Test : Asterix & Obelix XXL3


Asterix & Obelix XXL3
  • 1
  • 5
  • 10
  • 16
Pas de note
des joueurs
Pas de note
des platineurs

Asterix & Obelix XXL3

ps4


32 trophées au total
7 trophées cachés

96 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 22 joueurs (23 %)
100% par : 22 joueurs (23 %)
Note du jeu
14/20
Discuter du test

Test du jeu
Asterix & Obelix XXL3


Introduction


Astérix et Obélix XXL3 : Le Menhir de Cristal.

«Nous sommes en 2019 après Jésus-Christ. Toute la France est conquise par Astérix... Toute ? Oui, toute ! Car, un pays peuplé de descendants gaulois ne peut résister à l'humour irréductible de René Goscinny et d'Albert Uderzo. Et à 60 ans, la vie continue d'être belle pour Astérix, véritable icône du paysage culturel français...»
Avec 380 millions d'albums en 111 langues, Astérix et Obélix est la bande dessinée européenne la plus vendue et la plus traduite dans le monde. Un succès qui ne s'est pas démenti en cette année pleine de surprises. Édition de livres audios, réédition en coffret de luxe du premier album Astérix le gaulois, sortie en DVD du 10ème film d'animation Astérix : le secret de la potion magique, sortie événement de son 38ème album, La fille de Vercingétorix, 30 ans du parc Astérix, et j'en passe...
Côté jeux vidéo, on ne compte pas moins de 37 titres depuis 1983 sortis sur quasiment tous les supports. Mais bien que notre petit héros est présent en quantité sur nos consoles, la qualité, en revanche, laisse à désirer sur la plupart des jeux.
En 2018, Microïds et Osome Studio remettent au goût du jour une version remastérisée d'Astérix et Obélix XXL2 sorti en 2005 sur PS2. Un an plus tard, la même équipe nous proposent la suite avec une aventure complétement inédite intitulée Astérix et Obélix XXL3 : Le Menhir de Cristal, de quoi célébrer les 60 ans d'Astérix sur PS4.

Alors avec Astérix et Obélix XXL3 : Le Menhir de Cristal, est-ce que le ciel nous tombe sur la tête ou est-ce Toutatis en culotte de velours, si j'ose m'exprimer ainsi ?

Réponse avec le test le plus gaulois de PSTHC.



Contenu du jeu


«Engagez-vous, rengagez-vous qu'ils disaient !»

Un beau jour, le druide du village, Panoramix, reçoit un étrange courrier. C'est une lettre de Hella Finidrir, la grande prêtresse de Thulé ! Elle lui annonce qu'une lourde menace pèse sur son peuple et demande au druide de ressortir de sa cachette un mystérieux Menhir... Percez le mystère du Menhir de Cristal, de ses incroyables pouvoirs et découvrez pourquoi Jules César a capturé Hella. L'histoire reste très simple et les mauvaises langues diront que c'est du déjà-vu. Mais, le principe d'Astérix est d'amuser petits et grands, avec beaucoup d'humour sans se prendre au sérieux. Le scénario colle donc plutôt bien à l'esprit de la B.D et ne trahit pas l'univers des deux emblématiques auteurs.

La grande nouveauté de cet opus est d'enfin pouvoir jouer à deux en coopération sur le même écran, et pas en ligne multijoueur. À défaut de pouvoir jouer à deux, le mode histoire (seul mode du jeu) peut bien évidemment se suivre en solo et là vous pouvez basculer d'Astérix à Obélix quand bon vous semble ou lorsque c'est nécessaire. En effet, vous aurez à résoudre quelques énigmes pour avancer en choisissant judicieusement votre personnage selon ses capacités. Autre nouveauté non négligeable est le choix de la difficulté entre Trophee, Trophee ou Trophee.

