Test : Borderlands 3


Borderlands 3
  • 1
  • 4
  • 7
  • 40
Pas de note
des joueurs
Pas de note
des platineurs

Borderlands 3

ps4


52 trophées au total
14 trophées cachés 1 DLC

1130 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 392 joueurs (35 %)
100% par : 0 joueur (0 %)
Note du jeu
15/20
Discuter du test

Test du jeu
Borderlands 3

  • Test rédigé par Aelon le 19-11-2019 - Modifié le 19-11-2019


Introduction


7 ans. C'est la durée qui sépare Borderlands 2 de sa suite (bien que Borderlands : The Pre-Sequel soit sorti entre les deux, Borderlands 3 est la vraie suite dans l'histoire de la saga). Avec sa fin qui appelait à toujours plus d'aventure, notamment par la révélation d'une carte de la galaxie indiquant l'emplacement d'arches sur d'autres planètes, puis l'annonce d'une grande guerre dans la préquelle/suite, les fans attendaient patiemment la nouvelle itération de Gearbox Software.

Pour rappel, il s'agit d'un FPS/RPG très orienté sur le loot, puisque le jeu se repose sur une pléthore d'armes lâchées par les ennemis qui incitent à enchaîner les massacres pour devenir plus fort (et donc enchaîner les massacres, la boucle est bouclée).

Sorti en septembre 2019, Borderlands 3 reprend très peu de temps après les événements d'un DLC offert aux joueurs de Borderlands 2, à savoir que la ville de Sanctuary est tombée, tout comme les Pillards écarlates menés par la sirène Lilith qui sont à genou. Dans le tumulte causé par la chute du Beau Jack, un culte de sadiques est apparu. Mené par deux Jumeaux, Troy et Tyreen Calypso, ce culte, les Descendants de l'Arche, ravage tout sur Pandore, puisque les sadiques se rassemblent désormais tous sous une même bannière. Dans ce joyeux bordel, vous, un nouveau Chasseur de l'Arche, décidez de répondre à l'offre de Lilith pour partir à la conquête des arches de la galaxie. Prenez vos meilleurs flingues, vous allez probablement en avoir besoin.

Contenu du jeu


Chaque classe est améliorable par 3 arbres de compétences afin de devenir polyvalent ou au contraire de se spécialiser
A la conquête des étoiles

Borderlands 3 ne dépaysera pas les habitués de la licence avec son contenu. Le jeu comprend comme d'habitude une trame principale découpée en de nombreuses missions, ainsi qu'une bonne quantité de missions secondaires. Ces dernières ne sont en revanche pas toujours si annexes que cela, puisque la difficulté des missions principales augmente parfois assez vite, vous poussant à prendre le temps de monter votre personnage afin de suivre la cadence.

En dehors des missions, vous aurez plusieurs activités annexes à votre disposition à mesure de votre avancée dans le jeu. Bien que finalement assez redondantes puisqu'il s'agit de devoir tuer tout ce qui bouge, il s'agit malgré tout d'ennemis spéciaux à abattre contre une récompense. Vous aurez ainsi des humains (cibles à abattre) et des monstres (chasses légendaires) à tuer, mais pour ce faire, il vous faudra trouver leur cachette. Des coffres uniques sont également disponibles après avoir trouvé tous les enregistrements audio du premier Chasseur de l'Arche, Typhon DeLeon, au sein d'une zone. Pensez bien à les écouter, car les coffres de Typhon regorgent d'équipements haut de gamme !

Grande nouveauté de cet opus, vous allez (enfin) quitter Pandore ! Adieu les psychopathes sadiques de ce caillou perdu au sein de la galaxie ? Pas si sûr... En revanche, bienvenue sur Prométhée, et bien d'autres planètes où, rassurez-vous, on voudra presque immédiatement votre peau. Borderlands 3 comprend à nouveau un QG pour vous et vos nombreux alliés, toujours appelé Sanctuary comme dans Borderlands 2, sauf qu'il s'agit ici d'un vaisseau spatial.

