Test : 11-11 : Memories Retold


11-11 : Memories Retold
  • 1
  • 1
  • 13
  • 36
Note des joueurs :
3.2/5 - 5 notes
Note des platineurs :
3.5/5 - 4 notes

11-11 : Memories Retold

ps4


51 trophées au total
26 trophées cachés

24 joueurs possèdent ce jeu

Platiné par : 14 joueurs (58 %)
100% par : 14 joueurs (58 %)
Note du jeu
14/20
Discuter du test

Test du jeu
11-11 : Memories Retold

  • Test rédigé par dregs le 26-01-2019 - Modifié le 26-01-2019


Introduction


« Il est plus facile de faire la guerre que la paix. »
A l’occasion de la célébration du centenaire de l’armistice de 1918, le studio Aardman et le studio français de DigixArt s’accordent afin de nous réaliser 11-11 : Memories Retold , un titre commémoratif. Le studio Aardman connu pour la réalisation de films d’animation tel que Chicken Run, Wallace et Gromit pour ne citer qu’eux, est en charge de la partie artistique du jeu, tandis que DigixArt s’occupe de la partie technique, notamment grâce à Yoan Famise à qui l’on doit Soldats Inconnus : mémoire de la grande guerre . C’est dans ce contexte que le choix d’un titre basé sur l’aspect narratif sur le thème de la Première Guerre Mondiale voit le jour le 9 novembre 2018, édité par Bandai Namco.

Le jeu s’engouffre dans la brèche afin de nous proposer de suivre le parcours de 2 héros où les drames, espoirs et péripéties viendront entacher votre aventure.
Il est toujours compliqué d’évoquer le thème de cette grande guerre sans rentrer dans la caricature ou dans le style FPS. 11-11 : Memories Retold peut-il réaliser la lourde tâche que de traiter l’histoire de façon poétique et dramatique ? Il est temps de lustrer l’appareil photo et votre fusil…

Contenu du jeu


« La guerre ! C'est une chose trop grave pour la confier à des militaires. »
A peine quelques secondes après l’écran d’accueil, et vous voilà déjà en 1916 au contrôle d’Harry, un jeune photographe canadien sous le charme de sa muse Julia. Celle-ci n’étant pas insensible à l’uniforme de Barret, un vétéran de guerre, Harry décide donc de s’engager avec l’appui de l’officier en tant que photographe en première ligne.
En parallèle, en Allemagne, Kurt est un technicien chargé de la construction d’un zeppelin quand il apprend la disparition de son fils au front. Le voilà donc décidé à rejoindre les rangs afin de le retrouver et le ramener auprès de sa femme et sa fille. Comble de malchance, vous prendrez également place dans les pattes de Lotty, magnifique petit chat qui a eu le malheur de se retrouver pris en plein milieu des tranchées.

C’est donc là que l’histoire débute et vous voilà à alterner tour à tour entre ces 3 personnages dans cette aventure narrative et poétique, nous mettant directement dans la peau de soldats pour découvrir au plus près les horreurs de la grande guerre. Cependant, et à l’instar du sublime Soldats Inconnus : mémoire de la grande guerre , nos héros se retrouveront contre leur volonté en première ligne, alors que leurs objectifs étaient tout autres.

Il vous faudra donc passer de l’un à l’autre afin de suivre l’histoire de chacun façon « au même moment … » jusqu’à la très attendue rencontre entre nos 2 protagonistes. Le jeu se découpant sur 3 chapitres, vous devrez donc réaliser des objectifs simples tel que prendre des photos, réparer des objets, prendre des objets, discuter… Diverses petites actions qui viennent compléter l'aventure et mettre le joueur à contribution tout en gardant la narration comme trame principale. Afin de compléter l’histoire et amener de la profondeur, vous pourrez découvrir des morceaux de lettre permettant d’avoir accès à des écrits ou vidéos supplémentaires. Vous aurez aussi la possibilité de réaliser quelques interactions avec l’environnement extérieur qui vous permettront de vous évader temporairement de ce chaos qui vous entoure.