Au cours de vos voyages à travers 5 niveaux, vous allez tomber sur des tas de romains ! C'est là, le principal intérêt du jeu, baffer des romains pour incarner au mieux nos deux gaulois préférés. Alors, fini les ennemis parodiant Sonic, Mario ou Lara Croft, comme on pouvait le voir dans XXL2. Là, on retourne à la normal avec majoritairement des légionnaires armés de lance, d'arc ou de trompettes pour sonner l'alerte. Vous devrez taper aussi sur des centurions, des gros romains lourdement équipés, et c'est après tout. On regrette l'absence de boss pour conclure chaque chapitre. Tous les romains vaincus laisseront derrière eux leur casque qui constituent la monnaie du jeu. Les récupérer vous donnera la possibilité d'acheter des améliorations de santé et de combats dans les boutiques dÉpidemaïs.

Outre le côté Beat Them All surtout présent dans les défis de camps romains inclus dans l'histoire et les phases de résolution d'énigmes, il n'y a plus grand chose à se mettre sous la dent. Pour compléter vos péripéties, vous pourrez si vous le souhaitez résoudre 3 quêtes secondaires par chapitre assez courtes et simples, et ramassez des objets de collections que sont des couronnes de lauriers, des dés de jeu, et des os pour Idéfix. Hélas, toutes ces missions annexes ne vous apporteront rien d'utile dans le jeu et par conséquent, vous ne trouverez pas d'intérêts à les résoudre, si ce n'est augmenter votre temps de jeu.

Notez aussi qu'il est impossible de créer plusieurs parties distinctes. Toute nouvelle partie écrasera donc l'ancienne.

 

Note : 3/5

Aspect technique du jeu


«C'est un roc ! C'est un pic ! C'est un cap ! Que dis-je, c'est un cap, c'est... c'est... c'est un menhir ! Mais oui ! Un Menhir de Cristal !»

Graphisme : Depuis la version remastérisée d'Astérix et Obélix XXL2, on attendait beaucoup d'améliorations côté graphisme. Même si la modélisation des personnages est nettement meilleure, leur animation, lors des cinématiques, reste encore trop minimaliste. On est loin des prouesses réalisées sur Astérix : Le domaine des Dieux et sa suite. Mais, ne confondons pas les films à gros budget et les jeux vidéos. La réalisation visuelle de XXL3 reste globalement très correcte, avec des décors respectueux de la B.D et aux couleurs vives, très chatoyantes.


GamePlay : Tout d'abord, le jeu se joue avec une caméra fixe, en vue de dessus, qui suit vos déplacements à travers chacune des différentes zones du niveau. L'impossibilité de contrôler la caméra peut poser problème, notamment quand vous vous retrouvez derrière un élément de décor avec un romain à baffer à l'aveuglette. Ensuite, quand vous jouez en solo, l'I.A contrôle le deuxième personnage de façon hasardeuse et a du mal à vous suivre. Si vous avancez trop vite avec Astérix, alors Obélix rattrapera son retard en apparaissant à vos côtés comme par magie.

Lors de la prise en main du jeu, vous découvrirez qu'il est impossible de sauter. Ce qui est très étonnant au début, mais le côté plateforme du jeu est finalement peu présent. Néanmoins, on peut effectuer une roulade rapide pour passer par-dessus un précipice, par exemple. Lors des phases de Beat them All, principalement dans les camps romains, les choses s’accélèrent de manière délirante avec toute une série de combos à enchaîner. Leur utilisation est cependant soumise à une consommation accrue d'énergie, qu'il faudra recharger en récupérant des bonus ou tout simplement en tapant de plus en plus de romains. À propos de ces derniers, on peut dire qu'ils ne se laissent pas faire, surtout si vous allez à la confrontation en Trophee. Si vous êtes désireux de challenge, alors vous serez servi lorsque vous tenterez de récupérer la médaille d'or dans tous les camps romains, car le moindre échec vous renverra à chaque fois à la case départ.