Le hic de ces nouvelles planètes, c'est qu'au final, il s'agit plus de leurrer le joueur en lui faisant croire qu'il change radicalement d'environnement, alors qu'en réalité, vous continuez d'avancer au sein de zones comme dans n'importe quel autre opus. Pire encore, l'originalité ou le dépaysement ne sont pas tant au rendez-vous que ça, puisqu'un habitué de la licence reconnaîtra aisément l'ambiance et le style visuel du DLC The Zombie Island of Dr. Ned de Borderlands 1 pour la planète Eden-6, tandis que Prométhée a des faux-airs d'Opportunity, la ville du Beau Jack dans Borderlands 2. N'espérez donc pas découvrir un contenu si original que cela si vous êtes familiers avec la licence.

Concernant l'équipement, la quantité colossale d'armes, boucliers ou mods de classes est de nouveau de la partie. Reprenant les armes très prisées des joueurs dans les anciens opus afin de retrouver les sensations d'antan, Borderlands 3 propose énormément de nouveaux équipements. Avec l'apparition d'un nouveau créateur d'armes, DDA (Descendants De l'Arche), le jeu reprend le système des créateurs d'armes, qui offre ainsi des spécificités aux armes. Les armes Maliwan sont toutes élémentales, les armes Vladof ont toutes une grande cadence de tir, etc. Les éléments sont d'ailleurs toujours aussi importants, avec le grand retour des éléments feu, corrosif ou électrique. De nouveaux éléments viennent s'ajouter à la fête, à savoir la glace et la radioactivité (adieu le slag), bien que les éléments "classiques" restent nettement supérieurs.

Enfin, qui dit nouvel opus Borderlands dit nouvelles classes. Vous aurez ici le choix entre Zane, pouvant invoquer un clone afin de l'assister au combat, Fl4k, toujours accompagné de créatures dans ses tueries, Amara, la sirène du jeu, ou Moze, capable de monter dans son robot géant pour tout faire péter en cas de problème. Chacun de ces Chasseurs de l'Arche dispose de 3 arbres de compétences permettant de rester polyvalent(e) ou bien de vous perfectionner dans un style précis. Par exemple, Moze peut avoir des chargeurs presque infinis, ou reposer bien plus souvent sur son mécha selon vos choix. Rassurez-vous, vous pouvez toujours redistribuer vos points de compétences quand l'envie vous en dit.

 

Note : 4/5

Aspect technique du jeu


La variété des décors et le rendu visuel sont indéniablement l'un des points forts de l'aspect technique de Borderlands 3
Une technique plus aboutie grâce à la PlayStation 4

Étant le premier opus sorti sur PlayStation 4, Borderlands 3 voit son aspect technique globalement supérieur à celui de ses prédécesseurs.

Les graphismes, toujours à base de cel shading, ce style rendant un aspect cartoon à la licence depuis le tout premier opus, sont plus fins et mieux détaillés. Sans pour autant atteindre un niveau de finition proche du réalisme comme la plupart des FPS modernes le font, ce rendu fonctionne toujours très bien. Avec des effets de lumière assez convaincants et surtout une modélisation des personnages plus poussée qu'auparavant, Borderlands 3 jouit d'une patte graphique qui s'inscrit dans la continuité de la saga tout en étant plus aboutie.

Le voyage interstellaire permet surtout d'énormément varier les environnements traversés, allant des traditionnels paysages arides et désertiques de Pandore aux marécages d'Eden-6 en passant par la ville ultra moderne de Méridien à Prométhée. Même les arènes de combat spéciales liées aux éridiens sont parmi les décors les plus travaillés et plaisants à explorer, sorte de condensé d'une vraie expression de level design par les développeurs.

La bande son reste également elle aussi toujours efficace. Assez discrète la majorité du temps afin de vous laisser vous balader sans être gêné par une musique d'ambiance trop présente, elle saura se faire entendre pendant les combats assez compliqués ou lors des combats de boss. Là encore, plusieurs musiques sont mémorables, comme par exemple celle du combat de Brailleur ou de Killavolt. Concernant les dialogues, tous les doubleurs des jeux précédents (Lilith ou Tiny Tina par exemple) sont de retour et restent aussi bons, tandis que les nouveaux doubleurs font un travail très correct, bien qu'on regrettera le doubleur du Beau Jack qui avait fait un travail inoubliable sur Borderlands 2.