On notera que certaines actions demanderont de prendre des décisions qui seront capitales pour la suite et fin de votre aventure, laissant donc place à plusieurs fins possibles.

 

Note : 4/5

Aspect technique du jeu


« Ils ne passeront pas. »
Gameplay : Niveau gameplay, il est évident que les développeurs ont fait dans la simplicité, le jeu étant relativement linéaire, vous ne pourrez pas vous tromper dans la ligne de conduite à suivre. Il va quand même de soi que certains moments de liberté nous sont accordés, la plupart du temps synonymes de trophées à débloquer, mais ceux-ci resteront quand même rares. Il faut garder en tête que la narration est priorisée par rapport à l’action. On notera cependant que chacun de nos deux protagonistes possèdent une aptitude qui leur est propre, permettant d’ajouter un peu de profondeur. Il est clair que le déroulement est extrêmement prenant, mais le manque d’action risque de laisser un petit gout de frustration pour les hardcore gamers.

Bande-son : L’univers audio de 11-11 : Memories Retold nous plonge directement dans l’ambiance de cette tragédie. Le doublage des voix est aussi une pure merveille, Sebastian Koch (Homeland notamment) qui incarne Kurt et Elijah Wood (le seigneur des anneaux) pour Harry, portent avec brio nos personnages. On ne se lasse pas d’apprendre leur récit grâce à une narration plus que réussie. Il en est de même pour l’univers sonore, qui nous immergera dans l'action dès les premières minutes du jeu.

Graphisme : Nous voilà sur un point plutôt particulier. Difficile de donner un avis tranché sur le sujet, tellement l’univers graphique est atypique. 11-11 : Memories Retold se présente comme une aquarelle, ce qui peut paraitre assez déroutant lors des premiers instants. Très rapidement on oubliera ces graphismes non conventionnels et on sera captivé par la beauté des tableaux. Alors certes cette technique enlève parfois de la profondeur quand il s’agit de comprendre le ressenti visuel ou les expressions de nos héros, mais cet esprit mélangé à l’ambiance de la guerre relève d’un choix astucieux et gagnant.

Il se peut que durant votre progression vous vous retrouviez face à un mur invisible, ou que vous ayez à tourner plusieurs fois autour d'un personnage ou d'un objet pour pouvoir interagir avec, mais cela relèvera quand même de l’exception et n'entachera pas votre progression.
L’ensemble de ces choix permet de nous plonger dans une nouvelle ligne de conduite, beaucoup plus narrative et commémorative, que d’un jeu pur et dur où l’action prime sur le fond. Ce virage nous entraine dans une autre fonctionnalité du jeu vidéo, afin de nous faire prendre conscience des horreurs de la guerre, sans pour autant en être les acteurs, mais plutôt les témoins.
On regrettera néanmoins quelques aspects de l’écriture. Bien que la justesse et la précision de l’histoire ne soient plus à démontrer, certains points peuvent nous paraitre un peu trop grossiers et la fin ne laissera personne insensible.

 

Note : 3/5

Plaisir à jouer et à rejouer


« Je trouve que c’est une victoire, parce que j’en suis sorti vivant. »
Il est toujours compliqué de tomber sur un jeu narratif prenant. 11-11 : Memories Retold est pour moi un incontournable du genre. Ses graphismes façon aquarelle, sa bande son, son univers, tous peut sembler à l'opposé des standards des jeux actuels et pourtant le plaisir est indéniable. En insérant le CD, vous voilà parti pour environ 7h de poésie, une histoire émouvante qui ne vous laissera pas indifférent, relatant l'un des plus gros conflits du siècle dernier.

Que ce soit pour un joueur confirmé ou pour un non initié, ce jeu vous garantie une évasion simple et passionnante dont les décisions influeront quelque peu sur la fin de votre récit.
Et oui, c’est bien vous qui décidez de certaines actions influentes, telles que l’envoie de lettre, le sauvetage d’un personnage… permettant ainsi de refaire l’histoire en modifiant nos décisions, augmentant ainsi la durée de vie du jeu.

