Test : Blacksad : Under the Skin


Blacksad : Under the Skin
  • 1
  • 3
  • 13
  • 23
Note des joueurs :
2/5 - 1 note
Pas de note
des platineurs

Blacksad : Under the Skin

ps4


40 trophées au total
5 trophées cachés

115 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 0 joueur (0 %)
100% par : 0 joueur (0 %)
Note du jeu
12/20
Discuter du test

Test du jeu
Blacksad : Under the Skin

  • Test rédigé par dayvyde le 07-05-2020 - Modifié le 07-05-2020


Introduction


Test réalisé avec la version 1.04

Publié pour la première fois en 2000, Blacksad est une série de bande dessinées de cinq albums jusqu’à présent, des espagnols Juan Díaz Canales (scénarios) et Juanjo Guarnido (dessins). L’univers de la série prend place aux Etats-Unis dans les années 1950, mais dans un monde totalement différent de celui que nous connaissons. Le fait est que tous les personnages sont des animaux, et tous ont les traits de caractères et les mimiques de l’homme, tant par le fait qu’ils parlent, que par le fait qu’ils se déplacent et agissent comme tel. Ils marchent debout, ils mangent avec leurs mains, ils fument, etc…
Microids, en partenariat avec Pendulo Studios et YS Interactive, nous propose ici une expérience sur console, basée sur cet univers, mais avec une histoire totalement indépendante des bandes dessinées. Nous retrouvons donc John Blacksad, le protagoniste de la série, un chat détective privé, ancien militaire, qui va devoir enquêter sur la mort du lynx Joe Dunn, propriétaire d’une salle de boxe.
Sur fond de complots et de corruption, retournons ensemble dans les fifties, pour mener notre propre enquête, tout en suivant de près celle de notre ami John...

Contenu du jeu


Comme dit juste avant, l’univers dans lequel nous plonge le jeu est complètement anthropomorphe, et pour chaque animal, il sera facile de deviner leur fonction dans l’histoire. Par exemple, l’ensemble du corps policier est représenté par des chiens de différentes races en fonction de leur grade. Autre exemple, l’un des meilleurs amis de Blacksad est un gorille boxeur qui a également été garde du corps. Vous l’aurez donc compris, chaque personnage de cet univers est bien représentatif et associé à un type d’homme.

Bien connus pour leurs jeux “point and click”, Pendulo Studios coupe court avec ce style et nous propose de déplacer le personnage au joystick. Tout au long du jeu, nous contrôlons alors Blacksad en vue à la troisième personne et il est possible d'interagir avec certains éléments du décor, dès lors que la possibilité se présente.

L’évolution du jeu se fait au travers de différents lieux totalement distincts tels qu’une salle de boxe, un “diner” américain ou même un cimetière. Dans chaque endroit, la fouille est de mise pour pouvoir trouver des indices qui permettent d’avancer dans l’histoire et dans l’enquête. Ces indices peuvent être trouvés à travers le décor ou bien par les différents dialogues avec les autres personnages. Chaque dialogue est interactif, dans le sens où plusieurs choix de réponses sont disponibles et bien évidemment, en fonction de notre choix, l’interlocuteur aura à chaque fois une réponse associée. Dans la majeure partie des cas, le temps pour choisir notre option est limité, avec un temps plus ou moins court en fonction des circonstances.
L’avancée dans l’histoire sera ponctuée par un grand nombre de QTE. La plupart du temps, ces QTE apparaissent lors de phases de combat. Chaque QTE a une incidence plus ou moins importante pour la suite, mais sans changer fondamentalement le cours de l’histoire, au même titre que les dialogues par ailleurs. Par contre, certaines peuvent mener à une mort brutale de Blacksad, il faut donc être vigilant dans ces cas là.
Pour mener son enquête, Blacksad est en mesure d’utiliser ses sens de félins. Dans certains cas de figure, il a la possibilité d’utiliser son odorat, sa vue perçante ainsi que son ouïe fine pour déceler des indices imperceptibles autrement. De ce fait, de nouveaux indices seront alors découverts.
Et une fois une majorité d’indices trouvés, peu importe la manière, des déductions sont possibles, et une icône apparaît alors dans un coin de l’écran pour nous le faire savoir. A l’instar des jeux Sherlock Holmes (pour les connaisseurs), tous les indices apparaissent alors à l’écran, et à nous de faire les liaisons adéquates. De là, de nouveaux indices sont créés pour nous permettre d’accéder à de nouvelles déductions, ou bien pour avancer dans l’histoire.

