Test : Ace Combat 7 : Skies Unknown


Ace Combat 7 : Skies Unknown
  • 1
  • 2
  • 11
  • 36
Note des joueurs :
4.8/5 - 5 notes
Note des platineurs :
5/5 - 1 note

Ace Combat 7 : Skies Unknown

ps4


50 trophées au total
11 trophées online
22 trophées cachés

488 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 20 joueurs (4 %)
100% par : 20 joueurs (4 %)
Note du jeu
17/20
Discuter du test

Test du jeu
Ace Combat 7 : Skies Unknown

  • Test rédigé par yuutsu le 13-02-2019 - Modifié le 13-02-2019


Introduction


Ce test a été co-rédigé avec NicoFantasy.


Vole comme l'oiseau

Développé par Project Aces et Namco Bandai, septième volet d'une licence ayant débuté en 1993, Ace Combat 7 : Skies Unknown se présente comme le premier épisode sortant sur la PS4. Licence de simulation de vol de combat de haut-vol (la blague est valide) cet épisode, initialement prévu en 2017, était attendu au tournant. Le septième volet est d'ailleurs le premier à proposer une expérience VR : une fonctionnalité qui peut se révéler être un atout majeur dans la recherche de la simulation la plus poussée possible. D'ailleurs, l'expérience peut être couplée avec le joystick T-Flight Hotas 4 sorti pour l’occasion afin d’accroître l'immersion.

Ce septième opus fête les vingt ans de la saga, de quoi décupler l'attente des fans face à ce jeu « anniversaire ». Opus qui s'entoure d'une équipe déjà bien connue dans la saga, à savoir Sunao Katabuchi aux commandes du scénario, comme il l'était déjà pour Ace Combat 5. Il est aussi accompagné de Keiki Kobayashi, compositeur attitré des Ace Combat depuis le quatrième opus.

Situé dans un univers fictif, Ace Combat 7 : Skies Unknown nous replonge dans une intrigue passée, se situant entre le troisième et quatrième opus, en 2019 (joli clin d’œil à la sortie réelle du jeu). Le conflit oppose la fédération Oséenne et le royaume d'Erusea, séparés par la mer. Les conflits terrestres sont abandonnés au profits des batailles aériennes avec la présence de drones inconnus lançant les hostilités.

Attendu depuis des lustres par les fans, le jeu a-t-il les atouts nécessaires pour proposer une expérience à la hauteur de ses ambitions ?

Contenu du jeu


J'appelle ça un environnement riche en cibles.

Le contenu est vraiment agréable, pensant à tout le monde, englobant aussi bien un mode Campagne pour ceux aimant voler en solitaire qu'un Multijoueur pour les pilotes férus d'acrobaties en groupe. Chaque mode est jouable avec le joystick T-Flight Hotas 4 et le VR proposant une version grand écran permettant de donner un plus à l'expérience, augmentant la sensation d'embarquer aux commandes d'un Chasseur.

Le mode Campagne se découpe en vingt missions, chacune se composant d'objectifs variés. Vous pouvez aller de la simple mission de reconnaissance à l'éradication d'une cible, ou même vous infiltrer au sein d'une vallée montagneuse sans vous faire repérer. Il vous est aussi possible d'escorter un véhicule allié terrestre tout en détruisant les ennemis osant se mettre sur votre chemin. Ces objectifs sont entrecoupés d'actions telles que le décollage, l’atterrissage et le ravitaillement. Actions que vous pouvez passer avec une simple pression du bouton Options si cela ne vous plaît pas. À cela s'ajoutent les médailles qui vous récompensent d'avoir mené à bien certains exploits comme réaliser un score en particulier ou réussir à faire apparaître un avion célèbre que vous devrez abattre pour l'ajouter à votre tableau de chasse. Avec ses quatre niveaux de difficulté (facile, normal, difficile, as) et ses multiples objectifs annexes, le mode Campagne propose plusieurs heures de jeu à tout pilote avide de challenge.

