Test : Borderlands 2


Borderlands 2
  • 1
  • 6
  • 16
  • 53
Note des joueurs :
4.8/5 - 75 notes
Note des platineurs :
4.8/5 - 43 notes

Borderlands 2

ps4


76 trophées au total
1 trophée online
21 trophées cachés 5 DLC's

3858 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 1023 joueurs (27 %)
100% par : 294 joueurs (8 %)
Note du jeu
19/20
Discuter du test

Test du jeu
Borderlands 2

  • Test rédigé par Aelon le 18-08-2015 - Modifié le 07-12-2016


Introduction


"Alors mes biches, on veut se frotter au Beau Jack ?"
Suite au succès de Borderlands 2 sur PlayStation 3, Gearbox Software et 2K Games proposent à tous les détenteurs d'une PlayStation 4 de (re)découvrir Borderlands 2. Pour ceux qui ne connaîtraient pas la série, Borderlands 2 est un mélange de FPS et de RPG, à savoir un jeu de tir à la première personne où l'on gagne des niveaux et attribue des points de compétences pour devenir toujours plus puissant et terrasser toujours plus d'ennemis. Le jeu, incluant tous les DLC sortis sur PlayStation 3, est vendu avec Borderlands The Pre-Sequel (ainsi que tous ses DLC) dans une compilation appelée Borderlands The Handsome Collection.


"Bienvenue sur Pandore... Les mioches !"


Pour rappel, sur Pandore, planète hostile peuplée de créatures sauvages et d'humains plus sauvages encore, une Arche fut ouverte par quatre Chasseurs de l'Arche. Ces derniers étaient partis en quête d'argent et d'armes puissantes mais se sont finalement retrouvés nez-à-nez avec un immense alien nommé "Le Destructeur" à l'ouverture de cette Arche. Ce qu'ils ignoraient, c'est qu'en plus d'ouvrir cette arche pour libérer cette créature (et accessoirement devoir la vaincre), ils avaient involontairement fait émerger un minerai rare appelé l'éridium qui coûte une fortune. Pour couronner le tout, une deuxième Arche bien plus intéressante que la première existerait sur Pandore...
C'est là qu'apparaissent quatre nouveaux Chasseurs de l'Arche ayant été recrutés par Le Beau Jack, président de la compagnie Hypérion, afin de trouver cette fameuse nouvelle Arche et devenir plus riches que riches. Ces quatre aventuriers, aux choix intrépides ou totalement stupides, finissent par faire équipe et se retrouvent dans un train d'Hypérion sur Pandore.

Contenu du jeu


Des flingues, des flingues, des flingues !
Un contenu immense, drôle... Et plein de références

Étant un FPS mais aussi RPG, Borderlands 2 propose un contenu très conséquent. La quête principale vous demandera une bonne vingtaine d'heures de jeu pour peu que vous ne fonciez pas tête baissée, mais il y a quantité de quêtes secondaires qui se débloquent (ou se bloquent parfois selon l'histoire) au fil de votre avancée. Le jeu vous préviendra même parfois que foncer dans la trame principale n'est pas une bonne idée étant donné que vous risquez de finir comme plat de résistance d'un sadique. Sachez également que chacune des quêtes secondaires a été longuement travaillée par les développeurs et aucune quête n'est un fardeau à finir, bien au contraire, on prend plaisir à découvrir ce qu'ils nous ont préparé.

Par ailleurs, avec tous les DLC inclus de base dans cette version PS4, vous pourrez (re)découvrir les expansions de Borderlands 2 ! Associez-vous au Capitaine Scarlett pour mettre la main sur un trésor perdu dans le désert (c'est une personne honnête, assurément), concourrez dans une compétition gérée par Mr Torgue (EXPLOOOOSIONS garanties), participez à une chasse entre gentleman avec Sir Hammerlock (tenue chic exigée) et enfin, jouez à Bunker & Brutasse avec Tiny Tina (et croyez-moi, ça va décoiffer) ! Des dizaines d'heures supplémentaires à ajouter à celles de la version de base. Par ailleurs, vous pourrez effectuer des raids afin d'affronter les ennemis les plus puissants de Pandore et atteindre les surpuissances, offrant les meilleures armes du jeu !