Composante essentielle dans tout Borderlands qui se respecte, le gameplay reste très proche de celui de ses prédécesseurs. On remarquera cependant l'arrivée de deux fonctionnalités très utiles, à savoir le fait de pouvoir glisser en effectuant la commande pour s'accroupir en courant, ce qui permet d'éviter des tirs tout en visant l'ennemi, mais aussi et surtout la possibilité de s'agripper à un rebord pendant un saut ou une chute. Cette nouvelle fonctionnalité change assez fortement les combats, les rendant bien plus intenses qu'avant, puisque vous pouvez désormais vous montrer très agressif envers des ennemis en hauteur qui auraient été à l'abri dans un ancien jeu de la licence, alors qu'une courte séquence d'escalade permet désormais de leur coller la pétoire sur la joue.

Élément qui avait déjà très bien fonctionné jusqu'ici, l'IA reste très satisfaisante. On passera rapidement sur les créatures qui vous foncent bêtement dessus, ce qui est très logique, pour s'intéresser aux humains. Une fois de plus, l'IA cherche à se réfugier derrière des murets ou barrière afin de se protéger de vos balles, bien que certains archétypes d'ennemis (les Brutasses ou les sadiques) cherchent par tous les moyens à vous atteindre au corps-à-corps ou ne se cachent pas afin de maintenir un feu nourri contre vous. Chaque combat vous oppose à plusieurs archétypes d'ennemis, ce qui rend donc la tâche compliquée puisque tous vos opposants ne se comportent pas de la même façon et vous oblige à vous adapter.

Le multijoueur, cher à la licence, est disponible en écran scindé ou en multijoueur. Vous pouvez choisir de rejoindre un allié en mode coopération, à savoir que les ennemis sont adaptés au niveau des deux joueurs, et ce de façon assez étonnamment bien réussie (le même ennemi pourra être niveau 50 pour un joueur et niveau 34 pour l'autre afin de garder un équilibrage), ou en mode "classique" pour un Borderlands, à savoir que les ennemis suivent le niveau du joueur le plus fort du groupe.

Malheureusement, des problèmes techniques sont à déplorer. On saluera d'abord les efforts des développeurs afin de corriger la plupart des bugs et ralentissements qui rendaient injouable le jeu en multijoueur jusqu'à 2 semaines après sa sortie. Hélas, le jeu souffre toujours de ralentissements en multijoueur, bien que moins fréquents qu'avant. Certains boss comprennent de très nombreuses animations qui font brusquement chuter les framerates en plein combat, tandis que des crashs sont toujours à déplorer. Fort heureusement, le système de sauvegardes très fréquentes permet d'éviter de limiter la casse, surtout lorsque vous veniez de récupérer une arme légendaire qui vous plait juste après un boss en Chaos 3...

 

Note : 4/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Bien qu'ayant beaucoup changé, Sanctuary reste votre QG et l'endroit où vous passerez beaucoup de temps afin de devenir la plus grosse Brutasse jamais connue !
Une expérience en demie-teinte

Préambule : l'avis qui va suivre peut grandement différer du vôtre, puisqu'il prend en compte l'écriture de Borderlands 3. Vous pouvez ainsi potentiellement apprécier très différemment la qualité d'écriture que le testeur.

Avec un aspect technique très solide, le jeu reste, comme ses prédécesseurs, un excellent défouloir où l'on dézingue à tout-va n'importe quelle menace face à nous. L'aventure justifie assez bien la nécessité de passer d'une planète à l'autre, permettant donc de découvrir avec plaisir le nouvel environnement à explorer. Comme mentionné dans la section Contenu, la nouveauté ne se fera pas trop ressentir avec Prométhée et Eden-6, tandis que la planète Athénas n'est en fait qu'une seule zone, rendant frustrante sa découverte, puisqu'on aimerait en voir plus tant il s'agit d'un style assez nouveau pour les Borderlands. Enfin, la planète finale du jeu est une vraie bouffée d'air frais, avec un bestiaire unique et un style vraiment original.

Quelle que soit la planète où vous êtes, le gameplay bien plus dynamique qu'auparavant rend les combats plus rythmés. Vous serez plus agressifs dans vos déplacements, surtout que l'ennemi peut apparaître n'importe où et chercher à vous encercler et submerger si vous ne bougez pas. La mobilité est donc essentielle pour rester en vie (et de gros flingues qui font mal, accessoirement). Le jeu garde une excellente sensation de progression, avec une barre d'expérience qui n'aura de cesse de vous offrir des points à dépenser dans les arbres de compétence, ainsi que du loot toujours aussi satisfaisant, bien que vous chercherez toujours à courir après l'équipement orange, le fameux niveau légendaire.

