuit. Ces caisses, une fois brisées, gèlent le temps de une, deux ou trois secondes en fonction de la caisse. Et en fonction du temps réalisé, on obtient alors une relique saphir, or ou platine. Concernant les jetons, il faudra cette fois rejouer une course classique, mais au passage, récupérer les lettres “C”, “T” et “R”, placées sur la piste. Mais il faudra également finir premier de la course, auquel cas avoir récupéré les trois lettres n’aura aucun effet, et vice-versa.
En parallèle à cela, il faudra également compléter les niveaux que j’appelle “bonus”. Il faut y récupérer vingt cristaux répartis dans une arène, mais dans un temps imparti. Pas question de course ici, juste un petit niveau avec des obstacles à contourner. Finir ces niveaux bonus offre à chaque fois un jeton CTR violet.
Le fait d’avoir récupéré les reliques permet d’affronter une nouvelle fois Nitros Oxyde dans un duel final pour clôturer l'histoire. Quant aux jetons, ils sont de plusieurs couleurs : rouge, vert, bleu, jaune et violet. Les obtenir tous débloque l’accès à différentes courses de coupes relatives à chaque couleur de jeton. Le but étant de terminer premier sur un enchaînement de quatre courses à chaque fois, avec comme récompense une gemme de couleur.
La difficulté du mode histoire est toute relative puisqu’elle peut être choisie au début. Bien évidemment, en mode facile, ce sera une balade de plaisir. Par contre, en mode difficile, il faudra s’armer de patience et connaître parfaitement toutes les subtilités techniques du jeu pour parvenir à vos fins. Parce qu’ici, l’IA ne vous laissera pas finir à la première place aussi facilement, tant par les armes propres au jeu que par leur qualité technique qui améliore grandement la qualité de course des concurrents ! Et tel un MarioKart-like, les adversaires peuvent s’avérer redoutables et cinglants avec les armes.
Sur la version PS1, lorsque l'aventure était lancée avec un certain personnage, il était alors impossible de le changer en cours de route. Chaque personnage ayant des caractéristiques différentes, le choix de départ avait son importance. Dans cette nouvelle édition, ce paramètre est également disponible, mais il est possible de choisir de jouer sans cette contrainte. L'avantage étant alors de pouvoir tester différents pilotes tout en progressant dans l'aventure pour trouver lequel nous correspond le mieux.

Le mode arcade comporte plusieurs sous-modes : course unique, course de coupe, bataille, contre-la-montre, course de reliques, défi CTR et défi de cristaux. Ce mode est purement local et chaque type de jeu peut se jouer seul contre l’ordi ou à plusieurs, avec à chaque fois des options de jeu paramétrables pour définir la difficulté de l’IA ou les temps/scores limites.
Le mode bataille à lui seul propose plusieurs mini-jeux. La “Bataille limite” où, dans un temps imparti, le but est toucher le plus de fois des adversaires. Le classique “Capture du drapeau” que tout le monde connaît. La “Prise de cristal”, où il faut récupérer un maximum de cristaux par rapport aux autre dans un temps limité. Le “Dernier kart” correspond à un mode survie où chacun possède un nombre de vies prédéfini, et le dernier encore sur ses quatre roues gagne. Le jeu “Vol de bacon” est similaire à la capture de drapeau, mais c’est ici chacun pour soi, avec un bacon (allez comprendre…) à disposition de tous qu’il faut ramener dans sa zone. Comme on peut le constater, le mode bataille dispose d’une bonne quantité de mini-jeux.
Le mode contre la montre est celui qui posera le plus de problèmes à tout bon chasseur de trophées, mais on y reviendra plus en détail dans la suite de ce test.
Les modes “course de reliques”, “défi CTR” et “défi de cristaux” sont quant à eux similaires aux modes que l’on trouve dans l’aventure. On peut choisir la piste et la difficulté à chaque fois, et tout est totalement indépendant du mode aventure.
Détail intéressant, les différents modes de jeu accueillent des circuits du jeu de base donc, paru sur PS1, mais également des pistes issues d’un jeu paru sur PS2, à savoir Crash Nitro Kart. Cet ajout fait passer du simple au double la liste des circuits jouables, ce qui est tout de même assez conséquent.