Le jeu tire aussi sa force de son humour omniprésent au fil du jeu. Pandore est une planète de fous, et c'est l'occasion de rencontrer des gens hauts en couleur qui vous aideront à avancer ou alors chercheront à vous tuer, c'est selon. Ne soyez pas étonné de voir apparaître face à vous des nabots qui crient "Nabot nabot !" la hache braquée sur vous, ou bien Le Beau Jack vous parler de l'achat d'un poney en diamant pendant que vous vous faites canarder par des ennemis. Il s'agit d'un humour potache qui finira forcément par faire mouche chez tout le monde au vu du nombre de blagues présentes dans le jeu. Il existe malgré tout quelques scènes très sérieuses dans le jeu, mais le ton y est majoritairement léger... Sachez que même la mort n'est pas grave et que les bornes qui vous font réapparaître se moqueront de vous (oui, c'est un comble).

En parlant d'humour, Borderlands 2 est truffé de références. Il est presque impossible de toutes les voir, mais elles parsèment le jeu et rajoutent une dimension attachante et comique. Pour exemple, il existe une quête hommage au film "Le Bon, La Brute et le Truand", vous pouvez porter un anneau jusqu'à un volcan pour le détruire (il y a même un nain au sommet du volcan) tel un Frodon armé de mitrailleuses et de grenades, aller vous reposer près d'un feu de camp tout droit sorti de Dark Souls, gifler un certain Jeffrey qui mérite une bonne paire de claques depuis qu'il gouverne sur son trône en métal, ou bien creuser dans les mines tel un personnage de Minecraft (cette référence est particulièrement évidente). Les références de Borderlands 2 sont un bonus qui décochera un sourire chez n'importe quel joueur reconnaissant l'origine de celles-ci.

Un inventaire colossal et une progression continue (et conservée pour les vétérans de la version PS3)

Le nombre d'objets dans Borderlands 2 est incalculable. Le système de création d'objets est aléatoire et chaque arme que lâche un ennemi est différente. Bien évidemment, plus l'ennemi est puissant plus l'arme l'est également, mais l'inventaire de chaque joueur est unique. De plus, il existe différents fabricants d'armes et d'armures ayant leurs spécificités : les armes de la compagnie Vladof ont toutes une cadence de tir élevée, celles de Tediore ne se rechargent pas mais se lancent une fois vides, etc. On pourra donc s'habituer à une compagnie précise et rechercher ses meilleurs équipements.
Les armes à feu ne se contentent pas de tirer des balles, certaines tirent du feu, de l'acide, de la foudre ou du slag (élément rendant les ennemis plus vulnérables), ce qui implique donc de rester tactique et de devoir s'adapter à chaque situation dans le jeu : n'aller pas tenter de brûler un pyromane ou d'acidifier un insecte qui crache de l'acide, et pensez à avoir du slag sur vous en cas d'ennemi robuste !

Une fois atteint le niveau 5, vous gagnerez un point de compétence par niveau à attribuer dans l'un des trois arbres de compétences (propre à chaque personnage) afin de vous spécialiser ou d'acquérir de nouveaux bonus pour vos pouvoirs. L'attribution des points de compétences n'est pas définitive puisqu'il est possible de payer (une somme ridicule au vu de l'argent que vous gagnerez) afin de récupérer tous vos points de compétences pour les réattribuer différemment, vous permettant de trouver les bonus qui vous conviennent le mieux.

Petite nouveauté de ce second jeu, le système de Brutasse (traduit du mot anglais Badass) fait son apparition. Chaque défi que vous réussirez dans le jeu vous fera gagner des niveaux de Brutasserie, et chaque pallier de niveau permettra d'acquérir un jeton de Brutasserie. Ce jeton permet d'améliorer définitivement tous les personnages de votre profil dans un domaine : vitesse de tir, précision, santé maximale etc. Ainsi, la progression est permanente et continue étant donnée la transmission des niveaux de brutasserie entre chacun de vos personnages.
Une nouvelle monnaie apparaît également, l'éridium, permettant d'augmenter la capacité de notre inventaire, de nos munitions d'un type d'armes. Cette ressource est plus rare que l'argent classique mais a son propre marché. L'argent sert toujours à acheter armes, munitions et boucliers.

