Test : Batman : Return to Arkham - Arkham City


Batman : Return to Arkham - Arkham City
  • 1
  • 1
  • 21
  • 48
Note des joueurs :
4.5/5 - 11 notes
Note des platineurs :
4.9/5 - 7 notes

Batman : Return to Arkham - Arkham City

ps4


71 trophées au total
0 trophée caché 4 DLC's

917 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 165 joueurs (18 %)
100% par : 54 joueurs (6 %)
Note du jeu
17/20
Discuter du test

Test du jeu
Batman : Return to Arkham - Arkham City

  • Test rédigé par DarkCid le 20-06-2017 - Modifié le 20-06-2017


Introduction


Image
Image

Alors que la trilogie du chevalier noir s'était achevée un an plus tôt avec Batman Arkham Knight, le studio Rocksteady décide de faire un dernier adieu à la licence qui l'a rendu célèbre en ressortant sur PS4 les deux opus PS3 sous la forme d'une compilation : Batman Return to Arkham. Le deuxième épisode de sa trilogie (si on exclu l'épisode Origins créé par un autre studio), Arkham City avait repris les codes de son prédécesseur pour les amplifier et leur ajouter un Open World à l'ambiance bien particulière. Mais avec 5 années de décalage entre l'opus original et ce portage incluant l'ensemble des DLCs, que vaut encore cette aventure du Chevalier Noir ?

Plus d'un an après l'émeute de l'asile d'Arkham qui avait opposé les forces du Joker à ce cher Batou comme il aime l'appeler, l'institut emblématique a fermé ses portes pour laisser place non loin de là à Arkham City, une prison à ciel ouvert en plein Gotham regroupant les pires criminel de la ville. Alors qu'il essaye de faire fermer cette institution pour le moins douteuse, Bruce Wayne se fait capturer par les forces du directeur Hugo Strange qui lui apprend très vite qu'il connait sa véritable identité. Plongé dans le chaos de ce lieu sans foi ni loi, Bruce va laisser la place à la seule personne capable de comprendre le véritable but de cette prison : Batman. Et sur son chemin, il va croiser bon nombre d'ennemis qui ne demandent qu'à faire bas-les-masques...

Contenu du jeu


"C’est mon TOUR de te dominer, Batman. Je me demande si tu pourras résoudre cette énigme ?"

Comme expliqué en introduction, Arkham City abandonne l'espace confiné de l'asile le plus célèbre de l'univers DC pour un monde ouvert en plein cœur de Gotham City. Mais le jeu n'abandonne pas complètement l'aspect Metroidvania puisque votre avancée dans le jeu sera en partie sujette à l'avancée de votre équipement. En partie car seule quelques zones bien précises et en intérieur vous seront inaccessibles au début de votre aventure, le reste du monde est totalement ouvert. Enfin ... l'intérieur de la prison. Pas question de vous promener à Gotham même. C'est dommage évidemment mais la prison étant une ancienne partie de la ville cela compense. Certains quartiers sont très plaisants à visiter et dégagent une atmosphère qui colle parfaitement au Chevalier Noir. Chaque recoin de rue laisse présager toute une histoire et la ville déborde de clin d’œils pour les amateurs de la chauve-souris, comme la présence d'une certaine Crime-Alley. De nombreux personnages de l'univers de Batman sont référencés d'une manière ou d'une autre et pas forcément les plus connus comme Maxie Zeus ou Calendar Man. Les détails sont nombreux et l'impression d'avoir une répétition de bâtiments comme dans certains Open Worlds ne se fait pas du tout sentir. Au bout d'un moment, la carte devient presque inutile car il suffit de regarder un immeuble pour se dire "ah oui, je suis là".

"Tu es prévenu. Les détenus ne sont pas la seule chose instable dans cette ville."

Mais un monde ouvert vide, même bien pensé, ce n'est pas un vrai monde ouvert. Fort heureusement, ce dernier est peuplé, très peuplé par moment. Bon, par contre, on est dans une prison, donc le peuple n'est pas vraiment amical. Vous trouverez un peu partout des groupes de criminels, non armés au début mais dont l'arsenal grandira progressivement : battes de fers, couteaux, fusils, armures de protection, boucliers antiémeute et même dispositifs de brouillage contre votre vision de détective. Et tout ce beau monde sera dirigé par bon nombre de super-vilains plus au moins connus des uns et des autres : Docteur Hugo Strange (à ne pas confondre avec Stephen Strange de la maison concurrente), Le Joker, Le Pingouin, Double-Face, Poison Ivy, Mister Freeze, l'Homme-Mystère ou encore Ras et Talia Al Ghul. Mais ces fortes personnalités ne seront pas les seules, il ne s'agit là que de la quête principale et de la partie la moins "spoilante" car je pourrais aussi vous parler du monstre se cachant sous l'Iceberg Lounge ou de l'invité surprise de dernière minute. Et ajoutez à tout ce beau monde déjà conséquent les ennemis des quêtes annexes dont certains venants droit du premier opus. Bref vous l'aurez compris, le casting est plus que conséquent.

