Test : Asterix & Obelix XXL2


Asterix & Obelix XXL2
  • 1
  • 5
  • 11
  • 14
Note des joueurs :
4.8/5 - 8 notes
Note des platineurs :
5/5 - 4 notes

Asterix & Obelix XXL2

ps4


31 trophées au total
12 trophées cachés

371 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 212 joueurs (57 %)
100% par : 212 joueurs (57 %)
Note du jeu
13/20
Discuter du test

Test du jeu
Asterix & Obelix XXL2

  • Test rédigé par dregs le 18-03-2019 - Modifié le 18-03-2019


Introduction


« Bon ! Maintenant, écartons-nous ! Quand Asterix boit, certains vont trinquer ! »
Par Toutatis, quelle est cette lueur qui ose troubler le repos des dieux…. Encore ces satanés druides qui tentent de nouvelles expériences !!!

En ce jour du 29 Novembre 2018, les développeurs de chez Osome Studio avec l’aide des éditeurs de chez Microïds nous ont dévoilés un remaster de cette version PS2 de 2005. Surfant sur la vague tel un Crash Bandicoot, Spyro ou autre Resident Evil 2, ce petit coup de jeunesse sur cette nouvelle console peut-il permettre à la franchise de se donner un nouveau souffle auprès des adeptes de la première heure ainsi que chez les plus jeunes qui n’ont jamais eu l’opportunité de manipuler le petit moustachu ? Tonnerre de Zeus il a osé !!
Alors qu’en est-il de cette version PS4 ? Est-ce que les développeurs nous ont gratifié de cinématiques époustouflantes, d’actions dignes de nos célèbres héros gaulois ou encore de nouveautés ?

Vous voilà donc au milieu des bois en pleine réunion de druides, où ce cher Panoramix décide de tendre un piège à ses comparses, pour les livrer directement à César. On se doute bien que celui-ci n’a pas les idées bien claires et que quelque chose de bizarre se trame derrière tout ça.
Après une brève explication au village gaulois, voilà nos héros devant l’entrée du fameux parc de LAS VEGUM …

Par Belenos, boit donc une rasade de cette potion magique et en avant compagnon, même toi le petit gros au fond qui est tombé dedans quand tu étais plus jeune.

Contenu du jeu


« Le bureau des renseignements ? – Sais pas. Adressez-vous aux renseignements, ils vous renseigneront. »
On retrouve donc nos héros devant le parc d’attraction de Las Vegum. Parc à thème construit par ce cher César dans le but de divertir bon nombre de serviteurs et gens du peuple. Celui-ci n’est pas encore ouvert mais voilà, vous devez retrouver Panoramix et vous n’avez pas de temps à perdre.

Qu’en est-il des lieux ? Las Vegum est constitué de 6 zones que vous devrez débloquer et traverser au fur et à mesure du jeu dans votre quête de sauvetage. Vous voilà donc à gambader dans les répliques de Lutèce, Venicia, Louxor, le colisée WCW, l’ile aux pirates et enfin le César Palace. Tiens tiens, la ressemblance trait pour trait avec une célèbre ville américaine ne serait pas cachée derrière tout ça ? Bon le sujet n’est pas là.

Qu’est-ce que les amateurs peuvent-ils bien attendre d’un titre concernant Asterix et Obelix ? Des sangliers et des romains !!!!!
Bon pour les sangliers à quatre pattes il faudra repasser, mais pour aller coller de la tatane aux romains, vous allez être servis. Et oui, la baston sera omniprésente et la façon Beat Them All apporte un plus non négligeable. Il ne faudra d’ailleurs que quelques minutes avant d’être face à votre premier combat. Pour cela vous aurez d’ailleurs un large choix de coups et de combos vous permettant notamment d’assommer et de faire tournoyer à votre guise vos adversaires dont l’élasticité n’est plus à démontrer. Je ne parle là que des coups simples, le jeu nous offrant la possibilité d’acheter des coups légendaires auprès du marchand, qui s’avèreront d’une réelle utilité lors des défis. Cependant, il vous faudra être sous l’effet de la potion magique pour bénéficier du soutien des dieux.

Tiens, notons au passage que notre cher Obelix aura lui aussi le droit à une petite rasade lorsque l’on trouve une potion en le contrôlant. Oui ! Le jeu nous offrant la possibilité de passer d’un protagoniste à l’autre comme bon nous semble et permettant de réaliser des actions spécifiques à l’un des deux. Il est même possible d’ordonner à Idefix d’aller chatouiller les mollets de nos ennemis.