Pour les collectionneurs, vous pouvez également parcourir les décors afin de dénicher des morceaux de lettre et ainsi débloquer des bonus. Il est ici possible de refaire certains passages grâce à la sélection des chapitres, et ce sera un réel plaisir de lancer une nouvelle partie pour réaliser une ligne de conduite différente. Cependant les choix annexes ne sont pas légion et la seconde partie sera fortement similaire à la première pour une majorité des scènes. Il peut être rébarbatif de devoir refaire le jeu pour retrouver un ou deux collectibles manquants, mais dans l'ensemble le jeu est relativement fluide, et ce type d'écart ne vous prendra que quelques minutes pour peu que vous connaissiez déjà l'emplacement de ces fragments.

Vous pouvez donc compter sur une quinzaine d’heures maximum pour parcourir l’ensemble de ce que ce jeu propose, mais au final, le dosage est parfait, ni trop long, ni rébarbatif, ni trop court. Il est clair que vous ne sortirez pas indifférent de cette histoire, mais soyez sûr que le plaisir sera au rendez-vous.

 

Note : 4/5

Plaisir à faire les trophées, le Platine / 100%


« L’artillerie conquiert, l’infanterie occupe. »
La liste de 11-11 : Memories Retold s’étend à 51 trophées. Celle-ci est plutôt bien fournie, mais la difficulté d’obtention est relativement faible et l’ensemble des trophées peut être fait en une seule partie sans difficulté particulière. Afin de pleinement profiter du jeu, il est toutefois recommandé d’effectuer une première partie en mode découverte sans vous soucier de ceux-ci. Certains tomberont automatiquement dès lors que vous finirez un chapitre.

Il y a un total de 3 chapitres, chacun possédant son lot d’actions à effectuer, dont de nombreuses se réaliseront sans même que vous n’y ayez prêté attention. Il vous faudra notamment marquer un but avec un ballon dans un panier renversé au sol dans les rues de Paris, mais aussi démontrer tous vos talents de danseur lors d’une séance de QTE plus que simpliste. Il est toutefois à noter que certaines interactions entraineront automatiquement l’avancée dans le chapitre, ce qui peut vous bloquer l’obtention d’un trophée. Là-dessus pas d’inquiétude, une fois le jeu fini vous aurez la possibilité de rejouer les chapitres et ainsi avoir une nouvelle opportunité d’obtenir votre précieux.

Une attention particulière doit être portée sur la réalisation de quatre trophées. Le (Or)Historien vous demande de découvrir l’ensemble des objets à collecter présents sur les 3 chapitres. (Bronze)Correspondant, nécessite de faire parvenir à votre chère et tendre Julia des courriers avec une photo à l’intérieur. (Bronze)Pro des cartes vous oblige à gagner l’ensemble des parties de bataille Corse qui sont disponibles lors de votre récit, et enfin le (Bronze)Fusil de Tchekhov qui demande la réalisation de plusieurs actions bien spécifiques. Bref, rien de bien complexe en soit, mais sachez que vos choix peuvent vous empêcher la réussite de ceux-ci.

Il est important de noter également que des trophées sont contraires et vous demanderont soit de réaliser l’action puis de quitter et refaire le choix opposé, soit de recommencer le chapitre entier. Notamment le passage où il vous faut traverser 20 fantômes en les percutant, et à l’inverse ne toucher aucun d’entre eux.

En soit rien de bien compliqué et le platine de 11-11 : Memories Retold devrait tomber en une quinzaine d’heures si vous faites le choix de réaliser deux parties.

 

Note : 3/5

Contenu du jeu
Aspect technique du jeu
Plaisir à jouer et à rejouer
Plaisir à faire les trophées
14/20

L’originalité du style, complété par une ambiance sonore de haut rang font de 11-11 : Memories Retold un jeu sincère et bouleversant. Bien que certaines imperfections peuvent être relevées, le jeu marque de son empreinte le choix de conduite narrative sur le thème de la guerre. La culture passe aussi par les jeux vidéo, et cet opus nous prouve à quel point les récits centenaires peuvent être racontés et exploités de manières différentes.

Je recommande ce jeu :
À tous, Aux chasseurs de trophées/platine facile