Une section Mission libre vous offre l’occasion de rejouer les missions dans la difficulté de votre choix pour améliorer votre score, faire apparaître les fameux avions célèbres ou même visiter le niveau sans ennemis – histoire de profiter de la vue sans pression. Le mode Hangar vous permet de créer un set (avions, missiles, pièces d'améliorations), de développer votre arbre de recherches pour obtenir de nouveaux avions et pièces le tout grâce au PMA, la monnaie du jeu.

Le mode Multijoueur se découpe, pour sa part, en deux modes. Affrontement permet de s'affronter de 2 à 8 joueurs en chacun pour son aile dans six cartes (dont une se présentant dans une version jour et une version nuit). Même si chaque carte possède sa propre typographie, l'action se déroulant dans les cieux, vous ne verrez aucune différence sauf lors des bouleversements climatiques. Le Match à mort offre des affrontements en équipes allant du 2 contre 2 au 4 contre 4. L'un comme l'autre peuvent être lancés à partir d'un salon. Vous avez d'ailleurs la possibilité, en créant un salon, de limiter l'accès à des avions n'ayant qu'un certain coût de fabrication ou même interdire l'utilisation de certains missiles. Le Hangar demeure accessible dans les salons donnant l’occasion aux participants de modifier leur avion avant le prochain affrontement. Les médailles sont, elles aussi, toujours de la partie avec certaines dans la même mouvance que celles du mode Campagne (comme finir trois fois premier d'un Affrontement) mais aussi des médailles d'évaluations comme être le dernier en lice ou le plus précis à la mitraillette.

Quid du VR ? Seules quelques missions peuvent être couplées avec la réalité virtuelle et le joystick T-Flight Hotas 4 bien que ce dernier ne soit pas obligatoire pour le mode. L'immersion demeure totale. Vous êtes le pilote, assis dans son cockpit, et devez bouger la tête pour observer les environs mais aussi votre panneau de commandes. Autant tirer des missiles peut ne pas être trop compliqué qu'utiliser la mitraillette demande de vraiment regarder les cibles depuis votre cockpit. L'immersion est poussée au point que vous devez être à bonne distance de votre écran. Être trop loin vous fera rentrer dans le siège de votre avion, être trop prêt vous collera contre la vitre, vous empêchant de voir la carte-radar sur votre tableau de bord. Idem pour vos missiles et votre état de santé. Si vous avez le joytsick T-Flight Hotas 4 l'immersion n'en sera que plus grande. Il ne vous manquera plus que le masque sur la bouche pour avoir vraiment l'impression d’être à bord d'un avion. Pendant les séances de décollage il ne sera pas rare que vous ayez l'envie de répondre aux hommes au sol que tout est ok que vous êtes prêt pour le décollage. Ici aussi vous n'y échapperez pas : les médailles sont présentes demandant toujours certaines conditions pour les débloquer.

Seul bémol : un nombre de missions beaucoup plus restreints que pour la Campagne. Mais le mode VR, par son immersion grandiose, a vraiment sa place et n'est nullement là pour palier certains manques dans le jeu. Si Ace Combat 7 : Skies Unknown n'avait été jouable qu'en VR, il aurait pu freiner nombre de joueurs par manque de matériel.

Le mode Données montre que ce type de mode manque cruellement dans nombre de jeux. En premier lieu il regroupe toutes les informations des modes Campagne, VR et Multijoueur : temps joué, nombre de kilomètres parcourus, de décollages effectués, de parties réalisées, d'ennemis tués, etc. Des informations aussi utiles pour satisfaire votre curiosité que voir votre progression dans la chasse aux trophées. Au fur et à mesure que vous avancez dans la Campagne, la partie « Cinématiques » viendra s'enrichir de ces vidéos afin de pouvoir les visualiser une seconde fois (voire plus). La section « Avion » vous permet d'étudier, sous tous les angles, tous les avions en votre possession. Un petit bonus appréciable pour tous les fans d'aéronautique et de modélisme. À ceci s'ajoute l'OST afin de pouvoir profiter de la bande-son hors des missions. On aurait préféré l'avoir directement en téléchargement sur la console pour ne pas avoir l'obligation de lancer le jeu pour écouter une piste. Mais la bande-son n'a pas fini en DLC payant ce qui reste un atout non négligeable.