Et voilà le gros ajout de cette version Nitro Fueled, le mode en ligne ! Et au final, rien de transcendant… On peut tout simplement y faire des courses simples et des batailles en parties privées, entre amis ou en matchmaking avec des inconnus.
Mais ce qui vient s’ajouter au jeu en ligne est le bien plus intéressant mode “Grand prix”. Ici, les développeurs nous proposent des défis rapides, quotidiens, hebdomadaires, à thème et pro. Chaque section de défis est composée d’une liste de défis à réaliser en ligne ou en solo, et avec un niveau de difficulté variable en fonction de la section. Chaque défi terminé rapporte des points pour remplir une jauge qui au fur et à mesure offre des récompenses qui changent toutes les semaines. Les récompenses sont purement esthétiques : des skins de karts, couleurs et nouveaux personnages.

 

Note : 5/5

Aspect technique du jeu


…à vos marques…

Techniquement, le jeu répond parfaitement à l’appel et c’est pour le plus grand plaisir des mirettes !
Graphiquement retravaillé par rapport à sa première édition, l’ensemble des éléments du jeu ont des traits beaucoup plus lisses et au goût du jour. Que ce soit les circuits ou les personnages, tout a été conservé tel qu’il y a vingt ans, mais avec des graphismes rehaussés. Le jeu est extrêmement coloré, tant les environnements/décors que les personnages. Et c'est un ressenti que l'on a dès les premières secondes à l'instant même où le jeu démarre. Les couleurs sont très chatoyantes et vives. La majorité des décors respire la joie et la bonne humeur, un peu à l'image de notre marsupial et de son univers.

À l'image des graphismes, la bande son va dans le même sens. J'entends par là qu'elle apporte de la fraîcheur et pourrait presque donner un sentiment de vacances sous des airs de cocotiers. Si vous avez joué à la trilogie parue il y a deux ans, vous comprendrez mon ressenti étant donné que ce sont les mêmes tonalités. Et là aussi le tout colle parfaitement à l'univers du jeu. Au-delà de la musique, les bruitages sont efficaces eux aussi. Coups d'accélération, dérapages, collisions, effets d'armes et d'objets, tout y est sans aucun problème. Détail intéressant et qui saura titiller la fibre nostalgique de certains, il est possible de modifier la bande son pour tout écouter dans une version originale, à savoir celle de la version PS1, à l'image de la trilogie Crash Bandicoot donc.

Parlons maintenant du coeur du jeu, le côté technique et la maniabilité. Cet aspect est assez subjectif car il va dépendre des qualités et compétences de chacun. Pour ma part, un petit temps d'adaptation a été nécessaire le temps de trouver mes repères. Toute la subtilité du jeu se situant sur le fait de savoir gérer les dérapages turbo. Ce qui consiste à effectuer des dérapages tout donnant des coups de boost à un instant précis. Au bout de trois enchaînements corrects, un bonus d'accélération est alors octroyé pour aller plus vite l'espace d'un instant. Et appréhender cette technique sera le maître mot du jeu pour parvenir à vos fins, en particulier pour battre tous les temps en contre-la-montre.
La difficulté du jeu dépend uniquement de celle que l'on choisit au départ de l'aventure : facile, normal ou difficile. Et autant le dire tout de suite, terminer le jeu en mode difficile, sans maîtriser le dérapage turbo ne sera pas une mince affaire, voire même impossible. Les adversaires s'avèrent être extrêmement redoutables de par leurs qualités techniques et leur utilisation des objets. Et le gap entre le normal et difficile est assez flagrant. Dommage que l'écart ne soit pas moindre, cela aurait évité énormément de frustration. Mais peut-être est-ce là aussi tout l'intérêt du jeu et proposer alors un réel challenge…

Certains joueurs ont pu être confrontés à certains bugs graphiques. Des bugs tels que : un saut de tremplin non abouti, des blocages face à des murs invisibles ou encore des collisions avec les décors incompréhensibles. Pour autant, lors de mes différentes sessions de jeu, je n'ai pas été confronté à tous ces défauts, ou alors ce n'était pas assez flagrant pour venir entacher mon expérience de jeu.

 

Note : 5/5

Plaisir à jouer et à rejouer


…prêts…

N’y allons pas par quatre chemins : si comme moi, vous attendiez de pied ferme cette réédition, vous ne serez pas déçu ! Par contre, si c’est la première fois que vous posez vos mains sur ce jeu, et bien… vous le ne serez pas bien plus !
Le mode aventure à lui seul ne sera pas la partie la plus jouissive. Finir le jeu en mode difficile sera ici ce qui apportera le plus de frustration en cas d’échecs. Mais une fois ce mode complété, ce sera un réel soulagement.
Ce qui demande à tout un chacun de s’accrocher et de persévérer sera sans conteste le mode contre-la-montre. Et ce ne sera clairement pas une partie de plaisir pour le coup. A moins d’être un expert dès les premières tentatives, il faudra recommencer plusieurs fois chaque course pour réussir à battre les différents fantômes une bonne fois pour toutes, à la manière d’un “die and retry” ! Car pour l’obtention du trophée platine de ce jeu, sur chaque piste standard, il faudra battre 2 fantômes différents. Une fois le premier battu, il faudra alors affronter celui de Nitros Oxyde. Et sur certaines pistes, cela peut s’avérer très compliqué. Et il faudra alors connaître les pistes sur le bout des doigts, et manier son véhicule à la perfection. Et plus que pour le mode histoire, l’extase sera au maximum une fois tous les temps battus.