Petit point important et non des moindres, un ensemble de collectibles est présent tout au long de l’aventure, il s'agit de cartes à collectionner à trouver. Celles-ci sont à récupérer pour compléter un livre qui correspond au panthéon des sports du jeu. A l’intérieur de ce livre, il y a quatre sections à remplir avec ces cartes, réparties par des sports différents, à savoir le football américain, le baseball, la boxe et le hockey. Chaque carte représente des célébrités sportives propre à l’univers Blacksad. Elles sont toutes disséminées à travers le jeu et il faudra par moments jouer avec la caméra pour pouvoir les découvrir. Vous l’aurez compris, ce livre fait un peu office d’album Panini, pour les connaisseurs.

 

Note : 4/5

Aspect technique du jeu


Voilà la partie où le bât blesse et pourquoi le jeu a été autant été décrié.
Il s’avère que Blacksad, depuis sa sortie est rempli de bugs en tous genres. Entre temps, certains patchs ont été déployés pour améliorer le jeu, mais rien n’y fait ! Les bugs les plus lourds sont toujours présents, et les joueurs attendent de pied ferme le patch salvateur. Mais rentrons donc dans les détails.

Graphiquement, le jeu est plaisant à observer et reprend convenablement le style apporté aux bandes-dessinés originales, même si les traits sont tout de même plus fins et arrondis. Le New-York des années 50 est bien retranscrit par le style des bâtiments ou les grandes affiches publicitaires au-dessus des immeubles, mais aussi et surtout par les voitures. D’autre part, l’animal propre à chaque personnage est très facilement identifié tant ils sont bien modélisés. Mais c’est aussi là qu’apparait de temps à autres un de ces bugs permanents. Certains affichages vont être totalement flous et il sera impossible de percevoir convenablement ce que l’on est censé observer. Prenons exemple des sens de félins qui nous permettent d’avancer dans notre enquête. L’un de ces sens, la vision, permet d’apporter un zoom sur des éléments. Et bien il m’est arrivé énormément de fois que la vision soit totalement floue ! Impossible donc de savoir où regarder, et force était d’y aller à l’aveugle (c’est le cas de le dire) pour trouver ce qu’il fallait.

Coté son, les musiques nous plongent bien dans l’univers des années 50. Des sons très jazz qui collent très bien à l’ambiance. De la même manière, lorsque l’action devient plus intense, la musique est adaptée pour ajouter un peu de tension. Sur un autre aspect, les voix françaises sont de très bonne facture, et sont à chaque fois très bien adaptées pour chaque personnage. Le gorille qui a une voix rauque et de bon balourd par exemple. Mais malheureusement, les dialogues sont eux aussi truffés de bugs. Il arrive souvent qu’il y ait un décalage entre les voix, l’image et les sous-titres. Ou bien alors, qu’il y ait la voix et les sous-titres, mais que le personnage n’ait pas les lèvres (babines …?) qui bougent. Ou même encore, que la voix soit totalement différente du texte.

Autre point négatif, la maniabilité de notre personnage et la vivacité du jeu. Il s’avère qu’il est impossible de faire courir Blacksad, ou tout du moins, de le faire marcher plus rapidement. Ce qui apporte au jeu une sensation de lenteur extrême. Lenteur qui se ressent énormément dans les cinématiques. Certes, des QTE viennent un peu casser le rythme de certains passages, mais pour autant, lorsqu’un coup part d’un personnage vers l’autre, ça manque de punch si je puis me permettre. Pour d’autres cinématiques, où ce sont juste des dialogues entre personnages, ceux-ci sont extrêmement mollassons, et bien trop saccadés pour pouvoir sembler un minimum naturels.