Image

Riche en challenges, Ace Combat 7 : Skies Unknown propose de quoi occuper tout joueur accrochant à son concept que ce soit en solitaire avec la Campagne ou en ligne en affrontement chacun pour soi ou en équipe soudée. De quoi faire chauffer la manette sans compter les heures passées sur l'opus.

 

Note : 5/5

Aspect technique du jeu


À nous l’ivresse, l’ivresse de la vitesse !

Gros point marquant de cet opus : la bande-son. Elle contribue à s'imaginer voyager dans les cieux, à travers les nuages, tout en se permettant des envolées lyriques et épiques sans verser dans les accents trop bourrins. La bande-son est d'une très grande qualité accompagnant parfaitement le jeu, mais surtout la Campagne. C'est peut-être là un défaut de l'OST : les pistes correspondent bien plus aux différentes séquences de la campagne qu'aux parties en Multijoueur. En revanche, tout ce qui relève du bruitage comme les tirs de missiles, le souffle des réacteurs ou le son produit par un Chasseur filant à toute vitesse près de vous est finement retranscrit, accentuant, par la même occasion, la sensation de vitesse.

Avec ses quatre modes de difficulté présents dans le jeu, l'IA de Ace Combat 7 : Skies Unknown saura donner du challenge aux pilotes les plus novices, mais aussi aux plus audacieux. Même en mode facile l'adversaire peut se montrer redoutable et même tenace. Il vous faudra souvent acquérir un meilleur avion pour surpasser l'ennemi, la maîtrise de l'avion de base ne suffisant pas toujours. Au vu de l'expérience dans la difficulté basse, on pouvait craindre que, à plus haute difficulté, le niveau de maîtrise demandé soit tel qu'on abandonne la manette sur un coin du canapé. Ace Combat 7 : Skies Unknown arrive à savamment doser cette progression. Certains passages de la Campagne peuvent se révéler, ainsi, plus ardus que d'autres. Mais en choisissant un avion de qualité avec des missiles adaptés à la mission, la tâche s'en voit facilitée : la stratégie prime sur l'attaque pure. Reste que la difficulté As porte très bien son nom avec une IA pointue qui sait esquiver vos missiles si vous ne veillez pas à viser au bon moment. Une maîtrise totale de son équipement et du stress sera nécessaire pour devenir l'as des as.

Le gameplay se présente comme difficile à prendre en main, surtout pour les non habitués du genre, d'autant plus que les commandes sont, par défaut, inversées. Heureusement une option permet de modifier cet aspect pour rendre le tout un poil plus accessible. En dehors de ça, les commandes reprennent les grands classiques : (R2) pour accélérer, (L2) pour ralentir, (croix) pour la mitraillette (votre arme de base) et (rond) et (carre), chacun dédié à un type de missile. Une fois le tout mémorisé, il ne vous reste plus qu'à prendre le coup de main et le ciel s'ouvrira à vous.

Niveau graphisme, Ace Combat 7 : Skies Unknown dévoile des avions parfaitement modélisés avec soin sous tous les angles. On peut trouver que le pilote a subi une modélisation de moindre qualité mais, soyons honnête : c'est un détail sur lequel on ne s'attarde guère. Le cockpit avec son tableau de bord accroît cette sensation d'être aux commandes d'un véritable avion évitant l'impression d'être assis devant une tablette affublée d'autocollants. Comme dit plus tôt dans le test, l'effet VR décuple l'effet immersif durant laquelle même votre carte fait partie intégrante du tableau de bord. Vous avez d'ailleurs le choix, hors du mode VR, entre trois vues différentes : à la première personne, depuis le cockpit ou à l'extérieur de l'avion, caméra située derrière ce dernier.