En tant que porteur du Menhir de Cristal, seul, Obélix peut utiliser ses pouvoirs de glace, de feu et de magnétisme, mais aussi s'en servir comme d'un club de golf pour envoyer valser les romains, ce qui est assez drôle. Astérix a le privilège de boire jusqu'à six rasades de potion magique, qui en fin de compte, ne le rend que temporairement plus rapide. Vous cognerez donc, plus souvent les romains, sans potion, ce qui n'a pas l'air de déranger le petit gaulois, grâce à ses techniques de combats dont une attaque où il tourbillonne tel un danseur autour des romains. Enfin, il faudra utiliser à bon escient les capacités de chacun lors des périodes de jeu dits de «puzzle», c'est-à-dire, savoir déjouer les pièges ou obstacles qui se mettront en travers de votre chemin. Astérix passera, par exemple, plus aisément par des petites portes pour aller en déverrouiller d'autres, pendant qu'Obélix se servira de son gros caillou pour enflammer du lierre, déplacer par magnétisme des plateformes ou casser des murs fissurés.

Bande son :
Maintenant, parlons de la musique qui est en parfait harmonie avec l'univers des gaulois. Calme, lors des moments de réflexion et énergique pendant les combats, sans être assourdissante, les thèmes sont absolument en phases avec le pays dans lequel vous vous trouvez. La musique du jeu sait donc nous faire voyager. Les bruitages, comme pour les baffes, les romains qui décollent ou ceux qui ravalent leur trompette, sont très drôles. Quant au doublage, alors là, on touche à un gros point fort du jeu. Les voix françaises des personnages principaux sont celles des comédiens qui ont doublé les films d'Alexandre Astier. Hélas, la déception vient de la voix du personnage principal, j'ai nommé Môssieur Astérix en personne. L'acteur Jean-Claude Donda qui lui prête sa voix pour la première fois, a beau faire de son mieux, ne l'en blâmons pas, il est extrêmement difficile pour lui de nous faire oublier la voix historique et charismatique de Roger Carel.

 

Note : 3/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Avec Astérix, ça va cogner la bagarre !

Pour les lecteurs assidus d'Astérix et Obélix, vous aurez plaisir à retrouver l'esprit de la B.D dans l'humour omniprésente. Que ce soit pendant votre temps de jeu ou lors des scènes liées au scénario, les répliques des personnages sont toujours agrémentées de bons jeux de mots et les allusions comiques à notre mode de vie actuel font toujours mouche. Si vous avez la chance de pouvoir jouer à deux alors ne vous en privez pas, car ce jeu se savoure mieux en coopération local où le plaisir se partage.

Quant à sa difficulté, même en mode Trophee vous n'aurez pas de mal à en venir à bout. Seul les défis des six camps romains pourraient finir par vous agacer car en cas d'échec, il faudra tout recommencer et l'obtention des meilleurs scores deviendra un petit challenge. De plus, si vous y êtes entré équipé au maximum, tout votre attirail en potion et énergie retombera à zéro. D'autant plus, qu'il est impossible de sauvegarder manuellement sa partie.

Le plus grand plaisir du jeu reste son aspect Beat Them All, surtout lorsque vous prenez la potion magique avec Astérix. Malheureusement, les moments où vous vous retrouvez encerclé par plusieurs dizaines de légionnaires d'un seul coup reste trop rare et c'est bien dommage puisque c'est dans ces moments-là que l'on s'amuse le plus. Et à la longue, il est possible que votre plaisir de jouer s'essouffle assez vite, la faute à un gameplay assez répétitif, c'est-à-dire que tous les niveaux se ressemblent même si vous changez de décor. La routine est sauvée en partie grâce aux énigmes à résoudre sur votre parcours et aussi grâce aux petites quêtes annexes sans prise de tête, mais aussi sans récompenses.