La nouveauté du mode en ligne apporte également un vent de fraîcheur dans la façon de jouer. Ça aurait pu n’être qu’un simple mode de jeu où l’on affronte des joueurs du monde entier, mais la particularité des défis du mode Grand Prix procure un intérêt totalement différent. Chaque défi correspond à un objectif à réaliser sur une course. Finir premier sur une course, toucher un certain nombre d'adversaires avec un certain objet, ne pas se faire toucher pendant une course, etc. Même si le but de final de ces défis est de remporter des objets esthétiques, ils ont l’avantage de donner un intérêt aux joueurs de continuer à jouer au jeu une fois l’histoire terminée. Les défis et les gains sont renouvelés et modifiés de manière régulière, ce qui apporte alors un challenge supplémentaire pour tenter de toucher au but pendant ce temps là. Reste à voir sur le long terme si cela permettra d’accrocher et de tenir les joueurs sur le jeu...
Et tel un MarioKart-like, la plus grosse dose de plaisir se déroulera lors de parties endiablées contre des amis, en local ou en ligne. Nous avons tous déjà passé des heures et des heures à faire des courses à plusieurs sur un Mario Kart, dans des ambiances déjantées et avec la pression immense de rester à la première place jusqu’au bout. Dans Crash Team Racing, la sauce est identique ! Les ingrédients sont totalement différents, mais le résultat sera là quoi qu’il arrive ! Et avec une quantité de pistes et de modes de jeu très conséquents, il y aura de quoi faire pour pouvoir faire bon nombre de confrontations.

 

Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


…PARTEZ !

Tout comme une course de karting, les trophées peuvent tomber à toute vitesse ! La majeure partie d’entre eux se débloquent en avançant dans le mode aventure, d’autant plus en mode facile ou normal. Pendant ces différentes courses, une autre bonne quantité de trophées est susceptible de tomber, liée à différentes actions à réaliser. Des actions telles que retirer une caisse de TNT sur sa tête, toucher trois adversaires avec un bonus triple missiles, ou personnaliser son kart. D’autres trophées seront à débloquer grâce à des actions un peu plus complexes, et vous demanderont alors de refaire certains circuits pour y parvenir. Mais là aussi rien de bien compliqué, juste un minimum d'entraînement est nécessaire.
Seuls deux trophées poseront de gros problèmes de par leur difficulté à tomber, à savoir (Argent) Youpi ! et (Or) Limace gasmoxienne. Le premier consiste à compléter le mode aventure en difficile. Et pour le deuxième, il faudra battre les temps de Nitros Oxide en contre-la-montre. Pour ce dernier trophée, comme dit précédemment, il sera nécessaire de jouer deux fois chaque course. La première fois, l’objectif sera de battre le temps du fantôme de N’Tropy. Cela fait, le fantôme de Nitros Oxide apparaîtra alors sur le circuit pour le battre. Ces deux trophées sont les plus compliqués à obtenir car ils sont extrêmement exigeant envers le joueur. Ils mettront les nerfs de la plupart des gens à rude épreuve, et à l’image de Crash Bandicoot 1, une bonne dose de patience et de sang-froid seront utiles.
Détail très étonnant pour cette liste de trophées, il n’y en a aucun lié au mode en ligne. Pas de nécessité ici de jouer/gagner X courses en ligne, ni d’atteindre un certain rang. Voilà qui ravira un grand nombre de joueurs réfractaires au multi.
Pour résumer, mis à part deux trophées, globalement, la liste a été créée en accord avec l’ambiance du jeu, c’est-à-dire proposer du fun avant tout. Mais en même temps, elle propose un très bon challenge pour éviter de tomber dans les travers de la facilité ou d’un farm inutile.

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
18/20

Ce remake 20 ans plus tard ne décevra personne, tant les fans de la première heure que les nouveaux joueurs. Avec l'ajout de circuits et d'un mode en ligne, et proposant un challenge somme toute bien équilibré, il saura satisfaire le plus grand nombre de joueurs, chasseurs de trophées ou non.

Je recommande ce jeu :
Aux fans de la série, Aux chasseurs de trophées/platine difficile