"Il paraît que la justice éclaire le monde. Quelle imposture !"

Pour faire face à autant de menaces, Batman ne pouvait pas rester le même qu'autrefois. Sa panoplie se devait d'évoluer et la tâche est grandement accomplie. Niveau mouvements purs, Batman est plus agile et plus réactif et dispose de nouveaux combos permettant de se débarrasser comme il faut de ses ennemis (mais sans les tuer cela va de soit). Des ennemis armés ? Batman peut les détruire avec un coup spécial destruction. Des hommes en armure ? Une bonne raclée de coups et on en parle plus. Il se protège derrière un bouclier ? Faites-donc une attaque aérienne. Aucune effet du coup de cape sur votre ennemi ? Faites-en trois de suite et on verra s'il reste debout.

Niveau gadgets, là encore, on opère le même style de changement : on reprend les mêmes et on en ajoute. Charge électrique, coup de givre, brouilleur de mines, bombe fumigène. Votre arsenal est plus complet que jamais et vous sert même en combat puisque vous pouvez utiliser 5 gadgets différents dans des combos. Mais en plus de cela, il ne faudrait pas oublier votre meilleur ami pour vos déplacements rapides : le grappin. Si celui-ci reste le même au début, vous pouvez l'améliorer via un boost de grappin rendant vos déplacements beaucoup plus agréables et beaucoup plus rapides. Un véritable must... Et pourtant il est optionnel. C'est un mini point négatif sur ce bilan. En effet vous ne disposez du boost qu'à l'issue de défis en Réalité Augmenté, et donc totalement optionnels. Un outil aussi pratique, c'est vraiment étrange que les développeurs ne le donne pas automatiquement au cours de l'aventure.

"Ça n’a vraiment pas de chien, mais c’est là qu’elle cache son museau."

Si Batman est un chevalier solitaire dans le jeu principal, n'oublions pas que nous avons accès à tous les DLCs et qu'il n'est du coup plus seul à lutter. Pendant l'aventure principale, vous prendrez de temps en temps le contrôle de Catwoman qui a évidemment ses propres motivations mais aussi ses propres capacités. La sulfureuse voleuse n'est pas à prendre à la légère et les combats en sa compagnie sont très intéressants car très différents du style de ceux de Batou : plus agile, plus souple, plus provocante, elle offre une panoplie de coups en adéquation avec son personnage.

Robin quant à lui ne pourra être contrôlé que dans le DLC épilogue du jeu, "La Revanche de Harley". Plus proche de Batman dans le style, le troisième acolyte de la chauve-souris après Grayson et Todd dispose de quelques coups à lui bien utiles comme un bouclier par-balles ou des bombes collantes.

Enfin Nightwing sera dans un sens le moins intéressant du quatuor puisque vous ne l'incarnerez que durant les défis de l'Homme-Mystère et n'aura pas droit à son moment de gloire. Mais pour compenser, il est doté de coups vraiment sympathiques et de gadgets bien à lui qui changent du tout au tout les différents défis, notamment ses fléchettes de poignées pouvant assommer directement n'importe qui.

"Faut-il faire campagne pour éviter de finir en Sharp-ie ?"

Pour finir, voyons un peu ce qui vous attend comme différents modes de jeu. Vous avez donc droit à une histoire principale qui alternera entre Batman et Catwoman. Le tout vous prendra la première fois (et si vous le faites à fond) 10 à 12 bonnes heures (dont 2-3 grand max pour la féline Cat). À cela, ajoutez donc un mode New Game + vous permettant de recommencer avec tout votre arsenal l'expérience dès le début. Un peu de challenge en plus qui n'est pas de refus mais qui cache une très bonne idée : les collectibles sont communs aux deux parties, vous n'aurez à les chasser qu'une seule fois ! Calmez vos cris de joie et laissez-moi donc continuer voyons. En plus de cette histoire, très prenante et très bien écrite au passage, vous aurez droit à une histoire bonus vous confrontant avec Harley Quinn aux manettes de Batman et Robin en alternance.