Une fois l'aventure principale terminée, vous avez le choix entre continuer à faire les missions secondaires, les chasses, arènes de combat et autres joyeusetés sanglantes, ou vous pouvez opter pour le New Game +, le mode Chasseur Ultime. Sachez que l'aventure commence presque réellement après avoir vaincu le boss final, puisque vous pourrez accéder au mode Chaos même dans votre première partie. Il s'agit d'un système de difficulté divisé en 3 paliers qui met automatiquement les ennemis au même niveau que vous. Vous subissez des handicaps tandis que les ennemis profitent de bonus, mais vous récupérez en parallèle bien plus d'expérience, ainsi que du loot bien plus intéressant.

Le système de jetons de Brutasses de Borderlands 2 revient dans cet opus, mais n'est accessible qu'après l'aventure principale. Vous débloquerez une nouvelle barre d'expérience qui vous permettra d'améliorer des caractéristiques, comme le dégât de vos armes ou le temps de latence de votre compétence. Rien de nouveau, mais peu importe, la formule marche toujours aussi bien.

Hélas, s'il y a bien une formule qui ne marche pas du tout dans ce Borderlands 3, c'est son écriture. Alors attention, il est évident que la licence n'a jamais brillé par des dialogues très intelligents, mais on atteint ici un niveau de débilité si élevé qu'écouter les personnages du jeu parler peut vite pousser au meurtre. Il n'y a pas d'autre moyen de décrire l'humour du jeu que "pipi caca prout", puisque tous les personnages du jeu, à l'exception de quelques-uns qui ont miraculeusement échappé à la lobotomie, parlent de cela.

Et c'est vraiment handicapant pour l'expérience de jeu, puisque les dialogues sont toujours aussi prépondérants que dans les autres jeux, mais avec désormais un humour puéril jamais drôle. Si vous aviez peu apprécié la blague sur Étalon du cul dans Borderlands 2, coupez les dialogues du 3 puisque c'est le même style en moins bon. Par exemple, je vous parlais des enregistrements de Typhon DeLeon pour récupérer du butin intéressant, mais cela sous-entend d'écouter son passé chez ses parents qui travaillaient dans une "ferme à caca", parce que le caca c'est important.

Gearbox a par ailleurs tenté de recréer un Beau Jack 2.0, comme Far Cry 4 avait tenté de recréer un Vaas, mais c'est un bel échec. Troy et Tyreen sont insipides et oubliables, surtout en comparaison de l'excellent travail du doubleur français du Beau Jack qui concurrençait la VO. Le jeu ne crée pas d'empathie avec eux comme le deux le faisait avec Jack (qui évolue au sein de sa propre histoire avec ce qui arrive à l'Ange). Il s'agit donc de personnages qui vous parleront souvent comme le faisait le Beau Jack, mais sans réel intérêt ni humour, bien qu'ils cherchent à placer le plus de blagues possible. On oubliera bien vite les nouveaux personnages introduits par le jeu, qui ne disposent pas d'assez de temps pour briller, tout comme Ava, la Tiny Tina 2.0 de ce jeu, qui aurait pu connaître un développement très intéressant au fil du jeu mais qui ne marquera pas les esprits, ce qui est fort dommageable quand on constate son importance scénaristique.

La surabondance de blagues ruine donc les dialogues du jeu et fait grincer les dents à plusieurs reprises. Difficile donc de conseiller de refaire l'histoire en Chasseur Ultime, surtout que le mode Chaos rend le NG+ nettement moins important que dans les autres jeux avec le challenge relevé et surtout le fait qu'il mette tous les ennemis à votre niveau comme en Chasseur Ultime 2 dans les autres jeux.

Pour la première fois, rejouer au jeu n'a plus le même intérêt, puisque même si vous jouez avec des amis, n'importe quel boss peut très bien être réaffronté en difficulté maximale dans la première partie.

 

Note : 3/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Les terrains d'entraînement éridiens font partie des meilleures nouveautés de cet opus et sont un vrai plaisir à faire pour les trophées
Devenir la Brutasse N°1 de la galaxie

Le platine est très agréable à chasser. En passant outre les dialogues stupides du jeu, vous aurez concrètement à tout faire ou presque dans une seule partie.

