Test : Assassin's Creed IV : Black Flag


Assassin's Creed IV : Black Flag
  • 1
  • 2
  • 18
  • 40
Note des joueurs :
4.5/5 - 163 notes
Note des platineurs :
4.5/5 - 65 notes

Assassin's Creed IV : Black Flag

ps4


61 trophées au total
10 trophées online
7 trophées cachés 2 DLC's

4652 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 1270 joueurs (27 %)
100% par : 369 joueurs (8 %)
Note du jeu
13/20
Discuter du test

Test du jeu
Assassin's Creed IV : Black Flag

  • Test rédigé par matrobymat le 17-11-2014 - Modifié le 07-12-2016


Introduction


Voici Edward, que vous incarnerez dans cette aventure
Ah les caraïbes … le soleil, les palmiers, les plages de sable fin et l’eau turquoise … un cadre idyllique et paradisiaque pour cet opus de la série Assassin’s Creed. Enfin, idyllique, à partir du moment où vous ne faites pas partie de la marine anglaise. Parce que là, votre vie de rêve pourrait rapidement se transformer en rivière de sang et de souffrance.

Contenu du jeu


Petit petit petit .... oui, vous pourrez chasser la baleine
Les caraïbes sont donc le cadre de cet épisode de la série Assassin’s Creed, en plein cœur de l’âge d’or de la piraterie. Les aléas de la vie pousseront Edward Kenway, le personnage que vous incarnerez dans cette aventure, à prendre la barre d’un rafiot et à écumer les mers à la recherche d’or, de fortune et de gloire. Au cours des pérégrinations d’Edward, vous pourrez donc réaliser des contrats navals, assaillir et aborder des navires ennemis ou plus classiquement, réaliser des contrats d’assassinat et explorer les iles et les villes des caraïbes jusqu’à plus soif. Du classique donc, mais de l’efficace. Dommage tout de même que finalement, le côté marin ne soit pas un peu plus original que ça, puisque finalement, tout était déjà possible dans Assassin’s Creed 3, à part les explorations des épaves sous-marines, qui sont la seule nouveauté notable. Cependant, il faut bien avouer que la durée de vie est excellente, et que vous ne vous ennuierez pas un instant. Vous aurez même l’occasion de participer à d’authentiques chasses aux trésors.

 

Note : 4/5

Aspect technique du jeu


Le mot que vous cherchez est : magnifique !
Graphiquement, vous allez en prendre plein les mirettes. Le cadre est magnifique, et la PS4 le lui rend bien. Les paysages sont sublimes, la végétation, l’eau, la mer démontée, le mouvement des vagues et les tempêtes tropicales, tout est très bien rendu. Je suis tout de même nostalgique de la grimpette des monuments architecturaux, mais bon, le cadre ne s’y prête pas, et les développeurs ne pouvaient pas nous mettre une cathédrale là où il n’y en a pas. Un petit bémol, pour chipoter, sur les visages des différents protagonistes qui sont un peu figés et avec le regard un peu vide. Au niveau du gameplay, la manipulation des navires et très bonne, avec ce qu’il faut de lourdeur et d’effet de prise au vent. Rien à redire de ce côté la. Par contre, du point de vue du personnage principal, la musique n’est pas la même. Honnêtement, j'ai rarement autant pesté contre un personnage qui refusait obstinément, et très souvent, de faire ce que je lui disais de faire. Pour un jeu qui base son expérience et son fun sur le gameplay justement, c'est très limite. Edward s'agrippe régulièrement à des parois ou des rebords dont on n'a rien à faire, et à contrario, refuse de monter sur une corniche qui est 10 centimètres au-dessus de sa tête. Et quand il se décide à le faire, il le fait avec une extrême lenteur. Vraiment, j'ai trouvé que ce côté acrobate propre à la série s'était grandement dégradé avec cet épisode. Pour un jeu qui base son fun et son gameplay justement sur l’agilité de son héros, c’est un comble. Enfin, pour être complet, je n’ai noté aucun bug durant le jeu, à quelque niveau que ce soit.

 

Note : 3/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Les abordages sont de la partie, mais sont bien trop faciles
Pris en tant que tel, Assassin’s Creed Black Flag est un bon jeu. L’histoire d’Edward vous intéressera et vous prendrez plaisir à vous prendre pour un pirate. Vous naviguerez sur les flots comme un vieux loup de mer et le sentiment de liberté et d’impunité est total. Mais là où le bas blesse, c’est que cet épisode, aussi bon qu’il soit, est censé faire partie d’une série. Clairement, la trame scénaristique, le fil rouge porté par Desmond durant les épisodes précédents, et qui s’étiolait déjà, et de plus en plus mince chaque année. Ici, elle est quasiment nulle. Il n’y a absolument aucune avancée notable à apporter à l’Histoire avec un grand h des Assassin’s Creed. A tirer sur la corde, sans avoir de but en ligne de mire, on en arrivera à une fin bâclée, sans queue ni tête, décevante. C'est une certitude me concernant, et c'est bien dommage. On a clairement le sentiment que les développeurs ne savent pas où ils veulent aller, et c’est très dommage.

 

Note : 2/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Edward a tout de même la classe ...
Au niveau des trophées, rien ne vous surprendra. Il y a bien évidemment les trophées d’avancement dans l’histoire principale, et pour le reste, à part quelques trophées concernant des actions spécifiques, le reste vous obligera juste à explorer la map de fond en comble. Il est dommage qu’un Assassin’s Creed ne nous pousse pas un peu plus à explorer le côté furtif de notre héros. L’intérêt des trophées est selon moi, de nous pousser à jouer de toutes les façons possibles. Parcourir l’entièreté de la map est certes intéressant, mais profiter du gameplay l’aurait été encore plus. Dommage. Je passerai sous silence les deux trophées multi qui sont inintéressants au possible (comme le multi d’ailleurs) et qui vous obligeront juste à passer de nombreuses heures en mode meute, sans intérêt et sans saveur.

 

Note : 4/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
13/20

Pour conclure, Black Flag est un bon épisode, original et enchanteur, avec une ambiance propre et parfaitement rendue. La technique de la PS4 rend véritablement hommage à l’histoire intrinsèque et au fun de l’assassin Edward Kenway, qui, bien que ne jouissant pas tout à fait de la même aura qu’Ezio, est tout de même très convainquant. Malheureusement, le syndrome Lost frappe encore ici un peu plus, et on ne peut s’empêcher d’être inquiet pour la série. L’histoire des Assassins n’a quasiment plus ni queue ni tête, et on ne voit vraiment pas comment UBI pourrait remonter la pente. Mais faites comme moi, savourez ce jeu pour lui-même, individuellement, et oubliez la trame principale, qui à n’en pas douter sera de plus en plus décevante.

Je recommande ce jeu :
Aux chasseurs de trophées/platine facile