On aurait pu craindre que le ciel soit dépourvu de vie mais non. Selon vos parties en ligne ou en solo, votre environnement va se parer d'éléments naturels comme les nuages, mais aussi la pluie, la tempête et même la foudre. Cette dernière, si elle frappe votre Chasseur, brouille votre radar rendant illisible, pendant quelques instants, vos données. N'oublions pas que vous n'êtes pas seul à voler et que d'autres avions partagent l'environnement avec vous laissant derrière eux la fumée de leurs réacteurs et lançant des missiles sifflant à vos oreilles. La typographie terrestre n'est pas négligée pour autant. En s'en approchant on peut discerner les différents bâtiments qui la parent, les véhicules, mais aussi des éléments comme les montagnes et la forêt.

Pas de VF pour Ace Combat 7 mais la possibilité de choisir un doublage japonais ou anglais couplé à des sous-titres en français. Ces derniers sont malheureusement écrits dans une petite police pas toujours très lisible et rédigés en haut de l'écran, bousculant les habitudes et ne permettant pas toujours de bien les lire, votre vision étant plus fixée sur le milieu de l'écran ou votre tableau de bord. Rien qui n'entache l'expérience mais qui peut faire tiquer surtout si on s'intéresse au scénario.

Durant mes parties je n'ai subi aucun bug que ce soit sur le plan graphique ou en ligne, comme une connexion interrompue, ni même de soucis lié aux sauvegardes. Un élément qui fait plaisir surtout sur un jeu attendu depuis si longtemps mais qui sait sortir un produit final, à peine patché, puisque Ace Combat 7 : Skies Unknown est, à ce jour, en version 1.01.


Toujours plus haut, toujours plus loin


La sortie du joystick T.Flight HOTAS 4 dans une version Ace Combat 7 : Skies Unknown par Thrustmaster n'a clairement pas échappé aux fans de la licence. L'accessoire mérite d'avoir droit à sa section dédiée ici, puisque son acquisition joue clairement sur l'aspect technique (en plus du plaisir de jeu, sur lequel on reviendra). L’ensemble est constitué de deux manettes dissociables l’une de l’autre mais reliées par un câble d’une cinquantaine de centimètres. Au menu on disposera de 5 axes, 12 boutons d'action, une gâchette et d'un chapeau chinois 12 directions ! Que demande le peuple ! On note la présence d’une clé allen fixée sous la structure pour solidariser efficacement les deux ensembles, même s’il est préférable de les dissocier pour que cela corresponde à l’écartement des bras, bien posés sur une table.

La manette de gauche est une manette des gaz qui permet comme son nom l’indique d’accélérer et décélérer. Elle est également munie de boutons qui font office de palonnier (le système à pédales de l’avion qui permet de tourner l’avion sur un même plan = le lacet). C’est également sur la manette des gaz qu’on pourra changer de vue et agir sur le radar en appuyant sur des boutons. À ce propos il est à noter que ces boutons sont un peu le point faible du T-Flight, certains offrent bien trop de résistance pour être rapidement sollicités.

Le manche de droite embarque une grande quantité de touches qui vont permettre de mitrailler, tirer des missiles, changer de visée, de vue, d’équipement. Sa grande plus-value par rapport à la manette réside, bien évidemment, dans sa capacité à diriger les avions de manière totalement optimisée. Les directions classiques du manche permettent d’agir sur le tangage et le roulis de manière bien plus précise qu’avec les sticks de la manette. On y ajoute également le palonnier en effectuant une rotation du manche sur lui-même. Terriblement efficace en ligne, on agit de manière très naturelle sur ces trois axes pour manier notre avion comme on le souhaite.

Le manche du Hotas 4, manié à la main droite, remplace donc le stick gauche de la manette, et cette différence rend les sensations bien plus naturelles et immersives. Notons également que l’on peut régler la résistance du manche sur le dessous du T-Flight via une molette.Les boutons Option et Share sont sur la base du T-Flight. Peu accessibles en cours de jeu, on les oubliera assez rapidement.

Le T.Flight HOTAS 4 se branche en filaire à l’une des prises USB en façade de la PS4 assurant une reconnaissance immédiate . Le câble est très long et suffira dans 99% des situations. On note que la Dualshock reste active, pour naviguer dans les menus par exemple.