L'avancée dans l'histoire principale vous récompense toujours de plusieurs trophées, marquant donc votre progression d'une bien belle façon, mais ce n'est qu'une infime partie des trophées du jeu.

Vous aurez des défis à réaliser, comme par exemple gagner une grenade dans une machine à sous, réaliser un certain score au stand de tir de Marcus, débloquer des skins ou des pièces de véhicules, etc. Il s'agit de petits défis très simples à réaliser une fois l'objectif connu et qui s'inscrivent dans la logique du jeu, afin d'éviter d'aliéner l'expérience de jeu elle-même.

Le plat de résistance ici, ce sont sans conteste les missions secondaires et les collectibles. N'ayez pas peur à la lecture de ce dernier mot, puisque le système de suivi de Borderlands 3 rend la tâche au final très sympathique.

Pour commencer, vous devrez finir toutes les quêtes secondaires du jeu, ce qui s'effectue une fois de plus sans trop de problème en consultant un guide ou en regardant la carte d'une zone, puisque les déclencheurs de missions secondaires sont presque tous indiqués en consultant la carte. Aucune mission secondaire n'est compliquée et apporte au contraire un nouvel intérêt au jeu. De la même façon, en consultant un guide, chasser les monstres pour Hammerlock et tuer les cibles pour Zer0 s'avère très fun à faire, surtout au vu des récompenses de chaque élimination. Là encore, en consultant les données d'une zone, vous pouvez très facilement savoir si vous avez fini les collectibles d'une zone ou s'il vous en manque, et dans ce cas lesquels (ce qui est extrêmement confortable, sachez-le).

Vous aurez d'autre part à déchiffrer toutes les plaques éridiennes du jeu ou à découvrir tous les lieux importants. Au risque de me répéter sachez que la lecture d'un guide permet en un clin d’œil de savoir ce qu'il vous manque, d'autant que les missions principales et secondaires vous font visiter la majorité des lieux importants.

Les trophées comprennent des objectifs à accomplir en coopération : réanimer un allié à terre et gagner un duel. Ces trophées sont toujours réalisables en écran scindé ou en ligne, ce qui reste très confortable, puisque vous avez le choix dans votre façon de faire.

Enfin, les seuls trophées qui pourraient vous ennuyer sont ceux liés aux arènes de combat. Vous devrez en effet finir tous les terrains d'entraînement éridiens, qui auraient selon moi dûs être le seul modèle d'arène du jeu au vu du système d'avancée et de boss final de ces arènes très réussi. Hélas, les cercles de massacre de Torgue sont également de la partie. Cloîtré(e) au sein d'une petite arène façon DLC de Moxxi dans Borderlands 1 (certains auront des sueurs froides à la lecture de cette analogie), vous allez devoir enchaîner des vagues d'ennemis de plus en plus longues et au final très lassantes, puisque le bestiaire ne change pas vraiment au sein d'une même arène. Les vagues finissent par sembler interminables (surtout dans l'arène du Massacrator), et l'arène la plus difficile se termine par un double boss qui fait exploser la difficulté du jeu et pourra s'avérer être très frustrant si vous n'êtes pas correctement préparé(e).

On saluera malgré tout l'absence de trophées liés au hasard comme ce fut le cas dans le 2, ainsi que le fait que les développeurs n'aient pas imposé aux joueurs de finir tous les défis du jeu (notamment les défis d'armes), qui restent donc un vrai plus pour celles et ceux qui seraient intéressé(e)s. Pas de boss de raid comme Terramorphous à abattre non plus pour les trophées. Pas dans le jeu de base du moins...

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
15/20

Bien que très correct, Borderlands 3 laisse une sensation étrange une fois terminé. Moins marquant que Borderlands 2 bien que plus abouti techniquement, l'aventure n'est plus aussi palpitante qu'avant. Sans doute à cause d'un air de déjà-vu, mais aussi à cause d'une écriture qui est malheureusement devenue puérile et stupide, sorte de mauvaise parodie de la licence Borderlands elle-même. A faire entre amis si possible, avec en plus un platine qui reste très agréable à faire.

Je recommande ce jeu :
Aux habitués des 100%, Aux fans de la série, Aux chasseurs de trophées/platine facile