L'ensemble du jeu se plie assez vite et une fois terminé, vous pourrez revenir améliorer vos scores dans tous les camps et effectuer les missions secondaires que vous n'auriez pas pris le temps d'accomplir. Ouvrez donc, votre carte, choisissez votre destination et rejouez grâce aux voyages rapides. Vous y trouverez aussi vos statistiques. Le petit bémol dans tout ça est qu'il n'y a pas d’accès direct vers les camps où vous devez récupérer les médailles d'or. Du coup, si vous n'avez pas eu mieux que l'argent au cours de votre aventure, alors il vous faudra retraverser tout ou partie du niveau pour vous rendre jusqu'à la porte du camp. Alors que, vous pouvez revenir autant de fois qu'il vous plaira sur les quêtes annexes juste en sélectionnant celle que vous désirez rejouer via la carte.

 

Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Ils sont fous ces trophées !

Astérix et Obélix XXL3 : Le Menhir de Cristal est relativement simple. Une note de 4/10 lui est attribuée sur notre site, justifiée par le fait qu'il s'adresse surtout à un jeune public . Au grand maximum, si vous prenez le temps, comptez 15 heures pour remporter les 32 trophées, composés de 5 (Or), 10 (Argent), 16 (Bronze) et le fameux (Platine). La nouveauté par rapport à XXL2 est la présence de 3 trophées liés à la difficulté, que vous pouvez gagner en un seul coup.

Comme bien souvent dans ce genre de jeu, vous avez les trophées obtenus automatiquement en terminant les chapitres. Ici, ils sont au nombre de 7. C'est cadeau ! Ramasser des casques, puis les dépenser pour acheter une puis toutes les améliorations vous récompensera de 4 trophées, dont un en (Or). La majorité s'obtiendra sans même vous en rendre compte, puisque 17 d'entre eux consistera à baffer les romains d'une façon ou d'une autre. L'armée romaine étant une force supérieure en nombre, les coupes tant convoitées tomberont très vite , les unes après les autres.

Notez qu'un trophée est bogué. Il s'agit de (Argent) Professionnel du main-balle, le seul qui demandait une action à mener en coopération. Le seul qui nécessitait d'avoir deux manettes ou un ami qui veuille bien venir vous aider. Vous deviez faire 5 échanges de tennis avec un même romain à 2 joueurs. Alors, pour celles et ceux qui ne peuvent pas jouer en coop, ce bogue est un mal pour un bien, car il existe une astuce pour l'avoir en solo. Ce glitch consiste à faire tout autre chose, a savoir envoyer valser un romain à travers plusieurs barils de poudre explosives. Curieux et incompréhensible, sachez que Microïds ne souhaite pas corriger cette anomalie. Tant mieux !

Le trophée le plus dur se nomme (Or) L'excellence gauloise où il faut terminer tous les camps avec la médaille d'or. Depuis la MAJ 1.05, les scores à atteindre dans les différentes catégories sont clairement affichés sur les tableaux de note finale, ce qui n'était pas le cas avant, et mettait le joueur dans l'inconnu de ce qu’il devait réussir pour gagner l'or. La difficulté a même été revue à la baisse pour le camp d'Hylalsum, ce qui est dommage, car lui seul rendait le gain du trophée complexe, mais jubilatoire lorsque vous réussissiez.

Si vous désirez plus d'informations au sujet de ces trophées, PSTHC vous propose un excellent guide, rédigé par un certain MatteodaGaulix.

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
14/20

Astérix et Obélix XXL3 : Le Menhir de Cristal respecte totalement l'univers de la B.D et plaira aussi bien aux petits qu'aux grands enfants. Le jeu est très joli, grâce à de belles couleurs, une bonne musique et un excellent doublage. L'animation des personnages reste cependant assez minimaliste lors des cinématiques. On s'éclate à baffer du romain, surtout en coop. À la longue, cela peut devenir assez répétitif. Heureusement, que des puzzles à résoudre et des quêtes annexes viennent enrichir le contenu du jeu. On en vient vite au bout, mais avec un (Platine) facile.

Je recommande ce jeu :
Aux enfants, Aux chasseurs de trophées/platine facile