Proposé au prix assez modeste de 79.99€ comparé à une manette dualshock 4 qui en coûte presque autant, ce T.Flight HOTAS 4 Ace combat 7 Edition s’adresse aux fans de la licence ainsi qu’à un large public souhaitant s’offrir de belles conditions de vol avec une meilleure immersion (surtout couplée à une expérience en VR). Certes les plastiques sont de qualité et de résistance assez moyenne, et il n’y a pas de système de vibration. Mais le tout respire la qualité. Après plusieurs heures d’utilisation, aucune faiblesse n'est à déplorer.

On notera que sur PS4, d’autres jeux sont compatibles avec le T.Flight Hotas 4 : Air Missions : Hind, Air Conflicts: Secret Wars, Elite Dangerous, End Space, EVE: Valkyrie, Starblood Arena, Ultrawings et War Thunder.

Image

Maîtrisant à la perfection son aspect graphique, Ace Combat 7 a même le chic de proposer des acrobaties de haute volée sans subir le moindre lag ou freeze. L'expérience est ainsi totale, même avec une simple manette dans les mains. L'immersion se retrouve décuplée pour tout joueur possédant le combo casque VR et joystick T.Flight HOTAS 4 donnant la parfaite illusion d'être un véritable pilote.

 

Note : 5/5

Plaisir à jouer et à rejouer


Reste dans mon aile, j'te ramène comme une mariée.

Entamer une licence par son dernier épisode demeure toujours un pari risqué. Le joueur peut se retrouver perdu dans un afflux d'informations que les fans, eux, ont eu le temps d'ingérer à chaque opus. Ace Combat 7 : Skies Unknow réussit, par son mode Campagne, à présenter l'intrigue de ce volet sans perdre le néophyte. Les fans auront, sûrement, leur lot de références et une seconde lecture plus approfondie. Toutefois le novice pourra prendre plaisir à découvrir le récit et son plaisir de jeu ne sera pas gâché par un manque de connaissances.

Ace Combat 7 : Skies Unknown est un jeu qui donne envie d'être relancé... à condition d'apprécier les challenges et les voyages aériens. Les développeurs ont clairement réussi leur coup en réalisant un jeu permettant une immersion du joueur, avec ou sans les accessoires comme le VR. Bien entendu, avec ce dernier et/ou le joystick T-Flight Hotas 4 entre les mains, l'expérience s'en retrouve décuplée. Mais leur possession n'est nullement obligatoire pour profiter du jeu et éprouver d'agréables sensations : ils ne font que maximiser une ambiance déjà présente dans le jeu.

Toutefois, Ace Combat 7 : Skies Unknown peut diviser le public. Si l'on n'adhère pas aux jeux de simulations de vol, on peut se retrouver sur le banc de touche. (Re)lancer plusieurs fois la même mission a de quoi laisser une impression de répétition. D'autant plus que nombre d'objectifs restent liés au mode Campagne, à tel point que tout joueur finit par le connaître par cœur et peut se lasser de l'expérience avec le temps. Même si, soyons honnêtes, relancer des missions, voire des chapitres, pour mener à bien certains objectifs demeure une mouvance déjà exploitée dans nombre de jeux ces dernières années. Ace Combat 7 : Skies Unknown, sur ce ne point, ne fait que suivre une tendance globale. Mais pour le peu que réaliser une mission avec un avion totalement différent vous plaise, la sensation de répétitivité pourra s'en trouver amoindrie. D'ailleurs, conclure une première fois la Campagne vous donne accès à un Chasseur aux compétences largement au-dessus de la moyenne. Il vous faudra mettre le prix (deux millions de PMA) mais le jeu en vaut la chandelle : posséder cet avion d'élite rendra chaque défi plus aisé.