Bonne nouvelle pour les vétérans de la version PS3, il est possible de récupérer vos personnages sur PS4 (niveau, inventaire, argent, éridium, défis finis, etc) en envoyant depuis la PS3 votre personnage sur les serveurs de Borderlands pour ensuite le récupérer sur votre version PS4 ! Testé par votre rédacteur et approuvé !

Jouer seul ? Ou bien à plusieurs ? Pas de problème

Borderlands 2 peut parfaitement se jouer seul, mais la coopération fait partie intégrante du jeu. En effet, il est possible de jouer à plusieurs sur la même console en écran splitté, de jouer en ligne entre amis, en privé ou en public... Et de jouer à plusieurs sur la même console en écran splitté en ligne (attention toutefois, PlayStation 4 oblige, il faudra que tous les comptes de la console jouant en écran splitté soient abonnés au PlayStation Plus, dans le cas contraire, vous ne pourrez jouer qu'en local !). Tous les modes de coopération existent et il est très rapide de passer de l'un à l'autre (de seul à en ligne par exemple). Bien évidemment, jouer en coopération rend l'aventure d'autant plus palpitante mais aussi comique si les joueurs découvrent toutes les blagues du jeu. Il n'existe par ailleurs aucune restriction pour rejoindre une session de jeu, les serveurs proposés étant ceux de joueurs d'un niveau proche du vôtre afin de maintenir un plaisir de jeu pour tous.

 

Note : 5/5

Aspect technique du jeu


Déjà fun en solo, le jeu devient jubilatoire en coopération
Un style attachant et réussi

Le design du jeu est intégralement en cell-shading et très coloré, donnant un rendu cartoon et rajoutant à l'effet comique par moment (permettant aussi de dédramatiser certaines scènes ou situations qui seraient sinon bien plus violentes). Les développeurs sont bien conscients du rendu de leur jeu et ont créé des situations complètement burlesques qui sont toutes réussies. De par le design, le jeu est fluide et la sensation de chaos lors de certains combats est parfaitement retranscrite.

Étant une version remasterisée, il était évident qu'on l'attendait sur le plan graphique. Les développeurs ont effectué un lissage complet de toutes les textures pour les embellir et les rendre agréables sur nouvelle console. Par ailleurs, le jeu est extrêmement fluide. Bien plus que sur la version PS3, il suffit d'ailleurs d'accéder au menu du jeu et de tourner autour de votre personnage sur les deux versions pour constater la différence. En jeu, évidemment, la différence est d'autant plus frappante. Tout est plus détaillé, plus net, plus fluide. Aucun ralentissement n'a été constaté lors de mes sessions de jeu (et croyez-moi, jouant avec un ami Défourailleur qui arrivait à faire planter la version PS3 à force de balancer trop de grenades, je m'y connais !), ce qui augmente d'autant plus la nervosité des combats.

Le level design du jeu est particulièrement réussi. On passe en effet de la toundra à un désert sorti d'un Western, à des usines, des plaines, une zone apocalyptique, etc. Effet de dépaysement garanti. Tout le jeu est découpé en zones reliées les unes aux autres par des portails délimitant celles-ci mais également par des téléporteurs dans certaines zones clefs afin de faciliter les déplacements. Et une mini-carte ainsi qu'une carte vous aideront à vous y retrouver.

La bande-son est essentiellement constituée de musiques d'ambiances lancinantes et discrètes qui collent parfaitement à l'univers sauvage du jeu. Elles permettent d'ajouter de la vie à chaque zone visitée d'une manière spécifique, et chaque zone contient une musique d'ambiance et une musique de combat, cette dernière se lançant en cas de combat réellement dangereux pour vous. En effet, si vous vous amusez à rouler sur un pauvre monstre sans défense la musique ne changera pas, mais lorsque plusieurs monstres vous chargeront ou que vous commencerez à perdre une certaine quantité de vie, la musique de combat se lancera, corrélant la situation. Sans compter les doublages français qui appuient le côté burlesque de certains personnages et ennemis. On est plutôt bien servi niveau doublage pour le coup.