Mais à tout cela, si vous connaissez un tant soit peu la saga de Rocksteady, vous savez qu'il reste le plus gros morceau pour ceux visant le 100% : les défis de Nygma. Car en plus d'essayer de vous piéger au cours de l'histoire principale, l'Homme-Mystère est incapable de vous laisser tranquille et vous imposera une série de défis allant du très simple au plus compliqué, passant parfois par des crises de nerfs. Pour chacun des 4 héros, vous aurez la possibilité de jouer une trentaine de cartes de défis. La moitié seront des combats divisés en 4 manches dont le but sera de faire du score. L'autre moitié sera à la fois plus intéressante et plus compliquée : les défis Prédateurs. Une arène, des ennemis armés et un prédateur, vous. Mais surtout, 3 objectifs d’éliminations à accomplir vous demandant parfois beaucoup de préparation et de patience (et de chance, inutile de le cacher). Et en plus de ces défis "solos", il faudra également faire des campagnes. Il s'agit d'un regroupement de 3 défis à enchaîner sans pause et agrémentés de bonus et malus, enfin surtout des malus. Au programme, avec 4 personnages, c'est bien 50 heures de jeu qui vous attendent.

 

Note : 5/5

Aspect technique du jeu


"Regarde ! Peux-tu voir où la folie a commencé ?"

Comme mentionné en introduction, nous avons à faire un portage d'un jeu vieux de 5 ans. Et dans ce genre de situation, la façon d'évaluer un jeu est délicate. Faut-il le juger avec les critères d'aujourd'hui ou tenir compte de son âge ? Le fait qu'il soit vendu quasiment plein tarif pourrait faire pencher la balance vers les critères modernes, mais il n'est pas vendu seul (on ne peut pas l'avoir à l'unité, seulement en bundle avec le portage du premier opus).

Peut-être serait-il plus simple de commencer en fait par les critères qui sont, dans un sens, intemporels. La direction artistique par exemple. Difficile de reprocher quoi que se soit au jeu de Rocksteady tant l'univers créé se retrouve totalement dans l'esprit de l'univers de la chauve-souris : un univers sombre, délabré, marqué par le temps et les épreuves. Et cela est valable aussi bien pour le terrain de jeu que pour les personnages qui y déambulent. Ces personnages, en particulier les adversaires de Batman, sont incroyablement fidèles à leur homologues papier tout en ayant leur propre style, leur propre âme. Quand on voit le Joker, inutile de citer son nom car on le reconnait tout de suite, mais impossible non plus de le confondre avec une autre version, que se soit sur papier ou sur pellicule.

L'ambiance sonore est aussi parfaitement choisie, elle ne prend jamais trop de place, mais ne se fait jamais complètement oublier. Elle accompagne parfaitement chaque moment de jeu. Mais les musiques ne font pas tout car le casting vocal est sans aucun doute le meilleur qui soit, et ce même en VF puisque ni plus ni moins que le casting officiel des différents personnages. Vous avez adoré à juste titre la série animée des années 90 ? Et bien vous reconnaîtrez sans doute certains personnages rien qu'à l'oreille, notamment Joker et Le Pingouin qu'on ne pourrait imaginer avec d'autre voix. Seule ombre au tableau : les personnages lambda, les sbires des différents Big Boss qui n'ont que très peu de variations, voir aucune. On le remarque surtout pendant les phases prédateurs où les différents ennemis se parlent entre eux et on se surprend très souvent à avoir l'impression d'assister au monologue d'un schizophrène.

"Cette mauvaise graine est-elle devenue une belle plante ?"