Il en va de même pour le online. Avec seulement deux modes différents, on pourrait croire que le tour en est rapidement fait au bout de quelques parties. Ce sera le cas pour les joueurs n'adhérant pas au concept. Quant aux autres, chaque partie leur permettra de vivre une expérience unique que ce soit en personnalisant leur propre avion ou en se confrontant à des adversaires humains aux tactiques uniques. Adapter sa stratégie en temps réel, améliorer son équipement sont quelques-unes des actions nécessaires pour tenter de décrocher la victoire. Les premières parties sont rudes et vous laisseront souvent sur le carreau. Seule l'abnégation et une maîtrise du jeu (ainsi que la chance de tomber sur des pilotes moins chevronnés que vous) vous permettront de réussir. La découverte des médailles donne, aux acharnés, un bonus de défis à réaliser.

Image

Ace Combat 7 : Skies Unknown donne toutes les armes pour affronter une lassitude qui pourrait s'installer, poussant le joueur à vouloir décrocher des récompenses, quel que soit le mode, grâce à son système de médailles. Leur acquisition, loin d'être aisée, demandera de la patience et du doigté.

 

Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


Houston, nous avons un problème.

À l'image du jeu, la liste des trophées propose aussi bien des items accessibles que d'autres mettant vos compétences à rude épreuve. Le mode Campagne couvre, à lui seul, pratiquement la moitié des trophées tandis que la seconde section est occupée par le online. En plus de finaliser la campagne et de mener des parties online, tout chasseur de trophées voulant obtenir le platine devra s'attaquer à de gros challenges.

Vous n'échapperez pas à la plus haute difficulté, la Ace, puisque vous devrez mener à bien le mode Campagne dans chaque niveau de difficulté. De même, vingt-cinq médailles devront être vôtre ce qui demande, en plus d'un certain temps d'investissement, de (re)lancer les missions jusqu'à obtention et une maîtrise parfaite. Mener toute la campagne en utilisant que la mitraillette, ne prendre aucun dégât font partie des conditions les plus difficiles à réaliser pour décrocher des médailles. S'investir dans le mode online peut permettre de pallier à ces challenges en acquérant les médailles propres à ce mode. Néanmoins cela ne vous permettra pas de fuir le farming lié à la monnaie interne du jeu. 40 000 000 PAM : c'est là la somme faramineuse que vous devrez acquérir, rien que pour un trophée. Vous n'allez pas compter vos heures pour rassembler la somme requise.

Ace Combat 7 : Skies Unknown ne propose aucun trophée lié au mode VR. Un choix qui permet de rendre accessible le platine à tout joueur en ne prenant pas en compte les accessoires mais qui ne met pas en valeur un mode pourtant riche d'idées et contribuant grandement au plaisir de jeu.

Concernant le online, seul (Bronze) Le dernier qui vole mettra vos nerfs à rude épreuve puisque vous devrez finir premier lors d'un affrontement. Mais avec de la persévérance, l'acquisition d'un bon avion et de la chance, il sera vôtre. Le reste des trophées liés à ce mode consiste à mener un certain nombre de parties sans forcément obtenir de victoires, jouer sur toutes les cartes ou encore obtenir 150 évaluations. Ces derniers englobent nombre d'actions comme être le joueur ayant le plus utilisé la mitraillette lors d'une partie, avoir réalisé le premier et/ou le dernier tir, avoir abattu le plus d'ennemis... Des distinctions qui s’accumuleront d'eux-même au cours des parties.

Image

Le platine de Ace Combat 7 : Skies Unknown est de ceux se montrant exigeants envers tout chasseur de trophées voulant l'acquérir. Maîtriser le jeu et son gameplay, mais aussi passer des heures dessus seront les leimotivs de tout chasseur souhaitant atteindre le (Platine) SKIES UNKNOW.

 

Note : 3/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
17/20

Pour les vingt ans de la série, Ace Combat 7 propose un jeu d'une technicité impeccable et offrant, aux fans, de quoi s'amuser pendant des heures. L'expérience atteint son sommet avec les accessoires pour offrir une simulation de vol proche de la perfection. Pointilleux, voire retors, le jeu se couple d'un platine souffrant de beaucoup trop de farming au détriment du fun.

Je recommande ce jeu :
Aux acharnés, Aux fans de la série, Aux curieux