Une IA rusée et intrépide

Ne pensez pas vous reposer trop souvent dans Borderlands 2. Les ennemis ont tous une IA bien travaillée et n'hésiteront pas à vous encercler s'ils le peuvent afin de mieux vous tuer (et mieux, vous manger si c'est un sadique qui vous attrape). Les ennemis sont classés en plusieurs catégories, comme par exemple les tireurs qui se cachent derrière des obstacles, les sadiques qui vous foncent dessus, les géants qui avancent vers vous, de telle sorte que plusieurs ennemis ayant un comportement différent sont présents en même temps et vous poussent à reculer ou à attaquer stratégiquement. De plus, l'IA sait quand elle est en danger car presque tous les ennemis du jeu cherchent à vous fuir une fois gravement blessés.
L'IA sait également très bien anticiper vos mouvements et est très (parfois trop) précise. Ce n'est pas en sautant et zigzaguant que vous esquiverez les balles, mais en vous mettant à couvert. Le jeu vous proposera donc un défi bien corsé.

Un multijoueur jouissif et abouti

Le multijoueur étant l'un des fers de lance de la série, il est ici très bon avec peu de défauts. Avant de rejoindre une session, vous serez prévenu de la qualité de la connexion à l'hôte et une fois en cours de partie, vous rejoindrez l'avancée de l'hôte. Les développeurs ont particulièrement réussi la coopération en ligne étant donné que si vous rejoignez un ami ayant une petite avance sur vous dans la quête principale, la portion que vous faites avec lui sera sauvegardée pour vous en solo ultérieurement, c'est-à-dire que si vous atteignez seul le point où vous aviez rejoint votre ami, un message apparaîtra vous proposant d'accélérer la quête principale jusqu'au point où vous vous y étiez arrêté avec votre ami. Aucune inquiétude à avoir quant à la progression en multijoueur. De plus, les récompenses des quêtes secondaires sont obtenues en coopération par tous les joueurs présents, mais une seule fois (si vous refaites la même quête plus tard vous serez averti que vous aviez déjà fini cette quête).

 

Note : 5/5

Plaisir à jouer et à rejouer


6 chasseurs de l'Arche qui forment une belle brochette de bourrins !
Comment ça, c'est pas fini ?

Le jeu est un véritable plaisir à jouer à plusieurs et s'avère drôle même en solo. Côté progression, le niveau maximum étant le niveau 72, vous pourrez évoluer tout au long de votre aventure afin de devenir la machine à tuer numéro 1 de Pandore. La quête principale sera riche en révélations sur le premier Borderlands tandis que les quêtes secondaires seront l'occasion de combattre et de rire un bon coup. Et une fois la quête principale finie, vous débloquerez le mode Chasseur Ultime, un New Game +, mode de jeu où vous recommencerez depuis le début avec tous vos équipements acquis ainsi que l'expérience mais où les ennemis seront tous bien plus forts et où les objets gagnés seront forcément plus intéressants.

Si vous pensez en avoir fini après le mode Chasseur Ultime, sachez qu'il existe un mode Chasseur Ultime 2 (on va plus loin chez Gearbox Software, c'est comme ça), un mode de jeu exigeant où le niveau de tous les ennemis sera basé sur le plus haut niveau du joueur de la partie qui mettra vos nerfs à rude épreuve étant donné que les ennemis occasionnent des dégâts décuplés et ont plus de vie... Préparez-vous bien avant de vous y attaquer car moins de quatre balles peuvent vous tuer (et les ennemis visent bien).

En dehors de l'aventure principale, vous pourrez à tout moment accéder aux zones des DLC et ainsi (re)découvrir leur contenu. Chacun des quatre DLC (sans compter Halloween ou les raids) est extrêmement travaillé, avec ses ennemis uniques, ses nouvelles quêtes toutes plus déjantées les unes que les autres, notamment dans celui de Tiny Tina, et ses nouvelles blagues. Un contenu à faire et refaire avec plaisir.