Graphiquement parlant donc, où se situe le jeu ? Il y a 5 ans. Voilà c'est dit. Par rapport aux productions les plus récentes, il est clair que ce jeu est bien plus vieux. Le léger lifting qu'il a reçu n'a pas aidé à se faire une place ni parmi les production les plus récentes, ni à côté de son successeur, Arkham Knight. Le jeu n'est pas vilain attention, il ne pique pas les yeux, il ne fera pas tâche dans votre ludothèque PS4. Mais il ne brillera pas comme d'autre savent le faire. Il ne décrochera la mâchoire de personne, en tous cas aucun joueur se tenant à jour sur les titres récents. Au mieux aura-t-il droit à un "sympa". Il faut dire que l'ambiance très sombre joue aussi en sa faveur, limitant ainsi les jeux de lumières et d'ombres. Mais comme je le disais, ce jeu a 5 ans. Peut-on lui en vouloir de ne pas être au niveau d'un Arkham Knight ou pire d'un Horizon Zero Dawn ? Bien sûr que non. Se serait malhonnête. Surtout que son prix n'est finalement pas si malhonnête que ça lui. Plein pot, vous en aurez pour 25€ pour un jeu abouti avec tous les DLCs, qui se trouvent tous sur la galette au passage pour ceux qui se posent la question. Donc si vous le voyez en occasion, le résultat sera le même... à moindre prix.

De plus, le passage à la PS4 fait du bien au jeu qui devient plus fluide et surtout plus rapide dans ses chargements. Mais pour finir, ce portage n'améliore malheureusement pas les quelques défauts techniques du jeu. En combat, le système de ciblage est toujours aussi capricieux par moment et on se retrouve à taper précisément le seul ennemi qu'on ne voulait pas taper dans le pire des cas, ou à taper dans le vide simplement parce que la caméra n'arrivait plus à suivre (surtout avec Nightwing qui est particulièrement rapide, donc faites attention).

 

Note : 4/5

Plaisir à jouer et à rejouer


"C’est enfin les vacances. Où puis-je aller ? Dans un endroit… plein de venin ?"

Pour apprécier un jeu Batman, faut-il aimer l'univers de Batman à la base ? Difficile de répondre objectivement à cette question étant un grand fan de la chauve-souris. Mais il est évident du coup que la note de cette section ne sera peut-être pas la même pour vous lecteur qui ne connaissez rien de l'histoire de M. Wayne et de toutes les figures emblématiques évoluant autour de lui. Une partie du plaisir de jeu est tout simplement dans le fan-service, mais dans le meilleur sens du terme. Le jeu ne fourni pas de fan-service sous forme de femmes dénudées dès que possible ou ne serait-ce que par leur formes généreuses au possible que l'on peut avoir dans certains mangas par exemple (oui en disant ça je pense à certains mangas parlant de mages). Non, ici le fan-service se veut intelligent de part une multitude de détails éparpillés dans l'environnement du jeu. En fait, si votre méchant préféré ne figure pas au casting, vous en entendrez probablement parler via l'une des énigmes de l'Homme-Mystère (et sinon, c'est que vous en connaissez certainement plus sur l'univers de Batman que la moyenne des gens).

De façon plus générale, l'histoire sera bien plus prenante en aimant encore une fois l'univers de Batman. Chaque évocation d'un nom connu provoquera une petit sourire signifiant qu'on a hâte de voir s'il sera de l'aventure ou pas. Mais même sans cela, je pense que l'histoire reste passionnante et se divise en deux parties. Tout d'abord un certain Protocole 10 dont on ne sait rien et dont on devra découvrir le mystère. Mais surtout, très vite dans l'histoire, on sera pris dans une course poursuite contre le temps à la recherche d'un antidote à un poison particulièrement mortel et qui pourrait entraîner Gotham dans sa chute.

Et à côté de cela, comme rester de marbre quand l'Homme-Mystère agitera sous votre nez ses otages ? Comment détourner les yeux quand Deadshot décide de décimer les prisonniers politiques de la prison ? Comment ne pas être intrigué par ce mystérieux Azrael qui semble vous observer avec grande attention ? Les quêtes annexes ne sont pas très nombreuses mais aucune ne se ressemble et l'envie de les finir est très grande, surtout qu'elles réservent parfois des invités surprises et offrent toutes une façon de jouer différente. Bref, oubliez les quêtes FedEx ennuyeuses, vous n'en avez pas ici.

"Il vaut mieux rester sur ses gardes dans cet endroit, pas vrai ?"

En marge de l'aventure principale, vous avez également une aventure secondaire en DLC qui ne manque pas d'intérêt puisque vous pouvez enfin contrôler Robin et vous offre quelques environnements inédits. L'histoire contée est assez courte, pas inintéressante pour autant, et offre une certaine continuité avec la future suite du jeu (enfin je dis ça mais la suite est déjà sortie hein).