Pour en revenir à la trame principale du jeu, il vous faudra également venir à bout de trois gladiateurs à la morphologie disproportionnée, permettant au passage de libérer les trois druides, capturés au préalable par César. Une fois les nombreux ennemis déchus et l’empereur à terre, on nous offre la possibilité de revenir où bon nous semble grâce à des bornes / plans du parc et ainsi ramasser deux types de collectibles et aussi réaliser plusieurs défis, éparpillés aux quatre coins du parc.
Il est à noter qu’en dehors de l’histoire principale, des collectibles et des défis éparpillés de ça et là du parc, vous aurez alors fait le tour de ce que le jeu vous offre.

 

Note : 3/5

Aspect technique du jeu


« Il semblerait qu’Amora, déesse de la moutarde, soit montée au nez des autres dieux. »
Graphisme : Voilà ce qui est probablement le plus gros point noir du jeu. Dès la première cinématique on se rend compte que nous sommes loin des standards que la console peut nous offrir. Rappelons rapidement que nous avons un jeu PS2 de 2005, remasterisé sur PS4 treize ans plus tard. On prend vite conscience qu’aucune amélioration n’a été effectué de ce côté-là et les quelques minutes de prise en mains ne changeront rien à votre première impression de travail bâclé. De plus quand on sait que la sortie du jeu coïncide avec la sortie du film d’Alexandre Astier : Astérix : Le Secret de la potion magique , on comprend clairement que nous sommes en présence d’un produit marketing.
Même si le coté graphique et les couleurs s’y prêtent, ce n’est qu’au bout d’un certain temps de jeu que l’on arrive à passer outre cette sensation particulière, et ce n’est malheureusement pas le suivi de la caméra qui nous aidera dans cette voie. Et oui, impossible par exemple de voir ce qu’il se passe au-dessus de votre tête, obligeant parfois à prendre un certain recul voir sortir son rapporteur afin de choisir le bon angle et nous permettre de distinguer des objets ou passages cachés.

Gameplay : La prise en mains de l’opus est plutôt rapide, simple et efficace. On retrouve les actions habituelles (sauter, taper, assommer, glisser…) communes à tous les jeux de plateformes. Cependant, il est à noter que les phases de combat laisseront rapidement place à des phases de type Beat them All. Durant ces instants, à vous de montrer la palette de combo que le jeu vous offre. Certains romains ne demanderont guère plus que de les taper bêtement, tandis que d’autre nécessiteront de réaliser une glissade ou de les assommer afin de pouvoir se défaire de leur bouclier ou autres protections.
Une des fonctionnalités très appréciable consiste à réaliser des actions spécifiques lorsque celles-ci vous seront demandées, ou plutôt une série de touches à effectuer afin d’obtenir différents bonus. Ces actions viendront donc légèrement égayer des phases de combat beaucoup trop répétitives à la longue.

Bande son : Oyé Oyé, j’ai bien dis que les graphismes étaient le “gros” point noir, pas le seul… Je vais tacher de faire simple et précis, baissez le son et mettez une bonne playlist en fond sonore.
Bon admettons, je veux bien pousser à l’extrême, tout n’est pas à jeter. D’ailleurs il faut quand même avouer que les doublages sont très propres et vraiment plaisants. Le souci vient plutôt des musiques qui semblent parfois inadaptées aux situations, sans compter les bruitages répétitifs qui deviennent rapidement étouffants. Bref, chacun se fera sa propre opinion sur le sujet, mais si vous ne voulez pas tomber dans le rythme trop soporifique du jeu, je vous conseille de trouver une alternative.

 

Note : 2/5

Plaisir à jouer et à rejouer


« L’arrière-garde n’a pas fait son travail, ce qui a transformé l’avant garde en arrière-garde. Retourne en arrière et en avant ! »
Bien que, comme évoqué ci-dessus, l’ambiance du jeu ne nous incite pas vraiment à égrainer les heures dessus, l’univers de nos célèbres héros gaulois est bien représenté et est plutôt plaisant. Alors oui, les actions sont répétitives et au bout d’une heure de jeu on aura l’impression de faire et refaire encore et toujours la même chose mais dans un décor différent. Il en va quand même que les objectifs proposés sont plutôt variés et se présenteront sous forme de mini-défis, notamment si vous souhaitez obtenir tous les casques de romains, voir engranger de l’argent pour pouvoir vous payer la collection complète de mini figurine.