Six styles, six aventures différentes

Les quatre personnages de base présentent des caractéristiques bien distinctes. Bien que chacun des quatre puisse manier n'importe quelle arme, votre expérience de jeu variera en fonction de votre choix de personnage. Vous pouvez opter pour Axton, le commando, qui invoque une (ou deux si vous débloquez la compétence) tourelle de combat prête à vous assister et à tuer pour vous pendant que vous vous mettez à couvert pour récupérer, ou jouer avec Zer0, le chiffr... l'assassin, qui peut se rendre invisible et attaquer au corps-à-corps un ennemi en lui infligeant d'immenses dégâts ou se cacher à distance et tuer au sniper en détectant les points faibles, ou jouer avec Maya, la sirène, capable de paralyser momentanément un ennemi pour le dégommer ou réanimer immédiatement un allié tombé, ou encore jouer avec Salvador, le Salvador, qui peut se servir d'une deuxième arme, regagner toute sa vie d'un coup et défourailler en tirant à tout-va sur tout ce qui bouge (que ce soit armé de deux lance-roquettes ou deux fusils de précision, rien n'arrête Salvador). Et n'oubliez pas que si vous jouez avec un nouveau Chasseur de l'Arche, vos niveaux de Brutasserie acquis seront automatiquement mis à jour pour ce nouveau personnage et il se verra doté des mêmes bonus que votre premier Chasseur (c'est un bonus désactivable si vous voulez repartir de zéro).

Mais ce n'est pas tout ! Avec les DLC compris dans The Handsome Collection, vous pourrez jouer les deux autres Chasseurs de l'Arche ! Découvrez donc Krieg, le taré psychopathe qui rivalise dans la violence avec Salvador (il peut entrer en transe en massacrer les ennemis avec sa hache, ou la lancer, c'est possible aussi), ainsi que Gaige, la mécromancienne (je parie que vous avez lu avec un N au début, pas vrai ?), capable d'invoquer un robot de combat qui vole, tabasse et foudroie tout ce qui bouge, tandis que Gaige, au sol, accumule de l'anarchie afin d'asséner des coups dévastateurs. Accessoirement, elle rivalise avec Tina dans le domaine de la folie... C'est dire...

 

Note : 5/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Préparez-vous à affronter les créatures tout droit sorties de l'imagination de Tiny Tina (vous êtes dans de beaux draps...)
Une grande partie accessible mais demandant de la patience

Aucun trophée ne peut être manqué, permettant d'apprécier le jeu dans un premier temps sans s'intéresser particulièrement aux trophées. Une bonne partie des trophées de Borderlands 2 sont débloqués automatiquement lorsque vous avancez dans la quête principale. Ainsi, pas besoin de s'occuper de quel trophée à débloquer durant l'histoire, finissez l'aventure afin de décrocher plusieurs trophées.

De plus, plusieurs trophées sont liés aux différents paliers de niveau, le dernier étant le niveau 50, bien que le niveau 72 soit désormais accessible de base, vous demandant de refaire le jeu en Chasseur Ultime (voire Chasseur Ultime 2 pour les téméraires). Si vous jouez à plusieurs, ces trophées devraient même tomber sans que vous vous en rendiez compte à force de jouer.


En dehors des trophées automatiques lors de gain de niveau ou d'avancée dans la trame principale, certains trophées constituent des défis assez simples demandant de faire une action spécifique (pousser un ennemi à atteindre sa forme ultime, lancer une arme Tediore en plein vol sur la face d'un ennemi), tandis que d'autres requièrent de dévoiler toute la carte (de chaque zone du jeu) : en somme rien d'insurmontable.
Il vous faudra également finir toutes les quêtes secondaires du jeu, et pour cela vaincre le plus puissant ennemi du jeu qui nécessite d'y aller à plusieurs préparés (ou bien tout seul si on utilise une technique peu honnête mais qui fonctionne) : vaincre ce boss de fin annexe peut s'avérer difficile mais il est évidemment possible de demander de l'aide (sur PSTHC au hasard) afin de terrasser la bête si vous comptez la vaincre à la régulière.