Quant aux défis de l'Homme-Mystère, ils vous permettront de tester vos capacités de Combattant et/ou de Prédateur. Pouvoir refaire à volonté les cartes Prédateurs est un vrai bonheur, vous permettant de tester toutes vos capacités, le nombre d'éliminations possibles étant très vaste. De plus, les cartes bonus permettent d'avoir droit à une petite visite en mode Prédateur de la Batcave et du Manoir Wayne, deux lieux emblématiques de l'univers Batman mais non présents dans l'aventure principale de la trilogie, donc que du bonheur.

 

Note : 5/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


"J’ai bien peur que tu ne deviennes marteau. Tout le monde sait qu’Harley l’est déjà."

Vous savez ce qu'on dit ? La perfection n'est pas de ce monde. On y était presque pourtant, en mettant de côté le petit point négatif dû à un jeu daté, on était presque à la note parfaite. Presque. Surtout que bon nombre de trophées sont très agréables à faire. Une grosse partie est consacrée à l'histoire et ne peuvent donc être manqués et une autre grosse partie dédiée aux missions secondaires que l'on a facilement tendance à vouloir finir de toute façon. Certains trophées proposent une petite dose de challenge pas inintéressante comme devoir faire un combo avec la variation maximale vous obligeant donc à utiliser tous les coups de Batman. Pas évident au premier abord mais diablement grisant une fois obtenu, de même que le trophée demandant de monter sa jauge de combo à 50 ou plus.

Alors, qu'est-ce qui cloche ? Et bien tout le reste en fait. Déjà, vous avez un trophée concernant Calendar Man vous obligeant soit à jouer 12 jours précis dans l'année soit à changer la date de votre console. Le résultat est intéressant car vous révèle des anecdotes sur le super vilain... mais ce genre de cachotterie aurait dû rester de l'ordre de l'easter egg, pas du trophée. Je vous ai parlé du New Game + n'est-ce pas ? J'apprécie toujours ce genre de mode, mais obliger via un trophée les joueurs à faire ce NG+, là par contre ce n'est pas très cool, surtout que vous devrez refaire toutes les missions secondaires.

Mais le plus gros point noir vient du 100% du jeu et d'une partie du platine. Et c'est exactement la même partie qui coince à chaque fois : les défis et campagnes de Nygma. Sur le papier, ce mode est excellent et offre du challenge, du scoring et un classement en ligne pour ceux voulant atteindre les sommets. Mais les trophées vous obligent à en passer par là et à tout faire. Vous devrez donc faire 12 défis combats de 4 manches chacun, 12 défis prédateurs avec 3 objectifs parfois très compliqués à respecter (et souvent entrant en total contradiction avec le côté prédateur silencieux et discret du mode Prédateur) PLUS 12 campagnes regroupant chacune une combinaison de 3 défis combats et/ou prédateurs.

Croyez-moi quand vous aurez fait tout ça avec Batman vous serez épuisés... et vous n'en serez qu'au quart ! Et oui, car il faudra enchaîner avec Catwoman, Robin et Nightwing. Ce que je vous ai décrit est à faire pour 4 personnages ! Au programme, il faudra compter entre 40 et 60 heures juste pour boucler ce mode qui sera comparable à un véritable parcours d'endurance. Je dis bien d'endurance car pris un à un, les défis ou campagnes ne sont pas compliquées ou très long(ue)s quand on prend son temps. Mais additionnez le tout et vous obtenez un 100% très long et mentalement éreintant qui mettra parfois vos nerfs à rude épreuve. Cette liste est un véritable gros défaut pour un jeu qui pourtant avait tout pour lui. Le 100% (et même le platine) se méritent et il suffit de voir sur notre site la différence entre joueurs / club platine / club 100% pour comprendre que cette liste n'est pas à la portée de tout le monde. Vous voilà prévenus.

 

Note : 3/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
17/20

Batman Arkham City est un classique. Un jeu abouti sur le plan technique, visuel et du gameplay. Il impose un univers sombre et passionnant pour une histoire tout aussi prenante. Et ce portage est loin d'être honteux et mérite votre attention si la saga vous a toujours attiré mais que vous n'aviez pas encore franchi le cap. Prenez garde toutefois, les ennemis de la chauve-souris sont nombreux et le pire d'entre eux se cache dans la liste de trophées qui mettra vos nerfs et votre patience à rude épreuve. Mais le voyage en vaut la peine si vous ne l'avez jamais fait, parole de fan de son bon vieux Batou !

Je recommande ce jeu :
À tous, Aux fans de la série, Aux chasseurs de trophées/platine difficile