Il est important de rappeler que le jeu se veut familial, permettant donc aux plus petits comme aux plus grands de trouver du plaisir à taper du romain pour venir déjouer les plans de Jules César, tout en libérant les divers druides et notamment notre cher Panoramix de l’emprise de l’ennemi. Pour cela il faut compter une dizaine d’heures à parcourir les différents secteurs de Las Vegum.
Point important à mon sens, l’humour apporté à l’opus avec des clins d’œil à l’univers du jeu vidéo avec des protagonistes tel que Sam Fishaur et Larry Croft, rappelant les héros de Splinter Cell et Tomb Raider. Sans oublier les différents romains qui arboreront des similitudes avec Sonic, Rayman ou autres Mario et Luigi.

Concernant la re-jouabilité du jeu, on appréciera pouvoir revenir où l’on veut dans le parc d’attractions grâce aux divers plans du parc, rappelant au passage où nous en sommes dans la récolte des collectibles des niveaux, toujours très utile dans la course aux platines.

 

Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


« Moi, je suis tranquille ! Jamais une femme ne pourra me remplacer. Tailler des menhirs, c’est un travail bien trop délicat ! »
Bien que l’aspect technique du jeu soit plutôt décevant, il est à noter que la partie trophée en est tout autre. Dans l’ensemble, il vous faudra une quinzaine d’heures pour obtenir votre précieux graal. Aucun trophée n’étant lié à la difficulté, Astérix et Obélix se classe donc dans la catégorie des platines faciles à obtenir et nous gratifie de 31 trophées.

Une bonne partie de ceux-ci se débloqueront au fur et à mesure de votre aventure, notamment lorsque vous finirez un niveau et lorsque vous libèrerez un druide de l’emprise du Demath. Il est recommandé de réaliser votre aventure sans vous soucier des trophées, la plupart s’obtiennent au fur et à mesure de l’histoire en réalisant des actions spécifiques tel qu’envoyer des soldats dans les cibles, battre des ennemis sous l’effet de la potion magique ou encore battre un total de 2500 romains. Pour avancer dans l’aventure vous serez forcé de réaliser celles-ci.

Deux trophées (Or) exigent respectivement de trouver l’ensemble des casques or et des cartes postales qui sont répartis dans les six niveaux. Il sera alors possible une fois l’histoire principale terminée de revenir où bon vous semble afin de collecter ceux que vous auriez loupé. Sachez tout de même que certains seront plus ardus que d’autres et il faudra résoudre des énigmes pour obtenir le collectible. Mais là encore le jeu vous fourni toutes les informations nécessaires dans les options afin de connaitre ceux qu'il vous reste à collecter, sans compter sur l’aide d’Idefix qui vous signifiera avec un aboiement et un « ! » au-dessus de sa tête que quelque chose traine dans les parages.

Enfin, un dernier trophée Or vous est attribué une fois tous les défis en statut or achevés. Ces défis consistent à achever un nombre de romains dans un temps imparti. Il est donc primordial à ce stade de votre avancé d’avoir débloqué tous les cœurs de vie supplémentaire ainsi que les combos légendaires à utiliser sous l’effet de la potion magique, vous facilitant grandement la tâche.

Vous l’aurez donc compris, le platine d’Astérix et Obélix XXL 2 est loin d’être une épreuve en soi et il ne sera pas étonnant de voir de nombreux chasseurs se ruer dessus. Notez quand même que certains défis vous sortiront de votre zone de confort, vous rappelant que tout n’est pas acquis d’avance, mais perdre deux minutes pour recommencer un défi n’est pas une fin en soi.

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
13/20

Astérix et Obélix XXL 2 s’engouffre dans la brèche des nombreux remasters et profite de la sortie d’un nouveau film pour essayer de tirer son épingle du jeu. Il est très clair que les améliorations apportées (ou pas) par rapport à la version d’origine sont chères payées, mais dans l’ensemble le titre vous assure un bon moment et le plaisir de retrouver nos gaulois préférés raviront les plus jeunes tout comme les anciens. Qui plus est, vous pourrez être gratifié d’un platine simple à obtenir.

Je recommande ce jeu :
Aux enfants, Aux habitués des 100%, Aux chasseurs de trophées/platine facile