Certains trophées basés sur la chance de chacun et d'autres demandant de la persévérance

C'est là qu'apparaît le premier (petit) point noir pour certains chasseurs de trophées, en particulier du platine. Il vous faudra recommencer l'aventure afin d'incarner chaque personnage pour effectuer des actions liées à leurs pouvoirs respectifs (tuer 100 ennemis à la tourelle, tenir 10 secondes invisible etc) qui nécessiteront de refaire le jeu jusqu'à atteindre le niveau 25 de Salvador ou 31 de Zer0. Bien évidemment, si vous adorez le jeu ou souhaitez le refaire sous un autre gameplay ces trophées ne vous dérangeront pas, mais si vous ne vouliez jouer qu'un seul personnage, cela pourrait vous sembler long au final (quoique vous ne vous ennuieriez pas trop non plus). Pas besoin de jouer avec Gaige et/ou Krieg si ces personnages ne vous intéressent pas, aucun trophée ne leur est associé.

Le deuxième point noir, plus important, représente les trophées reposant sur le hasard, tels que tuer Donkey Mong, rencontrer un certain PNJ donnant des armes ou bien tuer Jimmy Jenkins. Cependant rien d'insurmontable non plus étant donné que des astuces existent afin d'augmenter les chances d'obtenir ces trophées, une stratégie existant même pour Jimmy Jenkins, la bête noire des chasseurs de trophées de Borderlands 2.

Mais, autre (très) bonne nouvelle pour les vétérans de la version PS3 qui auraient platiné cette dernière et qui s'attaqueraient à la version PS4, avec la version Cross-save, vous pouvez importer un personnage qui vous a permis de faire les trophées et ainsi éviter de repasser par la chasse à Jimmy Jenkins, aux quêtes secondaires (pour peu que vous en ayez laissé quelques unes à faire), et aux multiples parties pour monter un Zer0 ou Salvador afin d'obtenir leur trophée ! Un gain de temps énorme qui permet en plus d'éviter cette frustration occasionnée par certains trophées de Borderlands 2 !

Un 100% très accessible

Maintenant que nous avons abordé la liste des trophées de la version de base (et donc du platine), abordons le cas du 100%, demandant d'obtenir les trophées des quatre DLC du jeu. Parmi tous les trophées qui les concernent, seul un peut être manqué (dans Tiny Tina, concernant une amulette). Une excellente nouvelle qui permet donc d'aborder les DLC sans avoir à vérifier constamment sur un guide que vous n'avez pas commis d'erreur. Chacun des DLC vous demandera d'effectuer toutes les quêtes secondaires qu'il propose. Pas d'inquiétude, elles valent toutes le détour (ces DLC sont une version encore plus assumée dans le délire que le jeu de base).

Il vous faudra notamment affronter les boss de Raid, ces ennemis surpuissants qu'il vaut mieux affronter à plusieurs, offrant un véritable challenge étant donné que chacun d'entre eux nécessite une stratégie pour le battre et une certaine entente au sein du groupe. Des combats de longue durée avec en récompense des cristaux séraphins, une monnaie des DLC qui permet d'acheter des armes séraphines, à savoir des armes abusées (non, sérieusement, l'une d'elles permet de tirer des balles de slag ET foudre en même temps... Du pain béni en Chasseur Ultime 2).
Comme pour le jeu de base, quelques rares trophées vous demanderont de refaire plusieurs fois la même chose, notamment dans le DLC de Torgue, afin de collecter des objets. Mais rien de trop terrible non plus quand on voit tout ce que proposent les DLC.

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
19/20

Borderlands 2 est un excellent FPS-RPG défouloir, drôle aussi bien à plusieurs qu'en solo. Il n'est pas nécessaire d'avoir joué au premier pour pleinement apprécier celui-ci, qui vous laissera de bons souvenirs et vous offrira un challenge relevé mais accessible pour atteindre son platine ainsi que son 100%. Compris avec Borderlands The Pre-Sequel, il s'agit réellement d'une excellente offre.

Si vous aviez déjà joué à la version PS3, à vous de voir. Un vrai travail a toutefois été fait sur le plan technique, en plus de tous les DLC compris avec le jeu.

Je recommande ce jeu :
À tous