Les différents bugs présentés sont sans compter les freezes intempestifs du jeu. En moyenne, toutes les heures, un freeze avait lieu pendant que je jouais. Je tentais donc bien souvent de simplement quitter ma partie pour revenir au menu principal, pour alors relancer ma partie. Mais dans ces cas-là, plus aucun sous-titre n’était présent, m’obligeant donc à fermer complètement le jeu pour le relancer.

 

Note : 2/5

Plaisir à jouer et à rejouer


La première partie de découverte du jeu est agréable à suivre. Les différentes phases de jeu alternants entre enquête, dialogues, phases de QTE et déductions, enlève une quelconque redondance. Mais n’y allons pas par quatre chemins. Avec tous les bugs expliqués précédemment, la joie de jouer à Blacksad se perd au fur et à mesure du temps de jeu. Tout cela vient rapidement gâcher les premiers pas dans le jeu et la découverte de l’univers et des personnage. Entre les dialogues ratés et les freezes intempestifs forçant à redémarrer, autant vous dire que la frustration arrivera rapidement.

Autre point qui vient perturber l’amusement, la lenteur du jeu. Comme expliqué, ne pas pouvoir faire courir Blacksad donne l’impression de déplacer un chat très pataud et lourd. D’autant plus que des aller-retours sont parfois nécessaires, et donc pour déambuler à travers les décors il faut tout de même s’armer de patience. L’avantage tout de même, est que les lieux à visiter ne sont pas non plus gigantesques.

Et le gros point noir ici, est que le jeu demande à compléter l’histoire plusieurs fois, pour visualiser différentes fins. Finir le jeu une fois dans de telles conditions passe encore. Mais devoir retracer l’histoire à nouveau devient lassant, d’autant plus que rien ne permet de faire accélérer les dialogues. Il n’y aucune option ni touche pour sauter des dialogues ou scènes déjà visualisées et n’ayant aucun impact sur l’histoire...

 

Note : 3/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


La liste de trophées rattrappe tout de même la mise par rapport aux problèmes du jeu. Un total de 40 trophées sont à obtenir en comptant le platine (Platine). Parmis eux, un bon quart sont liés à l’histoire et seront donc obtenus automatiquement. Pour le reste, certains nécessitent une action spécifique à des moments bien précis, quand d’autres vous obligeront à rejouer certains pans de l’histoire, plus ou moins longs.
Vous vous en doutiez, un trophée est relatif au fait de visualiser les différentes fins du jeu, à savoir six exactement (Or) Fin, fin, fin, fin, fin, fin. De prime abord il peut paraître fastidieux, mais rassurez-vous, il ne sera pas nécessaire de redémarrer de zéro à chaque fois, car il est possible de reprendre le jeu à des endroits précis. Avec une bonne stratégie, ce trophée tombera de manière efficace.

Bien évidemment cinq trophées sont liés aux cartes à collectionner. Quatre pour avoir réussi à rassembler toutes les cartes d'une même section (football, boxe, hockey ou baseball), et le dernier pour vous féliciter d’avoir tout récolté. L’avantage de ces collectibles, c’est que les cartes sont comptabilisées tout au long de votre jeu. Dans votre première partie comme dans les suivantes, peu importe à partir de quel endroit vous reprenez l’histoire. Il sera donc inutile de fouiller un endroit où une carte était, elle n’y sera plus si vous relancez le jeu.

Et pour continuer la série noire des bugs de ce jeu, la platine est actuellement impossible à obtenir, et ce depuis la sortie du jeu. En effet, des bugs liés aux cartes à collectionner et aux différentes fins font que le trophée final est inaccessible. Lorsque l’on regarde le journal de patchs sur le site de Microids, on peut voir que dans la prochaine mise à jour, il sera de nouveau possible de débloquer ce trophée. Mais pour autant, aucune date n’est annoncée...

 

Note : 3/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
12/20

Lors de l'annonce de la sortie du jeu, Blacksad était prometteur avec des mécaniques de jeu très intéressantes. Mais tous les bugs présents nous font très vite oublier tous ces bons points. Reste à espérer que le prochain patch sera efficace, pour permettre au félin de retomber convenablement sur ses pattes...

Je recommande ce jeu :
Aux fans de la série